En direct
Best of
Best of du 19 au 25 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Yannick Noah se fait plaquer; Julien Doré réfléchit à l'adoption d'un enfant avec Francis Cabrel, Jean Dujardin & Nathalie Péchalat en attendent un 2éme: Kanye West pense être le Moïse du peuple noir, Carla Bruni que Nicolas S. écrit comme Balzac

02.

Un rapport officiel allemand souligne que l’agriculture biologique n’est absolument pas plus durable que l’agriculture conventionnelle

03.

"Olivier véreux de mes c***lles" : Jean-Marie Bigard insulte le ministre de la Santé

04.

Alerte aux grandes oreilles chinoises : voilà pourquoi vous devriez tourner 7 fois votre pouce avant de poster quelque chose sur les réseaux sociaux...

05.

Alerte au rhume : la maladie la plus répandue avait mystérieusement disparu depuis le confinement. Elle revient et ça va tout compliquer avec le Covid-19

06.

Les Suisses ont dit "non" à la fin de la libre circulation avec l'Union européenne

07.

Darmanin sait tout sur la taqiya. Et il n'aime pas du tout

01.

Syrie : des nouvelles de la cyber-guerre

01.

Un rapport officiel allemand souligne que l’agriculture biologique n’est absolument pas plus durable que l’agriculture conventionnelle

02.

Yannick Noah se fait plaquer; Julien Doré réfléchit à l'adoption d'un enfant avec Francis Cabrel, Jean Dujardin & Nathalie Péchalat en attendent un 2éme: Kanye West pense être le Moïse du peuple noir, Carla Bruni que Nicolas S. écrit comme Balzac

03.

Un militant communiste assassiné à Saint-Ouen *

04.

Santé mentale : ces millions de Français que la pandémie fait chanceler ou s’écrouler en silence

05.

Emmanuel Macron s’est souvenu qu’il avait une mère et un père

06.

Ce que la dernière photo prise par la NASA nous révèle de Jupiter

01.

Eric Zemmour condamné pour injure et provocation à la haine

02.

Édouard Philippe ou le vrai-faux espoir de la droite : radioscopie d’un malentendu idéologique

03.

Nouvelles mesures face au Covid-19 : Gribouille gouvernemental à la barre

04.

J’aime les sapins de Noël : je suis un facho

05.

Plongée dans les coulisses de l’organisation de la Convention de la droite : l'engagement de Marion Maréchal et Eric Zemmour en faveur de l’union des droites

06.

Emmanuel Macron, le président sans parti : pas (nécessairement) de quoi perdre 2022 mais mauvais coup garanti pour la démocratie

ça vient d'être publié
Alimentation
Plus de la moitié des produits végétariens étudiés par une association contiennent de l’eau comme ingrédient principal
il y a 12 min 21 sec
pépites > Religion
Séparatisme
Absence de mixité, prières… un club sportif aux pratiques troublantes
il y a 1 heure 37 min
décryptage > Economie
Nécessité d'un compromis

Sécurité sanitaire et emploi : les difficultés du "en même temps"

il y a 2 heures 4 min
pépite vidéo > Défense
Tensions
L'Arménie et l'Azerbaïdjan instaurent la loi martiale
il y a 2 heures 25 min
décryptage > Economie
Evolution de la pandémie

COVID-19 : France, Royaume-Uni, Espagne, comment faire baisser la contamination ? Des "Gilets jaunes des bars" maintenant ?

il y a 2 heures 56 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Malaise au poignet ? Le nouvel bracelet connecté de santé d'Amazon analyse votre voix et vos émotions
il y a 3 heures 38 min
décryptage > Politique
Résultats

