En direct
Best of
Best of du 28 mars au 3 avril
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Vers un grand tremblement de terre ? Et si les deux verrous allemands et français qui bloquent l’Europe étaient en train de céder...

02.

Et si Trump avait raison sur la Chine

03.

Covid-19 : le gouvernement prépare l'opinion à l’utilisation du tracking digital pour sortir du confinement

04.

"Le coronavirus est une maladie de Blancs" ! On a entendu ça à Marseille, Dakar et Abidjan…

05.

Comment l’éducation de nos parents détermine lourdement notre capacité à devenir leader ou non

06.

Ces fonctionnaires non élus qui imposent leur volonté face à la crise du Coronavirus

07.

Tout changer dans le monde d’après ? Le scénario noir que cela pourrait bien déclencher

01.

Belgique : le stock stratégique de masques a été détruit pour faire de la place aux migrants

02.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

03.

Alors que tout s’effondre, l’économie et le moral, une seule bonne nouvelle : les banques ne feront pas faillite

04.

Derrière le cas Lallement, l’insupportable infantilisation des Français

05.

Fléau de crise : 6 mesures pour contrer les petits chefs qui aggravent la situation sanitaire et économique

06.

Luc Rouban: "Cette crise sanitaire marque la fin du macronisme et le retour du clivage gauche droite"

01.

Ce risque politique énorme que prend le gouvernement en ne limogeant pas le Préfet Lallement

02.

Crise sanitaire et manque de réactivité : la France est-elle dirigée par des fonctionnaires non élus ?

03.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

04.

Crise du coronavirus : Nicolas Sarkozy, le recours silencieux ?

05.

Nombre de morts, manque de moyens, soupçons d’euthanasie : ce qui se passe vraiment dans les Ehpad ?

06.

Covid-19 : les patients en réanimation n’ont "pas respecté le confinement" ? Didier Lallement s’excuse

ça vient d'être publié
pépites > Economie
Nouveau record
Coronavirus : 6,3 millions de salariés sont au chômage partiel en France
il y a 19 min 15 sec
light > Science
Quasar
Event Horizon Telescope : des scientifiques capturent l'image d'un trou noir émettant des jets à haute énergie
il y a 2 heures 26 min
pépites > France
Soulager les services de réanimation
Le Conseil scientifique se prononce pour la prolongation du confinement
il y a 4 heures 16 min
décryptage > Santé
Le mal français

Ces raisons qui empêchent le secteur public français de gérer son argent efficacement

il y a 5 heures 27 min
décryptage > Economie
Production relocalisée

Ces faillites qui détermineront bien plus le monde de demain que tous les Grenelle sur un nouvel avenir...

il y a 6 heures 31 min
décryptage > Environnement
Quel cinéma

Parlementaires à la dérive : leur film s’appelle "Le jour d’après" et c’est un navet !

il y a 7 heures 8 min
décryptage > Economie
Crise de défiance

Casse-tête de la reprise : les entreprises face à la destruction de confiance massive générée par les pouvoirs publics

il y a 8 heures 34 min
décryptage > France
Chute libre

Apocalypse zéro, suite : les fausses prédictions sur le chaos dans les banlieues plus démenties que jamais

il y a 8 heures 59 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Covid-19 : le gouvernement prépare l'opinion à l’utilisation du tracking digital pour sortir du confinement

il y a 9 heures 36 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Deux ans, huit mois et vingt-huit nuits" de Salman Rushdie : une œuvre littéraire forte, courageuse, exigeante pour le lecteur, à ne pas manquer

il y a 20 heures 22 min
pépites > Terrorisme
Enquête en cours
Attaque au couteau à Romans-sur-Isère : l’assaillant a été mis en examen pour "assassinats en relation avec une entreprise terroriste"
il y a 44 min 3 sec
pépites > Europe
Action entravée
Covid-19 : Mauro Ferrari, le président du Conseil européen de la recherche (CER), démissionne
il y a 3 heures 22 min
pépite vidéo > Santé
Mental d'acier
Les conseils de l’aventurier Mike Horn pour surmonter le confinement
il y a 4 heures 50 min
décryptage > Santé
Comparaisons

