En direct
Best of
Best of du 1er au 7 août
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La dégringolade de la France dans le top 10 des puissances économiques mondiales est-il purement mécanique (lié à notre démographie et au développement des pays sous-développés à forte population) ou le reflet d’un déclin ?

02.

Du glyphosate concentré utilisé comme arme chimique pour détruire une exploitation bio

03.

Pourquoi les images porno vues sur leurs smartphones pourront briser la future carrière de vos enfants

04.

Coronavirus : ces mesures prises ailleurs dont la France aurait grand besoin pour maîtriser une rentrée à risques

05.

Le Liban sous mandat français ? Peut-être, mais est-on sûr que Macron soit de taille ?

06.

Le télétravail va-t-il provoquer la fin de l'invulnérabilité des cadres sur le marché mondial du travail ?

07.

Incognito, vraiment ? Pourquoi la navigation en mode privé ne correspond pas vraiment à ce que vous croyez

01.

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

02.

Savez-vous pourquoi des centaines de "jeunes" se sont affrontés à Etampes ? Parce qu’ils étaient empêchés d’aller au bled

03.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

04.

La dégringolade de la France dans le top 10 des puissances économiques mondiales est-il purement mécanique (lié à notre démographie et au développement des pays sous-développés à forte population) ou le reflet d’un déclin ?

05.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

06.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

01.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

02.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

03.

Edwy Plenel est en très, très grande forme : il assimile la police d'aujourd'hui à celle de Vichy en 1942 !

04.

La morphologie des dingos, des chiens sauvages d’Australie, a fortement évolué au cours des 80 dernières années, les pesticides seraient en cause notamment

05.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

06.

Orange mécanique, le retour : mais que cachent ces tabassages en série pour des histoires de masques ?

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "Lumière noire" de Lisa Gardner, bel hymne à l'instinct absolu de survie

il y a 6 heures 37 min
pépites > France
Violents orages
Plusieurs blessés, dont deux graves, dans le funiculaire reliant Lourdes au Pic du Jer après une panne d'électricité
il y a 7 heures 25 min
light > Société
L’Amour aux temps du coronavirus
Les couples binationaux séparés par la pandémie de coronavirus vont pouvoir enfin se retrouver
il y a 8 heures 26 min
pépites > International
Violence de la catastrophe
Les explosions du port de Beyrouth ont formé un cratère de 43 mètres de profondeur
il y a 9 heures 55 min
light > Media
Loi sur la sécurité nationale
Hong Kong : la figure prodémocratique Jimmy Lai a été arrêtée, ses journaux perquisitionnés
il y a 12 heures 30 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

L'État, sauveur du jour, tueur du lendemain. Mr Darmanin est-ce l’image que vous voulez donner de votre mandat ?

il y a 13 heures 47 min
pépite vidéo > International
Liban
De nouveaux incidents à Beyrouth lors de manifestations, trois ministres ont démissionné
il y a 14 heures 57 min
décryptage > Economie
Baisse des prix

Le Covid-19 est déflationniste

il y a 16 heures 53 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Incognito, vraiment ? Pourquoi la navigation en mode privé ne correspond pas vraiment à ce que vous croyez
il y a 17 heures 36 min
décryptage > High-tech
Fake news

Vidéos trafiquées : les deepfakes deviennent de plus en plus faciles à produire et de plus en plus crédibles

il y a 18 heures 3 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "La Panthère des neiges" de Sylvain Tesson, le prix Renaudot 2019 vient récompenser ce très beau et rafraîchissant vagabondage philosophique sur le toit du monde

il y a 7 heures 49 sec
pépites > International
Renouveau ?
Explosions à Beyrouth : le Premier ministre libanais, Hassan Diab, annonce la démission de son gouvernement
il y a 7 heures 58 min
light > Insolite
"Photo souvenir"
Allemagne : il fait un doigt d’honneur à un radar, son amende est multipliée par 75
il y a 9 heures 2 min
pépites > Santé
Pouvoir d'achat
Covid-19 : le prix des masques devrait fortement baisser à la rentrée
il y a 10 heures 18 min
pépites > Politique
Bras de fer démocratique
Biélorussie : la candidate d'opposition Svetlana Tikhanovskaïa demande à Alexandre Loukachenko de céder le pouvoir
il y a 13 heures 25 min
pépites > Terrorisme
Investigations
Attaque au Niger : le parquet antiterroriste français ouvre une enquête pour "assassinats en relation avec une entreprise terroriste"
il y a 14 heures 29 min
décryptage > Santé
Anticipation

Coronavirus : ces mesures prises ailleurs dont la France aurait grand besoin pour maîtriser une rentrée à risques

il y a 16 heures 38 min
décryptage > Politique
Disraeli Scanner

Traité d’antidiplomatie

il y a 17 heures 15 min
décryptage > International
Retour vers le passé

Le Liban sous mandat français ? Peut-être, mais est-on sûr que Macron soit de taille ?

il y a 17 heures 57 min
décryptage > France
La ruée vers l'Ouest

Quel impact des canicules sur l’immobilier ?

il y a 18 heures 12 min
© PHILIPPE WOJAZER / POOL / AFP
© PHILIPPE WOJAZER / POOL / AFP
République pas très exemplaire

Responsables, eux ? Jamais ! L’affaire Benalla et les spécificités si peu démocratiques de la culture politique française

Publié le 21 juillet 2018
La complaisance dont a bénéficié Alexandre Benalla révèle une forme de dérive clanique dans les plus hautes sphères de l’État, où les connivences permettent aux uns et aux autres d’échapper à leurs responsabilités tout en s’octroyant des privilèges indus.
Ferghane Azihari
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ferghane Azihari est journaliste et analyste indépendant spécialisé dans les politiques publiques. Il est membre du réseau European students for Liberty et Young Voices, et collabore régulièrement avec divers médias et think tanks libéraux français et...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La complaisance dont a bénéficié Alexandre Benalla révèle une forme de dérive clanique dans les plus hautes sphères de l’État, où les connivences permettent aux uns et aux autres d’échapper à leurs responsabilités tout en s’octroyant des privilèges indus.