Sénatoriales : rien ne bouge vraiment (et ça n’est pas une bonne nouvelle pour Emmanuel Macron)

il y a 3 heures 44 min
décryptage > Terrorisme
LE BLOC-POL DE LAURENCE SAILLIET

Terrorisme : la coupable inertie d’Emmanuel Macron

il y a 4 heures 8 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Un budget 2021 déformé par le Covid et qui n’ose pas prévoir un emprunt national, mais ça va venir

il y a 4 heures 19 min
pépites > International
Poudrière
Violents affrontements au Haut-Karabakh : l'Arménie et l’Azerbaïdjan au bord de la guerre
il y a 20 heures 53 min
décryptage > Economie
Coronavirus

Impact du Covid-19 : vers un budget 2021 en apesanteur

il y a 1 heure 1 min
décryptage > Société
Licence to kill

L’amendement inutile : l’IMG, (Interruption médicale de grossesse) à 9 mois pour cause de détresse psychosociale

il y a 1 heure 45 min
Crise
La paralysie de l'économie due au coronavirus menace New York déjà très endettée
il y a 2 heures 13 min
décryptage > International
Disraeli Scanner

Donald Trump : comment le populiste s’est mué en conservateur

il y a 2 heures 41 min
décryptage > Santé
Confusion généralisée

Alerte au rhume : la maladie la plus répandue avait mystérieusement disparu depuis le confinement. Elle revient et ça va tout compliquer avec le Covid-19

il y a 3 heures 12 min
décryptage > Sport
Une deux, une deux

Fermetures des salles de sport : à quelles activités physiques se mettre pour garder la forme face à un automne semi-confiné ?

il y a 3 heures 42 min
pépites > Politique
Election
La droite conserve la majorité au Sénat
il y a 3 heures 48 min
Presse
Une trentaine de kiosques à journaux cambriolés à Paris
il y a 4 heures 18 min
décryptage > High-tech
Espionnage

Alerte aux grandes oreilles chinoises : voilà pourquoi vous devriez tourner 7 fois votre pouce avant de poster quelque chose sur les réseaux sociaux...

il y a 4 heures 37 min
pépites > Economie
Votation
Les Suisses ont dit "non" à la fin de la libre circulation avec l'Union européenne
il y a 21 heures 41 min
© FRANCOIS WALSCHAERTS / POOL / AFP
© FRANCOIS WALSCHAERTS / POOL / AFP
Japanese connection

Mega accord de libre-échange entre l’UE et le Japon certes, mais rien à voir avec une opposition à Trump

Publié le 18 juillet 2018
Européens et Japonais ont mis fin à un processus de négociation ayant commencé en 2013 et ont donc signé le JEFTA, accord de libre échange entre les deux zones. Un accord important mais à relativiser, surtout dans ses objectifs politiques.
Jean-Marc Siroën
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Siroën est économiste. Il enseigne actuellement à l’université Paris Dauphine et est professeur au sein du département Master Sciences des Organisations. Il est spécialiste d’économie internationale. Il participe également au programme de...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Européens et Japonais ont mis fin à un processus de négociation ayant commencé en 2013 et ont donc signé le JEFTA, accord de libre échange entre les deux zones. Un accord important mais à relativiser, surtout dans ses objectifs politiques.

Atlantico : L'Union européenne et le Japon ont signé l'un des plus importants accords de libre-échange au monde, couvrant près d'un tiers du PIB mondial et 600 millions de personnes. En l'état actuel, quels devraient être les principaux axes de cet accord ?

Jean-Marc Siroën : C'est un accord important mais à relativiser. Le Japon n'est que le septième partenaire de l'Union Européenne. Il représentait 3,7% de ses importations de biens et 3,2% de ses exportations. L'excédent européen dans les services fait plus que compenser son déficit dans les marchandises. Néanmoins, les enjeux sont relativement plus importants pour le Japon puisque l'UE est son deuxième partenaire.