Le système de santé allemand, privé et concurrentiel, fait beaucoup mieux que les systèmes publics français et anglais

il y a 5 heures 49 min
décryptage > Santé
La bêtise aussi est pandémique

"Le coronavirus est une maladie de Blancs" ! On a entendu ça à Marseille, Dakar et Abidjan…

il y a 6 heures 43 min
décryptage > Société
Petite réflexion de confinement

Comment l’éducation de nos parents détermine lourdement notre capacité à devenir leader ou non

il y a 8 heures 3 min
décryptage > Europe
Avenir de l'Union européenne

Vers un grand tremblement de terre ? Et si les deux verrous allemands et français qui bloquent l’Europe étaient en train de céder...

il y a 8 heures 54 min
décryptage > International
Leçons de la crise sanitaire

Et si Trump avait raison sur la Chine

il y a 9 heures 21 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Unorthodox" de Maria Shraeder, une série originale Netflix : ode à la Liberté

il y a 19 heures 58 min
pépites > Santé
SNDV
Acrosyndromes : les dermatologues alertent sur des symptômes cutanés potentiellement liés au coronavirus
il y a 20 heures 47 min
© JEAN-FRANCOIS MONIER / AFP
© JEAN-FRANCOIS MONIER / AFP
Couac

Macron, son entourage et la com’ : puni par là où il avait excellé ?

Publié le 20 juillet 2018
Faut-il (déjà) enterrer les grandes heures de la communication présidentielle ? Alors qu'il s'était fait connaître comme un communicant hors-pair, il semblerait qu'Emmanuel Macron soit d'ores et déjà dépassé par les événements. Pour Arnaud Benedetti, la gestion par l'Elysée de l'affaire Benalla, ce garde du corps du président qui a tabassé un manifestant, est calamiteuse.
Arnaud Benedetti est professeur associé à l'Université Paris-Sorbonne. Il vient de publier Le coup de com' permanent (éd. du Cerf, 2017) dans lequel il détaille les stratégies de communication d'Emmanuel Macron.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Arnaud Benedetti
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Arnaud Benedetti est professeur associé à l'Université Paris-Sorbonne. Il vient de publier Le coup de com' permanent (éd. du Cerf, 2017) dans lequel il détaille les stratégies de communication d'Emmanuel Macron.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Faut-il (déjà) enterrer les grandes heures de la communication présidentielle ? Alors qu'il s'était fait connaître comme un communicant hors-pair, il semblerait qu'Emmanuel Macron soit d'ores et déjà dépassé par les événements. Pour Arnaud Benedetti, la gestion par l'Elysée de l'affaire Benalla, ce garde du corps du président qui a tabassé un manifestant, est calamiteuse.

Atlantico.fr : L'affaire Benalla est-elle un nouveau coup dur pour Emmanuel Macron ?

 
Arnaud Benedetti : C’est un épisode qui surgit au moment où des doutes s’installent dans l’opinion quant au bien-fondé de la politique conduite par le Président de la République . Donc forcément cela ne contribue pas à renforcer le capital de popularité de l’exécutif chahuté dans les sondages.  Sur le fond la séquence Benalla ébranle le récit macronnien qui s’est bâti sur une république irréprochable , exigeante , intraitable avec les défaillances de toute nature . N’oublions jamais les circonstances de l’élection d’Emmanuel Macron . La marque macron s’est imposée contre une autre marque , celle de François Fillon à l’époque , profondément bousculée sur son assise éthique . Aujourd’hui , le macronisme traverse sa première crise morale . Elle est d’ampleur car elle touche à un sujet majeur du pacte républicain , celui de l’ordre public . La question régalienne par excellence ... 

 

Est-ce que le traitement de cette affaire par l'Elysée, et en particulier par son porte-parole Bruno Roger-Petit, laisse réellement à désirer ?

