En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

02.

Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"

03.

Alors qu'Emmanuel Macron va s'exprimer ce soir, Jean Castex prévoit "un léger assouplissement au confinement"

04.

Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement

05.

Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"

06.

Macron parle demain soir : pas de déconfinement, mais "un allègement progressif des contraintes"

07.

Russie-Turquie-Iran : la triplette géopolitique qui a réussi à profondément changer notre monde sans que nous réagissions

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

04.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

05.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

06.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

06.

Projet de loi séparatisme : un arsenal qui alterne entre le trop et le trop peu

ça vient d'être publié
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

La Chine s'est éveillée, le monde peut trembler

il y a 23 min 55 sec
décryptage > Culture
Repenser nos modèles

L’expérience immersive : pour sauver la culture et le savoir

il y a 1 heure 40 min
décryptage > Santé
Lieux de contaminations ?

Réouverture des petits commerces, restaurants, lieux de cultes et culturels… : voilà pourquoi (et comment ) le risque sanitaire peut être maîtrisé

il y a 2 heures 20 min
pépite vidéo > Politique
"La France se disloque"
Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"
il y a 2 heures 51 min
light > High-tech
Bug
Des clients britanniques d'Amazon acheteurs de la nouvelle PlayStation 5 se sont vus livrer à la place des objets qui n'ont aucun rapport avec elle
il y a 3 heures 24 min
pépites > Santé
Coronavirus
Alors qu'Emmanuel Macron va s'exprimer ce soir, Jean Castex prévoit "un léger assouplissement au confinement"
il y a 4 heures 6 min
décryptage > International
Prévisions

Doubler le PIB chinois d’ici 2035 ? Voilà pourquoi l’objectif de Xi Jinping est un pur fantasme

il y a 4 heures 56 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Bercy force les assureurs à couvrir les risques de pandémie mais pas ceux du Covid. Ce n’est pas gagné

il y a 5 heures 24 min
décryptage > Santé
Tester, tracer, isoler

Covid-19 : mais pourquoi l’isolement des cas positifs est-il si difficile en France ?

il y a 5 heures 32 min
pépites > International
Avenir des Etats-Unis
Joe Biden a dévoilé les noms des premiers membres de son gouvernement
il y a 18 heures 54 min
décryptage > Politique
Mesures gouvernementales

Un jeune, une solution : un ministère (du travail), mille problèmes…

il y a 1 heure 14 min
pépites > Justice
Police
L'IGPN saisie après l'action de la police pour enlever les tentes installées par des associations et des militants place de la République hier soir
il y a 1 heure 50 min
pépites > Politique
Justice
Alain Griset, ministre des PME, mis en cause par la Haute Autorité pour la Transparence de la Vie Publique pour non déclaration de participations financières
il y a 2 heures 47 min
décryptage > International
Diplomatie

La nouvelle alliance entre Israël et les pays sunnites du Golfe est-elle de taille à résister à l’Iran ?

il y a 3 heures 20 min
décryptage > Europe
L’union fait l’insouciance

L’Europe, puissance naïve dans un monde de brutes ?

il y a 3 heures 43 min
décryptage > Environnement
Anticipation

Vers des coupures d’électricité cet hiver ? Ces avertissements que le gouvernement s’est ingénié à ne pas comprendre

il y a 4 heures 18 min
pépites > Politique
Etats-Unis
Donald Trump finit par débloquer le processus de transmission du pouvoir à Joe Biden
il y a 5 heures 3 min
décryptage > Europe
Capital politique en jachère

2020, l'année où l'Union européenne conserva l'approbation d'une majorité d'Européens contre vents et marées... sans rien savoir en faire

il y a 5 heures 29 min
Dépenses et coups de coeur
Black Friday : les Français sont prêts à dépenser plus que l’an dernier
il y a 18 heures 23 min
pépites > Europe
Lutte contre la pandémie
Covid-19 : "L'issue est en vue", selon Boris Johnson
il y a 20 heures 1 min
© LUDOVIC MARIN / AFP
© LUDOVIC MARIN / AFP
Dérapage

Détenu frappé par un policier au Palais de justice de Paris : ces raisons pour lesquelles la police ne mérite pas la tempête de reproches qui s’est abattue sur elle

Publié le 14 juillet 2018
Une semaine après les émeutes de Nantes, une scène filmée par les caméras de surveillance du nouveau tribunal de Paris, montrant un policier frapper un détenu qui refusait de regagner sa cellule, a suscité l'indignation.
Guillaume Jeanson
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Maître Guillaume Jeanson est avocat au Barreau de Paris. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Une semaine après les émeutes de Nantes, une scène filmée par les caméras de surveillance du nouveau tribunal de Paris, montrant un policier frapper un détenu qui refusait de regagner sa cellule, a suscité l'indignation.

