En direct
Best of
Best of du 15 au 21 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La réaction de la femme de Griveaux

02.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

03.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

04.

Les Frères Musulmans, Youssef al-Qardaoui et le discours d'Emmanuel Macron sur le "séparatisme islamiste"

05.

Les obsèques de Michel Charasse vont se dérouler le mercredi 26 février à Puy-Guillaume, en présence d’Emmanuel Macron

06.

Ethiopie : une couronne cachée pendant 21 ans aux Pays-Bas a enfin été restituée

07.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

01.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

02.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

03.

Politique arabe : pourquoi la France n’est plus écoutée au Moyen-Orient depuis la fin de la guerre d'Algérie

04.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

05.

Vanessa Paradis seule : son fils va quitter la maison, Samuel n’est pas là; Le nouveau mari de Pamela Anderson effrayé par ses dettes, le compagnon de Laeticia Hallyday pas troublé par ses problèmes financiers; Loana à nouveau dans une relation abusive

06.

Démocratie représentative en danger : l’extrême gauche en passe de dépasser l’extrême droite

01.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

02.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

03.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

04.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

05.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

06.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Hommage et émotion
Les obsèques de Michel Charasse vont se dérouler le mercredi 26 février à Puy-Guillaume, en présence d’Emmanuel Macron
il y a 8 heures 15 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 20 février en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 9 heures 40 min
light > Culture
7e art
"Soumission" : le roman de Michel Houellebecq sera bientôt adapté au cinéma par le réalisateur Guillaume Nicloux
il y a 14 heures 50 min
light > Politique
Classe politique endeuillée
L'ancien ministre socialiste Michel Charasse est décédé à l'âge de 78 ans
il y a 16 heures 34 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Vie de Gérard Fulmard" de Jean Echenoz : un pastiche de polar, plaisant mais pas fracassant !

il y a 17 heures 53 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand le noir passe au blanc et quand le design horloger est de retour : c’est l’actualité des montres à l’heure du Covid-19
il y a 18 heures 16 min
pépite vidéo > Europe
Lutte contre l'extrémisme
Attentats à Hanau : l'hommage émouvant des Allemands envers les victimes
il y a 19 heures 12 min
décryptage > Environnement
Inquiétudes

Fermeture de Fessenheim : vers une fragilisation à long terme des compétences de la filière nucléaire et notamment pour la construction des futurs EPR

il y a 20 heures 34 min
décryptage > Santé
Lutte contre l'épidémie

Coronavirus : pourquoi l’heure de la vraie fermeté avec la Chine est venue pour l’OMS

il y a 22 heures 58 sec
décryptage > Terrorisme
Attentats en Allemagne

Le complotisme, moteur d’un terrorisme identitaire pointé du doigt par le FBI

il y a 23 heures 6 min
light > Insolite
Trésor inestimable
Ethiopie : une couronne cachée pendant 21 ans aux Pays-Bas a enfin été restituée
il y a 8 heures 28 min
light > People
Parisian Way of Life
Une plaque a été installée dans un restaurant KFC à Paris après le passage de Kim Kardashian et Kanye West
il y a 13 heures 9 min
pépites > Justice
Affaire Griveaux
Piotr Pavlenski indique être à l'origine du vol des vidéos sur l'ordinateur d'Alexandra de Taddeo
il y a 15 heures 46 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"What is love" d'Anne Buffet : un contrepied systématique et réjouissant des poncifs sur l’amour

il y a 17 heures 33 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Miroir de nos peines" de Pierre Lemaitre : un roman passionnant dont on regrette de tourner la dernière page...

il y a 18 heures 1 min
pépites > Santé
Endiguer l'épidémie
Covid-19 : un expert chinois indique que des patients "guéris" pourraient toujours véhiculer le virus
il y a 18 heures 37 min
décryptage > Défense
Dissuasion

L’armement nucléaire français est incontournable à l'indépendance de la France

il y a 20 heures 16 min
rendez-vous > Religion
Géopolitico-scanner
Les Frères Musulmans, Youssef al-Qardaoui et le discours d'Emmanuel Macron sur le "séparatisme islamiste"
il y a 21 heures 2 min
décryptage > Science
La menace fantôme

Vaisseaux spatiaux, fusées et débris divers : quand la NASA transforme l’espace en cimetière géant

il y a 22 heures 30 min
décryptage > Politique
Comme avant

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

il y a 23 heures 23 min
© STRINGER / AFP
© STRINGER / AFP
G5 Sahel

Mali : quels équilibres pour gagner la paix ?

