En direct
Best of
Best of du 23 au 29 mai
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Renault : l’Etat actionnaire solde les comptes de Carlos Ghosn et remet toute la stratégie à plat...

02.

Confinement : le nombre d'arrêts cardiaques et le taux de mortalité ont explosé

03.

Énergie renouvelable: la chute des prix dope (enfin) les espoirs de l’industrie du solaire

04.

Nouvelle guerre froide avec la Chine : l’Occident affaibli par les combats progressistes radicaux

05.

La NSA lance une alerte sur le piratage par les hackers russes de nos serveurs d’emails

06.

Madonna s’exhibe sur Insta; Re-trompée ? Jenifer Aniston furieuse contre Brad; Olivier Sarkozy trop français pour Mary-Kate Olsen; Marc Lavoine bientôt marié; Harry & Meghan rois des radins malgré 49 millions flambés en 2 ans; Panique à la Cour d’Espagne

07.

Infections respiratoires : la grande peur de la grande grippe

01.

Renault : l’Etat actionnaire solde les comptes de Carlos Ghosn et remet toute la stratégie à plat...

02.

Virus d’un nouveau type : toutes ces données sur le Coronavirus que nous ne maîtrisons toujours pas

03.

Infections respiratoires : la grande peur de la grande grippe

04.

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

05.

L’IPTV, nouvelle vache à lait des mafias européennes

06.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

01.

Le syndrome Raoult : anatomie d’un malaise français

02.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

03.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

04.

Zemmour face à Onfray : pourfendeurs ET promoteurs de postures idéologiques

05.

Ce syndrome Camélia Jordana qui affaiblit la démocratie française

06.

Emmanuel Macron dévoile un plan de soutien "massif" envers le secteur automobile et annonce la hausse des primes à l'achat de voitures électriques

ça vient d'être publié
light > Culture
Une voix s'est tue
La cantatrice Mady Mesplé est décédée
il y a 15 heures 3 min
light > Science
Retour à l'envoyeur
Vol habité de SpaceX : Elon Musk répond à un tacle de l'agence spatiale russe, celle-ci réplique
il y a 16 heures 23 min
pépites > Société
Priorités
PMA pour toutes : des députés plaident l'urgence d'un retour du texte à l'Assemblée nationale
il y a 17 heures 38 min
light > Media
Accusé
Jean-Marc Morandini : un procès requis pour corruption de mineur
il y a 18 heures 15 min
pépite vidéo > Science
Starman
SpaceX : les meilleurs moments du lancement de la capsule habitée Crew Dragon
il y a 20 heures 34 min
décryptage > High-tech
Espionnage

La NSA lance une alerte sur le piratage par les hackers russes de nos serveurs d’emails

il y a 21 heures 21 min
décryptage > Science
Nouvelle donne

Vol habité de SpaceX : le retour de la conquête spatiale ?

il y a 22 heures 3 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Planter des arbres n’est pas toujours bon pour la planète
il y a 22 heures 43 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

La mondialisation : un vecteur favorable pour les épidémies ?

il y a 22 heures 44 min
décryptage > Société
Drame

"Salle de traite", la pièce de théâtre sur le suicide d'un éleveur laitier

il y a 22 heures 45 min
pépite vidéo > International
Mort de George Floyd
Etats-Unis : deux voitures de police foncent sur la foule à New York
il y a 15 heures 48 min
pépites > France
Déconfinement extrême
Plusieurs milliers de clandestins ont défilé à Paris malgré l'interdiction de la préfecture
il y a 16 heures 58 min
pépites > Politique
Nomination
L'ancien ministre socialiste Pierre Moscovici va prendre la tête de Cour des comptes
il y a 18 heures 5 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
SpaceX : revivez le lancement réussi du premier vol habité de Crew Dragon ; Proxima b est confirmée ! Il y a bien une exoterre dans la zone habitable de l’étoile la plus proche de nous
il y a 19 heures 32 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Le maître du « je »

il y a 21 heures 12 min
décryptage > France
État providence et modèle social français

1945 : l’héritage béni devenu largement toxique

il y a 21 heures 34 min
décryptage > International
Symptômes d’un nouveau conflit

Nouvelle guerre froide avec la Chine : l’Occident affaibli par les combats progressistes radicaux

il y a 22 heures 18 min
décryptage > Politique
Mains tendues

Macron/Collomb : le match du meilleur instinct pour 2022

il y a 22 heures 43 min
décryptage > Europe
Jésus reviens, ils sont devenus fous

La Pologne : un royaume où règne la droite la plus bête du monde

il y a 22 heures 45 min
décryptage > Economie
Crise

Les crédits aux PME sont insuffisants !

il y a 22 heures 45 min
© SPENCER PLATT / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP
© SPENCER PLATT / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP
Bourse

Cette inquiétante fragilité de l’économie mondiale que révèle la volatilité du marché des matières premières

Publié le 13 juillet 2018
Les indices boursiers des matières premières ont marqué une chute de 10% depuis le début de l'année. Et cela n'est pas sans conséquences sur l'économie mondiale.
Rémi Bourgeot est économiste, chercheur associé à l’IRIS et spécialiste des marchés de capitaux. Il a poursuivi une double carrière de stratégiste de marché dans le secteur financier et d’expert économique sur la zone euro et les marchés émergents pour...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Rémi Bourgeot
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Rémi Bourgeot est économiste, chercheur associé à l’IRIS et spécialiste des marchés de capitaux. Il a poursuivi une double carrière de stratégiste de marché dans le secteur financier et d’expert économique sur la zone euro et les marchés émergents pour...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les indices boursiers des matières premières ont marqué une chute de 10% depuis le début de l'année. Et cela n'est pas sans conséquences sur l'économie mondiale.

Atlantico : Depuis le début de cette année 2018, les indices boursiers de matières premières ont pu marquer une chute de près de 10%, ce qui pourrait être compris comme un signe précurseur d'un ralentissement économique. Comment évaluer les risques que révèlent cette chute des matières premières sur l'économie mondiale ? 

Rémi Bourgeot : La financiarisation des marchés de matières premières a donné lieu, comme sur la plupart des marchés, à des attentes de gains continus alors même que la dynamique des prix avait commencé à s’émanciper des fondamentaux économiques et notamment de la faiblesse de grands émergents comme la Chine. Les prix des matières premières sont restés déprimés depuis leur grande chute de 2014-2015. On a pu observer une stabilisation et un début de rebond à partir de 2016 mais sans reprendre la voie des prix d’avant chute. Le même type de pari sur la hausse inexorable des prix, sur la base de tendances démographiques mondiales, se réaffirme pourtant mois après mois et donne lieu à une série de déceptions. 

On observe une situation de fond quelque peu différente naturellement en fonction des marchés. Dans le secteur énergétique, la production mondiale de pétrole a été affectée par l’effondrement de la production vénézuélienne notamment, et les nouvelles difficultés désormais de l’Iran, sans que le surplus de production attribué à l’Arabie saoudite ne vienne compenser cette situation intégralement. Par ailleurs malgré le rebond des derniers mois des prix du pétrole, la révolution technologique de la fracturation hydraulique n’a pas fini de bouleverser le paysage énergétique mondiale, d’autant plus que ces technologies ne cessent de progresser et de voir leur coût baisser.

De façon plus générale, les craintes quant à l’impact des tensions commerciales accroissent la pression sur les prix des matières premières, d’autant plus dans le secteur métallurgique qui est au cœur du conflit commercial porté par les Etats-Unis. Mais il serait naturellement erroné d’affirmer que ces tensions commerciales viennent briser une tendance de hausse continue. On peut simplement discuter de l’hypothèse selon laquelle ces tensions freineraient un rebond sur la base de niveaux de prix qui restent déprimés par rapport aux sommets atteints il y a quelques années.

