En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le rapporteur général de l'Observatoire de la laïcité, Nicolas Cadène, devrait être remplacé

02.

Les courants qui nous mènent droit à la déflation se font de plus en plus forts

03.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

04.

Selon « Le Monde », Abdouallakh Anzorov, l’auteur de l’attentat, a donné plusieurs centaines d’euros à des élèves du collège en échange d’informations pour identifier le professeur

05.

Mort de Samuel Paty : le terroriste était en contact avec les auteurs des vidéos qui visaient l'enseignant

06.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

07.

Comment les comparateurs en ligne menacent la survie de pans entiers de l’industrie des services en France

01.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

02.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

06.

Thibault de Montbrial : « Le vivre-ensemble n’est plus qu’une incantation psalmodiée par des gens qui, à titre personnel, font tout pour s’y soustraire »

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité à Conflans-Sainte-Honorine : "Il a été assassiné parce qu'il apprenait à des élèves la liberté d'expression"

06.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

ça vient d'être publié
décryptage > France
Professeur décapité

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

il y a 1 min 29 sec
décryptage > Economie
Atlantico Business

Apple, LVMH et Airbus restent les trois entreprises préférées des jeunes diplômés qui s’inquiètent cependant des risques sur l’emploi

il y a 6 min 5 sec
pépites > Terrorisme
Sécurité
Seine-Saint-Denis : le ministre de l'Intérieur a annoncé lundi soir la fermeture prochaine de la mosquée de Pantin
il y a 20 min 34 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Covid-19 et réchauffement climatique" de Christian de Perthuis : une analyse qui mérite un détour, comme tout témoignage sincère, mais avec ses limites

il y a 13 heures 50 min
pépites > Politique
Chaises musicales
Le rapporteur général de l'Observatoire de la laïcité, Nicolas Cadène, devrait être remplacé
il y a 14 heures 57 min
light > France
Magie de Noël menacée
Covid-19 : le marché de Noël des Tuileries est annulé à Paris suite au coronavirus
il y a 16 heures 21 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

Choisir la mort ou la Mort. La France a fait son choix

il y a 18 heures 54 min
décryptage > International
MilkTea

« L’alliance du thé au lait » : le mouvement du refus de l’expansionnisme chinois s’étend en Asie

il y a 19 heures 44 min
light > High-tech
Justice
Instagram visé par une enquête de la Commission irlandaise pour la protection des données
il y a 20 heures 4 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Couvre-feu : et les meilleures solutions pour les télé-apéros sont...
il y a 20 heures 57 min
décryptage > France
Ecœurant

Professeur décapité : des élèves et des parents d'élèves ont été complices de l'assassin

il y a 3 min 53 sec
décryptage > Education
Dévoiement

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

il y a 11 min 15 sec
light > Politique
Principe de précaution
Coronavirus : Brigitte Macron décide de se mettre à l'isolement pendant 7 jours après avoir été cas contact
il y a 13 heures 27 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"On purge bébé" de Georges Feydeau : un vaudeville comme on les aime

il y a 14 heures 6 min
pépites > Justice
Enquête en cours
Mort de Samuel Paty : le terroriste était en contact avec les auteurs des vidéos qui visaient l'enseignant
il y a 15 heures 46 min
pépites > Politique
Liberté d'expression
Les régions vont diffuser un livre de caricatures dans les lycées
il y a 16 heures 53 min
décryptage > Economie
Evolution de la pandémie

Panorama COVID-19 : maintenant, c’est l’Europe qui est la plus touchée par les nouveaux cas

il y a 19 heures 31 min
décryptage > France
Liberté d'expression

Pour une publication massive des caricatures

il y a 19 heures 51 min
light > Economie
Voiture propre
La Chine, leader dans le domaine des voitures électriques - avec 138 modèles sur son marché, contre 60 en Europe, et seulement 17 aux États-Unis - abrite aussi le premier constructeur mondial
il y a 20 heures 32 min
Alimentation
La Chine se met à aimer le lait après l'avoir ignoré pendant plusieurs générations
il y a 21 heures 42 min
© CHRISTOPHE SIMON / AFP
© CHRISTOPHE SIMON / AFP
No-go zone

Ados à la dérive : cet enchaînement de renoncements qui nous ont rendu incapables de maîtriser les bandes de mineurs qui terrorisent des quartiers entiers

Publié le 28 juin 2018
Un article du Parisien est revenu sur l'explosion du racket, des vols et agressions, dans le quartier Marcadet du XVIIIe arrondissement. Selon Gérald Pandelon, le phénomène des "bandes d'ados" est multiple et nous dépasse.
Gérald Pandelon
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Universitaire et avocat à la Cour d'appel de Paris, Gérald Pandelon est docteur en droit et docteur en science politique. Diplômé de Sciences-Po, il est également chargé d'enseignement. Il est également l'auteur de L'aveu en matière...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Un article du Parisien est revenu sur l'explosion du racket, des vols et agressions, dans le quartier Marcadet du XVIIIe arrondissement. Selon Gérald Pandelon, le phénomène des "bandes d'ados" est multiple et nous dépasse.