Le Jefta (Japan-UE free trade agreement) est finalisé depuis un an mais officiellement signé à Tokyo ce mardi. On en connait donc précisément le contenu, très classique dans sa forme et dans son contenu. Il ne se limite ni aux droits de douane qui doivent être progressivement abaissés et pour la plupart, supprimés à terme, ni aux barrières non tarifaires traditionnelles. Il inclut aussi des dispositions concernant, notamment, les marchés publics, la concurrence, la propriété intellectuelle, la protection des données, le développement durable. Le seul chapitre vraiment nouveau est celui qui concerne la gouvernance d'entreprise (transparence, informations des actionnaires, etc.). La Commission préfère utiliser le terme d'accord de partenariat économique que celui d'accord de la "nouvelle génération" privilégié jusque-là. En effet, contrairement à l'accord entre la Canada et l'UE (CETA) on n'y trouve pas de chapitre sur les investissements et donc sur le règlement des différends États-investisseurs. Ce point avait été alors non seulement âprement discuté mais, puisque la question du règlement des différends relève de la "compétence exclusive" des États, il imposait aussi une ratification non seulement par le Conseil et le Parlement européens, mais aussi par tous les états membres ce qui rend difficile sinon improbable la ratification du CETA (le gouvernement italien s'est récemment prononcé contre). Mais même si l'accord avec le Japon, en excluant l'investissement, permet une ratification limitée aux seules instances européennes, sa ratification n'est pas certaine. Par ailleurs, un traité spécifiquement dédié à la protection des investissements est en cours de négociation. S'il devait aboutir il aurait cette fois à être ratifié par chaque pays membre.  

Dans les négociations, l'Union européenne a particulièrement défendu l'ouverture du marché japonais aux produits alimentaires très protégés par des droits de douane élevés ou des barrières non tarifaires lourdes (viande bovine ou porcine, fromages, vins, produits transformés) et le respect des indications géographiques (comme le Roquefort) pour 200 produits. Si certains produits industriels européens bénéficieront d'une baisse progressive des tarifs (comme les cosmétiques, certains produits chimiques, l'habillement, le cuir) le Japon, quant à lui, a assez logiquement privilégié ses produits industriels traditionnels comme les automobiles et les produits électroniques. Cette ouverture du marché européen qui, pour l'instant, n'a pas suscité beaucoup de remous, montre à quel point les relations commerciales ont changé depuis vingt-cinq ans. Dans les années 1980 et 1990 la France bloquait le dédouanement des magnétoscopes japonais et l'Europe (et les Etats-Unis…) imposait au Japon des accords "volontaires" de limitation des exportations. Depuis, les magnétoscopes ont disparu, Renault s'est allié avec Nissan et Mitsubishi et Toyota s'est installé à Valenciennes et l'Europe s'apprête à ouvrir son marché aux automobiles japonaises sans provoquer la fureur des constructeurs….

Quel pourrait-en être les aspects bénéfiques pour l'UE ? Qu'est ce que l’histoire nous apprend sur l’impact de ce type d’accord ?

Les études empiriques montrent que, comme attendu, les traités de libre-échange accroissent les échanges entre les pays participants, même si les résultats sont très inégaux en fonction des pays et du contenu des traités. Mais les effets estimés sur le revenu -le PIB- et donc sur l'emploi, sont généralement très modérés. La commission européenne attend une augmentation de 13 milliards d'euros d'exportations européennes vers le Japon et un gain de PIB de 0,14% seulement et, encore en …. 2035 quand toutes les dispositions de l'accord auront toutes été mises en place. En réalité, on reste dans la marge d'erreur. Si globalement, les gains économiques sont très incertains, quelques secteurs pourraient en bénéficier plus significativement, notamment, dans l'Union européenne, l'industrie agro-alimentaire et l'industrie chimique ou para-chimique, mais ce pourrait être au détriment d'autres secteurs industriels. Toutefois, et ce point est souvent négligé, les effets d'une baisse tarifaire sont obérés par la nécessité de respecter des règles d'origine contraignantes (par exemple, dans le Jefta, un maximum de 45% de valeur d'origine étrangère dans la valeur des automobiles exportées) impliquant le recours à des biens intermédiaires produits dans la zone au détriment d'approvisionnements meilleurs marché et la nécessité d'engager des coûts administratifs non négligeables pour bénéficier de l'exonération des droits de douane.

