En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

03.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

04.

Alerte aux finances : le RN, un parti à la dérive

05.

Et non Monsieur Macron: le secret des Amishs pour rester en forme en vieillissant... n'a pas tout à voir avec leur refus de la modernité technologique

06.

Mais quelle température faisait-il vraiment pendant le dernier âge glaciaire ? Nous connaissons désormais la réponse

07.

Capitalisme de connivence : d’Edouard Philippe à Jean-Marie Le Guen, tous administrateurs

01.

L’inquiétant système chinois de notation sociale qui menace le monde

02.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

03.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

04.

Droit des arbres : ce danger insidieux qui nous guette quand l'humain n'est plus qu'un vivant parmi d'autres

05.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

06.

L’intelligence artificielle avait abîmé la beauté des échecs, voilà comment elle pourrait la renouveler

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

L’étude qui montre que la plus grande peur agitée pour 2022 n’est pas celle de l’insécurité

03.

Mort d'un cousin d'Adama Traoré : la famille envisage de porter plainte

04.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

05.

L'Europe gruyère d'Ursula von der Leyen

06.

55% des Français favorables au rétablissement de la peine de mort : il est terrible ce sondage mais à qui la faute ?

ça vient d'être publié
décryptage > Politique
Politisation de la justice

Enquête administrative sur le PNF : utile ruée dans les brancards d’Éric Dupont Moretti ou taureau dans un magasin de porcelaine ?

il y a 9 min 31 sec
décryptage > France
Gouverner, c'est prévoir

Les leçons de notre impréparation face au Covid ont-elles été tirées face aux autres risques majeurs identifiés par les livres blancs ?

il y a 1 heure 32 min
décryptage > International
Rival systémique

Marxiste dedans, ultralibérale dehors, la Chine fait perdre ses moyens à l'Europe

il y a 2 heures 10 min
décryptage > Politique
Le pelé, le galeux c’est lui

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

il y a 2 heures 28 min
décryptage > Défense
Bonnes feuilles

Les 100 mots de la guerre : de la guerre nucléaire à la paix en passant par la peur

il y a 2 heures 33 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

L’ère des victimes : le règne de la tyrannie des minorités et de la privatisation de la censure

il y a 2 heures 33 min
décryptage > Culture
Iegor Gran

"Les services compétents" de Iegor Gran : Tartuffe au pays des Soviets, une histoire vraie et un excellent récit romanesque

il y a 11 heures 14 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La légende de Bruno et Adèle" de Amir Gutfreund : un auteur de choix pour s'initier à la littérature israélienne contemporaine

il y a 11 heures 42 min
pépites > Justice
Affaire des "écoutes"
Parquet national financier : Eric Dupond-Moretti cible trois magistrats et demande une enquête administrative
il y a 19 heures 16 min
décryptage > Politique
Nominations

Capitalisme de connivence : d’Edouard Philippe à Jean-Marie Le Guen, tous administrateurs

il y a 23 heures 40 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Sophie Davant joliment au top (mais plus topless), Cyril Hanouna méchamment tapé (par la concurrence); Mylène Farmer achète plus grand, Laeticia Hallyday vend pour payer ses dettes; Lio a renoncé au sexe, Johnny Depp y reprend goût avec une jeunette
il y a 1 heure 13 min
décryptage > Société
La vérité est ailleurs

Et non Monsieur Macron: le secret des Amishs pour rester en forme en vieillissant... n'a pas tout à voir avec leur refus de la modernité technologique

il y a 1 heure 54 min
décryptage > Economie
Dépenses à crédit

Jusqu’à quand pourrons-nous financer nos dépenses de santé par la dette ?

il y a 2 heures 20 min
décryptage > Science
Bonnes feuilles

Comment les chiffres transforment les algorithmes en véritables menaces

il y a 2 heures 32 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

L’islamisme, cette lèpre qu'Emmanuel Macron ignore

il y a 2 heures 33 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Turner – Peintures et Aquarelles- Collection de la Tate : la fascinante exposition d’un “Voyageur de Lumière”

il y a 11 heures 2 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Où vont les vents sauvages ?" de Nick Hunt : un voyage qui marie intelligemment nature et culture… belle approche des lieux mais médiocre jugement sur les habitants

il y a 11 heures 22 min
light > Culture
Star du doublage et comédien inoubliable
L'acteur Roger Carel est mort à l'âge de 93 ans
il y a 18 heures 49 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand le cocorico trahit le coq gaulois et quand le pilote démêle ses fuseaux : c’est l’actualité des montres
il y a 21 heures 30 min
light > Science
Moby Dick
Protéger les baleines d'un risque de collision en écoutant leurs chants
il y a 23 heures 52 min
© RAIGO PAJULA / AFP
© RAIGO PAJULA / AFP
E-stonie