Atlantico : Cette semaine, un article du Parisien a fait état des vols et agressions commises par des bandes d'adolescents dans le quartier Marcadet, du XVIIIe arrondissement de Paris. Ce phénomène n'est pas nouveau, mais malgré les interventions de la police, il s'étend désormais à d'autres quartiers parisiens. Comment expliquer que les autorités ne parviennent pas à les contrôler?

Gérald Pandelon : Cette situation résulte de la désertion des autorités familiales, éducatives et politiques.  Les parents ont renoncé à les éduquer et laissent ces adolescents livrés à eux-mêmes. Cette faille initiale ne peut pas être rattrapée par l'éducation nationale et quoi qu'on en dise, ce n'est pas le rôle ni le métier des enseignants. Par ailleurs l'école n'est plus obligatoire à partir de 14 ans. Enfin, depuis 25 ans on débat  de la crise de l'autorité de l'Etat, sans que des mesures soient prises pour y remédier. L'arsenal juridique a été renforcé en 2007, mais il n'est même pas appliqué. Je vois au quotidien l'impuissance des autorités dans mon cabinet, et je suis hélas obligé de constater que 95 % des avocats pénalistes partagent le même avis. Le problème central de cette question, ce n'est pas tant l'augmentation de cette délinquance, qui est bien réelle, que sa banalisation.  Il faut être lucide : on ne peut rien faire face à la délinquance des mineurs et j'ajouterais même qu'il est trop tard pour avoir des solutions. La question de l'opinion publique vient ajouter encore plus de confusion. Entre les dénonciations d'un état trop laxiste ou trop autoritaire, on ne sort pas de ces débats qui ont fait perdre trop de temps sans rien régler.

>>>> A LIRE AUSSI : Pourquoi les bandes d’ados qui terrorisent certaines rues du 18ème arrondissement de Paris ne sont pas tout à fait ce que l’on croit

Malgré la mise en place d'une cellule policière de suivi du plan bandes (CSPB) les agressions et rixes s'étendent désormais à plusieurs arrondissements et jusqu'au centre de Paris. Comment expliquer que les dispositifs policiers soient insuffisants?

Le phénomène de ces bandes est multiple et nous dépasse. Les affrontements partent souvent de motifs futiles, mais il y  a aussi le trafic, notamment de drogue. Les mineurs sont utilisés par les chefs de bande pour les trafics parce que précisément ils ne risquent rien, et qu'ils sont toujours relâchés. La police le sait, les connaît et même si elle prévient les parents qu'il faut agir avant la date des 18 ans, ça ne change rien.  Les juges prononcent un avertissement  inscrit au casier judiciaire du mineur et ordonnent la remise à parent, censés  agir pour faire cesser les comportements délinquants… Des enfants ont déjà vingt interpellations derrière eux, ça ne les empêchera pas de continuer.. On voit des cas de mineurs armés dès l'âge de 13 ans, le retour en arrière est impossible…. Par ailleurs on évoque dans les médias essentiellement le cas de Paris, mais on ne parle jamais des villes comme Lyon, Grenoble ou Perpignan, où ces bandes s'affrontent entre communautés de gitans, d'arabes etc. De même, le phénomène de l'islamo banditisme enrôle des jeunes qui à 15/16 ans manient parfaitement les armes. Il faut être conscient que ces jeunes vivent déjà dans un univers parallèle aux lois de l'Etat, dont ils ne reconnaissent pas les règles.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Clodo31
- 29/06/2018 - 12:32
Culture
Il est de tradition dans certaines cultures importées de privilégier l'éducation par la "rue"..Ce mouvement a contaminé certaines couches de la population française, plutôt défavorisées, qui se servent de leur statut social pour fuir leurs responsabilités de parents.
vangog
- 29/06/2018 - 01:23
Ce n’est pas le rôle ni le métier des enseignants »??????
Mon cul, oui! ...qu’est-ce-que c’est que ces dogmes d’un autre temps (d’avant la chute des murs...)?...lorsque la famille fait faillite (et la gauche archaïque a tout fait pour...) il faut que un dernier rempart à l’autorité, et c’est le rôle de l’éducation , en dernier recours, car ensuite, il n’y a plus rien...et les employeurs n’accepteront pas des réfractaires à l’autorité! La France gauchiste a voulu faire rentrer en masse des familles qui croient que leurs enfants sont des demi-dieux, et s'avèrent incapables de leur inculquer le minimum d’autorité nécessaire à la vie en société. c’est donc à l'éducation, débarrassée de son idéologie gauchisante, de pallier ce manque...sinon, ensuite, c’est la police qui s’en chargera...et quand on lit le pauvre Gérald Pandelon, on se dit que ce sera mal barré pour l’enfant, s’il attend que la justice lui inculque le sens de l'autorité qui lui manquera, à vie...
Anouman
- 28/06/2018 - 19:32
Bandes
"Le phénomène de ces bandes est multiple et nous dépasse". En fait cela dépasse surtout la loi. Si on décide de la responsabilité pénale des mineurs ça risque de se calmer un peu surtout si la justice fait son travail (d'accord on manque de places de prisons mais on peut faire des camps de rééducation). Et la récidive de récidive doit être punie de manière beaucoup plus sévère. Ce qui est surtout dépassé est de croire qu'un mineur est un petit ange déchu qu'on pourra remettre dans le droit chemin du seigneur.