En direct
Best of
Best of du 5 au 11 janvier
En direct
© LUDOVIC MARIN / AFP
Au programme
Institutions : ce qu’Emmanuel Macron aurait pu proposer de bien plus utile au Parlement que la possibilité d’entendre le Président lui répondre après un Congrès
Publié le 18 juillet 2018
Le fait que le Président puisse participer au Congrès renforce une fois encore le pouvoir exécutif au dépens du pouvoir législatif et du gouvernement. Il y a cependant des réformes de plus grandes envergures à faire pour modifier nos institutions.
Didier Maus est professeur à l'université Paul Cézanne Aix-MarseilleIl est l'auteur de nombreux ouvrages de droit constitutionnel.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Didier Maus
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Didier Maus est professeur à l'université Paul Cézanne Aix-MarseilleIl est l'auteur de nombreux ouvrages de droit constitutionnel.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le fait que le Président puisse participer au Congrès renforce une fois encore le pouvoir exécutif au dépens du pouvoir législatif et du gouvernement. Il y a cependant des réformes de plus grandes envergures à faire pour modifier nos institutions.

Atlantico : Que pensez-vous de la possibilité du Président de participer aux débats du congrès ? Qu'est-ce que cela traduit de la vie politique française selon vous ? 

Didier Maus : La vie politique française est dominée par l’élection du Président de la République. Il s’agit d’une élection populaire, avec un fort taux de participation électorale, autour de laquelle se structure le débat programmatique. À partir du moment où le Président nouvellement élu dispose d’une majorité stable, cohérente et disciplinée à l’Assemblée nationale il devient qu’on le veuille ou non, le vrai responsable politique du gouvernement. C’est dans ce contexte qu’il convient d’apprécier la réforme de l’article 18 de la Constitution et la possibilité qui serait offerte au Président de la République non seulement de prendre la parole devant les députés et sénateurs réunis en Congrès, mais également de demeurer présent pour écouter les orateurs et, le cas échéant, reprendre la parole pour répondre à leurs propos. Cette évolution, si elle est confirmée à l’issue de la procédure de révision de la Constitution, s’inscrit dans une rupture de la tradition parlementaire française qui   voulait, depuis la IIIe République, que le Président ne puisse communiquer avec les assemblées que par des messages écrits et ne soit pas physiquement présent. La réforme de 2008, à la demande express de Nicolas Sarkozy, a prévu la procédure d’une déclaration prononcée par le Président devant le Congrès du Parlement. Dès la première utilisation  de cette  nouvelle possibilité par le Président Sarkozy le 22 juin 2009 la question a été posée de savoir s’il ne serait pas, un jour ou l’autre, indispensable d’aller plus loin et de créer les conditions d’un véritable dialogue entre le Président et les parlementaires. Il est très rapidement apparu qu’il y  avait une incohérence à ouvrir un débat sur la communication du Président de la République sans que ce dernier puisse y  prendre part.

La volonté d’Emmanuel Macron de se comporter en véritable patron de l’exécutif, ce qui n’est pas interdit par la Constitution, l’a incité à prolonger la réforme initiée en 2008. Il n’en demeure pas moins qu’il s’agit d’une étape de plus dans le renforcement de l’autorité présidentielle face aussi bien au rôle du Gouvernement  que du Parlement. Si, comme il en a l’intention, le Président de la République prononce tous les ans un discours de politique générale (c’est-à-dire un bilan de l’année écoulée et les projets pour les mois à venir) il n’existe plus aucune raison pour que le Premier ministre se livre, de temps à autre, à un tel exercice, sauf à ce qu’un vote de confiance des députés soit nécessaire pour des rasions de circonstance. Cela ne signifie pas que le Premier ministre devient inutile, mais son autonomie politique est encore un peu plus limitée. L’expression de « collaborateur » utilisée par Nicolas Sarkozy à l’égard de François Fillon prend donc ici tout son sens.

Le Parlement, contrairement à l'intention affichée, ne va –t-il pas s'en retrouver plus faible ?  N'est –ce pas remettre en cause le fait même que le président de la République n’est pas responsable devant le Parlement ?

Il existe dans la Constitution un article 20 qui dispose que « Le Gouvernement détermine et conduit la politique de la nation ». Cette courte phrase définit parfaitement l’équilibre politique de la Ve République. Le général de Gaulle avait coutume de dire que puisqu’il il présidait les délibérations du Gouvernement l’article 20 englobait sa fonction. Il en a été ainsi pour tous les Présidents, sauf lors des périodes de cohabitation (1986-1988, 1993-1995, 1997-2002). Tant que le Président dispose d’une vraie majorité à l’Assemblée nationale et que les mécanismes constitutionnels permettent, à juste titre, de surmonter d’éventuels désaccords avec le Sénat, la question d’un éventuel renforcement du Parlement ne se pose pas. Il est patent que la réforme de l’article 18 de la Constitution pourrait conduire certains à demander à ce que le débat soit conclu par un vote. Une telle possibilité serait non seulement contraire à la séparation des pouvoirs, à la nature encore parlementaire de la Ve République mais surtout au fait que le Président tire sa légitimé, donc son énergie politique, des suffrages des Françaises et des Français et non de ceux des députés et des sénateurs. On imagine très mal qu’un Président élu par le peuple puisse être responsable devant les parlementaires, sauf à travers la procédure de destitution en cas de « manquement à ses devoirs ». 

Le cadre de l’expression du Président de la République deviendrait, en cas de succès de la réforme, un hémicycle parlementaire, mais cela ne fera que renforcer la domination du Président sur tous les autres organes constitutionnels 

Que faudrait-il pour vraiment pour renforcer le Parlement à la fois d’un point de vue institutionnel et d’un point de vue concret (moyens etc...) ?

