En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
© CHARLES PLATIAU / POOL / AFP
Fausse bonne idée ?

Transformer notre système d’assurance sociale en système de protection sociale : la vraie révolution qu’Emmanuel Macron présente timidement... sans paraître en mesurer les risques ?

Publié le 10 juillet 2018
Lors de son discours devant le Congrès à Versailles, Emmanuel Macron a déclaré vouloir "construire l'Etat-providence du 21e siècle". Une ambition risquée pour le président mais aussi pour les Français.
...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Marc de Basquiat
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lors de son discours devant le Congrès à Versailles, Emmanuel Macron a déclaré vouloir "construire l'Etat-providence du 21e siècle". Une ambition risquée pour le président mais aussi pour les Français.

Atlantico : Lors de son discours devant le Congrès, ce 9 juillet a pu déclarer : ​"La priorité de l’année qui vient est simple : nous devons construire l’État-providence du 21ᵉ siècle. Couvrant davantage, protégeant mieux, s’appuyant sur les mêmes droits et devoirs pour tous."​ Dans quelle mesure une telle déclaration peut-elle représenter un véritablement du modèle social français, passant d'un système mixte -Entre beveridgien et biscmarckien - à un système beveridgien (universalité et uniformité des prestations) ? 

Marc de Basquiat : Cela fait plusieurs mois qu’on l’attendait : le Président de la République a enfin levé un petit coin du voile sur ses intentions en matière sociale. Son angle d’attaque est explicite : poursuivre la réforme de l’assurance chômage, qu’il ambitionne de basculer d’une logique d’assurance sociale (système bismarckien) – où chacun met de côté pour couvrir son propre risque – vers une logique de solidarité universelle (système beveridgien), façon « un pour tous, tous pour un ! ». 

Le président Macron a longuement fait référence à la première réforme déjà réalisée : « L’assurance chômage aujourd’hui n’est plus du tout financée par les salariés. Elle est financée par les cotisations des employeurs et par la CSG. Cette transformation, il faut en tirer toutes les conséquences ». 

Il convient de modérer son enthousiasme, en consultant les taux de cotisation à l’assurance chômage publiés par l’administration. Depuis 2017, la cotisation employeur est passée de 4,0% à 4,05%, la participation du salarié de 2,40% à 0,95%. La diminution de 1,4% des cotisations chômage est largement compensée par l’augmentation de 1,7% de la CSG acquittée par le salarié. La conclusion qu’en tire le Président Macro parait donc très excessive : « Il n’y a plus un droit au chômage, au sens où on l’entendait classiquement. Il y a accès à un droit qu’offre la société, mais sur lequel on ne s’est pas garanti à titre individuel, puisque tous les contribuables l’ont payé ».

L’assurance chômage qui était jusqu’ici « bismarckienne » dans son financement comme dans ses prestations (chacun reçoit plus ou moins selon ce qu’il a cotisé) est devenue ambiguë. L’introduction de cette confusion est-elle un progrès ? On peut en douter.

D’un autre côté, on peut saluer la volonté affichée avec force de « construire l’Etat providence du 21ème siècle : émancipateur, universel, efficace, responsabilisant ». Le président assume les conséquences de cette multiplicité d’objectifs, et donc la nécessité de les hiérarchiser : « Je veux d’une stratégie de lutte contre la pauvreté qui ne permette pas à nos concitoyens pauvres de vivre mieux, mais bien de sortir de la pauvreté, une bonne fois pour toutes ». C’est ambitieux et courageux. 

 

Quels sont les moyens de mise en oeuvre d'un tel système ? Quels en sont les risques pour Emmanuel Macron ? 

La poursuite d’une réforme de l’assurance chômage dont le financement basculerait totalement vers l’impôt mettra inévitablement en question le niveau des prestations versées. Pourquoi verser 7 000 euros par mois à un cadre au chômage, si son allocation est financée par la CSG versée par des citoyens dont les salaires ou pensions de retraites sont bien inférieurs ? L’inactivité dorée financée par cette solidarité chômage universelle serait peu légitime. Un financement beveridgien, par l’impôt, ne peut servir qu’une prestation également beveridgienne, c’est-à-dire d’un montant identique (modéré) pour tous ses bénéficiaires. 

Ce choix de démanteler l’assurance chômage bismarckienne, qui prévoit des prestations chômage élevées pour ceux qui ont cotisé largement, ne pourra pas être fait à la sauvette, entre partenaires sociaux. Un débat démocratique devra impliquer l’ensemble des acteurs, dont les salariés qui ont le plus à perdre à ce changement de philosophie. 

Le deuxième point laborieux est la sempiternelle tentative d’équilibrer droits et devoirs : « Nous allons transformer notre système de solidarité pour le rendre tout à la fois plus universel et plus responsabilisant. C’est-à-dire accompagner toute personne qui le peut vers une activité professionnelle, même à temps partiel, et exiger de chacun qu’il prenne sa part dans la société, à sa mesure ».Cette prise de position a été applaudie par le Congrès, même si l’échec du volet insertion prévu dans le RMI, ainsi que l’ambition déçue d’activation du RSA, ont mis en évidence l’illusion d’une coercition exercée par l’Etat à l’égard des plus fragiles de la société. 