Le ministre japonais de la Revitalisation économique, a déclaré : «A l'heure où les mesures protectionnistes prennent de l'ampleur dans le monde, la signature aujourd'hui de l'accord Japon-UE montrera au monde notre volonté politique inébranlable de promouvoir le libre-échange.". Quelle est la valeur de cette tendance à s'opposer aux Etats Unis par des accords de libre échange ? N'est-il pas illusoire de croire que ce genre d'accords suffiront à faire plier la tendance protectionniste de Donald Trump ?

Présenter l'accord avec le Japon comme un acte de résistance ou de riposte face aux mesures protectionnistes de Donald Trump, relève d'une stratégie de communication opportuniste qui ne résiste pas à l'analyse : l'accord a commencé à être négocié en 2013 et les principaux points étaient acquis en juillet 2017, avant donc le déclenchement de la "guerre commerciale". 

L'accord avec le Japon peut certes contribuer à sécuriser le commerce européen dans une période de forte incertitude, mais rien n'est jamais acquis. L'accord de libre-échange entre les Etats-Unis, le Canada et le Mexique -l'ALENA- n'a pas empêché les Etats-Unis de prendre des mesures protectionnistes contre ses partenaires.

L'accord avec le Japon est plutôt à replacer dans le contexte des années 2000 de crise du multilatéralisme et par l'impossible aboutissement du cycle de négociation dit de Doha, mené sous l'égide de l'Organisation Mondiale du Commerce (OMC).  Pour contourner cette impasse, les anciennes grandes puissances commerciales -USA, UE, Japon, Canada - avaient alors choisi de négocier entre elles des accords commerciaux qui, pris dans leur globalité, auraient couvert les trois quarts du commerce mondial permettant ainsi d'établir de nouvelles règles du jeu auxquelles les autres pays, y compris la Chine, devraient bien se rallier. Le retrait américain du traité transpacifique pourtant signé par le Président Obama, l'abandon de la négociation transatlantique entre l'UE et les Etats-Unis et l'avenir incertain du CETA montrent l'échec de cette stratégie. L'accord entre l'UE et le Japon sera peut-être le seul rescapé de cette stratégie ambitieuse et, à dire vrai, très mal construite. 

L'échec de cette alternative au multilatéralisme traditionnel a certes été précipitée par Donald Trump sans qu'il en soit vraiment responsable. Ce fiasco a seulement laissé un vide que le Président américain espère combler par un unilatéralisme agressif, fondé sur le rapport de force et appuyé par une stratégie de division des "partenaires" dont la première cible, la plus facilement atteignable, est l'Union Européenne. La seule alternative à cette stratégie destructrice, serait une restauration du multilatéralisme impliquant une réforme de l'OMC. Elle admettrait une ouverture à plusieurs vitesses et un élargissement de ses compétences aux thèmes introduits aujourd'hui dans les traités commerciaux. De ce point de vue, l'accord avec le Japon s'insère dans le cadre d'une stratégie commerciale aujourd'hui dépassée. Il ne contribue en rien à la réforme du système multilatéral et pourrait même contribuer à accélérer une dérive vers un "chacun pour soi" qui contredirait la volonté, pourtant affichée par la France et l'Union Européenne, de sauver le multilatéralisme en le réformant. 

 
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 19/07/2018 - 10:23
Les fromages contre les composants électroniques????...
L’UE accélère sa soumission, et elle est contente d’elle-même, en plus....le syndrome du benêt !
Liberte5
- 18/07/2018 - 22:00
Enfin un peu de vérité, dans l'océan de mensonges...
sur la politique de D. Trump.