Publié le 04 juillet 2018
Même si l’opération française Serval (2013), puis la mise en place de Barkhane (2014), ont contribué à la sécurisation de la Bande Saharo-Sahélienne, force est de constater que les choses progressent peu depuis quelques temps. Elles s’aggravent même, notamment au Mali, épicentre d’un G5 Sahel qui réunit depuis 2014 dans une coopération civilo-militaire Mauritanie, Mali, Niger, Burkina-Faso et Tchad.
Frédéric Rouvillois est professeur de droit public et écrivain.Professeur agrégé de droit public à Paris V depuis 2002, où il enseigne le droit constitutionnel et le contentieux constitutionnel, il centre ses travaux sur le droit de l’Etat et sur l...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christophe Boutin est un politologue français et professeur de droit public à l’université de Caen-Normandie, il a notamment publié Les grand discours du XXe siècle (Flammarion 2009) et co-dirigé Le dictionnaire du conservatisme (Cerf 2017), et le Le...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Frédéric Rouvillois
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Frédéric Rouvillois est professeur de droit public et écrivain.Professeur agrégé de droit public à Paris V depuis 2002, où il enseigne le droit constitutionnel et le contentieux constitutionnel, il centre ses travaux sur le droit de l’Etat et sur l...
Voir la bio
Christophe Boutin
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christophe Boutin est un politologue français et professeur de droit public à l’université de Caen-Normandie, il a notamment publié Les grand discours du XXe siècle (Flammarion 2009) et co-dirigé Le dictionnaire du conservatisme (Cerf 2017), et le Le...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Même si l’opération française Serval (2013), puis la mise en place de Barkhane (2014), ont contribué à la sécurisation de la Bande Saharo-Sahélienne, force est de constater que les choses progressent peu depuis quelques temps. Elles s’aggravent même, notamment au Mali, épicentre d’un G5 Sahel qui réunit depuis 2014 dans une coopération civilo-militaire Mauritanie, Mali, Niger, Burkina-Faso et Tchad.

Un terrorisme résiduel gangrène en effet la zone, avec son lot d’attentats contre les civils, les forces de sécurité locales, les forces étrangères ou celles de l’ONU au Mali, la MINUSMA. C’est bien la preuve s’il en était besoin, que, comme le répètent nos militaires, dans ce théâtre d’opérations la seule dimension sécuritaire n’est pas suffisante. Au lendemain d’un attentat dirigé contre l’État-major du G5 et au mopment de la rencontre de ses membres avec Emmanuel Macron, il faut se poser les questions des gestions post-crise.

Le contrôle de la zone sera en effet toujours insuffisant pour un ensemble de raisons. Le territoire à contrôler d’abord, celui du G5, représente 5 millions de km2 et 65 millions d’habitants. Le contrôler suppose donc une surveillance satellitaire et aérienne dont ne disposent pas les pays de la région, et qui demande même de notre part une coopération avec les USA. Les 4.500 hommes de nos forces sont efficients et aident à la montée en puissance des forces locales, épaulés par des initiatives européennes limitées, quand les 13.000 hommes de la MINUSMA, de valeur inégale, ne contribuent que par leur présence à une certaine stabilisation. Les contingents locaux enfin sont un peu mieux entraînés depuis quelques années, mais restent sous-équipés.

Pour autant, il ne saurait être question d’espérer résoudre les traumatismes d’une situation de crise ou de conflit par le seul contrôle militaire, quand bien même celui-ci serait-il possible, et quand bien même ne relèverait-il que des forces nationales des zones concernées. Il importe aussi, pour éviter que les propagandistes terroristes puissent vivre en harmonie avec les populations, qu’ils ne puissent se substituer à l’État en qui l’on retrouve confiance. Cela suppose, bien sûr, le retour sur l’ensemble du territoire des forces de sécurité et des services de justice qui assurent l’ordre public en respectant une stricte neutralité entre les divers groupes, mais aussi celui des services publics d’aide aux populations (nourriture, eau, électricité…) comme de l’ensemble des administrations, dont notamment, au vu de la jeunesse de la population, de l’enseignement public.

Or cet indispensable retour de l’État post-conflit est parfois délicat au vu de l’imbrication des appartenances dans le cadre de territoires qui ont été assemblés d’un trait de crayon sur une carte au moment des indépendances. On sait qu’une partie de l’Afrique a tenté, après les décolonisations, en utilisant par exemple la forme maintenant totalement dépassée du parti unique, de fédérer des population diverses dans un même sentiment national. Cette volonté d’unification n’a pas permis de faire disparaître, et l’on peut s’en féliciter, les cultures et les traditions diverses, partout présentes sur le continent. Par contre, le pouvoir a parfois semblé être confisqué par certains groupes au détriment des autres membres de la communauté nationale, ce qui a encouragé, notamment dans la BSS, des mouvements irrédentistes. À ce premier clivage s’est d’abord ajouté, dans cette zone très pauvre, l’impact des divers trafics, mélange de nécessité économique et de tradition nomade, puis, plus récemment, un clivage religieux avec l’introduction d’un islam rigoriste très différent de celui jusqu’alors pratiqué.

