En direct
Best of
Best of du 6 au 12 avril 2019
En direct
© Thibault Camus / POOL / AFP
Usine à gaz
Pourquoi le financement de la suppression de la taxe d’habitation par le déficit est loin d’être le premier reproche que l’on puisse faire au gouvernement sur sa mesure politique phare
Publié le 04 juillet 2018
Selon les informations du Figaro, la suppression de la taxe d'habitation devrait être financée par les déficits. L'exécutif accouche ainsi d'une usine à gaz supplémentaire qui va encore venir accroître la dépendance des collectivités locales vis-à-vis de l’Etat.
Philippe Crevel est économiste, directeur du Cercle de l’Épargne et directeur associé de Lorello Ecodata, société d'études et de conseils en stratégies économiques.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe Crevel
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe Crevel est économiste, directeur du Cercle de l’Épargne et directeur associé de Lorello Ecodata, société d'études et de conseils en stratégies économiques.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Selon les informations du Figaro, la suppression de la taxe d'habitation devrait être financée par les déficits. L'exécutif accouche ainsi d'une usine à gaz supplémentaire qui va encore venir accroître la dépendance des collectivités locales vis-à-vis de l’Etat.

Atlantico : Selon les informations relayées par le Figaro, la suppression de la taxe d'habitation devrait finalement être financée par les déficits, pour un montant d'environ 6.5 milliards d'euros. Au delà de la question du déficit, les problèmes posées par une telle réforme ne sont-ils pas plutôt à chercher du côté de la décision elle-même de la suppression de la taxe d'habitation, notamment pour des questions de liens entre contribuables et territoires, d'une plus grande dépendance des collectivités locales à l'Etat, ou encore d'une décision de révision de la base cadastrale qui aurait pu faire sens ? 

Philippe Crevel : La suppression de la taxe d’habitation pour 80 % des contribuables constituait une des promesses phares du candidat Emmanuel Macron. Sa mise en œuvre aboutit tout à la fois à une usine à gaz, un jeu de bonneteau et ressemble au dessin animé des Shadocks. Elle est surtout une série B à multiples rebondissements. 1er épisode, le gouvernement prévoit en trois fois de supprimer la taxe d’habitation pour 80 % de la population ; épisode 2, le Conseil constitutionnel approuve l’article mais l’assortit d’une condition, l’élaboration d’une réforme des finances locales afin de lutter contre les ruptures d’égalité tant entre redevables qu’entre collectivités. Episode 3, le Gouvernement propose d’exonérer tous les contribuables au titre de leur résidence principale. Episode 4, il faut trouver des solutions pour compenser le manque à gagner pour les collectivités tout en affirmant qu’aucun nouvel impôt serait créé. Episode 5, le concours Lépine de la meilleure solution fiscale est lancé. TVA, CSG, IR, droits de mutation, tout y passe. Episode 6, le dernier en date, du moins pour le moment, le Gouvernement aurait prévu de transférer la taxe foncière des départements et intercommunalités vers les communes. Les premiers recevraient un morceau de TVA qui ne sera pas compensée par l’Etat ce qui entraîne obligatoirement une augmentation du déficit sauf à réaliser des économies par ailleurs.

Cette mécanique ne fera qu’augmenter la dépendance des collectivités locales vis-à-vis de l’Etat. Or, le Conseil constitutionnel avait dans le cadre de son examen de la Loi de finances pour 2018 demander à ce que l’indépendance des collectivités locales soit respectée. La réforme en cours ne fait qu’accroître leur étatisation.

La solution choisie évite d’ouvrir le dossier des impôts locaux aux assiettes obsolètes. Il eut mieux valu réformer la taxe d’habitation. Mais, toute réforme au niveau des impôts locaux crée des gagnants et des perdants. En faisant remonter le problème au niveau national, le Gouvernement évite l’impopularité qui en aurait résulté.

Encore une fois, si la question du déficit semble particulièrement attirer l'attention, la problématique n'est-elle pas celle de l'incapacité de mettre en place une réelle politique de réforme de l'Etat ? 

Fonction publique et finances publiques, le Gouvernement préfère s’abstenir d’engager des réformes structurelles. Certes, il a devant lui le chantier des retraites qui est explosif. De ce fait, il entend temporiser sur les autres fronts.

