En direct
Best of
Best of du 16 au 23 mars 2019
En direct
© FRANCOIS GUILLOT / AFP
Aides publiques
Pourquoi le chemin vers la fusion des minima sociaux est difficile MAIS possible
Publié le 13 septembre 2018
Sera-t-il possible un jour de fusionner les minima sociaux en France ? Eléments de réponses avec Marc de Basquiat.
...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Marc de Basquiat
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Sera-t-il possible un jour de fusionner les minima sociaux en France ? Eléments de réponses avec Marc de Basquiat.

Fusionner les minima sociaux ?

Avant de fusionner des prestations aussi différentes, commencer par démonter l’effroyable usine à gaz du RSA et de la Prime d’activité, puis réaliser la jointure avec le système fiscal

 
Le 18 avril 2016, le député Christophe Sirugue a rassemblé une quasi-unanimité sur son rapport "Repenser les minima sociaux : vers une couverture socle commune"    . 
 
Son scénario 3 proposait de remplacer dix minima sociaux par la combinaison de trois prestations complémentaires. 
 
 
 
 
Malgré ce large consensus, la mise en œuvre de ce fameux scénario 3 n’est toujours pas d’actualité. Les politiques et les experts y font régulièrement référence, mais on n’est pas encore dans le concret. 
 
Deux obstacles majeurs :
1. Les règles applicables pour appréhender la situation réelle des bénéficiaires (structure familiale et niveaux de revenus) sont extrêmement hétérogènes entre les dix minima sociaux. 
2. La dégressivité des prestations en fonction des revenus échappe à toute logique d’ensemble.
 
 

L’actuelle familialisation du RSA est un obstacle majeur à toute rationalisation

Le rapport Sirugue prône avec sagesse que la Couverture socle commune soit « doublée pour un couple » et accordée « sans prise en compte des prestations familiales dans la base ressources ». Cette rupture avec les règles actuelles du RSA est majeure. Cela a un coût. Il faut l’assumer. 
 
Pour montrer l’enjeu concret pour les personnes concernées, considérons un petit extrait des 7 pages du formulaire de demande du RSA : 
 
 
Appliquant à la lettre les conditions d’attribution de la prestation, le formulaire interroge dans le détail sur la configuration familiale du demandeur, plus particulièrement sur son éventuelle vie de couple. La question particulièrement indiscrète « à quelle date avez-vous rompu votre vie en concubinage ? » laisse pantois. 
 
L’article proposant de rationaliser la politique familiale montre pourquoi il convient de remplacer la prise en compte des enfants, dans le calcul du RSA, par des Allocations Familiales Uniques. Cette réforme est un prérequis, de même que le rattrapage du « RSA Couple », qui devrait être égal à deux fois le RSA d’une personne seule. 
 
Le deuxième chantier majeur est la rationalisation des règles de dégressivité des prestations sociales avec le revenu.
 
 

La dégressivité de l’aide sociale avec le revenu doit basculer vers une logique fiscale

 
Depuis quelques années, l’administration fiscale améliore nettement ses processus, grâce à la déclaration d’impôt annuelle pré-remplie, puis la déclaration sociale nominative mensuelle, et bientôt le prélèvement à la source d’un acompte chaque mois. C’est un progrès qu’il faut saluer honnêtement : le fisc collecte de plus en plus facilement l’information sur l’ensemble des revenus des particuliers en France. 
 
Dans le même temps, le ministère des Affaires sociales envisage d’automatiser le calcul et le versement du RSA et de la Prime d’activité. Là aussi, il s’agit de prendre en compte  les revenus des ménages au plus près du temps réel. 
 
Ces deux démarches compliquées sont redondantes.
 
Nous proposons que l’administration fiscale soit le collecteur de référence pour les revenus des particuliers. Les prestations sociales dont le montant dépend du revenu du bénéficiaire seraient alors systématiquement calculées à partir des données fournies par l’administration fiscale.
 
Ceci est malheureusement compliqué par le fait que les administrations ne raisonnent pas sur le même périmètre. Le « foyer fiscal » réunit les couples mariés ou pacsés. La famille, au sens du « foyer social », réunit également les concubins, sans qu’on comprenne d’ailleurs très bien le fondement juridique de la prise en compte de ce statut de fait. C’est ainsi que le « foyer social » de concubins est généralement constitué de deux « foyers fiscaux ».
 
Cette complexité induit nombre d’aberrations dans le calcul des prestations sociales. On peut l’entrevoir ci-dessous, avec les courbes en bleu qui figurent l’évolution de la combinaison RSA et Prime d’activité en fonction des salaires d’une personne seule ou d’un couple.
 
