En direct
Best of
Best of du 5 au 11 janvier
En direct
© JOEL SAGET / AFP
Utile ?
Les états généraux de l'alimentation ont-ils été organisés juste pour gagner du temps ?
Publié le 15 juillet 2018
Le dernier épisode sur l'absence d'accord sur la loi issue des états généraux de l'alimentation renvoie à la question de l'utilité de ceux-ci : et s'ils avaient été organisés pour temporiser la contestation du monde agricole (face à des situations de crise à répétition) davantage que pour lui venir en aide ?
Antoine Jeandey est rédacteur en chef de WikiAgri.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
WikiAgri est un pôle multimédia agricole composé d’un magazine trimestriel et d’un site internet avec sa newsletter d’information. Il a pour philosophie de partager, avec les agriculteurs, les informations et les réflexions sur l’agriculture. Les...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Antoine Jeandey
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Antoine Jeandey est rédacteur en chef de WikiAgri.
Voir la bio
WikiAgri
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
WikiAgri est un pôle multimédia agricole composé d’un magazine trimestriel et d’un site internet avec sa newsletter d’information. Il a pour philosophie de partager, avec les agriculteurs, les informations et les réflexions sur l’agriculture. Les...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le dernier épisode sur l'absence d'accord sur la loi issue des états généraux de l'alimentation renvoie à la question de l'utilité de ceux-ci : et s'ils avaient été organisés pour temporiser la contestation du monde agricole (face à des situations de crise à répétition) davantage que pour lui venir en aide ?

Mon propos va bien sûr paraitre iconoclaste, et me vaudra quelques commentaires outrés. Mais tout de même... S'il y avait eu la volonté de contenir les mouvements contestataires nés des situations bancales dans l'agriculture, aurait-on pu obtenir un meilleur résultat qu'avec les états généraux de l'alimentation ? Depuis l'arrivée du gouvernement actuel, il n'y a (presque) pas eu de manifestations agricoles, on ne parle plus du partage de la valeur ajoutée que sous la forme de solutions en train d'être trouvées...

Et pendant ce temps, la France soutient les accords de libre-échange que pourrait signer Bruxelles avec le Mercosur (pays de l'Amérique latine) ou l'Australie, elle n'informe pas la Commission européenne de difficultés rencontrées sur la carte des zones défavorisées car elle les ignore avec les multiples visites sur le terrain reportées par Stéphane Travert, elle fait fi du pastoralisme avec ses décisions sur les prédateurs, elle ne respecte pas ses engagements de rattraper le retard dans le versement des aides européennes, et nous pourrions multiplier ici les exemples de prises de position qui vont à l'encontre d'un développement tant humain qu'économique de l'agriculture française. Et tout cela, sans contestation, en tout cas, pas d'envergure nationale. Uniquement parce qu'il existe cette (toute) petite lumière d'espoir d'un meilleur partage de la valeur ajoutée à travers la loi issue des états généraux...

Nous sommes en juillet 2018. En 14 mois depuis l'arrivée du gouvernement actuel, quel résultat concret pour l'agriculture française ? Ah si, on a failli l'avoir ! Un accord en commission mixte paritaire entre le Sénat et l'Assemblée nationale aurait (enfin) validé la loi issue des états généraux de l'alimentation, et donc entre autres une disposition présentant un nouveau mode de calcul des prix pour l'agriculteur, en principe plus favorable pour lui. Seulement cet accord n'est pas intervenu... en raison d'une intervention gouvernementale, gouvernement qui n'a pas accepté que des parlementaires osent faire leur boulot en apportant quelques amendements à son texte d'origine. De fait, ce « non accord » renvoie de plusieurs mois la décision finale sur la loi en question... Comme s'il s'agissait, encore et toujours, de gagner du temps ! Et de rien d'autre. La période actuelle, pré-électorale pour les chambres d'agriculture (élections en janvier) est particulièrement crainte par l'exécutif, car chaque syndicat agricole a intérêt à mobiliser ses troupes, et donc à manifester dès que quelque chose ne va pas. Aujourd'hui, l'impression donnée est qu'il existe bien plus de sujets où ça ne va pas que l'inverse, et pourtant les manifestations restent localisées, parfaitement contrôlables...