La lecture des mouvements de révolte armée réunis dans cette zone sous une même appellation de « djihadistes » doit donc être faite au regard des ces interactions et non sur une grille de lecture simplifiée à la seule dimension religieuse. Il importe par ailleurs de comprendre que lorsque l’État disparaît d’une zone un vide se crée, dans lequel toute autre force apportant un ordre public et des services apparaîtra ipso facto comme légitime. Face à ce risque, la question est donc bien celle de la restauration d’un État qui doit disposer clairement, et avec neutralité entre les groupes, du monopole de la violence légitime, et savoir éradiquer cette gangrène de la corruption qui lui fait perdre toute crédibilité.

Cette restauration de l’État ne peut pas se faire sans une concertation et une collaboration entre les anciens ennemis, en sachant que de nombreux effets pervers existent. D’une part en effet, si l’on agrège aux forces étatiques les anciens membres de milices irrédentistes, cela dévalorise les forces loyalistes et crée, avec cette intégration de facto dans la fonction publique, un effet d’aubaine. D’autre part, d’autres groupes non irrédentistes mais ayant une identité propre et s’estimant eux-aussi secondarisés verront dans la lutte armée la seule solution pour être reconnus par le pouvoir, ce qui va conduire à une multiplication des troubles. La solution n’est donc pas celle d’un dialogue entre « État » et « rebelles », mais celle d’une vaste concertation nationale qui n’oublie personne.

Mais ce dialogue national, pour indispensable qu’il soit, ne peut suffire à la restauration de l’État au niveau local, quand la gestion post-crise suppose une politique menée au plus près des spécificités du terrain. Il faut donc installer ensuite un double dialogue, entre les pouvoirs publics et l’État central, mais aussi à l’intérieur de ces pouvoirs publics locaux. Entre l’État central et les pouvoirs locaux, la concertation passera par une nouvelle répartition des compétences qui, sur la base du principe de subsidiarité, permettra à ces derniers d’exister par eux-mêmes. Les modalités en sont diverses, allant de la décentralisation à une plus grande autonomie, dans le respect de la souveraineté nationale. À l’intérieur des pouvoirs publics locaux ensuite, la concertation doit permettre d’éviter que l’indispensable respect des identités ne conduise pas à les essentialiser, au profit du seul groupe dominant local.

C’est à cette nouvelle définition du rapport entre centre et périphérie que sont conviés tous les États de la bande saharo-sahélienne et notamment le Mali, État pour lequel cet objectif résulte d’ailleurs d’une obligation juridique : la nécessité d’appliquer les Accords d’Alger (2015). Une telle redéfinition ne peut être pensée que de manière indépendante, et non sous la dictée de puissances étrangères, quand bien même seraient-elles voisine. Le Mali a aujourd’hui vocation à montrer l’exemple d’une véritable réconciliation nationale qui passe par la mise en place d’institutions locales pérennes. Quel qu’il soit, ce devrait être la principale mission du Président de la République qui y sera élu en juillet.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La réaction de la femme de Griveaux

02.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

03.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

04.

Les Frères Musulmans, Youssef al-Qardaoui et le discours d'Emmanuel Macron sur le "séparatisme islamiste"

05.

Les obsèques de Michel Charasse vont se dérouler le mercredi 26 février à Puy-Guillaume, en présence d’Emmanuel Macron

06.

Ethiopie : une couronne cachée pendant 21 ans aux Pays-Bas a enfin été restituée

07.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

01.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

02.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

03.

Politique arabe : pourquoi la France n’est plus écoutée au Moyen-Orient depuis la fin de la guerre d'Algérie

04.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

05.

Vanessa Paradis seule : son fils va quitter la maison, Samuel n’est pas là; Le nouveau mari de Pamela Anderson effrayé par ses dettes, le compagnon de Laeticia Hallyday pas troublé par ses problèmes financiers; Loana à nouveau dans une relation abusive

06.

Démocratie représentative en danger : l’extrême gauche en passe de dépasser l’extrême droite

01.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

02.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

03.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

04.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

05.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

06.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires