En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
© PHILIPPE WOJAZER / POOL / AFP
République pas très exemplaire

Responsables, eux ? Jamais ! L’affaire Benalla et les spécificités si peu démocratiques de la culture politique française

Publié le 21 juillet 2018
La complaisance dont a bénéficié Alexandre Benalla révèle une forme de dérive clanique dans les plus hautes sphères de l’État, où les connivences permettent aux uns et aux autres d’échapper à leurs responsabilités tout en s’octroyant des privilèges indus.
Ferghane Azihari est journaliste et analyste indépendant spécialisé dans les politiques publiques. Il est membre du réseau European students for Liberty et Young Voices, et collabore régulièrement avec divers médias et think tanks libéraux français et...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ferghane Azihari
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ferghane Azihari est journaliste et analyste indépendant spécialisé dans les politiques publiques. Il est membre du réseau European students for Liberty et Young Voices, et collabore régulièrement avec divers médias et think tanks libéraux français et...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La complaisance dont a bénéficié Alexandre Benalla révèle une forme de dérive clanique dans les plus hautes sphères de l’État, où les connivences permettent aux uns et aux autres d’échapper à leurs responsabilités tout en s’octroyant des privilèges indus.

Atlantico : Selon vous, la réaction de l’exécutif et de la préfecture de police ont-elles été en-dessous de la gravité du scandale Benalla, dont on ne cesse d’apprendre les nouveaux rebondissements ?

Ferghane Azihari : La communication du gouvernement, si bien huilée jusqu’à maintenant, a pris du plomb dans l’aile. L’exécutif s’est comporté comme si l’opinion publique n’allait pas intensément s’émouvoir du scandale révélé par la vidéo qui montre Alexandre Benalla s’adonner à des actes de violence gratuite en usurpant les insignes de la police et en jouant au milicien non habilité. À tel point que le porte-parole de la Présidence, Bruno Roger-Petit, se félicitait de manière décomplexée de la sanction « la plus grave jamais prononcée contre un chargé de mission travaillant à l’Élysée », pour une simple procédure disciplinaire, alors que tout le monde sait bien qu’il est difficile de trouver des précédents analogues. Les sanctions des collaborateurs dans les hautes sphères de l’État sont généralement non-conventionnelles. À titre d’exemple, Aquilino Morelle, ex-conseiller de François Hollande avait été poussé à la démission pour un cas de conflit d’intérêts et une histoire de chaussures cirées au mauvais endroit. Les faits reprochés à Alexandre Benalla méritaient une réaction au moins aussi énergique. Au vu des informations rapportées, personne ne pourra s’abriter derrière l’ignorance. D’autant qu’en effet, on a appris par la suite que l’homme avait déjà été condamné en 2006 pour des faits de violence, et que contrairement à ce qui a été affirmé, il a continué d’assurer la sécurité du couple Macron après que l’Elysée ait eu connaissance des faits du 1er mai.

Cette affaire révèle-t-elle en creux l’irresponsabilité et l’impunité des plus hauts dirigeants et de leurs cercles proches ?

N’importe quel citoyen « ordinaire » qui se serait adonné à des actes de violence gratuite, en usurpant les insignes de la police, aurait été sévèrement puni. La complaisance dont a bénéficié Alexandre Benalla révèle une forme de dérive clanique dans les plus hautes sphères de l’État où les connivences permettent aux uns et aux autres d’échapper à leurs responsabilités tout en s’octroyant des privilèges indus, comme le fait pour Benalla de se procurer les enregistrement auprès de la préfecture de police. Non seulement la Présidence de la République s’est montrée laxiste avec son collaborateur, mais ses agissements laissent penser qu’elle a tenté de le protéger. Comment ne pas y voir une forme de complicité ? C’est ce deux-poids-deux-mesures qui révolte le plus l’opinion publique. Les sanctions ont été jusqu’ici inversement proportionnelles à ce qui est attendu dans un État de droit, où les titulaires d’une mission de service public - plus que quiconque - sont supposés rendre des comptes. Quand on voit comment les plus hauts dirigeants de l’État parviennent sans complexe à s’affranchir des principes élémentaires de justice, de responsabilité et d’égalité devant la loi, il ne faut pas s’étonner de la défiance grandissante à l’égard des institutions officielles.

