En direct
Best of
Best of du 12 au 18 octobre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Petit coup de projecteur sur le classement très discret des vrais salaires des hauts-fonctionnaires

02.

Ce que la médiation Blanquer-Taché dit vraiment de LREM

03.

Attention à vos smartphones, les cas de piratage sont de plus en plus fréquents

04.

Agression sexuelle : ça s'aggrave pour Patrick Bruel ; 25 ans et toutes ses dents, Madonna a un nouveau toyboy ; Céline Dion rate son 1er concert et ne sait plus où elle en est ; Les secrets du revirement de Laeticia Hallyday

05.

Corse : mobilisation pour la lutte contre une mafia... qui n’existe pas

06.

Pourquoi les chiffres officiels sur l’immigration ne décrivent que très approximativement la réalité française

07.

Un chef étoilé mange dans son restaurant : 14 000 euros de redressement de l'Ursaff

01.

Agression sexuelle : ça s'aggrave pour Patrick Bruel ; 25 ans et toutes ses dents, Madonna a un nouveau toyboy ; Céline Dion rate son 1er concert et ne sait plus où elle en est ; Les secrets du revirement de Laeticia Hallyday

02.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

03.

Les Mormons : l'influence du cercle des conseillers d'Emmanuel Macron

04.

Petit coup de projecteur sur le classement très discret des vrais salaires des hauts-fonctionnaires

05.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

06.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

01.

Emmanuel Macron saura-t-il éviter le piège tendu par les islamistes (et aggravé par les idiots utiles du communautarisme) ?

02.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

03.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

04.

Les policiers arrêtent un jeune de 17 ans en pleine relation sexuelle avec une jument

05.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

06.

Quand Eric Zemmour déclare que les homosexuels "choisissent leur sexualité"

ça vient d'être publié
décryptage > Société
Ultra moderne voilitude

Cette double crise de la modernité qui paralyse les réflexes démocratiques français

il y a 2 min 15 sec
pépite vidéo > Faits divers
Héroique
Etats-Unis : Il désarme un élève armé d'un fusil à pompe en lui faisant un câlin
il y a 17 heures 18 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Théâtre : "Sept ans de réflexion" : Une farce (un peu trop lourde) sur l'adultère

il y a 18 heures 29 min
light > Insolite
Dur à avaler
Un chef étoilé mange dans son restaurant : 14 000 euros de redressement de l'Ursaff
il y a 20 heures 43 min
décryptage > Environnement
Découvrons l'écoféminisme

"Ma planète, ma chatte, sauvons les zones humides" !

il y a 22 heures 28 min
décryptage > Economie
Experte

Esther Duflo à Bercy, vite. Mais pas comme ministre

il y a 23 heures 2 min
décryptage > France
Mauvais prisme

Pourquoi les chiffres officiels sur l’immigration ne décrivent que très approximativement la réalité française

il y a 23 heures 22 min
décryptage > France
Interdit d'interdire

Pourquoi la France devrait résister à la tentation de répondre par des interdictions à tous les défis qu’elle rencontre

il y a 23 heures 36 min
décryptage > Economie
Manque d’ambition ?

PLF 2020 : l’étonnante stabilité de la ventilation des dépenses publiques françaises à travers le temps

il y a 23 heures 47 min
décryptage > Culture
Culture

"Miroir du temps" d'André Suarès : une occasion précieuse de découvrir une pensée d’une inventivité débridée et salutaire

il y a 1 jour 12 heures
décryptage > Social
Attention, danger politique du troisième type

Gouvernement, minorités activistes et reste de la société : le trio infernal que plus rien ne relie ?

