En direct
Best of
Best of du 27 juin au 3 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ophélie Winter médite à la Réunion; Brigitte Macron se promène lugubre en baskets, Edith Philippe souriante en tongs, Catherine Deneuve cheveux au vent et souliers vernis; Melania Trump abuse de l’auto-bronzant; Benjamin Biolay a une fille cachée

02.

Tesla à 200 milliards de dollars, c’est le casse du siècle digital ou la promesse du monde d’après...

03.

Donald Trump pourra-t-il survivre à la perte de l’électorat blanc qui l’avait pourtant soutenu jusque là contre vents et marées ?

04.

Le PDG d’Ubisoft, Yves Guillemot, annonce des sanctions après des accusations de harcèlement sexuel

05.

Gouvernement de Jean Castex : "le remaniement est bouclé", selon un dirigeant de l'exécutif

06.

Jean Castex, une menace bien plus grande pour LR qu’Edouard Philippe ?

07.

Consommation de drogue : ces effets secondaires jamais vus auparavant provoqués par la crise du Coronavirus

01.

Les Vikings nous ont envahis et colonisés au IXe siècle ! Nous exigeons donc que le Danemark, la Norvège, la Suède et l’Islande se repentent

02.

Sauver la planète ? Le faux-nez de ces "écologistes" qui détestent l'Homme. Et la liberté

03.

Pas de démocratie sans droit à offenser : ce capitalisme qui prend le risque de précipiter la guerre civile à trop vouloir montrer patte progressiste

04.

L'éolien peut-il être une alternative verte crédible au nucléaire ?

05.

Cet espoir dans la lutte contre la Covid-19 qui se cache dans des études soviétiques vieilles de plusieurs décennies

06.

Pire que le coup d’Etat permanent, la campagne électorale permanente ? Emmanuel Macron, le président cynique

01.

Municipales : mais que cache donc l’étonnante schizophrénie des Français entre élections locales et nationales ?

02.

Jean Castex, une menace bien plus grande pour LR qu’Edouard Philippe ?

03.

Arsène Lupin était noir ! La preuve : il va être joué par Omar Sy

04.

Le parti EELV va alerter le CSA après les propos d'Eric Zemmour sur CNEWS dans "Face à l'Info" sur la vague verte et l'islam

05.

Nouvelle explosion des cas de Coronavirus : mais que se passe-t-il aux Etats-Unis ?

06.

Affaire Fillon : François Fillon est condamné à 5 ans de prison, dont 3 avec sursis, et Penelope Fillon à 3 ans de prison avec sursis

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les secrets de la Maison Blanche" de Nicole Bacharan et Dominique Simonnet : Lincoln, incroyable !

il y a 6 heures 25 min
light > Culture
Joie des touristes
Post-Covid-19 : le Musée du Louvre va réouvrir ce lundi 6 juillet
il y a 7 heures 12 min
pépite vidéo > Politique
Nouveau Premier ministre
Retour sur le parcours politique de Jean Castex
il y a 8 heures 21 min
light > High-tech
Game over
Le PDG d’Ubisoft, Yves Guillemot, annonce des sanctions après des accusations de harcèlement sexuel
il y a 12 heures 6 min
pépites > Politique
Fin du suspense
Michèle Rubirola est élue maire de Marseille
il y a 13 heures 19 sec
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Le courage du personnel soignant face au Covid-19 : une médecine de guerre sans protection

il y a 15 heures 27 min
décryptage > Politique
Choix stratégique

Le juppéisme, cette obsession gestionnaire des élites françaises tuée par Emmanuel Macron

il y a 17 heures 55 min
décryptage > Politique
Campagne électorale

Donald Trump pourra-t-il survivre à la perte de l’électorat blanc qui l’avait pourtant soutenu jusque là contre vents et marées ?