Ce que la France aurait à gagner à observer le modèle estonien de l’Etat tout numérique

Publié le 15 juillet 2018
Depuis la chute de l'URSS, l'Estonie a parié sur le numérique. La dématèrialisaiton des services publics lui a permis entre autre de gagner en efficacité et relancer son économie. Pour plusieurs raisons, la France gagnerait beaucoup à s'inspirer de ce modèle.
Antoine Picron
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Antoine Picron est analyste en politiques publiques et chercheur à l'Institut Sapiens. Né en 1994, diplômé en droit de l’Université Toulouse 1 Capitole et de l’École d’Affaires publiques de l’Institut d’Études Politiques de Paris, il est passé par...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Depuis la chute de l'URSS, l'Estonie a parié sur le numérique. La dématèrialisaiton des services publics lui a permis entre autre de gagner en efficacité et relancer son économie. Pour plusieurs raisons, la France gagnerait beaucoup à s'inspirer de ce modèle.

Atlantico : Dans une note publiée par l'institut Sapiens ce 11 juillet "L’E-stonie : modèle d’un état plateforme e-gouverné ", vous décrivez la situation d'un état qui est parvenu à se reconstruire sur une base numérique. Comment ce processus s'est-il mis en place en Estonie ? Quels ont été les moteurs de ce choix ? 

Antoine Picron : Comme les autres pays baltes, l’Estonie recouvre son indépendance en 1991. Les TIC ont rapidement été perçues par les pouvoirs publics comme le moyen d’acquérir non seulement un avantage compétitif vis-à-vis de pays face auxquels l’Estonie ne pouvait rivaliser au sortir de son indépendance mais aussi comme un moyen efficient pour fournir des services publics à l’ensemble de sa population. La transition démocratique et économique estonienne s’est dès lors accompagnée d’une transition numérique réalisée par le moyen de politiques volontaristes et partenariales avec la société civile.

Ce consensus autour des bienfaits du numérique a permis l’émergence d’un « Etat plateforme » fondé sur trois piliers. D’abord, la réduction de la fracture numérique tant dans son acceptation territoriale que générationnelle et sociale. Ensuite, la mise en place d’une identité numérique qui combine carte d’identité électronique et numéro d’identification numérique permettant d’accéder à l’ensemble des e-services publics comme privés. Enfin, le développement du X-Road, un système standardisé d’échange de données, décentralisé, qui permet une interopérabilité sécurisée d’une multitude de systèmes d’information publics et privés (925 institutions et entreprises publiques et privées pour 1190 e-services) et qui place au centre du e-gouvernement estonien le consentement de l’usager.

Comment évaluer les avantages, et les éventuels inconvénients de cette approche pour l'Estonie ? Le recul est-il suffisant pour en mesure la portée ?

Les avantages d’un tel modèle sont patents, pour le citoyen et pour l’administration.

Au-delà d’une approche coût - la dématérialisation de 99% des services publics permet des économies de l’ordre de 2 points de PIB - l’Etat plateforme estonien est fondé sur un objectif d’amélioration de l’action publique au profit de l’usager. Ainsi, à partir de leur identité numérique estonienne comme résidents peuvent enregistrer leur société en 18 minutes, accéder à leurs prescriptions médicales, utiliser la signature électronique, ou encore voter en ligne.

Par ailleurs, les pouvoirs publics estoniens capitalisent sur les outils numériques pour faire émerger un « Etat stratège 2.0 » répondant aux enjeux auxquels fait face l’Estonie. Dans une logique d’attractivité, l’Estonie a lancé en 2014, le programme « e-résident » qui confère l’accès à de nombreux e-services depuis l’étranger. Plus récemment, c’est par ses ambitions en matière de crypto-actifs envisagés comme source de financement public que l’Estonie s’est affichée.

L’Estonie se distingue aussi par la mise en place de régulations qui visent à catalyser les opportunités inhérentes à la révolution digitale sur son territoire.