Atlantico : Selon vous, la réaction de l’exécutif et de la préfecture de police ont-elles été en-dessous de la gravité du scandale Benalla, dont on ne cesse d’apprendre les nouveaux rebondissements ?

Ferghane Azihari : La communication du gouvernement, si bien huilée jusqu’à maintenant, a pris du plomb dans l’aile. L’exécutif s’est comporté comme si l’opinion publique n’allait pas intensément s’émouvoir du scandale révélé par la vidéo qui montre Alexandre Benalla s’adonner à des actes de violence gratuite en usurpant les insignes de la police et en jouant au milicien non habilité. À tel point que le porte-parole de la Présidence, Bruno Roger-Petit, se félicitait de manière décomplexée de la sanction « la plus grave jamais prononcée contre un chargé de mission travaillant à l’Élysée », pour une simple procédure disciplinaire, alors que tout le monde sait bien qu’il est difficile de trouver des précédents analogues. Les sanctions des collaborateurs dans les hautes sphères de l’État sont généralement non-conventionnelles. À titre d’exemple, Aquilino Morelle, ex-conseiller de François Hollande avait été poussé à la démission pour un cas de conflit d’intérêts et une histoire de chaussures cirées au mauvais endroit. Les faits reprochés à Alexandre Benalla méritaient une réaction au moins aussi énergique. Au vu des informations rapportées, personne ne pourra s’abriter derrière l’ignorance. D’autant qu’en effet, on a appris par la suite que l’homme avait déjà été condamné en 2006 pour des faits de violence, et que contrairement à ce qui a été affirmé, il a continué d’assurer la sécurité du couple Macron après que l’Elysée ait eu connaissance des faits du 1er mai.

Cette affaire révèle-t-elle en creux l’irresponsabilité et l’impunité des plus hauts dirigeants et de leurs cercles proches ?

N’importe quel citoyen « ordinaire » qui se serait adonné à des actes de violence gratuite, en usurpant les insignes de la police, aurait été sévèrement puni. La complaisance dont a bénéficié Alexandre Benalla révèle une forme de dérive clanique dans les plus hautes sphères de l’État où les connivences permettent aux uns et aux autres d’échapper à leurs responsabilités tout en s’octroyant des privilèges indus, comme le fait pour Benalla de se procurer les enregistrement auprès de la préfecture de police. Non seulement la Présidence de la République s’est montrée laxiste avec son collaborateur, mais ses agissements laissent penser qu’elle a tenté de le protéger. Comment ne pas y voir une forme de complicité ? C’est ce deux-poids-deux-mesures qui révolte le plus l’opinion publique. Les sanctions ont été jusqu’ici inversement proportionnelles à ce qui est attendu dans un État de droit, où les titulaires d’une mission de service public - plus que quiconque - sont supposés rendre des comptes. Quand on voit comment les plus hauts dirigeants de l’État parviennent sans complexe à s’affranchir des principes élémentaires de justice, de responsabilité et d’égalité devant la loi, il ne faut pas s’étonner de la défiance grandissante à l’égard des institutions officielles.

L’affaire Benalla signe-t-elle l’acte de décès de la République exemplaire dont rêvait Emmanuel Macron ? L’ancien monde est-il déjà de retour ?

Nous réalisons petit à petit que nous n’avions véritablement jamais quitté l’ancien monde et la vielle politique. C’est vrai sur le terrain des réformes inexistantes sur le plan économique et c’est visiblement le cas des affaires et autres petits arrangements entre amis. Que l’Élysée ait attendu que ce scandale retentisse pleinement pour engager une procédure de licenciement en dit long sur l’importance accordée à l’exemplarité, tant vantée par Emmanuel Macron. De toute évidence, on priait dans les hautes sphères du pouvoir que l’affaire se tasse et qu’elle ne sorte pas. L’exemplarité n’est visiblement pas prise au sérieux par le personnel politique et administratif impliqué dans cette affaire. Elle n’est qu’une caution qu’on fait valoir auprès de l’opinion et dont on se sépare aussi longtemps qu’on n’en paie pas le prix. D’où l’importance des médias et de la société civile pour faire pression en permanence sur ceux qui nous gouvernent, à défaut de compter sur un Parlement qui, en raison de la nature de notre régime, est peu utile en la matière. Il reste bien évidemment à savoir à quel point Emmanuel Macron était lui-même impliqué. Celui qui aime s’afficher dans les médias à la moindre occasion serait donc bien avisé de prendre la parole pour s’expliquer.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
winnie
- 22/07/2018 - 10:32
Allez donc voir......
le site www.ampus-casanova,.com qui vous redirigera sur un lien d un site algerien qui vous explique que ce Benalla est un espion marocain introduit au PS par nadjat Belckacem
cloette
- 22/07/2018 - 08:32
Bizarre
vous avez dit bizarre, comme c'est bizarre que les yeux se dessillent ainsi soudain .
zen-gzr-28
- 21/07/2018 - 23:53
Quelle mouche a piqué les journaleux ?
Que sait-il passé pour qu'ils retrouvent la vue ? Tous, comme un seul homme, vla t-y pas qu'ils malmènent leur chouchou après l'avoir encensé à outrance. Symptôme de la déclaration de De Gaulle avéré. ; les Français sont des veaux !