il y a 18 heures 55 min
rendez-vous > Media
Revue de presse people
Ophélie Winter médite à la Réunion; Brigitte Macron se promène lugubre en baskets, Edith Philippe souriante en tongs, Catherine Deneuve cheveux au vent et souliers vernis; Melania Trump abuse de l’auto-bronzant; Benjamin Biolay a une fille cachée
il y a 19 heures 46 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les records de l'histoire" de Stéphane Bern : récréation idéale pour l'été, pour parcourir l'histoire en s'amusant

il y a 1 jour 6 heures
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Peau d'homme" de Zanzim et Hubert : une fable "genrée"

il y a 6 heures 52 min
pépites > Santé
Négociations
Le Ségur de la santé a été prolongé en l’absence d’un accord
il y a 7 heures 45 min
pépites > Politique
Plus que quelques heures à patienter ?
Gouvernement de Jean Castex : "le remaniement est bouclé", selon un dirigeant de l'exécutif
il y a 9 heures 38 min
pépites > Politique
Première visite officielle
Le nouveau Premier ministre, Jean Castex, effectue son premier déplacement sur le site de production de X-Fab
il y a 12 heures 38 min
pépite vidéo > International
Campagne électorale
Donald Trump estime que l'Amérique doit être fière de son histoire
il y a 14 heures 15 min
décryptage > Santé
Trop, c’est trop

Si la pandémie vous a rendu maniaque de la propreté, voilà ce que vous devriez savoir pour tempérer vos ardeurs

il y a 15 heures 59 min
décryptage > Politique
Suite de "Passions"

Exclu Atlantico : Nicolas Sarkozy devrait publier le tome 2 de ses mémoires dès ce mois de juillet

il y a 18 heures 24 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Tesla à 200 milliards de dollars, c’est le casse du siècle digital ou la promesse du monde d’après...

il y a 19 heures 28 min
décryptage > Politique
Premier ministre

Jean Castex, une menace bien plus grande pour LR qu’Edouard Philippe ?

il y a 20 heures 4 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La sentence" de John Grisham : un thriller qui maintient sous pression

il y a 1 jour 6 heures
© ludovic MARIN / POOL / AFP
© ludovic MARIN / POOL / AFP
L'amitié en politique ?

Borloo, Bertrand, Villepin, Bayrou... pourquoi la pluie de critiques de ceux qui l’ont (plus ou moins) accompagné pourrait rendre service à Emmanuel Macron

Publié le 30 juin 2018
Les critiques à l'égard d'Emmanuel Macron se sont amplifiées ces derniers jours. En critiquant le Président de la République de la sorte, un effet de renforcement serait-il en marche ? Ces critiques sont-elles susceptibles de lui donner une image plus transgressive que ne l'est la réalité, que parce que ces critiques ne sont pas accompagnées de propositions alternatives ?
Jean Petaux
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean Petaux est docteur habilité des recherches en science politique. Ingénieur de recherche, directeur de Communication, des Relations extérieures et institutionnelles de Sciences Po Bordeaux, il dirige une collection aux éditions Le Bord de l’Eau, «...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les critiques à l'égard d'Emmanuel Macron se sont amplifiées ces derniers jours. En critiquant le Président de la République de la sorte, un effet de renforcement serait-il en marche ? Ces critiques sont-elles susceptibles de lui donner une image plus transgressive que ne l'est la réalité, que parce que ces critiques ne sont pas accompagnées de propositions alternatives ?

ATLANTICO : "Le gratin et les nouilles", "inefficace et dangereuse" pour Jean-Louis Borloo, politique qui ne "rime à rien"​ pour Xavier Bertrand, les critiques à l'égard d'Emmanuel Macron se sont amplifiées au cours de ces derniers jours, en visant le plus souvent l'idée d'un "président des riches". Pourtant, en critiquant Emmanuel Macron de la sorte, ne peut-on pas considérer qu'un effet de renforcement pourrait avoir lieu, aussi bien en lui donnant ainsi une image plus transgressive que ne l'est la réalité, que parce que ces critiques ne sont pas accompagnées de propositions alternatives ? 