Focus sur le renvoi de la décision sur la loi issue des états généraux de l'alimentation

Techniquement, la loi agriculture et alimentation est passée devant l'Assemblée nationale, où elle a connu les amendements des députés, puis devant le Sénat avec ceux des sénateurs. La commission mixte paritaire (c'est-à-dire composée de députés et de sénateurs) réunie mardi dernier avait pour vocation de trouver les compromis entre le texte issu de l'Assemblée et celui après le passage des sénateurs. Dans notre démocratie, cela se passe de cette manière. Or, le souci est expliqué par le sénateur Daniel Gremillet (sénateur LR siégeant à la commission mixte paritaire, et surtout agriculteur et ancien président de la chambre d'agriculture des Vosges et vice-président de l'APCA, preuve de son engagement pour la profession agricole) : « Dès le départ, on a senti qu’il n’y avait aucune volonté du côté des députés de la majorité présidentielle pour parvenir à un accord. Et j’en veux pour preuve : le Sénat n’avait même pas encore achevé l’examen du texte, que le rapporteur de l’Assemblée nationale, déclarait dans la presse, qu’il serait très difficile de trouver un accord … et pourtant, en ce qui concerne le titre I, en comparant mot à mot, plus de 70 % de l’ensemble est conforme ou quasi-conforme au texte adopté par les députés, ce qui atteste d’une grande convergence de vues entre nous. »

En d'autres termes, l'art du compromis n'était pas de mise ! Le titre I en question, c'est celui qui concerne justement les relations commerciales. L'Assemblée avait décidé que les prix devaient être déterminés par les interprofessions, le Sénat est intervenu en estimant que pour certaines filières, d'autres décideurs pouvaient intervenir, tels l'observatoire des prix et des marges ou encore France Agrimer. Un article des Echos mentionne ainsi la filière viande où Bigard est impliqué, avec donc un meilleur choix, selon les sénateurs de donner l'établissement des prix à une autre entité qu'à cette filière, sous influence du payeur. Cet amendement du Sénat a donc été refusé par les députés LREM. Et la commission paritaire mixte a échoué.

Pour autant, l'amendement en question était-il contraire à "l'esprit" des états généraux tel qu'il avait été défini au départ par Emmanuel Macron lui-même ? C'est toute la question qui a fait polémique cette semaine. Au-delà (mais ce n'est pas anodin tout de même), un gouvernement qui refuse tout amendement parlementaire reste-t-il crédible dans son respect de la démocratie ?

Daniel Gremillet précise encore : « La discussion a tourné court et aucune de ces propositions (Ndlr : il cite aussi d'autres propositions sénatoriales exprimées sur le titre II de la loi, sur les contraintes environnementales, pour les assouplir) n’a pu être examinée. Dans l’esprit de la majorité LREM, c’était un retour au texte du gouvernement ou rien. Contre tous les usages, le rapporteur de l’Assemblée nationale, sous la conduite du président de la commission des affaires économiques de l’Assemblée et sous l’injonction de l’Elysée, a décidé de revenir sur des rédactions votées dans les mêmes termes par les deux assemblées. Il a ainsi trahi le vote de sa propre assemblée alors que l’esprit d’une commission mixte paritaire est de chercher à régler des points de désaccord, non d’en ajouter de nouveaux. »

Les syndicats (Fnsea, Coordination rurale notamment) ont aussi réagi dans des communiqués pour déplorer l'absence de volonté d'accord dans cette commission mixte paritaire... Mais pour l'instant, aucun mot d'ordre d'action en lien avec cet espoir insatisfait sur l'établissement des prix.

Les crises, hélas diverses et variées et surtout durables, que traverse l'agriculture française ont-elles si peu d'urgence que l'on puisse se permettre ainsi d'accepter une telle perte de temps dans les prises de décisions ? J'ai déjà exprimé, lors d'articles précédents, mon scepticisme par rapport aux solutions proposées, j'ai du mal à imaginer la définition d'un prix par rapport au coût de revient quand celui-ci est différent d'une ferme à l'autre. Mais au moins ces solutions avaient-elles été imaginées et pas encore tentées. On devrait donc les tester... Mais plus tard. Après les élections aux chambres d'agriculture, par exemple...