 
Tout paraît se passer comme si la zone de risques avait été sous-estimée . L’absence de mobilisation de l’Elysée , du gouvernement , de la majorité alors que le feu médiatique et numérique s’amplifiait dans les premières heures , suite aux révélation du “ Monde “ , pose question de la part d’un pouvoir qui jusque là a fait preuve , à situation similaire de danger , d’une réactivité toujours avisée . Indéniablement quelque chose s’est figé , paralysé ... Gêne ? Suffisance ? Je ne saurai dire mais les images de Macron en Dordogne se refusant à toute réponse , évoquant de manière emphatique une “ république inaltérable “ alors que des interrogations très concrètes se posent sur le rôle de ce collaborateur , la confusion des genres à proprement parler pathologique que son comportement révèle , appelle une toute autre réaction que celle relevant d’une dissertation générale sur la philosophie républicaine ... De même la sortie du placard du porte-parole de l’Elysée dans un exercice de com’ on ne peut plus formel , empreint d’une langue de bois digne des années 70 n’a en rien apaisé l’écosystème politico - médiatique . Bien en contraire toutes les prestations de cette “ journée particulière “ n’ont fait que surinfecter la plaie . L’impression générale qui se dégage , à tort ou à raison , c’est qu’à l’intérieur même de la chaîne de commandement et de communication tous ceux qui ont à savoir ne disposent pas des mêmes éléments d’information . D’où ce flottement généralisé , qui n’est pas sans évoquer les turbulences dont le candidat Fillon fut tant l’objet que l’instigateur par son goût du secret . Macron se fillonise , tout au moins dans la gestion de la crise pour l’instant 
 
 
 

Un bon communicant aurait-il su éviter une telle polémique ?

 
Un bon communicant , comme un bon avocat , doit tout savoir . Est-ce le cas ? Nul ne le sait .  La communication ne peut faire de miracles si son donneur d’ordre tait une partie des faits.   Mais la seule réponse efficace , prophylactique , sans garantie pour autant  de rétablissement immédiat de l’image , consiste à d’abord répondre politiquement au trouble à l’ordre symbolique engendré par l’affaire . Comment ? En isolant l’agent d’infection , c’est-à-dire en le sanctionnant . Chacun s’étonne pour le moment de l’absence d’éloignement de Benalla . Celui-ci ne démissionne pas , n’est pas démissionné . Le temps perdu entretient inévitablement le soupçon , les suspicions , la mécanique infernale de la rumeur . La question qui se pose est de savoir pourquoi cette hésitation , cet attentisme . Macron est-il mitterrandien au sens où comme l’ancien Président il renâcle à sacrifier ses proches ... La posture est sympathique sur un plan romanesque mais detestable démocratiquement . Tout le reste , les réponses du Premier ministre et du ministre de l’intérieur devant les parlementaires , sont arrachées sous la pression des événements , visent à gagner du temps et trahissent une évidente “ cornerisation” . Même Hollande , l’anti-modèle de Macron , avait su trancher avec Aquilino Morelle ! 

 

Est-ce qu'Emmanuel Macron ne perd pas là une formidable occasion de profiter du regain donné à sa communication par les photos triomphantes de la victoire de dimanche ?

 
Rien ne prouve  que la victoire des bleus profite à l’exécutif . Les opinions apprennent aussi , socialisées qu’elles sont avec la com’ , à être moins dupes . Le tout premier sondage réalisé après la finale et juste avant le déclenchement de l’affaire benalla a d’ailleurs même  démontré le contraire . En outre l’Elysée a pris le risque de surexploiter le retour des champions du Monde en France - ce qui n’a pas forcément été apprécié par une majorité de nos concitoyens . La communication n’a de sens que si elle se pense dans la durée , qu’elle s’extrait de l’obsession de l’image et de l’immédiat , pour se poser les bonnes questions et esquisser les réponses adéquates . Les vrais enjeux à l’avenir en matière de compol’ ne consistent  pas à surfer sur l’instantané mais à accompagner  les décisions sur les retraites , sur l’Europe et sur les sujets à risque , comme celui à partir de janvier du prélèvement à la source dont on occulte manifestement l’effet psychologique qu’il pourrait et qu’il aura très certainement dans les profondeurs de l’opinion . Trop souvent la com ‘ est cantonnée à des problèmes de forme alors qu’elle soulève quasi ontologiquement des questions de fond ! 
 