Jean PETAUX : Ce que l’on peut dire en tout premier lieu c’est que ce que la politique ne gagne pas en termes de propositions alternatives à la ligne présidentielle, la rhétorique et l’art de la formule y trouvent leur compte, de manière inversement proportionnelle. Car il faut bien avouer que la métaphore de Jean-Louis Borloo mérite d’être sélectionnée dans la short-list des nominés au prix de l’Humour politique… Décidément avec Emmanuel Macron on n’est jamais à l’abri d’un paradoxe quand ce n’est pas un oxymore. Alors qu’il mène une politique économique et sociale nettement orientée à droite, il voit se multiplier les critiques issues de l’aile droite de sa majorité (Villepin, Borloo) qui le « pilonnent » d’ailleurs non pas depuis la droite mais plutôt à partir de son flanc gauche l’accusant clairement d’être trop à droite… Pour autant les derniers sondages montrent que dans la baisse de sa cote de popularité c’est la fraction de gauche de son électorat qui le quitte et le critique alors que son électorat de droite, tout en commençant à le sanctionner, lui reste encore fidèle.
 
Emmanuel Macron est confronté à une difficulté encore sous-estimée mais dont on a bien vu pendant la première année de son mandat, qu’il a cherché à la contourner à défaut de la traiter. Cette situation problématique tient à l’ampleur du ras-de-marée électoral qui a été le sien et à la violence du séisme qui a dévasté le champ politique français par son élection et par la victoire de son camp aux législatives. Emmanuel Macron souffre d’un problème de « riches » en politique : il n’a pas d’opposition organisée face à lui. Une opposition, dans un système démocratique concurrentiel, a plusieurs vertus. Elle a d’abord une fonction tribunitienne qui permet à ceux qui ne sont pas contents de s’exprimer et d’occuper les « tribunes » de l’opposition politique. L’opposition a, aussi, une fonction de « laboratoire d’idées » qui sont autant de contre-propositions aux projets de la majorité présidentielle. Elle a enfin une qualité particulière : elle oblige la majorité à affirmer sa ligne en la poussant dans ses retranchements, elle structure et organise la vie politique en quelque sorte. Bien plus que le parti majoritaire qui, lui, est presque condamné à être réduit au rôle de porte-voix du gouvernement et de répétiteur des choix présidentiels. Or, on le voit depuis 13 mois, les oppositions multiples, fracturées,  concurrentielles surtout, que Macron a face à lui dégagent une forme de « boulevard » d’une largeur comparable à ces grandes avenues vides de toutes voitures que l’on voit dans ces Etats dictatoriaux aux capitales improbables et à l’urbanisme totalitaire.
 
Chacun cherche désormais à influencer Emmanuel Macron en n’ayant pas compris qu’il est sans doute totalement hermétique à ce genre de « trafic d’influences ». Le principal danger de cette situation c’est qu’il ne trouve pas dans une opposition forte l’énergie que toute majorité doit régulièrement récupérer dans la force et l’intensité du débat démocratique (comme le font les judokas qui tirent leur force de la puissance de leurs adversaires). De là à dire qu’il lui arrive, de temps en temps, de provoquer ses opposants par quelques « saillies verbales » parfois audacieuses,  pensant ainsi se ressourcer des réactions critiques qu’elles ne vont pas manquer de susciter, il n’y a qu’un pas.
 

Ne peut-on pas également trouver un paradoxe de voir de telles critiques provenir d'anciens responsables politiques qui ont pu participer à des politiques plus ou moins identiques dans leur approche ? En dehors d'une communication qui apparaît plus transgressive que la réalité des politiques menées, peut-on réellement voir un écart de philosophie concernant les politiques menées, et qui sont souvent appuyées par ces mêmes personnes ? 

