En direct
Best of
Best of du 8 au 14 juin
En direct
© LOUISA GOULIAMAKI / AFP
Défi
Bruno Tertrais : "La France est une destination de choix pour l’émigration africaine, elle n’est pas une exception"
Publié le 09 juillet 2018
La France se retrouve en première ligne face à l'immigration en provenance d'Afrique. Elle est en effet une destination de choix pour la bande sahélienne, francophone, islamisée, faisant face à la fécondité la plus élevée au monde.
Directeur-adjoint à la Fondation pour la Recherche Stratégique (FRS).Spécialiste des questions stratégiquesDernier ouvrage paru : La revanche de l'Histoire, aux Editions Odile Jacob 
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bruno Tertrais
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Directeur-adjoint à la Fondation pour la Recherche Stratégique (FRS).Spécialiste des questions stratégiquesDernier ouvrage paru : La revanche de l'Histoire, aux Editions Odile Jacob 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La France se retrouve en première ligne face à l'immigration en provenance d'Afrique. Elle est en effet une destination de choix pour la bande sahélienne, francophone, islamisée, faisant face à la fécondité la plus élevée au monde.

Atlantico : Dans une note publiée par l'Institut Montaigne "le défi démographique : mythes et réalités" vous abordez notamment la question de l'immigration africaine à venir en Europe, en tentant de corriger les à priori tout en faisant face à cette réalité. Dans un livre publié en 2015 "Africanistan : l'Afrique en crise va-t-elle se retrouver dans nos banlieues" Serge Michaïlof pointait du doigt la situation particulière d'une bande sahélienne, francophone, islamisée, et faisant face à la fécondité la plus élevée au monde, soit 6 enfants par femmes. En considérant ce cas précis des pays de la bande sahélienne, ne peut-on pas considérer que le défi majeur concerne avant tout la France, comme l'indique Serge Michaïlof ?

Bruno Tertrais : Considérons d’abord l’ensemble du continent. L’Afrique est une exception : elle est le seul continent qui n’ait que partiellement entamé sa transition démographique. Elle va continuer à croître beaucoup plus vite que les autres régions du monde. Notamment en raison d’un taux de fécondité très élevé, en moyenne, dans la partie subsaharienne du continent. Et ce alors que la mortalité, y compris infantile, a déjà diminué. Le Sahel est tout particulièrement concerné. C’est dans le sud du Niger que l’on trouve le record du monde de la fécondité. 

J’ai beaucoup d’estime pour les travaux de spécialistes tels que Serge Michailof ou Stephen Smith. Mais ils ont parfois une approche un peu dramatisante. Plutôt qu’une invasion africaine, je préfère parler d’un flux structurel, d’une « demande d’émigration » de la part des jeunes du continent. La France est l’une de leurs destinations de choix, elle n’est pas une exception. Les Nigérians, par exemple, vont plutôt au Royaume-Uni, voire en Italie. Contrairement à ce que l’on croit souvent, ce ne sont pas tant les prestations sociales mais les opportunités de travail et surtout l’existence d’une diaspora du même pays qui sont déterminants dans le choix d’émigrer. Mais je ne veux pas minimiser la question. Les tendances démographiques suggèrent que le malaise identitaire européen, y compris en France, et la situation de nos banlieues, auront plutôt tendance à s’aggraver. 

Au regard des difficultés politiques actuelles en Europe concernant ces sujets, peut-on réellement s'attendre à une approche commune pour un défi qui pourrait être considéré comme essentiellement français ?

Comme je l’ai souligné ce défi ne sera pas essentiellement français. L’émigration africaine concerne tout autant l’Espagne et l’Italie, entre autres. Mais il est vrai que la France est en pointe au Sahel. Y compris parce qu’elle héberge une importante diaspora malienne, par exemple. Et elle a souvent du mal à persuader ses partenaires que ce qu’elle fait sur place est dans l’intérêt de l’Europe entière. Peut-être la question migratoire sera-t-elle plus fédératrice que celle du terrorisme. Les institutions de l’UE s’impliquent d’ailleurs déjà beaucoup.

Alors que les flux migratoires en provenance de Syrie ont pu aussi être attribués à la gestion géopolitique de ce cas, quels sont les défis auxquels font faces les européens en termes géopolitiques ? Une géopolitique européenne, diffuse aujourd'hui, est-elle indispensable pour faire face à ce défi des flux migratoires ? Quelle pourrait être la doctrine européenne en la matière, et quels sont les écueils pouvant entraver sa mise en place ?