Le fond du sujet demeure notamment lié à la relative morosité de l’économie chinoise, comparé aux attentes extraordinaires qui se concentraient sur le pays il y a encore seulement quelques années. Par ailleurs, de façon plus prosaïque, la cherté relative du dollar qui se poursuit dans le temps maintient les prix en dollars sous pression puisqu’il s’agit de la devise de dénomination de la plupart des matières premières. Le commerce mondial suit une tendance fondamentalement différente de celle d’avant la crise mondiale, et les tensions commerciales actuelles n’en sont qu’un élément.

Alors que les thématiques relatives aux matières premières peuvent concerner les pays émergents de manière disproportionnée, comment évaluer les vulnérabilités de ces pays au regard de cette baisse constatée depuis le début de l'année ? 

On trouve effectivement des exportateurs très importants de matières premières parmi les pays émergents comme la Russie, le Brésil, le Mexique par exemple, et également de grands importateurs comme la Chine, l’Inde ou la Turquie. La situation des pays émergents est assez diffuse de ce point de vue. Paradoxalement, on a tendance à voir les marchés émergents, et notamment les devises, évoluer de façon fortement corrélée par groupes, et non pas forcément en fonction de leur statut d’importateur ou d’exportateur de matières premières même lorsque ces prix connaissent une réévaluation brutale. De plus certains pays exportateurs de matière premières affichent néanmoins un déficit de la balance courante, comme c’est le cas par exemple du Mexique ou du Brésil. Et certains grands importateurs connaissent un excédent commercial important, comme c’est évidemment le cas de la Chine.

On a observé une certaine confusion en 2013/2014 quand s’est déroulée une crise assez générale des pays émergents, ce qu’on a appelé le « taper tantrum », déclenché notamment par l’annonce de la normalisation de la politique de la Fed aux Etats-Unis, puis quasiment en même temps l’effondrement des prix du pétrole qui a pesé sur de nombreux émergents, sans qu’on assite pour autant à une réappréciation positive des émergents importateurs qui en profitaient pourtant mais souffraient de la politique de la Fed.

Globalement, on a vu une tendance au rééquilibrage assez importante dans les pays émergents ces dernières années depuis la crise émergente de 2013. Les pays connaissant un fort déficit commercial ou plus généralement un déficit de la balance courante ont eu tendance à revenir à une situation plus équilibrée, les rendant moins vulnérable qu’ils ne l’étaient à la veille de cette crise. Le poids des déséquilibres passés, massifs, se fait encore néanmoins sentir sous la forme de dettes en devises étrangères importantes pour de nombreux pays déficitaires sur le plan de la balance courante.

On a plus généralement vu des déséquilibres financiers très importants, conduisant notamment au maintien d’entreprises zombies comme en Chine et une situation délicate sur le plan de la croissance.

Alors que la question de la dette est souvent traitée de manière prioritaire concernant l'évaluation de la situation des Etats, quels seraient les critères les plus pertinents à prendre en compte pour mesurer la santé des économies émergentes ? 

La dette publique n’est qu’un aspect de la situation financière d’un pays et donc aussi d’un Etat, dont les finances sont in fine très directement dépendantes des maux économiques qui affectent l’économie nationale, en particulier par la courroie de transmission des problèmes financiers que constitue le secteur bancaire. Comme dans le cas de la zone euro, on peut voir des Etats dont les comptes publics apparaissent comme équilibrés être en réalité vulnérables à une détérioration soudaine venant d’un autre compartiment de l’économie, en particulier via le secteur bancaire. On a par exemple vu en Chine des montagnes de dette d’entreprise se développer au cours des dix dernières années, dans le contexte d’afflux de capitaux massifs et d’une politique monétaire également très relâchée au niveau national. Cette dette privée reste néanmoins en Chine assez largement de nature domestique, au contraire d’un grand nombre de pays en situation de déficit commercial dont les entreprises se sont souvent massivement endettées auprès de l’étranger, en devises comme le dollar et l’euro. La force actuelle du dollar vient déstabiliser le refinancement de ces montagnes de dettes privées.