il y a 15 min 35 sec
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Vania : Une même nuit nous attend tous" : "Oncle Vania" revisité

il y a 18 heures 18 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le roman de la France- une histoire de la liberté" de Laurent Joffrin : Tome 1, de Vercingétorix à Mirabeau

il y a 18 heures 35 min
décryptage > Education
Tous égaux

Discriminations positive à l’entrée dans les Grandes écoles : l’égalitarisme en mode délire

il y a 22 heures 23 min
décryptage > Economie
Dépenses très privées

Petit coup de projecteur sur le classement très discret des vrais salaires des hauts-fonctionnaires

il y a 22 heures 46 min
décryptage > High-tech
La Minute Tech

Attention à vos smartphones, les cas de piratage sont de plus en plus fréquents

il y a 23 heures 13 min
décryptage > Justice
L'armée des ombres

Corse : mobilisation pour la lutte contre une mafia... qui n’existe pas

il y a 23 heures 29 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico Business

Brexit : si vous avez aimé les deux premières saisons, vous serez passionné par la troisième

il y a 23 heures 44 min
décryptage > Politique
En même temps

Ce que la médiation Blanquer-Taché dit vraiment de LREM

il y a 23 heures 59 min
"Climate change"
Jane Fonda et Sam Waterston ont été arrêtés lors d'une manifestation pour le climat
il y a 1 jour 13 heures
© PHILIPPE DESMAZES / AFP
© PHILIPPE DESMAZES / AFP
« Le futur et toutes les raisons d'y croire »

Suicides chez France Telecom : pourquoi les poursuites pour harcèlement moral de l’ancienne direction posent un grave problème (même si personne ne doute des souffrances subies dans l’entreprise)

Publié le 11 juillet 2018
Entre 2006 et 2009, France Télécom a été confronté à une importante vague de suicide. En cause, la politique d'entreprise mise en œuvre en 2005 par la direction. Des plans "vitaux" selon France Télécom, répondant au "contexte économique et aux évolutions technologiques majeures auxquels le groupe France Télécom était confronté". Concrètement, l'entreprise doit recruter de nouvelles personnes capables de s'adapter aux nouvelles technologies. Problème, France Télécom compte un nombre de fonctionnaires très important. Selon les juges, ces plans ont un objectif bien funeste : une réduction massive des effectifs de 22.000 salariés en trois ans en créant un climat anxiogène.
François Taquet est professeur en droit du travail, formateur auprès des avocats du barreau de Paris et membre du comité social du Conseil supérieur des experts-comptables. Il est également avocat à Cambrai et auteur de nombreux ouvrages sur le droit...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
François Taquet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
François Taquet est professeur en droit du travail, formateur auprès des avocats du barreau de Paris et membre du comité social du Conseil supérieur des experts-comptables. Il est également avocat à Cambrai et auteur de nombreux ouvrages sur le droit...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Entre 2006 et 2009, France Télécom a été confronté à une importante vague de suicide. En cause, la politique d'entreprise mise en œuvre en 2005 par la direction. Des plans "vitaux" selon France Télécom, répondant au "contexte économique et aux évolutions technologiques majeures auxquels le groupe France Télécom était confronté". Concrètement, l'entreprise doit recruter de nouvelles personnes capables de s'adapter aux nouvelles technologies. Problème, France Télécom compte un nombre de fonctionnaires très important. Selon les juges, ces plans ont un objectif bien funeste : une réduction massive des effectifs de 22.000 salariés en trois ans en créant un climat anxiogène.

Atlantico : Si les juges d'instruction Brigitte Jolivet et Emmanuelle Robin supputent que la direction de France Télécom a voulu pousser ses employés vers la sortie, la direction de l'entreprise entendait "adapter l'entreprise aux réalités économiques et financières". Les juges s'appuient notamment sur des phrases qu'aurait tenu Didier Lombard lors d'une réunion en octobre 2006 : « Il faut qu'on sorte de la position de mère poule » ou encore « Il faut bien se dire qu'on ne peut plus protéger tout le monde. En 2007, je ferai les départs d'une façon ou d'une autre, par la fenêtre ou par la porte. ». Si ces phrases sont condamnables, rien ne prouve que Didier Lombard les ait réellement prononcées (celui-ci le conteste.). Comment faire clairement le lien avec le délit de harcèlement moral ? Comment prouver clairement que ce délit a bien eu lieu dans un cadre juridique parfois considéré comme flou concernant la notion de harcèlement moral ?