Bien évidement ! Un des principaux atouts d’Emmanuel Macron repose dans l’inefficacité (apparente) des politiques conduites par ses nombreux prédécesseurs qui n’ont pas rien fait (il est de bonne guerre pour les macronistes de répéter constamment qu’ils ont été immobiles puisque ce discours « prend » à l’évidence) mais ont eu, sur certains dossiers « chauds » tendance à procrastiner ou à glisser la poussière sous le tapis en attendant soit que « ça » passe soit que les acteurs concernés par tel ou tel dossier se lassent. Forts de cette posture, encore une fois plus ou moins construite et pas forcément conforme à la réalité des faits passés, aussi bien sous Chirac, sous Sarkozy et sous Hollande, trois présidences dont il serait stupide de dire qu’elles n’ont rien réglé, Emmanuel Macron et Edouard Philippe ont beau jeu de renvoyer leurs détracteurs à leurs critiques. Pour faire simple, ils sont fondés à leur dire : « Mais pourquoi nous critiquez-vous alors que nous ne faisons que ce que vous avez été incapables de faire quand vous étiez aux commandes du « camion France » ? ». L’exemple le plus frappant est bien évidemment le dossier de la SNCF. Quel gouvernement n’a pas rêvé, depuis les années 80, de se « faire » le « scalp » de la CGT-Cheminots ? Ceux qui disent le contraire sont soit de fieffés menteurs soit de sacrés hypocrites. Et pourtant Emmanuel Macron l’a fait et n’a pas cédé d’un pouce sur son projet de réforme. Ses détracteurs actuels le critiquent-ils par jalousie et envie ou sur des bases politiques construites et réflexives ? Sans doute les deux mais il n’est pas inutile de rappeler qu’un des canaux porteur des critiques adressées à Emmanuel Macron est alimenté par l’ambition contrariée et l’incapacité à proposer autre chose que ce qui est fait.
 
 

Dès lors, ces responsables politiques n'auraient-ils pas plus intérêt à critiquer le décalage pouvant exister entre la transgression de la parole (le "pognon"), ou parfois les excès de présentation de réformes,  et la réalité ? 

 
C’est ce à quoi s’efforce de faire une Virginie Calmels par exemple qui multiplie les déclarations pour dire que la politique d’Emmanuel Macron n’est pas du tout libérale, qu’elle n’est pas du tout porteuse d’une logique du « moins d’Etat » et qu’elle est quasi-socialo-étatiste.. Le seul souci c’est que personne n’entend cette critique tellement son auteur est isolée en incarnant une ligne politique tracée aussi bien par Madelin que par Thatcher et que si elle était entendue elle est tellement vide de sens et contraire à la réalité perçue qu’elle ne serait pas reçue… La politique conduite par Emmanuel Macron ne pourra être critiquée de façon crédible que lorsqu’il faudra évaluer ses résultats. C’est plus ici une question de temps que de logique politique. Dans six mois Emmanuel Macron va devoir commencer à « rendre des comptes ». Instruit par son prédécesseur (et accessoirement « mentor politique initial ») et incontestablement plus rusé  que lui, Emmanuel Macron n’a jamais parlé d’une « quelconque inversion de telle ou telle courbe » et n’a surtout jamais donné de « rendez-vous » de « bilan à tiers ou à mi-parcours présidentiel ». Il reste que les résultats doivent commencer à se manifester sous peine de quoi le discrédit va réapparaitre de manière massive et il sera d’autant plus brutal dans son intensité qu’il aura été retenu…
 
 
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Lazydoc
- 01/07/2018 - 09:38
On peut quand même déjà critiquer la forme!
« Les pédés, métis, immigrés,rappeurs » honorés à l’Elysée, politique étrangère en déshérence, politique sociale en symbole mais pas au fond, APL+CSG+IFI=politique économique du rabot. Mettre son conseiller sur une chaise d’enfant pour paraître plus grand. Se déguiser en pilote ou en marin en virant le chef des armées. Virer un ambassadeur qui lui a déplu. Ça fait beaucoup en un an!
Anouman
- 30/06/2018 - 20:10
Critiques
Quand la critique vient de telles nullités cela tombe effectivement un peu à plat. Cela dit n'importe qui de pas trop idiot n'a pas besoin de ceux là pour comprendre que Macron ne vaut guère mieux. "La politique conduite par Emmanuel Macron ne pourra être critiquée de façon crédible que lorsqu’il faudra évaluer ses résultats". Il faut être de mauvaise foi ou idiot pour dire ça car sa politique est immédiatement évaluable par quiconque a plus de trois neurones.