Cet article est également paru sur WikiAgri

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Wauquiez pousse une colère contre la direction de LR, et Thierry Mariani contre Wauquiez ; L'Obs s'inquiète de la crise financière qui vient ; François-Xavier Bellamy en guerre contre le progressisme ; Ces députés LREM attaqués
02.
Gilets jaunes : un syndicat policier s’émeut des ordres de répression et du comptage des manifestants
03.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
04.
Sévère répression des gilets jaunes : la justice française est-elle en train de préfèrer l’ordre à la justice ?
05.
Elections européennes : La République en Marche détrône le Rassemblement national selon un nouveau sondage
06.
Oui, il y a “des gens en situation de pauvreté qui déconnent”. Mais voilà pourquoi la question et la solution sont largement ailleurs
07.
Attentat de Strasbourg : la vérité émerge sur la cas de Mehdi Chekatt
01.
Patrick Bruel aime une nouvelle femme de (bien) moins de 50 ans; Vincent Cassel : entre sa (très) jeune épouse & sa fille aînée, c’est tendu; Sophie Marceau s’occupe de son fils, René-Charles Angélil-Dion de ses frères, Anouchka Delon de toute la famille
02.
Ce sondage dévastateur qui fait le procès de Macron le condamne sans appel
03.
Le Royaume-Uni se prépare à un Brexit sans accord et ne voit plus comment arrêter cette chronique d’un chaos annoncé
04.
Alerte Rouge : après la Chine, Donald Trump entend s’attaquer à l’Europe et voilà pourquoi la France serait bien inspirée de réagir au plus vite
05.
Littéralement explosif : le sondage exclusif qui montre que la condamnation de la violence par les Français... baisse (et que le nombre de ceux qui disent la comprendre augmente)
06.
Inégalités : la France est allée au maximum de ce que la redistribution fiscale permettait. Voilà ce qui pourrait être fait désormais
07.
Robots payeurs : mais que s’est-il vraiment passé sur la cagnotte de soutien aux policiers ?
01.
Ce sondage dévastateur qui fait le procès de Macron le condamne sans appel
02.
Gilets jaunes : un syndicat policier s’émeut des ordres de répression et du comptage des manifestants
03.
Patrick Bruel aime une nouvelle femme de (bien) moins de 50 ans; Vincent Cassel : entre sa (très) jeune épouse & sa fille aînée, c’est tendu; Sophie Marceau s’occupe de son fils, René-Charles Angélil-Dion de ses frères, Anouchka Delon de toute la famille
04.
Alerte Rouge : après la Chine, Donald Trump entend s’attaquer à l’Europe et voilà pourquoi la France serait bien inspirée de réagir au plus vite
05.
Ce à quoi se condamnent lentement mais sûrement les Gilets jaunes
06.
Inégalités : la France est allée au maximum de ce que la redistribution fiscale permettait. Voilà ce qui pourrait être fait désormais
01.
Grand débat national : l’équation impossible d’Emmanuel Macron
02.
Pourquoi Macron, les populistes et les gilets jaunes sont tous le produit de la même vague (et pourquoi ils seraient bien inspirés de le comprendre réciproquement)
03.
Ce sondage dévastateur qui fait le procès de Macron le condamne sans appel
04.
Marine Le Pen : vent en poupe mais… tigre de papier ?
05.
Si la France vit un moment révolutionnaire (et voilà pourquoi c’en est bien un), quelle stratégie politique pour éviter le chaos et en sortir par le haut ?
06.
Oui, il y a “des gens en situation de pauvreté qui déconnent”. Mais voilà pourquoi la question et la solution sont largement ailleurs
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
J'accuse
- 15/07/2018 - 11:52
L'agriculture n'est pas une exception
La logique de l’Élysée, et donc celle du gouvernement, et donc celle de la majorité, est pour l'agriculture comme pour tout le reste: faire croire que des problèmes sont résolus ou en passe de l'être, alors que tout est renvoyé à plus tard. Sine die en fait. Des réformes et des décisions qui ne changent rien, d'autres qui sont promises et soit n'arrivent jamais soit ressemblent aux précédentes, d'autres enfin qui aggravent les problèmes: voilà notre "démocratie" en action.
morsang
- 15/07/2018 - 09:44
mission impossible
n'est-il pas difficile de décréter que les prix seront fixés par les producteurs en fonction de leurs coûts?comme pour le prix du livre.(Personne ne lit mais tout le monde mange)Compte tenu du niveau des salaires les gouvernements peuvent-ils se passer d'une préssion sur les prix (toutes les révolutions ont commencé par l'augmentation du prix du pain)le choix du syndicalisme agricole de privilégier exclusivement la petite exploitation familiale a-t-il permis à ce secteur d'activité de résister aux acteurs en aval devenus entre temps des mutinationales? .Mettre en tas pour négocier d'une part les petits exploitants d'autre part des multinationales comme Danone,Nestlé ou carrefour a-t-il un sens?Le gouvernement peut jouer les "monsieur Loyal" les éléphants n' auront-ils pas toujours raison.Mendras dans son livre "la fin des paysans" prévoyait l'avènement d'une agriculture industrielle;il avait tort dans ses prévisions avait-il tort dans sa démarche?L'agriculture espagnole produit aujourd'hui deux fois plus de porcs que la France et exporte dans le monde entier.Faut-il faire comme si ce modèle n'existait pas?