Le déficit reste la variable d’ajustement. A défaut de choisir, les pouvoirs publics optent pour l’accroissement des dépenses et des dettes. Il y a une fuite en avant qui ne date pas d’aujourd’hui, ni d’hier. L’incapacité à réduire les effectifs de la fonction publique, de dégager de véritables économies est la preuve que le Gouvernement mise tout sur la croissance. En 2017, elle a permis de passer en-dessous de la barre des 3 % mais qu’en sera-t-il en 2018 et 2019. De nombreux experts alertent sur des petits matins budgétaires difficiles surtout si le ralentissement économique se confirme.

Quelles sont les autres décisions prises par le gouvernement qui pourraient venir illustrer cette difficulté à prendre en compte la nécessité d'une telle réforme de l'Etat ? 

Le Gouvernement aime les demi-mesures. Il supprime l’ISF mais il crée l’IFI. Il met en place la retenue à la source pour l’IR mais ne réforme pas cet impôt. Il réforme le droit du travail tout en renforçant les accords de branche. Il annonce une réforme des retraites tout en jouant la montre. Sur l’organisation de l’Etat, la réduction des effectifs, le gouvernement se perd en circonvolution.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
02.
Les puissants relais de l'Algérie en France ; Ces amis de Ghosn que tout le monde craignait chez Renault; L'avertissement de Philippe à Castaner; Technip: et un mégagâchis industriel de plus; Notre-Dame partout dans les hebdos, le catholicisme plus rare
03.
Notre Dame brûla et obligea la France à se souvenir qu'elle fut catholique…
04.
Du “Yes We Can” au “Yes I can” : de quelle crise politique le succès phénoménal de Michelle Obama est-il le symptôme ?
05.
Notre-Dame de Paris : des dirigeants de l’Unef se moquent de l'incendie
06.
Suppression de l’ENA : en marche vers des records de démagogie
07.
Le blues des gendarmes de Matignon ne faiblit pas
01.
Notre-Dame de Paris : des dirigeants de l’Unef se moquent de l'incendie
02.
Ce que pèse vraiment le vote musulman dans la balance démocratique française
03.
L’insoutenable légèreté de la majorité LREM ?
04.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
05.
Grand Débat : le revenu universel, la mesure qui pourrait produire l’effet whaouh recherché par Emmanuel Macron
06.
Cardinal Robert Sarah : “Ceux qui veulent m’opposer au Pape perdent leur temps et leurs propos ne sont que le paravent qui masque leur propre opposition au Saint-Père”
01.
Après les Gilets jaunes, Notre-Dame : cette France qui se redécouvre des sentiments perdus de vue
02.
Du “Yes We Can” au “Yes I can” : de quelle crise politique le succès phénoménal de Michelle Obama est-il le symptôme ?
03.
Incendie de Notre-Dame : et notre mémoire ancestrale fit irruption dans la post-modernité
04.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
05.
Grand Débat : le revenu universel, la mesure qui pourrait produire l’effet whaouh recherché par Emmanuel Macron
06.
Cardinal Robert Sarah : “Ceux qui veulent m’opposer au Pape perdent leur temps et leurs propos ne sont que le paravent qui masque leur propre opposition au Saint-Père”
Commentaires (11)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
edac44
- 05/07/2018 - 08:59
Macron : une grande gueule et des p'tites mains
« Je fais ce que j’ai dit », répète-t-il. Mais le gouvernement a pris des décisions, souvent impopulaires, qui n’étaient pas dans son programme.
================================================================================
https://lemde.fr/2KGIPTF
================================================================================
Si l'on cherche sur GG "Macron et ses réformes inutiles", on trouve + de 160.000 liens pour le fustiger et si l'on complète par "Macron et ses réformes impopulaires, on est toujours à + de 80.000 liens.
Bref, si l'électeur crédule qui a voté pour cet abruti veut bien se donner la peine de reconnaître la manipulation dont il a été victime, Macron et sa bande de fumistes ne devraient plus faire illusion jusqu'aux prochaines élections si ................................ elles ont lieu ???
kelenborn
- 04/07/2018 - 20:28
Ah ben
Après un article qui mouline péniblement ce que l'on sait, des commentaires égaux aux commentaires habituels , voici que jaillit la solution géniale! Brulons les énarques et mettons.. Vangode, Bendidons et Catlaya à leur place !!! ça va chier! on va voir ce qu'on va voir...ce qui m'étonne est que cela puisse continuer à amuser la galerie! Parce que si on me faisait bouffer tous les jours de l'année de la soupe aux marrons, ces derniers fussent ils de la marigoule, ben, comme disent les Suisses...faut aimer ça!
pascal farigoule
- 04/07/2018 - 19:27
rien ne changera
en enarchie . L'ENA est une catastrophe, elle ne produit que des clônes qui n'ont qu'une structure de pensée ....
voilà le résultat.