On a donc d’un côté une résorption assez marqué des déséquilibres extérieurs des pays émergents depuis environ trois ans, mais ceux-ci vivent encore sous la menace des montagnes de dette, notamment en devises, qui se sont constituées dans les périodes de déficit extérieur important.

Par ailleurs, le poids de ces déséquilibres dépend évidemment de l’évolution de la croissance. La croissance mondiale décente des dernières années a permis de limiter ce poids financier. Les difficultés renouvelées auxquelles font face les pays émergents résultent de la tendance actuelle au ralentissement, à la cherté du dollar qui s’étend dans le temps et plus généralement à la normalisation des politiques monétaires des grandes banques centrales qui conduit à un certain assèchement monétaire sur les marchés mondiaux. Cet assèchement relatif intervient néanmoins dans un contexte d’excès d’épargne massif à l’échelle mondiale, dans le contexte de la course aux excédents commerciaux, ce qui se traduit par des taux d’intérêt qui restent donc tout de même relativement comprimés. On ne peut que constater l’imbrication entre les questions financières, commerciales et de croissance. Les déséquilibres mondiaux qui se sont creusés au cours des dernières décennies sont à la fois financiers et commerciaux, et les phases de stabilisation ne permettent pas un véritable retour à un régime de croissance forte et durable. Les pays émergents en particulier ont tendance, en plus de leurs difficultés financières, à souffrir d’une sorte de plafond de verre dans leur développement dès qu’ils atteignent un stade de développement intermédiaire en termes de revenus et de productivité. La situation de déséquilibre actuel ne profite véritablement à aucun pays dans la durée et l’enjeu des débats en cours dans le monde est de parvenir à un rééquilibrage qui libère la voie à une régime de croissance plus stable. Le débat sur le rééquilibrage commercial et financier est aussi essentiel aux pays développés qu’émergents en réalité, bien que les débats sur les modalités de ce rééquilibrage donnent lieu à de vives tensions internationales.

 
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Renault : l’Etat actionnaire solde les comptes de Carlos Ghosn et remet toute la stratégie à plat...

02.

Confinement : le nombre d'arrêts cardiaques et le taux de mortalité ont explosé

03.

Énergie renouvelable: la chute des prix dope (enfin) les espoirs de l’industrie du solaire

04.

Nouvelle guerre froide avec la Chine : l’Occident affaibli par les combats progressistes radicaux

05.

La NSA lance une alerte sur le piratage par les hackers russes de nos serveurs d’emails

06.

Madonna s’exhibe sur Insta; Re-trompée ? Jenifer Aniston furieuse contre Brad; Olivier Sarkozy trop français pour Mary-Kate Olsen; Marc Lavoine bientôt marié; Harry & Meghan rois des radins malgré 49 millions flambés en 2 ans; Panique à la Cour d’Espagne

07.

Infections respiratoires : la grande peur de la grande grippe

01.

Renault : l’Etat actionnaire solde les comptes de Carlos Ghosn et remet toute la stratégie à plat...

02.

Virus d’un nouveau type : toutes ces données sur le Coronavirus que nous ne maîtrisons toujours pas

03.

Infections respiratoires : la grande peur de la grande grippe

04.

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

05.

L’IPTV, nouvelle vache à lait des mafias européennes

06.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

01.

Le syndrome Raoult : anatomie d’un malaise français

02.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

03.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

04.

Zemmour face à Onfray : pourfendeurs ET promoteurs de postures idéologiques

05.

Ce syndrome Camélia Jordana qui affaiblit la démocratie française

06.

Emmanuel Macron dévoile un plan de soutien "massif" envers le secteur automobile et annonce la hausse des primes à l'achat de voitures électriques

Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires