En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
© JOHN THYS / AFP
Du tsunami médiatique en 2012 à l'omerta en 2018

OGM poisons… ou sans impact pour la santé ? L’étrange silence médiatique réservé aux 3 contre-expertises réalisées sur les pauvres rats du Professeur Séralini

Publié le 02 juillet 2018
En 2012, le Pr GE Séralini et son équipe, annoncent à des journalistes la parution imminente d’une publication scientifique, un mode de communication contraire à la déontologie scientifique. Cette étude exposait les pathologies lourdes sur des rats nourris pendant 2 ans avec du maïs génétiquement modifié NK 603 tolérant au glyphosate ou exposé au glyphosate seul.
Gérard Kafadaroff est ingénieur agronome, auteur de plusieurs livres sur les OGM dont OGM : la peur française de l'innovation (préface du professeur M.Tubiana ; éditions Baudelaire). Il est également le fondateur de l’Association française des...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe Joudrier, ex-Directeur de recherche à l’INRA et ex- président du Comité d’experts en biotechnologie de l’AFSSA, dernier ouvrage «OGM : Pas de quoi avoir peur !» Le Publieur 2010
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Science-Technologies-Actions est un Collectif dont le but est de défendre et promouvoir la Science dans le débat public.https://sciencetechaction.tumblr.com/
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Gérard Kafadaroff
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Gérard Kafadaroff est ingénieur agronome, auteur de plusieurs livres sur les OGM dont OGM : la peur française de l'innovation (préface du professeur M.Tubiana ; éditions Baudelaire). Il est également le fondateur de l’Association française des...
Voir la bio
Philippe Joudrier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe Joudrier, ex-Directeur de recherche à l’INRA et ex- président du Comité d’experts en biotechnologie de l’AFSSA, dernier ouvrage «OGM : Pas de quoi avoir peur !» Le Publieur 2010
Voir la bio
Collectif Science-Technologies-Actions
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Science-Technologies-Actions est un Collectif dont le but est de défendre et promouvoir la Science dans le débat public.https://sciencetechaction.tumblr.com/
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
En 2012, le Pr GE Séralini et son équipe, annoncent à des journalistes la parution imminente d’une publication scientifique, un mode de communication contraire à la déontologie scientifique. Cette étude exposait les pathologies lourdes sur des rats nourris pendant 2 ans avec du maïs génétiquement modifié NK 603 tolérant au glyphosate ou exposé au glyphosate seul.

Le 19 septembre 2012, le Pr GE Séralini et son équipe, annoncent à des journalistes sélectionnés la parution imminente d’une publication scientifique, un mode de communication contraire à la déontologie scientifique. Publiée dans la revue « Food & Chemical Toxicology », cette étude fait état de pathologies lourdes sur des rats nourris pendant 2 ans avec du maïs génétiquement modifié NK 603 tolérant au glyphosate ou exposé au glyphosate seul. En contradiction avec les codes éthiques de l’expérimentation animale, des rats porteurs d’effrayantes tumeurs furent maintenus en vie et leurs photos diffusées. Les rats témoins (non exposés) n’ont pas été montrés alors qu’ils étaient aussi affligés de tumeurs (qui apparaissent spontanément chez les rats âgés), une autre entorse déontologique.

Aussitôt, l’hebdomadaire Le Nouvel observateur, partenaire de l’opération, titre sur sa couverture : « Oui, les OGM sont des poisons » déclenchant un buzz médiatique sans précédent. Une grande partie des médias, presse, radio, télévision, réseaux sociaux s’emparent et répercutent sans les vérifier, ces informations alarmistes, jusqu’au chef du gouvernement Jean-Marc Ayrault qui, sans prendre le recul nécessaire, apporte sa contribution anxiogène à la télévision. Quant au ministre de l’agriculture, Stéphane Le Foll, dans un excès de zèle sécuritaire, il réclame « la nécessité de revoir les protocoles d’autorisation des OGM à l’échelle européenne ».
 