Atlantico : Une scène filmée par les caméras de surveillance du nouveau tribunal de Paris, montrant un policier frapper un détenu qui refusait de regagner sa cellule, a suscité l'indignation et la condamnation du ministre de l'intérieur Gérard Collomb qui a déclaré à ce sujet : "je condamne avec la plus grande fermeté ce comportement inadmissible qui vient nuire à l’image de l’ensemble des forces de sécurité. Le fonctionnaire a été suspendu immédiatement. Une enquête est en cours". Si cet acte est inacceptable, en quoi la réaction anti-policière est-elle en soi injustifiée ? De la résistance du détenu à l'intervention des collègues pour s'interposer, pourquoi cette accusation générale ne peut être justifiée ? 

Guillaume Jeanson : Oui ce comportement est inadmissible et il est bien normal qu’une enquête de l’IGPN soit ouverte. Ce type de comportement ne cause pas seulement un préjudice à la personne détenue. Il jette également le discrédit sur l’ensemble de la police qui, une semaine après les émeutes de Nantes, n’en avait pas besoin. Ceux dédiés à l’organisation du nouveau tribunal de Paris non plus d’ailleurs n’en avaient pas besoin.

Car l’ouverture de ce nouveau tribunal est allée de pair, rappelons-le, avec un transfert d’affectation des missions de la gendarmerie à la police. L’architecture du nouveau service policier chargé des missions de ce tribunal avait terminé d’être élaboré le 7 novembre dernier. Il avait pris pour nom la nouvelle compagnie de la garde du tribunal de grande instance de Paris (CGTGI). Une compagnie divisée en trois sections, escortes, police des audiences et sûreté qui est rattachée à la sous-direction de la protection des institutions, et donc à la direction de l’ordre public et de la circulation. Alors que jusqu’ici, trois escadrons de gendarmerie mobile étaient affectés à la sécurité du palais de justice, soit environ 240 militaires, la Préfecture de police avait donc décidé d’affecter à cette nouvelle compagnie près de 385 policiers, qui devaient ainsi s’ajouter aux effectifs de la compagnie de garde du dépôt, estimée à environ 200 personnels. Pour le filtrage des entrées, précisons que ces gardiens de la paix sont secondés par des agents de sécurité privée chargés de la fouille des sacs et du contrôle d’accès. Ce transfert ne s’était pas effectué sans grincements de dents. Vécu comme un soulagement du côté de la gendarmerie contente de récupérer l’usage de gendarmes supplémentaires pour du maintien de l’ordre (environ un escadron, les deux autres restant mobilisés pour la sécurité de la cour d’appel et de la Cour de cassation), il avait été décrié par les syndicats de policiers qui voulaient voir la pénitentiaire hériter de ces tâches pour lesquelles personne ne se bouscule sur le terrain. Cette affaire peu reluisante est donc un double coup dur pour la police car elle intervient dans ce contexte bien particulier.

Ce type d’affaire nourrit évidemment de fortes réactions anti-policières. Elles peuvent aisément surfer sur l’image écornée que ne manque pas de véhiculer certaines entreprises de communication sur le thème de la « transparence », à l’instar de rapports tels que celui de l’IGPN recensant, ces dernières semaines, 14 personnes tuées et une centaine d’autres blessées depuis juillet 2017 lors d’interventions policières. Même si la chef de la police des polices avait prudemment tenue, sur ce cas précis, à préciser que « ce recensement n’est pas le recensement des bavures policières », un certain public ne s’est évidemment pas gêné pour y voir la confirmation de leur thèses anti-policières. C’est pourtant oublier d’autres chiffres évoqués plus rarement. Il y a un an et demie, dans un article du Figaro, Christophe Cornevin, s’appuyant sur un bilan de la direction générale de la police nationale indiquaient que plus de 500 policiers sont blessés en chaque mois dans le simple exercice de leur travail. C’est aussi oublier ceux qui sont spécialement ciblés, en dehors de leur travail, pour leur faire payer d’être de la police. Tout le monde se souvient de Magnanville et plus récemment d’Othis. En réalité, tout l’équilibre subtil de la question du regard porté sur l’action de la police tient au caractère légitime ou non de l’usage de la force.