Le renforcement des pouvoirs du Parlement est un des serpents de mer traditionnels du débat politique et constitutionnel. Chacun a, au fond de sa mémoire, le souvenir et sans doute le regret de la puissance du Parlement d’avant 1958. Les régulières crises ministérielles permettaient aux uns et autres de jouer un rôle important et aux groupes et partis politiques d’être au centre de la vie politique. Il s’agit d’une époque révolue. L’existence d’une majorité et, si nécessaire, la menace d’une dissolution, sont des facteurs plus importants que les modifications du Mécano institutionnel auquel on se livre de temps à autre.

Il n’y aurait que deux possibilités pour transformer la situation : soit supprimer l’élection directe du Président de la République, soit instaurer une propositionnelle intégrale pour l’élection des députés. Les Français adorent l’élection présidentielle. Il serait donc absurde d’en proposer la suppression. À partir du moment où il est élu le Président souhaite disposer d’une majorité à l’Assemblée. Il serait donc suicidaire de faire adopter une élection des députés à la proportionnelle.

 
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Wauquiez pousse une colère contre la direction de LR, et Thierry Mariani contre Wauquiez ; L'Obs s'inquiète de la crise financière qui vient ; François-Xavier Bellamy en guerre contre le progressisme ; Ces députés LREM attaqués
02.
Gilets jaunes : un syndicat policier s’émeut des ordres de répression et du comptage des manifestants
03.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
04.
Sévère répression des gilets jaunes : la justice française est-elle en train de préfèrer l’ordre à la justice ?
05.
Elections européennes : La République en Marche détrône le Rassemblement national selon un nouveau sondage
06.
Oui, il y a “des gens en situation de pauvreté qui déconnent”. Mais voilà pourquoi la question et la solution sont largement ailleurs
07.
Attentat de Strasbourg : la vérité émerge sur la cas de Mehdi Chekatt
01.
Patrick Bruel aime une nouvelle femme de (bien) moins de 50 ans; Vincent Cassel : entre sa (très) jeune épouse & sa fille aînée, c’est tendu; Sophie Marceau s’occupe de son fils, René-Charles Angélil-Dion de ses frères, Anouchka Delon de toute la famille
02.
Ce sondage dévastateur qui fait le procès de Macron le condamne sans appel
03.
Le Royaume-Uni se prépare à un Brexit sans accord et ne voit plus comment arrêter cette chronique d’un chaos annoncé
04.
Alerte Rouge : après la Chine, Donald Trump entend s’attaquer à l’Europe et voilà pourquoi la France serait bien inspirée de réagir au plus vite
05.
Littéralement explosif : le sondage exclusif qui montre que la condamnation de la violence par les Français... baisse (et que le nombre de ceux qui disent la comprendre augmente)
06.
Inégalités : la France est allée au maximum de ce que la redistribution fiscale permettait. Voilà ce qui pourrait être fait désormais
07.
Robots payeurs : mais que s’est-il vraiment passé sur la cagnotte de soutien aux policiers ?
01.
Ce sondage dévastateur qui fait le procès de Macron le condamne sans appel
02.
Gilets jaunes : un syndicat policier s’émeut des ordres de répression et du comptage des manifestants
03.
Patrick Bruel aime une nouvelle femme de (bien) moins de 50 ans; Vincent Cassel : entre sa (très) jeune épouse & sa fille aînée, c’est tendu; Sophie Marceau s’occupe de son fils, René-Charles Angélil-Dion de ses frères, Anouchka Delon de toute la famille
04.
Alerte Rouge : après la Chine, Donald Trump entend s’attaquer à l’Europe et voilà pourquoi la France serait bien inspirée de réagir au plus vite
05.
Ce à quoi se condamnent lentement mais sûrement les Gilets jaunes
06.
Inégalités : la France est allée au maximum de ce que la redistribution fiscale permettait. Voilà ce qui pourrait être fait désormais
01.
Grand débat national : l’équation impossible d’Emmanuel Macron
02.
Pourquoi Macron, les populistes et les gilets jaunes sont tous le produit de la même vague (et pourquoi ils seraient bien inspirés de le comprendre réciproquement)
03.
Ce sondage dévastateur qui fait le procès de Macron le condamne sans appel
04.
Marine Le Pen : vent en poupe mais… tigre de papier ?
05.
Si la France vit un moment révolutionnaire (et voilà pourquoi c’en est bien un), quelle stratégie politique pour éviter le chaos et en sortir par le haut ?
06.
Oui, il y a “des gens en situation de pauvreté qui déconnent”. Mais voilà pourquoi la question et la solution sont largement ailleurs
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
ajm
- 18/07/2018 - 23:36
Non sujet absolu
Réforme ridicule et sans intérêt qui n'intéresse même pas le microcosme politique Français . Il n'y a qu'en France qu'une crétinerie aussi grotesque puisse être insérée dans une réforme de la Constitution. Tout le monde se fiche de la possibilité ou pas que le président de la république puisse faire un discours au parlement. C'est un non sujet absolu et totalement décalé par rapport aux préoccupations des Français.
lasenorita
- 18/07/2018 - 15:46
Et la ''sécurité'' des Français?
Les Français vivent, actuellement, dans une insécurité permanente! ..mais Macron se moque pas mal de notre sécurité,...comme il se moque des sans-dents de notre pays...lui qui n'a jamais connu la pauvreté et qui est né avec une cuillère en or dans sa bouche!
vangog
- 18/07/2018 - 13:27
@Anouman assez d’accord avec votre proposition de zero-President
Et d’accord avec une proportionnelle partielle...si Macrouille ne sait pas faire, qu’il demande aux allemands qui en ont une longue experience, eux!