 
 
 
Pour une personne seule au SMIC, toute augmentation de salaire s’accompagne du prélèvement de cotisations sociales non contributives à un taux élevé (du fait de la réduction Fillon, voir cet article. On constate sur le graphique que, de surcroit, la Prime d’activité diminue fortement dans cette zone, ce qui freine d’autant la progression du revenu disponible. 
 
Ce phénomène ne se retrouve pas sur la courbe concernant les couples, qui présente cependant d’autres anomalies. Tout ceci est d’une incohérence totale. Un ménage radical s’impose.
 

D’abord simplifier drastiquement le RSA et la Prime d’activité

 
Le schéma ci-dessous donne une idée de l’ampleur du chantier de rationalisation du RSA et de la Prime d’activité. Avant d’entreprendre un quelconque rapprochement avec d’autre minima sociaux, il est malheureusement indispensable de mener cette série de réformes.
 
 
C’est un projet compliqué, très technique, nécessitant de modifier de nombreux mécanismes également effroyablement alambiqués. Le gouvernement actuel aura-t-il le courage de se lancer dans le redesign complet de ces prestations ? Qui prend ce pari ? 
 
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Irascible, exténué et persuadé d’être le meilleur en tout : ce que la personnalité du président coûte à son quinquennat et à la France
02.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
03.
Castaner : l'inconnue n'en était pas une (et peut-être pas la seule); Foresti rit au soleil, Laeticia Hallyday & Paris Jackson dépriment à L.A; Meghan engage un coach "gestion de bébé"; Public voit un enfant pour Jenifer et une joueuse du PSG pour MBappé
04.
Vladimir Poutine est censé quitter le pouvoir en 2024. Certains au Kremlin envisageraient un autre scénario
05.
Acte 19 des Gilets jaunes : victoire sur le terrain pour le gouvernement, incertitude politique maximale
06.
“La révolte du public” : interview exclusive avec Martin Gurri, l'analyste de la CIA qui annonçait la crise des Gilets jaunes dès 2014
07.
Soirée arrosée en boîte : Christophe Castaner filmé en train d'embrasser une inconnue
01.
Irascible, exténué et persuadé d’être le meilleur en tout : ce que la personnalité du président coûte à son quinquennat et à la France
02.
Dégoût, colère, envie de révolution… : l’étude exclusive qui révèle la très sombre humeur des Français relativement aux autres Européens
03.
“La révolte du public” : interview exclusive avec Martin Gurri, l'analyste de la CIA qui annonçait la crise des Gilets jaunes dès 2014
04.
Grand débat en péril ? Les trois erreurs politiques que semble s'apprêter à commettre Emmanuel Macron
05.
MBS, le prince héritier saoudien dépossédé d’une partie de ses pouvoirs par le Roi Salman
06.
Rokhaya Diallo va (peut-être) nous quitter pour les Etats-Unis
01.
Révolution, le retour : le scénario d’un vrai dérapage insurrectionnel est-il en train de devenir possible en France ?
02.
Recours à l’armée face aux Gilets jaunes : la dangereuse fuite en avant du gouvernement
03.
Irascible, exténué et persuadé d’être le meilleur en tout : ce que la personnalité du président coûte à son quinquennat et à la France
04.
Violence inexcusable MAIS aspiration à la justice sociale : la double nature de la contestation des Gilets jaunes dont aucun parti ne parvient à tirer une synthèse convaincante
05.
Profondément convaincus ou en réaction épidermique à Emmanuel Macron ? L’enquête exclusive qui révèle que les Français se disent nettement plus nationalistes et favorables au protectionnisme que les autres Européens ?
06.
Rokhaya Diallo va (peut-être) nous quitter pour les Etats-Unis
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 07/07/2018 - 09:25
L’usine à gaz gauchiste est trop complexe...
tentez de faire une dérivation pour rassembler trois collecteurs-redistributeurs, et tout explose...il fallait simplifier tout cela, bien avant...ou ne pas faire le gauchisme...seule solution? ne toucher à rien, car elle explosera toute seule!
francoise34
- 07/07/2018 - 00:42
Et rien ne va bouger
On va parler, débattre, consulter, demander un rapport, peut être même nommer un groupe de travail ou une commission
Et plouf, rangement vertical, comme les autres, commission Attali ou rapport de l homme blanc racisė
Vous savez de qui je parle
Eface
- 06/07/2018 - 12:25
Avant toute réforme
Ne serait il pas judicieux de commencer par imposer sur le revenu toutes les aides sociales multiples et variée perçues par une famille qui parfois sont supérieures à un revenu du travail qui, lui, est imposé ?