Ce qui a été en cause dans le cas syrien, ce n’est pas le manque d’une politique européenne commune. C’est tout simplement le fait que les Européens n’ont pas eu la volonté et la capacité de peser à temps sur l’évolution de la guerre. D’abord, en espérant et parfois en prévoyant que le régime de Bachar el-Assad tomberait. On a beau dire que les Occidentaux « se sont trompés » sur la Syrie, il n’était pas déraisonnable de penser que la Syrie, comme les autres régimes autoritaires dits parfois « laïcs », subirait une véritable révolution. Et lorsque nous avons eu l’occasion de le faire, à l’été 2013, Washington et Londres ont reculé. Or un signal fort au moment où le régime était en difficulté aurait pu renverser le cours des choses. Il y a eu une deuxième reculade : nous n’avons jamais voulu aider significativement les groupes rebelles modérés. Nous avons une part de responsabilité indirecte dans la radicalisation de la rébellion. Enfin, ce qui a tout changé, c’est l’intervention russo-iranienne. On pouvait prédire la pérennité du soutien de Moscou à Damas, mais à ma connaissance personne n’avait prévu que la Russie interviendrait aussi massivement et durablement. Bref, le flot de réfugiés syriens, c’est aussi à cause de notre propre politique…

De manière plus générale, il me parait illusoire d’avoir une politique étrangère unique comme nous avons une monnaie unique. Il existe une politique « commune », mais elle ne se substitue pas aux politiques nationales. C’est un outil de convergence qui s’appuie sur des évaluations communes. Et ce n’est pas négligeable. Mais l’élargissement de l’Europe a rendu encore plus difficile que par le passé la fixation de politiques extérieures communes. On n’échappe pas à l’histoire et à la géographie. Il est normal que l’Estonie ou la Pologne soient plus préoccupés par la Russie, et que la France et l’Italie aient les yeux rivés sur l’Afrique du nord. Mais il faudrait que tous les pays membres se rendent comptent qu’ils sont interdépendants et que le sort des uns finit toujours par avoir des conséquences sur les autres.

Si les tendances démographiques sont difficilement prévisibles, l'impact des flux migratoires - réels ou perçus - sur le vote au sein des démocraties a pu être observé, aussi bien dans le cas du Brexit, de l'élection de Donald Trump, de la victoire de la Ligue et du M5S en Italie, ou encore de l'arrivée de près de 100 députés de l'AFD au Bundestag, et ce, en moins de 3 années, soit un rythme rapide. Dans l'expectative d'une possible et progressive fermeture des frontières européennes, comment en anticiper les effets sur le continent africain en général et les principaux pays de départ en particulier ?

Je ne crois pas qu’il y aura de « fermeture » des frontières européennes. Trois questions différentes sont en jeu : Frontex, Dublin et Schengen. Le renforcement du contrôle de la frontière extérieure de l’Europe est inévitable et important. Ce qui ne veut pas dire « fermeture ». Le règlement de Dublin sur les modalités de l’asile en Europe sera sans doute revu. Enfin, la question la plus sensible est celui de la libre circulation ; l’accord dit de Schengen est devenu l’un des acquis les plus importants de l’Union. Si au-delà du rétablissement provisoire des contrôles aux frontières nationales, auquel certains Etats ont procédé, on devait revenir en arrière sur les principes de Schengen, ce serait un recul très grave pour l’esprit de la construction européenne. 

Si l’Europe devenait plus restrictive dans sa politique d’immigration, cela ne signifierait pas nécessairement que les jeunes Africains vivant dans des pays peu développés seraient condamnés à rester chez eux. Il faut savoir que ceux-ci migrent d’abord… en Afrique, vers l’ouest et vers le sud du continent. Et qu’ils sont nombreux à chercher à se rendre en Amérique du nord ou dans le Golfe. Le problème se déplacera vers les pays d’Afrique occidentale et du Maghreb/Machrek.