Le journal Le Parisien titre sur toute sa première page  « Une étude pointe des risques de cancer. Comment éviter de manger des OGM? »
Bien soutenue par le lobby écologiste avec l’appui d’une agence de communication, l’étude Séralini est accompagnée à grands fracas par la diffusion de livres, films, reportages.
 
La déferlante médiatique s’étend bien au-delà de l’hexagone, jusqu’en Russie qui suspend les importations de maïs NK603.
 
« Cette opération est un désastre pour le débat public, sa qualité, sa capacité à générer de la décision politique et démocratique », écrivait le journaliste scientifique Sylvestre Huet dans Libération.
Très rapidement, cette étude fut vivement critiquée par la communauté scientifique  relevant des biais méthodologiques, de mauvais choix des animaux de laboratoire, des tests statistiques inadaptés, des conclusions erronées. Elle fut qualifiée « d’opération de communication » et de « manquement à la science ».
Onze agences officielles d’évaluation des risques et, dans une démarche conjointe inédite,  les six Académies françaises condamnèrent l’étude Séralini « scientifico-médiatique » et, le 28 novembre 2012, un avis définitif fut rendu par l’EFSA, confirmant que cette étude comportait «des lacunes importantes dans la conception et la méthodologie » et n’apportait pas de conclusions fiables.
 
Un avis important peu repris par les médias !
 
La publication sera finalement retirée de la revue scientifique par son éditeur. 
 
Le 18 décembre 2012, malgré la condamnation unanime de cette étude par les autorités scientifiques, des députés demandèrent que soient engagées « des études sur les effets sanitaires à long terme de la consommation de plantes génétiquement modifiés et les pesticides associés », études onéreuses et jugées peu pertinentes par de nombreux experts.
 
Trois programmes d’alimentarité sur deux ans furent lancés, cette fois selon les canons de la science et basés sur les normes internationales en vigueur : deux financés par l’Union européenne, GRACE et G-TwYST, et un par la France, GMO90plus. 
 
Ils auront coûté 15 millions d’euros aux contribuables !
 
Les résultats viennent d’être publiés. Sans surprise ils réfutent les principales conclusions de l’étude Séralini : aucun effet toxique sur les rats de laboratoire nourris avec du maïs GM Mon 810 et NK 603 (traité ou pas avec du Roundup®, formulation glyphosate de Monsanto), que ce soit pendant 90 jours ou pendant un à deux ans.
Confirmant les avis des toxicologues, les études à long terme réclamées par les lobbies écologistes n’apportent aucun élément supplémentaire par rapport aux études classiques pendant 90 jours.
 
Etonnamment, cette information majeure et positive n’intéresse plus les médias, même ceux qui s’étaient déchaînés en 2012 contre le maïs génétiquement modifié et le glyphosate.
 
Tsunami médiatique en 2012, silence ou omerta en 2018 : un traitement de l’information inquiétant !
 
 Quels enseignements tirer de cette énorme supercherie ?
 
- D’abord la facilité avec laquelle l’opinion publique peut être manipulée par quelques médias et des militants déterminés ;
- Une fois encore, le triomphe de l’émotion et de la peur sur la raison et la connaissance ;
- Le grave discrédit  sur les scientifiques porté par les politiques préférant s’appuyer sur une étude conduite en secret par des militants en blouses blanches plutôt que sur les travaux transparents, collectifs, pluridisciplinaires menés par des institutions scientifiques  reconnues qu’ils ont eux-mêmes mises en place pour les éclairer;
- L’intérêt que le « biobusiness», la grande distribution alimentaire et d’autres, tirent de l’activisme écologiste. Rappelons que l’étude Séralini a été largement financée par Carrefour, Auchan et des entreprises du «bio» regroupées dans une association « Cérès » destinée à faire écran entre les pourvoyeurs de fonds et les chercheurs-militants. Sa publication a précédé la campagne de publicité intensive « sans OGM » lancée par Carrefour !
 
Rappelons aussi que le Pr Séralini a été promu Chevalier de l’Ordre National du Mérite par l’ex Secrétaire d’Etat à l’écologie Nathalie Kosciusko-Morizet  et qu’il a été applaudi par une partie des députés lors de son audition devant une commission de l’Assemblée nationale !
 