D'une manière générale, la communication jupitérienne n'est-elle pas en roue libre ? Cela semble curieux, pour quelqu'un qui en avait jusque-là une maîtrise implacable...

Le succès est mauvais conseiller “ a pour habitude de dire Bill Gates . Est-ce la réussite médiatique inaugurale de Macron qui aujourd’hui nuit au prolongement de cette dernière ? Indéniablement , son activité communicante jusqu’à présent disciplinée , innovante , tend désormais à se disperser , à sursaturer les récepteurs médiatiques qui se font manifestement plus sceptiques , voire critiques , et qui infusent dans l’espace public une appréciation pour le moins plus réservée . La com’ de Macron est confrontée à un phénomène d’usure d’une part , et au retour du politique d’autre part qui pose la question des résultats . La croissance sera moins forte que prévue , le pouvoir d’achat stagne , le chômage perdure , l’Europe ne bouge pas , les motifs d’inquiétudes persistent : le sentiment d’immobilité que l’optimisme macronnien avait bousculé se réinstalle . Macron a certes demandé du temps pour être jaugé et jugé , mais le temps des opinions est impatience quand celui des politiques publiques ne peut s’accomplir que dans la durée . C’est au drame de ce gap que doit faire face aussi le Président ... La communication , aussi dynamique soit-elle, ne peut remplir tout au long du mandat cette béance , surtout quand elle se concentre à l’excès sur la personnalité du Président . Macron devra sans doute pour regagner un crédit patience dans l’opinion renouer avec une forme de sobriété communicante ... et de modestie . Tout l’enjeu consiste à savoir si son caractère y est prêt 
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Vers un grand tremblement de terre ? Et si les deux verrous allemands et français qui bloquent l’Europe étaient en train de céder...

02.

Et si Trump avait raison sur la Chine

03.

Covid-19 : le gouvernement prépare l'opinion à l’utilisation du tracking digital pour sortir du confinement

04.

"Le coronavirus est une maladie de Blancs" ! On a entendu ça à Marseille, Dakar et Abidjan…

05.

Comment l’éducation de nos parents détermine lourdement notre capacité à devenir leader ou non

06.

Ces fonctionnaires non élus qui imposent leur volonté face à la crise du Coronavirus

07.

Tout changer dans le monde d’après ? Le scénario noir que cela pourrait bien déclencher

01.

Belgique : le stock stratégique de masques a été détruit pour faire de la place aux migrants

02.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

03.

Alors que tout s’effondre, l’économie et le moral, une seule bonne nouvelle : les banques ne feront pas faillite

04.

Derrière le cas Lallement, l’insupportable infantilisation des Français

05.

Fléau de crise : 6 mesures pour contrer les petits chefs qui aggravent la situation sanitaire et économique

06.

Luc Rouban: "Cette crise sanitaire marque la fin du macronisme et le retour du clivage gauche droite"

01.

Ce risque politique énorme que prend le gouvernement en ne limogeant pas le Préfet Lallement

02.

Crise sanitaire et manque de réactivité : la France est-elle dirigée par des fonctionnaires non élus ?

03.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

04.

Crise du coronavirus : Nicolas Sarkozy, le recours silencieux ?

05.

Nombre de morts, manque de moyens, soupçons d’euthanasie : ce qui se passe vraiment dans les Ehpad ?

06.

Covid-19 : les patients en réanimation n’ont "pas respecté le confinement" ? Didier Lallement s’excuse

Commentaires (16)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
cloette
- 21/07/2018 - 12:24
@ex abrupto
le tabassé, un manifestant du premier mai manif qui avait dégénéré, et le filmer est une fileuse de la France insoumise, elle le disait elle même à la télé ( je ne sais plus sur quelle chaine ) . Qui a renseigné Le Monde, je pesais pas .( il semble qu'ils avaient l'information sous le coude )
Ex abrupto
- 21/07/2018 - 12:04
Qui sont donc
...le tabassé
...le filmeur
????
Ex abrupto
- 21/07/2018 - 12:04
Qui sont donc
...le tabassé
...le filmeur
????