François Taquet : Sans rentrer dans les détails, notons que l’article L 1152–1 du Code du travail définit le harcèlement moral de la manière suivante : « aucun salarié ne doit subir les agissements répétés de harcèlement moral qui ont pour objet ou pour effet une dégradation de ses conditions de travail susceptible de porter atteinte à ses droits et à sa dignité, d'altérer sa santé physique ou mentale ou de compromettre son avenir professionnel ». Ainsi, ce harcèlement se manifeste par des agissements malveillants répétés (remarques désobligeantes, intimidations, insultes...) qui entraînent une détérioration des conditions de travail de la victime. Il se définit donc par son objet sans préciser en quoi consistent les agissements de harcèlement moral mais en se fondant uniquement sur leurs conséquences. Cette définition est à relier à une autre obligation prévue dans le Code du travail : l’obligation de sécurité de résultat à laquelle est tenu tout employeur vis à vis de ses salariés (article L. 1152–4 du Code du travail).

L’affaire présentée ici soulève deux difficultés. D’abord, les phrases prononcées ont-elles été prononcées ? Il est fort à parier que les juges ne se contenteront pas d’affirmations mais de faits avérés. Ensuite, la frontière est souvent délicate entre le pouvoir de direction de l’employeur les éventuelles pressions qu’il peut mettre en œuvre afin d’obtenir des rendements supérieurs de son personnel (surtout en période de crise économique) et le harcèlement moral. Et c’est donc le rôle du juge, sous le contrôle de la Cour de cassation de fixer les limites.  Ceci étant, la Cour de cassation a reconnu,  dans un arrêt du 10 novembre 2009,  que « les méthodes de gestion mises en œuvre par un supérieur hiérarchique (…) peuvent caractériser un harcèlement moral (…) dès lors qu’elles se manifestent pour un salarié déterminé par des agissements répétés ayant pour objet ou pour effet d’entraîner une dégradation des conditions de travail susceptible de porter atteinte à ses droits et à sa dignité, d’altérer sa santé physique ou mentale ou de compromettre son avenir professionnel » …

Il est souvent mis en avant, dans les procès devant le conseil de prud’hommes, le problème de la preuve, certains invoquant qu’il appartient pratiquement à l’employeur de prouver qu’il est de bonne foi et qu’il n’a commis aucun acte de harcèlement ! Or, comment l’employeur pourrait-il apporter une preuve négative ?

La réponse est ici assez subtile. En effet, ce n’est pas au salarié à prouver le harcèlement ou à l’employeur de démontrer sa bonne foi…Notre droit a instauré une procédure en trois temps : d’abord, le salarié doit établir des faits « précis et concordants » permettant de présumer l’existence d’un harcèlement ; il devra doc apporter des preuves de la réalité de ces faits concordants ; toutefois, il n’a pas à prouver que ces faits sont constitutifs de harcèlement. Ensuite, le juge, dont c’est la mission, devra prendre en compte l’ensemble de ces éléments et dire si l’ensemble de ces faits laisse présumer un harcèlement moral Enfin, et s’il y a présomption de harcèlement, l’employeur devra alors apporter la preuve contraire, c’est-à-dire démontrer que ces faits peuvent s’expliquer par des éléments objectifs, étrangers à tout harcèlement. Ce système peut sembler complexe… Il vise cependant à protéger le salarié sur lequel ne repose pas en totalité le fardeau de la preuve !

L’affaire pénale peut-elle avoir d’autres prolongements, essentiellement en matière de sécurité sociale ?

Bien sûr, le suicide lié au travail est reconnu comme un accident du travail. Or, la notion d’accident du travail touche à beaucoup de domaines du droit dont celui de la sécurité sociale. On conçoit aisément que les ayants droit du salarié souhaiteront la reconnaissance du caractère d’accident du travail de l’acte afin de bénéficier d’une rente, voire d’intenter une action en faute inexcusable de l’employeur afin d’obtenir une majoration de la rente… Or, l’ensemble de ces contentieux entraînent souvent des conséquences financières importantes pour les entreprises concernées, puisque les caisses de sécurité sociale font l’avance des fonds mais augmentent ensuite les taux d’accident du travail des entreprises ! Comme on le voit, une procédure peut en cacher bien d’autres. C’est sans doute ce qui fait l’intérêt du Droit, mais aussi sa complexité…

 

Qu'en est-il de la responsabilité de l'État ? N'est-il pas en parti responsable de la mise en place des hommes qui ont produit ce résultat ?

