En direct
Best of
Best of du 4 au 10 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le graphique qui fait peur: de moins en moins de Français travaillent depuis 1975

02.

EPR / éoliennes : le match des dépenses incontrôlées entre la filière nucléaire et les énergies renouvelables

03.

Energie : l’Allemagne prend le risque mal maîtrisé de l’hydrogène

04.

Hydroxychloroquine et remdésivir : petits repères pour tenter d’y voir plus clair dans le "match" des traitements contre le coronavirus

05.

Catherine Deneuve achète tout en liquide, Laura Smet encaisse le cash de Laeticia, Patrick Bruel dépense le sien pour Clémence; Paris Hilton pour son chien; Jean-Michel Blanquer quitte sa (2ème) femme, Johnny Depp cassait les affaires de Vanessa Paradis

06.

Un commissariat au plan, c’est la cerise sur le gâteau... Pour les chefs d’entreprise, le comble du ridicule

07.

Quand la novlangue de la Mairie de Paris se traduit en réalité cauchemardesque

01.

Hydroxychloroquine et remdésivir : petits repères pour tenter d’y voir plus clair dans le "match" des traitements contre le coronavirus

02.

Souveraineté numérique : le choix inquiétant fait par la BPI pour l’hébergement des données sur les prêts des entreprises françaises affaiblies par le Covid-19

03.

EPR / éoliennes : le match des dépenses incontrôlées entre la filière nucléaire et les énergies renouvelables

04.

Après avoir massivement accepté le télétravail, les Français commencent à en ressentir les perversions...

05.

Le graphique qui fait peur: de moins en moins de Français travaillent depuis 1975

06.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

01.

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

02.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

03.

Le président algérien réclame (encore) des excuses à la France. Quand sera-t-il rassasié ?

04.

Et le ministre (Dupond-Moretti) brûla ce que l'avocat (Dupond-Moretti) avait adoré !

05.

Reformator ? Quitte à jouer à l’éléphant dans un magasin de porcelaine, que changer pour une justice plus efficace ET plus respectueuse des libertés ?

06.

Un nouveau Premier ministre pour rien ? Pourquoi la France a plus besoin d’une vision assumée que d’un En-Même-Temps au carré

ça vient d'être publié
pépites > Education
Génération Covid-19
Bac 2020 : 95,7 % de réussite après la première session de rattrapage
il y a 10 heures 56 min
pépite vidéo > France
Mort du conducteur agressé
Bayonne : Gérald Darmanin promet des mesures pour les chauffeurs de bus de toute la France
il y a 11 heures 47 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

L’instinct de survie : cet atout majeur de l’espèce humaine pour surmonter ses peurs, les obstacles et les accidents de la vie

il y a 18 heures 38 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

Retour de l’Etat de droit : la difficile et délicate mission de la lutte contre le narcobanditisme

il y a 19 heures 45 min
décryptage > Economie
Marché du travail

Le graphique qui fait peur: de moins en moins de Français travaillent depuis 1975

il y a 20 heures 32 min
décryptage > Santé
Lutte contre la Covid-19

Hydroxychloroquine et remdésivir : petits repères pour tenter d’y voir plus clair dans le "match" des traitements contre le coronavirus

il y a 21 heures 46 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Catherine Deneuve achète tout en liquide, Laura Smet encaisse le cash de Laeticia, Patrick Bruel dépense le sien pour Clémence; Paris Hilton pour son chien; Jean-Michel Blanquer quitte sa (2ème) femme, Johnny Depp cassait les affaires de Vanessa Paradis
il y a 22 heures 27 min
007
L'espion égyptien qui travaillait dans l'entourage d'Angela Merkel a été démasqué
il y a 1 jour 13 heures
light > Science
Une vie de chien
Non, l'âge humain de votre chien ne se multiplie pas par sept
il y a 1 jour 15 heures
pépites > Economie
L'euro fort
L'Irlandais Paschal Donohoe prend la tête de l'Eurogroupe
il y a 1 jour 17 heures
pépites > France
Viviane Lambert
L’émotion de la mère de Vincent Lambert, un an après la mort de son fils
il y a 11 heures 23 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Elections municipales 2020 : comment la candidature de Rachida Dati a assuré la survie de la droite à Paris