Même s’il condamne clairement l’accusation d’assistanat qui exclut les plus fragiles de notre société, le Président Macron n’a pas encore intégré la constatation du sociologue Alain Caillé : « la seule chose quela société soit en droit de demander positivement,ce n’est pas de l’utilité, indéterminable, maisde l’initiative, de la vie et de la participation effectiveà la production de la collectivité par elle-même ».Tant que cette sagesse n’aura pas été acceptée, l’Etat s’épuisera à chercher des contreparties auprès de personnes qui ont surtout besoin de liberté, de flexibilité, d’aideet d’encouragements pour exprimer leur contribution à la société. 

La voie que semble tracer le Président Macron présente donc deux risques : dissoudre la légitimité de l’assurance chômage ; passer à côté de l’inconditionnalité qui seule permet l’universalité, l’efficacité et l’émancipation des plus fragiles, en les mettant réellement face à leurs responsabilités.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

02.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

03.

Quand Isabelle (Saporta) trompe Yannick (Jadot) avec Gaspard (Gantzer) et que le vrai cocu s'appelle David (Belliard)

04.

Jean-Bernard Lévy, celui qui doit faire d’EDF le champion du monde de l’énergie propre et renouvelable après un siècle d’histoire

05.

La fin des Bisounours : les experts en marketing découvrent que plus d’un Français sur deux avoue une attirance pour « les méchants »

06.

Record de distribution des dividendes : ces grossières erreurs d'interprétation qui expliquent la levée de bouclier

07.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

01.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

02.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

03.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

04.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

05.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

06.

La saga du Club Med : comment le Club Med résiste à la crise chinoise

01.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

02.

"Une part d'Afrique en elle" : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

03.

Un été tranquille ? Pourquoi Emmanuel Macron ne devrait pas se fier à ce (relatif) calme apparent

04.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

05.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

06.

Quand le moisi (Jean-Michel Ribes) s'en prend à la pourriture (Matteo Salvini)

Commentaires (11)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Labarthe
- 11/07/2018 - 13:22
Il est évident que notre
Il est évident que notre président n’aime pas le mot « sécurité «. Le but ultime est d’arriver à un système à l’americaine. L’Etat paiera très peu de prestations sociales, très peu de retraite, très peu de chômage etc. Ce qu’il veu c’est que cqhacun se prémunisse en économisant, c’est à dire en forçant les gens à investir leur argent en bourse. Sa conviction, pour ne pas dire son obsession, c’est que cet argent doit s’investir pour alimenter l’économie qui tirera vers le haut le bien-être. Or justement les USA sont l’exemple même de la faillite de ce système: faillite des fonds de pension, misère, explosion des inégalités, système de soins et hôpitaux hors de prix, classe moyenne y compris supérieur tirée vers le bas etc....L’argent qui part vers la bourse enrichit encore plus les riches et appauvrit les autres. C’est pourtant vers cela que nous amène de façon hypocrite notre président et ceux qui l’ont fait élire.
gilbert perrin
- 11/07/2018 - 09:39
la FRANCE DIVISEE en 2 parts INEGALES ...
CEUX QUI PAIENT et CEUX QUI RECOIVENT…. Rassurez vous celà ne correspond pas du tout à ceux qui se disent de droite et ceux qui se disent de GAUCHE…
Il y a ceux qui produisent et ceux en perçoivent les avantages. AUTREMENT DIT le secteur productif et marchand (secteur privé en général) et le secteur improductif (les nantis de la fonction publique et assimilés)…

Nos gouvernants les uns comme les autres qui se disent de droite ou de gauche, n'ont rien compris à cela. gauche et droite n'existent plus ;.. c'est l'intérêt de l'ARGENT plus ou moins important, il y a des CAPITALISTES de DROITE, comme de GAUCHENT, il y a ceux qui veulent PRESSURER les AUTRES… et ceux qui veulent TRAVAILLER avec les AUTRES et PARTAGER !!!!

JE VEUX l'alignement des DEUX…. quelqu'un connait il une personne qui se trouve dans la catégorie des NANTIS, PRIVILEGIES DEPENSIERS du SYSTEME, qui, serait d'accord avec ma thèse… Je n'ose pas y croire et suis persuadé que de TOUTE FACON ce n'est pas la politique politicienne qui changera cela ???

Gilbert perrin
Anouman
- 10/07/2018 - 17:10
???
"Pourquoi verser 7 000 euros par mois à un cadre au chômage, si son allocation est financée par la CSG versée par des citoyens dont les salaires ou pensions de retraites sont bien inférieurs ?" Parce que lui n'aurait pas payé de CSG et sur un salaire supérieur? Si on veut uniformiser les prestations il faut uniformiser les cotisations. Mais là ça ne va pas fonctionner longtemps.