En conclusion, nous aurons à gérer dans les décennies qui viennent, non pas une invasion mais un flux migratoire régulier en provenance d’Afrique. Nous devrons le réguler au mieux, sans refuser totalement l’immigration et sans remettre en cause le principe de l’asile politique lors des crises. Mais il est impossible d’avoir une vision irénique du problème. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Vol MH370 : "le pilote se serait envolé à 12 000 mètres pour tuer l'équipage dans la cabine dépressurisée ", selon un nouveau rapport
02.
Dents de la mer : les grands requins blancs remontent vers le Nord aux Etats-Unis, faut il redouter la même chose en Europe ?
03.
Auchan, Carrefour, Casino : mais que vont devenir toutes ces galeries marchandes et hypermarchés qui se vident ?
04.
Véhicules propres : la Chine abandonne l'électrique pour miser sur la voiture à hydrogène
05.
L'homme qui ne voulait pas être le deuxième flic de France…
06.
Il manque d'écraser un malvoyant et sort de sa voiture pour le frapper
07.
Pourquoi les jeunes Français sont bien loin du portrait idéalisé d’une génération libertaire, ouverte et écolo…
01.
Véhicules propres : la Chine abandonne l'électrique pour miser sur la voiture à hydrogène
02.
Auchan, Carrefour, Casino : mais que vont devenir toutes ces galeries marchandes et hypermarchés qui se vident ?
03.
Mariage de Karine Ferri : Nikos n'est pas venu, les autres stars non plus; Laeticia Hallyday se rabiboche avec son père, Meghan Markle aurait fait fuir sa mère, Rihanna renoue avec son milliardaire;  Kate Middleton snobe Rose, Britney Spears s'arrondit
04.
Cette nouvelle technique du dépistage du cancer de la prostate qui pourrait sauver de nombreuses vies
05.
Crise au sein de LREM dans le Nord : six députés claquent la porte
06.
Vol MH370 : "le pilote se serait envolé à 12 000 mètres pour tuer l'équipage dans la cabine dépressurisée ", selon un nouveau rapport
01.
PMA : la droite est-elle menacée de commettre la même erreur qu’avec le progressisme des années 60 qu’elle a accepté en bloc au nom de l’évolution de la société ?
02.
Voulez-vous savoir dans quelle France on entend vous faire vivre ? Regardez bien l'affiche de l'UNICEF !
03.
Mais pourquoi s’abstenir de faire des enfants pour sauver la planète alors que le pic démographique est passé ? Petits arguments chiffrés
04.
Véhicules propres : la Chine abandonne l'électrique pour miser sur la voiture à hydrogène
05.
Les nouvelles figures « modérées » de l’islam de France et l’ombre des Frères-musulmans
06.
Réforme des retraites : pourquoi les salariés du privé ont toutes les raisons de s’inquiéter
Commentaires (21)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
excalibur2016
- 09/07/2018 - 13:43
Une seule solution : la planification familale
Pour les populations qui souhaitent s'assimiler en France, imposer la planification : interdiction d'avoir plus de 2 enfants par femme sinon coupure des aides sociales et de la CMU. Qui critique la Chine d'avoir pris les mêmes mesures ??
REVERJOVIAL
- 09/07/2018 - 12:35
tjrs la faute et la haine de l'Occident
Nous sommes responsable d'avoir chassé Kadhafi du pouvoir par notre intervention et responsable de la victoire de Assad pour ne pas être intervenu ? Voila le vrai débat il y a t'il une véritable culture de la démocratie et de la modernité dans les populations de la zone musulmane et de l'Afrique ?
A priori avec nos banlieues travaillées par tout les extrémismes religieux ou ultra gauchiste, avec le ressentiment et la haine de notre pays et incapable de s'intégrer culturellement à notre modèle de civilisation occidental, je dirais non , alors pourquoi accepter des millions de migrants qui rejettent en bloc nos valeurs et qui transforment notre pays en arrière cour de l'Afrique ?
lasenorita
- 09/07/2018 - 11:11
Les Africains sont très bien reçus dans notre pays!
Nos gouvernements gauchistes laissent entrer de plus en plus de musulmans dans notre pays! Le lavage de cerveau de la ''bien-pensance'' atteint presque toute la population.. voir le ''délit de solidarité'' du Conseil Constitutionnel..https://www.breizh-info.com/2018/07/09/99274/le-conseil-constitutionnel-supprime-nos-frontieres..Des maires français ont ''aidé'' l'islamisme à s'installer dans notre pays parce que les musulmans ont ''le droit de vote'' en France...ces maires, ne respectant pas la loi de 1905(séparation des religions et de l'Etat) ont cédé des terrains aux muzz, pour construire des mosquées, à un prix dérisoire...Nantes, ville de 305.000 habitants possède 10 mosquées: la maire de Nantes, avec les communautés musulmanes, ont engagé une politique de construction de mosquées...la ville leur octroyant un bail ... à loyer modéré...J'aimerais que, dans les ''pays musulmans'',on construise des églises, ce qui n'est pas le cas. .voir https://www.yabiladi.com/articles/details/66730/desacralisation-eglises-maroc.html.. Les Turcs ont ''colonisé'' l'Algérie pendant 300 ans..la France pendant 130 ans. .Les Algériens devraient se rendre en Turquie au lieu de venir en France....