L’affaire Benalla signe-t-elle l’acte de décès de la République exemplaire dont rêvait Emmanuel Macron ? L’ancien monde est-il déjà de retour ?

Nous réalisons petit à petit que nous n’avions véritablement jamais quitté l’ancien monde et la vielle politique. C’est vrai sur le terrain des réformes inexistantes sur le plan économique et c’est visiblement le cas des affaires et autres petits arrangements entre amis. Que l’Élysée ait attendu que ce scandale retentisse pleinement pour engager une procédure de licenciement en dit long sur l’importance accordée à l’exemplarité, tant vantée par Emmanuel Macron. De toute évidence, on priait dans les hautes sphères du pouvoir que l’affaire se tasse et qu’elle ne sorte pas. L’exemplarité n’est visiblement pas prise au sérieux par le personnel politique et administratif impliqué dans cette affaire. Elle n’est qu’une caution qu’on fait valoir auprès de l’opinion et dont on se sépare aussi longtemps qu’on n’en paie pas le prix. D’où l’importance des médias et de la société civile pour faire pression en permanence sur ceux qui nous gouvernent, à défaut de compter sur un Parlement qui, en raison de la nature de notre régime, est peu utile en la matière. Il reste bien évidemment à savoir à quel point Emmanuel Macron était lui-même impliqué. Celui qui aime s’afficher dans les médias à la moindre occasion serait donc bien avisé de prendre la parole pour s’expliquer.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Seniors : cette méthode qui vous permet de profiter pleinement de votre retraite

02.

Pourquoi vous devriez éviter le régime keto

03.

Services secrets turcs : les hommes des basses œuvres du président Erdogan

04.

Tempête dans les bénitiers : qui de Salvini ou du pape est le plus catholique ?

05.

Fleurs et vacheries au G7 : les avis surprenants des dirigeants étrangers sur Emmanuel Macron ; Notre-Dame, victime collatérale de négligence politique ; Julien Dray, mentor repenti d’Emmanuel Macron ; Panne sèche pour la voiture autonome

06.

Le général iranien Qassem Souleimani, maître de guerre sur le front syro-irakien

07.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

03.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

04.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

05.

Pourquoi vous devriez éviter le régime keto

06.

Jean-Bernard Lévy, celui qui doit faire d’EDF le champion du monde de l’énergie propre et renouvelable après un siècle d’histoire

01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

03.

Record de distribution des dividendes : ces grossières erreurs d'interprétation qui expliquent la levée de bouclier

04.

Un été tranquille ? Pourquoi Emmanuel Macron ne devrait pas se fier à ce (relatif) calme apparent

05.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

06.

Rencontres diplomatiques : Boris Johnson pourrait-il profiter du désaccord entre Paris et Berlin sur le Brexit ?

Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
winnie
- 22/07/2018 - 10:32
Allez donc voir......
le site www.ampus-casanova,.com qui vous redirigera sur un lien d un site algerien qui vous explique que ce Benalla est un espion marocain introduit au PS par nadjat Belckacem
cloette
- 22/07/2018 - 08:32
Bizarre
vous avez dit bizarre, comme c'est bizarre que les yeux se dessillent ainsi soudain .
zen-gzr-28
- 21/07/2018 - 23:53
Quelle mouche a piqué les journaleux ?
Que sait-il passé pour qu'ils retrouvent la vue ? Tous, comme un seul homme, vla t-y pas qu'ils malmènent leur chouchou après l'avoir encensé à outrance. Symptôme de la déclaration de De Gaulle avéré. ; les Français sont des veaux !