Dans cette affaire du tribunal de Paris, le simple visionnage des images révèle évidemment le caractère inacceptable et illégitime de l’usage de la force par le policier. Cette évidence ne doit pas non plus rendre naïf. Le son coupé ne permet ni d’entendre ni de mesurer la teneur -qui peut être souvent fleurie – des échanges entre la personne détenue et le policier. De même, la présentation faite par le montage de la personne détenue comme « migrant », là où d’autres n’y ont vu qu’un simple voleur, délinquant d’habitude, témoigne d’une volonté d’instrumentalisation toute aussi évidente de ces images. Migrant ou pas, insultes proférées ou pas, cette faute du policier est bien sûr inadmissible et doit être sanctionnée. Mais attention tout de même aux récupérations à l’honnêteté douteuses.

Quels sont les risques de voir au travers de ce types de réactions une déresponsabilisation de plus en plus importantes de ceux que l'on considère comme victimes  ? 

Lorsque l’action du policier est entachée d’une disproportion fautive, le réflexe premier est malheureusement d’oublier souvent qu’à l’origine de cette action, il y avait fréquemment un acte posé qui était déjà en lui-même contraire à la loi et attentatoire à l’ordre public. Cette circonstance ne doit certes pas effacer la faute du policier mais elle doit faire partie de l’appréciation de ceux qui seront appelés à la sanctionner. La déresponsabilisation sera induite à chaque fois qu’on estimera que le délinquant qui n’obtempère pas aux ordres des policiers et qui subit par conséquent l’usage de leur force est, de manière inconditionnelle, une victime. On peut être certes victime d’un usage de la force illégitime de la part des policiers, mais cela ne doit en rien exonérer de l’acte infractionnel qui aura éventuellement été commis précédemment et qui aura pu entrainer cet usage illégitime de la force. Une trop grande confusion des genres entre ces victimes particulières et celles perçues plus généralement comme « pleinement innocentes » serait de nature à accroître la crise morale qui affecte la police dont parlait encore récemment certains criminologues et générer une inhibition plus grande des forces de l’ordre dans l’exercice de leurs missions. Ce qui, compris par les délinquants, pourrait se traduire par une hausse des activités délictueuses.

Le bilan annuel de l’Inspection générale de la police nationale présenté le 26 juin dernier a révélé que l’usage des armes par les policiers est en hausse. En 2017, les policiers ont en effet fait usage de leur arme de service à 394 reprises, un chiffre en hausse de 54 % par rapport à l’année précédente. Ils ont utilisé 2 495 fois le lanceur de balle de défense (qui remplace le tristement célèbre Flash-Ball), un chiffre en hausse de 46 %. Enfin, ils ont utilisé des pistolets à impulsion électrique (les non moins connus Taser) 1 403 fois, soit une augmentation de 20 %.Ces chiffres témoignent-ils d’un recul d’inhibition des policiers dans l’exercice de leurs missions ou bien plutôt d’une hausse importante d’une délinquance violente appelant, par elle-même mécaniquement, un usage accru des armes de service dans des situations périlleuses ?

A l'inverse, comment faire face à la perception d'un sentiment d'impunité ?

Ce sentiment d’impunité doit être combattu. Aussi bien le sentiment d’impunité qui pourrait exister chez certains policiers qui pourraient s’estimer en droit de faire un usage illégitime de la force, que celui existant chez certains délinquants qui s’estimeraient confortés et blanchis par l’aura accordée aux thèses anti-policières. Ce qu’il faut c’est donc, des deux côtés, être ferme et juste. Le rôle de la justice incarnée par l’institution judiciaire est, à cet égard, absolument essentiel. Si elle veut être le pilier et le garant de la paix civile, la justice doit impérativement jouer sa partition avec célérité, discernement et fermeté.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (12)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
CORINESBH
- 16/07/2018 - 17:48
Tout le monde réclame plus de
Tout le monde réclame plus de sécurité et on fait un mauvais procès a toutes les forces de l'ordre qui font leur boulot. Alors les médias arrétez un peu de victimiser tous ces délinquents !!!
vangog
- 16/07/2018 - 00:53
En même temps...
Pour une fois que c’est un délinquant, et pas un flic, qui a été tapé, on ne va pas bouder notre plaisir...
A M A
- 15/07/2018 - 20:12
Ah, ces journalistes… Entre
Ah, ces journalistes… Entre délinquants, on se soutient!!!