En direct
Best of
Best of du 18 au 24 mai 2019
En direct
© Valery HACHE / AFP
suis-moi je te fuis, fuis-moi je te suis
Ces comportements que tant de couples considèrent comme normaux alors qu’ils sont profondément toxiques
Publié le 30 juin 2018
Pourquoi nos relations de couple deviennent-elles aussi perverses tout en nous semblant normales?
Pascal Anger est psychologue, psychanalyste, psychothérapeute, sexothérapeute, systémicien et médiateur familial.Il est également chargé de cours à Paris VII. Il est l'auteur de Le couple et l'autre, livre publié aux éditions l'Harmattan.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pascal Anger
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pascal Anger est psychologue, psychanalyste, psychothérapeute, sexothérapeute, systémicien et médiateur familial.Il est également chargé de cours à Paris VII. Il est l'auteur de Le couple et l'autre, livre publié aux éditions l'Harmattan.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pourquoi nos relations de couple deviennent-elles aussi perverses tout en nous semblant normales?

Il y a des pratiques et des réflexes habituels au sein des relations de couple qui peuvent pourtant s’avérer toxiques sur le long terme. 

 

Atlantico: Dresser «le tableau de bord» des erreurs passés en les réutilisant au présent, faire du chantage affectif, blamer son partenaire pour son propre mal-être ou encore faire passer de la jalousie pour de l’affection, pourquoi toutes ces habitudes sont-elles perçues comme normales aujourd’hui? 

Pascal Anger: On est un peu conditionnés à chercher des repères par rapport à notre couple plutôt que de se dire qu’il n’y a en fait aucun modèle mise à part celui qui nous convient à tous les deux. On est en recherche de trop de modèles extérieurs (ce que nous renvoi les magasines et les médias) . J’ai l’impression qu’il ne faut pas calquer. De plus, l’idée du tableau de bord pour savoir ce qui est bon ou pas bon, comment on va gérer ou pas, peut correpondre à une globalité mais ne va pas forcément être bon pour le couple dans sa singularité.

Il faut être dans son propre modèle, avec l’idée qu’on va avoir vraissemblablement plusieurs couples dans sa vie et que ce qui a correspondu à un moment donné peut ne pas correspondre à un autre momens. Il y a des changements, des modfications. Il faut être réactif par rapport à ce qu’il se passe et se dire que les choses peuvent bouger dans le temps. On ne peut pas revisiter notre passé mais il y a des choses à côté desquelles on ne pourra pes passer et on va même parfois refaire les mêmes erreurs. Mais celles-ci ne sont pas forcément utile pour éclaire le couple présent. 

Pour quelles raisons prennent-elles autant de place dans nos relations amoureuses? 

On cherche des techniques et des astuces pour faire perdurer notre couple et parfois on pense que ça va y répondre. En même temps ça nous rassure, on pense en terme de "je" et de "tu" mais jamais en terme de "nous". Il est important que chacun trouve ses propres repères et distances, qu’il n’y ai pas que du fusionnel mais aussi de l’individuel. Si on est pas dans une communicaiton qui nous permette de dire «la ça ne va pas, la je ne me sens pas bien ou je souhaiterai que», on risque d’aller vers un scénario catastrophe.

Comment aimer sans être dans la dépendance affective et en protégeant l’autre de toutes ces  manipulations du quotidien? 

Il faut éviter de se laisser enfermer par l’autre et surtout de ne pas s’enfermer soi même et savoir rebondir quand il faut et prendre du recul par rapport aux choses et aux évènements de la vie. Souvent on ne prend pas assez de distance par rapport à ce qu’on vit avec l’autre. Le couple est un mouvement et si on ne le comprend pas , on va vers du ronron et il  n’y a rien de pire.

L’apparition des réseaux sociaux et sites de rencontre a t-elle un lien avec la multiplication de ces méthodes nocives aux relations?

Je crois qu’on a jamais été autant dans une incommunicativité dans un moment ou on a quand même tout ce qu’il faut pour communiquer ensemble. C’est le paradoxe. C’est le miroir aux alouettes. On est de plus en plus dans une détresse, une impossibilité de communiquer et dans une demande en même temps. Ca viendrait nous simplifier la vie et en même temps ça nous la complique terriblement. Pourquoi? Les uns sont dans une demande, les autres ont compris quelle était la demande et plutôt que d’y répondre simplement, la réponse est biaisée. Donc la réponse est possible mais celle qui est donnée n’est pas celle à laquelle on pouvait s’attendre. C’est cela qui fait la perversion: la jouissance à manipuler la proie. 

 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Alix007
- 01/07/2018 - 13:06
article ?
Tant sur le fond que sur la forme, je reste sur ma faim.
Totor Furibard
- 01/07/2018 - 08:01
Faut qu'on, y' a qu'a
Je me suis noyé dans la vacuité de cet article !
kelenborn
- 30/06/2018 - 22:17
boh
C'est de la masturbation intellectuelle mais après tout en cas de crise du couple la masturbation est une thérapie comme une autre!