En direct
Best of
Best of du 6 au 12 juillet
En direct
© JOEL SAGET / AFP
Edito

Pourquoi le prélèvement à la source a du plomb dans l’aile

Publié le 06 juillet 2018
Le monde de la fiscalité peut ressembler à l’univers de Kafka.
Michel Garibal , journaliste, a fait une grande partie de sa carrière à la radio, sur France Inter, et dans la presse écrite, aux Échos et au Figaro Magazine.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Garibal
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Garibal , journaliste, a fait une grande partie de sa carrière à la radio, sur France Inter, et dans la presse écrite, aux Échos et au Figaro Magazine.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le monde de la fiscalité peut ressembler à l’univers de Kafka.

Le dossier du prélèvement à la source et en train d’en fournir une illustration qui pourrait devenir tragique dans la mesure où la complexité d’une réforme mal conçue vient de conduire le gouvernement à ouvrir une brèche dans le dispositif qui met en péril l’ensemble du projet. Pour l’instant, seuls les personnels employés à domicile sont concernés, car on a pris conscience que leurs employeurs seraient devenus des auxiliaires pour la collecte de l’impôt à laquelle ils ne sont pas préparés et pour laquelle ils ne disposent ni des DRH, ni des fiscalistes , ni des services juridiques , qui sont l’apanage des grands groupes ou des sociétés d’une certaine taille. Le ministre des comptes publics a donc décidé la mort dans l’âme de retarder d’un an le prélèvement à la source pour un million de contribuables payés pour des activités à domicile, dont un quart seulement sont assujettis à l’impôt, ce qui ne faisait que compliquer l’application du nouveau système envisagé. Face à l’incapacité de se transformer en collecteur d’impôts, on risquait de se trouver devant une absence généralisée de déclarations avec un recours au marché noir , alors que l ’on enregistre déjà des difficultés dans le fonctionnement du système. Mais en repoussant d’un an l’application de la réforme, le gouvernement trouve encore le moyen d’aggraver la complexité. Car les assujettis vont échapper non seulement au prélèvement qui devrait s’appliquer à tous, mais aussi à l’impôt sur le revenu qui serait lui aussi reporté d’un an, avec une double peine puisqu’il faudrait en 2020 payer deux fois l’impôt. 

 
Autant d’obstacles qui ne pourront qu’augmenter l’hostilité au projet. Déjà plusieurs fédérations professionnelles regroupant les artisans, les commerçants et les petits patrons avaient témoigné leur hostilité, en menaçant même de refuser d’entrer dans un processus qui se traduirait aussi par des charges supplémentaires. Le patronat dans son ensemble dénonce depuis des mois le manque total de clairvoyance des pouvoirs publics, en soulignant que le prélèvement à la source, qui est généralisé dans de nombreux pays ne pouvait être transplanté en France dans l’état actuel de la fiscalité. Il existe trop de régimes différents chez nous, notamment avec la politique familiale, alors que plus de la moitié de nos compatriotes ne sont pas soumis à l’impôt sur le revenu. Tout changement de fond  supposerait d’abord une simplification du système avec une généralisation de l ‘impôt sur le revenu qui fait défaut. Ce qui pourrait justifier une arrière-pensée prêtée au gouvernement : celle de fusionner à terme la contribution sociale généralisée, dont le champ d’application est plus large, avec l’impôt sur le revenu. Une idée qui fait frémir le monde patronal qui y voit le risque d’une augmentation sensible de la taxation des classes moyennes dans ce cas. 
 
Il reste que le pouvoir est bien embarrassé, alors qu’il reste seulement quelques mois avant l’entée en vigueur de la réforme. Car les pressions pour retarder l’échéance vont se multiplier. Les services de Bercy, qui ne manquent pas d’imagination, vont chercher à proposer quelques aménagements, qui ne feront que compliquer les choses avec le souci de donner des satisfactions à tout le monde. Il est probable qu’il faudra reculer le départ de la réforme, au risque de la compromettre définitivement. Et ceci alors que le gouvernement commence à payer le prix d’une boulimie de réformes trop vite engagées sans concertations suffisantes qui vient de le condamner à retarder la présentation de ses plans en matière de réforme de l’Etat, de l’hopital ou de la lutte contre la pauvreté, au moment où ses rapports avec les collectivités locales se tendent, car celles-ci redoutent  d’être les futures cibles des choix budgétaires qu’il n’est plus à même d’assumer lui-même.
 
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Immigration : quand la vérité des chiffres émerge peu à peu

02.

Céline Dion envoie DEUX stylistes à l’hosto; Nabilla veut de grandes études pour son bébé; Elizabeth II recueille une milliardaire en fuite; Laeticia Hallyday humiliée à Saint-Tropez; Cyril Hanouna achète à Miami, François H. & Julie Gayet à Montsouris

03.

Auriez vous le brevet des collèges ou... signé une pétition car les épreuves étaient trop difficiles ?

04.

Safari des gérants du Super U : pourquoi leur cas est bien plus défendable qu’il n’y paraît d’un point de vue environnemental

05.

Ces cinq erreurs de politiques publiques qui coûtent incomparablement plus cher à la France que quelques dîners au luxe malvenu

06.

Ces 6 questions que soulèvent les révélations sur François de Rugy et qui en disent long sur le niveau de dysfonctionnement politique et économique de notre pays

01.

Greta Thunberg à l’Assemblée nationale : le révélateur de la faiblesse des écologistes politiques ?

02.

Immigration : quand la vérité des chiffres émerge peu à peu

03.

Ces cinq erreurs de politiques publiques qui coûtent incomparablement plus cher à la France que quelques dîners au luxe malvenu

04.

L’humanité a-t-elle atteint son pic d’intelligence ?

05.

Chasse aux comportements indécents : ce que la France a à gagner … et à perdre dans sa quête grandissante de vertu

06.

François de Rugy, le bouc émissaire dont la mise à mort inquiète le monde de l’entreprise

Commentaires (12)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Borgowrio
- 07/07/2018 - 18:16
Peine de mort et mariage pour tous ... Le bilan socialiste
Encore un bébé Hollande mort né , comme Mitterrand et la peine de mort , Hollande , son bilan aura été le mariage pour tous . Tout le reste est à mettre à la poubelle
vangog
- 07/07/2018 - 09:19
Il n’y a pas boulimie de réformes....
Il y a indigestion de mauvais projets, inaboutis, inutiles ou foireux...comme je l’avais écrit il y a plus d’un an, sans simplification-uniformisation des impôts pour tous, le système de prélèvement à la source est impossible! Et ils s’en aperçoivent, aujourd’hui, ces nazes?...
mymi
- 07/07/2018 - 07:46
Augmentation cachée des impôts
Il faut ajouter, me semble-t-il un problème lié à ce prélèvement à la source : le fait qu'il sera très facile à l'exécutif d'augmenter nos impôts vu que nous ne recevrons que le solde et que noyées dans toutes les autres taxes nous ne verrons pas celles qui auront augmenté !
Le seul objectif de ce gouvernement c'est traire la vache à lait des contribuables au maximum pour assurer leur train de vie