il y a 18 heures 8 min
décryptage > International
Bonnes feuilles

Comment le coronavirus a bouleversé et totalement relancé la course à la Maison Blanche entre Joe Biden et Donald Trump

il y a 19 heures 21 min
décryptage > Environnement
Stratégie gouvernementale

La récession économique n’empêchera pas le gouvernement de mettre en oeuvre son programme (de punition) écologique

il y a 20 heures 8 min
décryptage > Environnement
Carburant du futur ?

Energie : l’Allemagne prend le risque mal maîtrisé de l’hydrogène

il y a 21 heures 3 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Un commissariat au plan, c’est la cerise sur le gâteau... Pour les chefs d’entreprise, le comble du ridicule

il y a 22 heures 16 min
décryptage > Environnement
Gaspillages

EPR / éoliennes : le match des dépenses incontrôlées entre la filière nucléaire et les énergies renouvelables

il y a 22 heures 42 min
pépites > Justice
Le retour de la justice
Le parquet de Paris enquête sur les fraudes au "chômage partiel"
il y a 1 jour 15 heures
pépites > France
Rénovation vintage
C’est officiel : la flèche de Notre-Dame de Paris sera reconstruite à l’identique
il y a 1 jour 16 heures
pépites > France
Fin de partie
L'état d'urgence sanitaire prend fin aujourd'hui, qu'est ce que cela signifie ?
il y a 1 jour 17 heures
© DAMIEN MEYER / AFP
© DAMIEN MEYER / AFP
Football

Coupe du monde 2018 : a-t-on le droit de dire qu’on ne supporte pas les grandes émotions collectives ?

Publié le 13 juillet 2018
Une joie n'est-elle authentique et digne d'intérêt que si elle est partagée ? Les joies solitaires sont-elles étriquées et mesquines ?
Philippe Bilger
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe Bilger est président de l'Institut de la parole. Il a exercé pendant plus de vingt ans la fonction d'avocat général à la Cour d'assises de Paris, et est aujourd'hui magistrat honoraire. Il a été amené à requérir dans des grandes affaires qui...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Une joie n'est-elle authentique et digne d'intérêt que si elle est partagée ? Les joies solitaires sont-elles étriquées et mesquines ?

Dans les grands moments d'exaltation collective - et la Coupe du monde nous en a donné une illustration éclatante dans la soirée du 10 juillet -, je me sens déphasé, décalé, presque importun parce que non seulement j'ai du mal à me fondre dans une allégresse festive et enthousiaste mais que surtout mon bonheur serait d'autant plus intense que je pourrais le savourer égoïstement, dans un dialogue avec moi-même ou à la rigueur avec un autre accordé au même rythme et au même silence. J'aime énormément que rien ne vienne gangrener l'attention principale, je ne suis pas friand des périphéries parasitaires et inutiles par rapport à l'essentiel.

Faut-il véritablement se justifier parce que, dans l'histoire d'un pays et dans les mille séquences de nature si diverse qui la remplissent, on n'est pas capable de se mettre au diapason, à l'unisson d'une ferveur militante ou ludique dont on comprend, en constatant les prétextes dont elle se sert, qu'elle est attendue et espérée par beaucoup ? Je ne crois pas dans la mesure où l'aptitude au collectif ne me semble pas constituer une donnée fondamentale pour bien vivre.

Je sais que dans les registres professionnels, notamment judiciaire, le collectif est ressassé comme une exigence, une sorte d'humanisme technique qui condamnerait ceux qui ne s'y prêtent pas à la médiocrité ou, pire, à l'enfer. Pour ma part, même sur ce plan, j'ai perçu la solitude plus comme une chance que comme un obstacle. N'avoir à s'encombrer que de soi est infiniment plus facile que se fondre dans un pluriel qui ne vous apporte que malaise et souvent perte de temps.