Si cette responsabilité était avérée, elle n’échapperait pas aux juges. Ceci étant, rappelons qu’en En septembre 2004, l'État français a cédé une partie de ses actions pour passer en dessous de la barre des 50 %. France Télécom (devenue officiellement Orange en 2013) a donc le label d’entreprise privée depuis cette date.

 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Petit coup de projecteur sur le classement très discret des vrais salaires des hauts-fonctionnaires

02.

Ce que la médiation Blanquer-Taché dit vraiment de LREM

03.

Attention à vos smartphones, les cas de piratage sont de plus en plus fréquents

04.

Agression sexuelle : ça s'aggrave pour Patrick Bruel ; 25 ans et toutes ses dents, Madonna a un nouveau toyboy ; Céline Dion rate son 1er concert et ne sait plus où elle en est ; Les secrets du revirement de Laeticia Hallyday

05.

Corse : mobilisation pour la lutte contre une mafia... qui n’existe pas

06.

Pourquoi les chiffres officiels sur l’immigration ne décrivent que très approximativement la réalité française

07.

Un chef étoilé mange dans son restaurant : 14 000 euros de redressement de l'Ursaff

01.

Agression sexuelle : ça s'aggrave pour Patrick Bruel ; 25 ans et toutes ses dents, Madonna a un nouveau toyboy ; Céline Dion rate son 1er concert et ne sait plus où elle en est ; Les secrets du revirement de Laeticia Hallyday

02.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

03.

Les Mormons : l'influence du cercle des conseillers d'Emmanuel Macron

04.

Petit coup de projecteur sur le classement très discret des vrais salaires des hauts-fonctionnaires

05.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

06.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

01.

Emmanuel Macron saura-t-il éviter le piège tendu par les islamistes (et aggravé par les idiots utiles du communautarisme) ?

02.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

03.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

04.

Les policiers arrêtent un jeune de 17 ans en pleine relation sexuelle avec une jument

05.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

06.

Quand Eric Zemmour déclare que les homosexuels "choisissent leur sexualité"

Commentaires (12)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
assougoudrel
- 13/07/2018 - 08:35
@Anguerrand
100% d'accord! Du jour au lendemain, ces gens d'un certain âge, qui ne foutaient rien depuis des décennies, se sont retrouvés au pied du mur et, un travail tout à fait normal pour un employé normal, était pour eux de l'esclavage. Je me souviens du tollé quand le patron de la boite avait parlé de "suicide à la mode". Une femme s'était même suicidée car son chef d'équipe était muté (c'est louche). Les plus "solides" ont fait le boulot et on a le résultat d'aujourd'hui. Dans d'autres boutiques, comme EDF, GDF, RATP, SNCF etc...ce serait pareil.
Anguerrand
- 12/07/2018 - 17:31
A ISABLEUE
Former des fonctionnaires qui ne voulaient rien foutre, une société n’est pas une assistante sociale, les fonctionnaires auraient dû avoir l’intelligence de comprendre que l’on ne peut pas passer sa vie sans participer à la prospérité de son entreprise. Je vous rappelle que FT était en difficulté financière avant sa privatisation et comme à la SNCF, FT comptait sur le contribuable quand ses conçurent en gagnait. FT est devenu après le rachat de nombreux opérateurs un leader international au lieu de compter sur le contribuable paie des impôts.
ISABLEUE
- 12/07/2018 - 16:31
quelqu'un de ma famille travaillait à FT quand cela a changé.
Ils auraient pu former les fonctionnaires au lieu de les maltraiter... mais bon, en France c'est fatiguant de former les gens, on préfère penser qu'ils sont trop cons....