Dans le secteur de l’économie collaborative par exemple, elle n’a pas cherché à réglementer l’accès des particuliers aux plateformes mais a préféré conclure avec celles-ci des accords ayant pour objet la transmission des données relatives aux revenus des particuliers. Autre exemple, dans le domaine de l’intelligence artificielle où une réflexion est actuellement en cours quant à l’opportunité d’octroyer la personnalité juridique à certains algorithmes.

In fine, accompagnée d’un environnement fiscal et réglementaire attractif, ces régulations ont favorisé l’émergence d’un écosystème de startups avancé avec des entreprises tels que « Skype », « Txfy » ou encore « Transferwise ».

Enfin, l’avantage comparatif estonien dans le domaine du numérique fait l’objet d’un véritable « nation-branding ». L’Estonie se positionne sur les scènes internationale et européenne comme Etat expert, initiateur de normes dans le domaine des TIC comme l’ont démontré la présidence estonienne du Conseil de l’Union européenne ou encore l’élaboration du manuel de Tallinn qui propose une application du droit international aux cyber-conflits. Ce nation-branding permet aussi aux acteurs estoniens de diffuser leur savoir-faire. Un accord de coopération entre la France et l’Estonie portant sur la gouvernance numérique, la lutte contre les cyberattaques et le développement de l’économie numérique a d’ailleurs été signé le 19 mars 2018.

Les inconvénients d’un tel modèle sont inhérents à ceux rencontrés par toutes les organisations face à leur transition numérique et sont principalement de deux ordres : sécuritaire et sociale.  

Sur le plan social, l’Estonie met en place des politiques de formation permettant la réduction de la fracture numérique en amont. La question des nouvelles solidarités en aval est en revanche peut abordée.

Concernant la sécurité, l’administration incorpore progressivement la blockchain dans ses registres et instaure des ambassades de données qui visent à assurer la souveraineté et la continuité de l’Etat plateforme estonien. Cependant en aucun cas ces programmes ne sauraient se substituer à la nécessité d’une vigilance accrue des pouvoirs publics face à la montée des cyber-menaces.

Dans quelle mesure une telle approche pourrait-elle être menée par un pays de la taille de la France ? Les enjeux d'échelle invalident-ils une telle possibilité ? Qu'est-ce que la France pourrait y gagner ? 

Le modèle de e-gouvernement estonien étant adapté à un pays présentant les caractéristiques d’une petite économie ouverte, sa reproduction stricto sensu fait effectivement face à certaines limites notamment démographiques (l’Estonie est un Etat d’1,3 million d’habitants soit l’équivalent de la métropole de Lyon) et tenant pour une large part à l’importance du rôle structurant de l’État dans la société française. Néanmoins, cette impossibilité peut être réitérée pour les modèles de e-gouvernement scandinaves, singapourien ou même anglais pour des raisons sensiblement similaires.

Si la France doit penser un modèle de e-gouvernement qui lui est propre, l’Etat comme la société civile ont tout à gagner à s’inspirer de l’approche estonienne pour au moins quatre raisons :

  • D’abord, le modèle de e-gouvernement estonien favorise une amélioration de l’action et du service publics sur l’ensemble du territoire, dans les zones urbaines comme rurales, et ce avant tout au bénéfice des citoyens.
  • Ensuite, le modèle de e-gouvernement est une source d’économie non-négligeables en termes de dépenses publiques et à périmètre d’action constant.
  • Il illustre les nouveaux enjeux auxquels doivent faire face les pouvoirs publics, notamment ceux de la souveraineté et de la continuité numériques.
  • Il constitue enfin un exemple d’utilisation des outils numériques par l’Etat conciliant protection des libertés individuelles et efficacité de l’administration.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
zelectron
- 16/07/2018 - 19:11
AVANTAGES
j'ajoute :
- l'aspect élections n'est pas abordé, ni le contrôle 24/24 strict des élus (récompenses/sanctions)
- économie majeure des flux financiers

les inconvénients: éliminés au fur et à mesure pour ce qui reste ...
francoise34
- 15/07/2018 - 23:51
Et les connexions ?.....
Tout numerique sans internet
Sans réseau portable
À la merci des orages, des coupures de courant même sans cause météo
On peut rêver du troisième millénaire
Anguerrand
- 15/07/2018 - 15:40
Les fonctionnaires veulent défendre leurs place et avantages
En passant au tout numérique on s’apercevra que nous avons au moins un million et demi de fonctionnaires en trop. En voilà de vraies économies et le tout sans grèves ou absences