Mais on ne me pardonnerait pas de ne pas aller plus loin. Je dois concéder que ma détestation du collectif tient surtout au fait qu'une timidité se révèle douloureuse et éclatante au sein d'une multitude quand le singulier ou le petit cercle ont pour avantage de la faire disparaître derrière l'expansion tranquille de soi.

J'avoue également, à considérer les dérives des frénésies collectives, qu'il y a de la gêne, presque de l'indécence à être le témoin du surgissement, chez quelqu'un, de quelqu'un d'autre. Sous l'effet de la foule. Une libération de soi qui peut faire peur tant chez certaines personnalités la nuit et le jour se remplacent alors ostensiblement et donnent l'impression d'un inconnu qui est venu détruire ce qui quotidien, familier, nous rassurait.

Comment aussi ne pas percevoir les inévitables et inquiétants glissements qui entraînent trop souvent un collectif de bon aloi, débridé mais sans risque, libre mais prévisible, vers une foule imprévisible, désordonnée voire violente ? Comment ne pas être saisi de crainte face à l'irrésistible irruption du pire dans les groupes même les mieux disposés à l'origine, comme s'il y avait dans le principe du collectif lui-même une incitation perverse à s'égarer, à se dégrader, comme si les limites étaient intolérables et le dérèglement obligatoire ?

Avec le sentiment de plus en vif d'une allégresse artificielle, démesurée, d'où toute sincérité a disparu au profit d'un paradis cherchant à se persuader que le jeu en vaut la chandelle.

En matière politique il y a des ressorts profonds qui vous conduisent vers la passion des rassemblements, des manifestations, des univers où personne n'a à se distinguer pour mieux être absorbé par la houle bienfaisante et créatrice du chiffre. On n'est pas révolutionnaire, on n'a pas été fasciste ou communiste sans une dilection pour le collectif. C'est l'histoire des forces collectives qui a fait l'Histoire et le malaise face au pluriel qui constitue d'abord le terreau basique des réactionnaires.

Reconnaître qu'on ne supporte pas le collectif ne vous fait pas bien voir. Dans cette Coupe du monde, faire bande à part, matchs à part est quasiment le signe d'une absence de fraternité. Il conviendrait de hurler ensemble plutôt que de se réjouir ou de déplorer tout seul.

On n'a même pas le droit de constater que le football est certes ce qui fait lien dans une communauté nationale mais qu'il est dommage que nous n'en ayons pas d'autres plus graves, plus profonds à notre disposition. Que le pouvoir ne soit pas capable de nous offrir d'autres opportunités pour un authentique rassemblement.

Je ne peux pas m'empêcher pourtant de penser, me plaçant sur un terrain historique incomparable avec l'unité fugace qui culminera le 15 juillet, que les collectifs érigés en absolu ont fait beaucoup de mal et que des dictateurs ont maltraité et asservi leur peuple parce qu'ils avaient réussi à faire de citoyens libres et singuliers des collectifs aux ordres.

Si la France comme je l'espère gagne la finale de la Coupe du 15 juillet, je ne serai pas moins heureux avec ma joie discrète et sans affectation que les frénétiques surjouant le bonheur avec leurs hurlements.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
kelenborn
- 13/07/2018 - 14:32
hihihihi
Mais notre Benoît l'a pourtant rappelé à Vangode il y a peu "L'onanisme est un plaisir solitaire" !!! Diantre !!! J'imagine que Bilger préfère encore les jeux du cirque à l'idée même de l'onanisme! "Cachez cette main que je ne saurais voir"! Ah c'est clair que celui qui voudrait faire perdre une équipe, il clone 1000 Bilger et il les met sur le banc des supporters!
cloette
- 13/07/2018 - 10:08
oui
On a le droit, surtout pour des émotions causées par un simple match, même mondial . Qui disait "panem et circensem " ?