- La pusillanimité des responsables politiques français cédant à la vox populi fabriquée de toute pièce et à des motivations électorales sans rapport avec l’intérêt général du pays ;
- Les défaillances d’une partie des médias par rapport à leur rôle d’information, les entorses déontologiques de certains journalistes ou leur crainte d’aller contre la bien-pensance voulant qu’un produit chimique de synthèse ou qu’une plante génétiquement améliorée soient forcément dangereux.
 
Les trois expertistes françaises et européennes invalidant les résultats et conclusions de l'étude Séralni ont été communiquées le 28 avril 2018.
 
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

Pourquoi vous devriez éviter le régime keto

03.

Services secrets turcs : les hommes des basses œuvres du président Erdogan

04.

Record de distribution des dividendes : ces grossières erreurs d'interprétation qui expliquent la levée de bouclier

05.

Le Titanic est-il en train de disparaître définitivement ?

06.

Fleurs et vacheries au G7 : les avis surprenants des dirigeants étrangers sur Emmanuel Macron ; Notre-Dame, victime collatérale de négligence politique ; Julien Dray, mentor repenti d’Emmanuel Macron ; Panne sèche pour la voiture autonome

07.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

01.

WikiLeaks par Spielberg ?

01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

03.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

04.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

05.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

06.

Jean-Bernard Lévy, celui qui doit faire d’EDF le champion du monde de l’énergie propre et renouvelable après un siècle d’histoire

01.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

02.

Record de distribution des dividendes : ces grossières erreurs d'interprétation qui expliquent la levée de bouclier

03.

"Une part d'Afrique en elle" : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

04.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

05.

Un été tranquille ? Pourquoi Emmanuel Macron ne devrait pas se fier à ce (relatif) calme apparent

06.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Benvoyons
- 01/07/2018 - 10:02
OGM Organisme génétiquement modifié & les Cons
d’Écologistes s'inventent comme une Religion des Interdits alors que la Nature tous les jours modifie la génétique de tous les corps vivant même celui de l'humain & cela depuis la nuit des temps. Mon Dieu la nature modifie sans contrôle à part le sien. Mais bien évidemment pour nos développements & recherches il faut un contrôle mais qui se doit être rigoureux mais pas frappé avec de l’obscurantisme avant résultats.
Il faut savoir que la Tomate et la Pomme de terre sont de la même famille. C'est la Nature ayant besoin d'adaptation pendant la subduction de plaques océaniques sous la plaque sud-américaine en créant les Andes qu'elle a décidé la modification génétique de la tomate car elle ne pouvait vivre en en altitude & a donc ainsi créé la Pomme de terre. My God Écologie faut interdire de manger la Pomme de terre car c'est un OGM de la Tomate & sans aucun contrôle sauf celui de l'humain qui mange des deux depuis des générations. Peut être que notre taille voir la taille de nos pieds ont avoir avec ça ?
Borgowrio
- 01/07/2018 - 07:27
Le siecle des impostures
N'est pire sourd que celui qui ne veut pas entendre . Une commission parlementaire s'était penchée sur le cas Serralini et était arrivé aux mêmes conclusions , à savoir , cette race de rats développe naturellement des tumeurs sans être exposés aux OGM . Des chercheurs italiens et français, en Italie , ont démontré la supercherie . Merci à José Bové qui à empêché la recherche en France en fauchant les champs expérimentaux de maïs. Merci à notre presse malhonnête d'avoir détourné la vérité pour un dogme ( anti OGM )
kelenborn
- 30/06/2018 - 18:33
Oui
Excellent! mais quand Vangode et cie vont avoir vociféré contre les gauchistes et autres socialauds, qu'est ce qui restera de cette information ? Que Serralini soit une sorte de remake de Lyssenko n'interesse certainement pas l'Obserfoireur ou Merdiafart mais...qui irait chercher la vérité dans les latrines! En revanche, pensez vous que la presse théoriquement moins inféodée va le dire? Non, au Figaro Sainte Nitoucha Polonuche continue à vous causer du réchauffement climatique! Ce strabisme est consternant et confirme que la république du Frenchbabwé a été proclamée!