En direct
Best of
Best of du 4 au 10 mai 2019
En direct
© CHRISTOPHE SIMON / AFP
No-go zone
Ados à la dérive : cet enchaînement de renoncements qui nous ont rendu incapables de maîtriser les bandes de mineurs qui terrorisent des quartiers entiers
Publié le 28 juin 2018
Un article du Parisien est revenu sur l'explosion du racket, des vols et agressions, dans le quartier Marcadet du XVIIIe arrondissement. Selon Gérald Pandelon, le phénomène des "bandes d'ados" est multiple et nous dépasse.
Universitaire et avocat à la Cour d'appel de Paris, Gérald Pandelon est docteur en droit et docteur en science politique. Diplômé de Sciences-Po, il est également chargé d'enseignement. Il est également l'auteur de L'aveu en matière...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Gérald Pandelon
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Universitaire et avocat à la Cour d'appel de Paris, Gérald Pandelon est docteur en droit et docteur en science politique. Diplômé de Sciences-Po, il est également chargé d'enseignement. Il est également l'auteur de L'aveu en matière...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Un article du Parisien est revenu sur l'explosion du racket, des vols et agressions, dans le quartier Marcadet du XVIIIe arrondissement. Selon Gérald Pandelon, le phénomène des "bandes d'ados" est multiple et nous dépasse.

Atlantico : Cette semaine, un article du Parisien a fait état des vols et agressions commises par des bandes d'adolescents dans le quartier Marcadet, du XVIIIe arrondissement de Paris. Ce phénomène n'est pas nouveau, mais malgré les interventions de la police, il s'étend désormais à d'autres quartiers parisiens. Comment expliquer que les autorités ne parviennent pas à les contrôler?

Gérald Pandelon : Cette situation résulte de la désertion des autorités familiales, éducatives et politiques.  Les parents ont renoncé à les éduquer et laissent ces adolescents livrés à eux-mêmes. Cette faille initiale ne peut pas être rattrapée par l'éducation nationale et quoi qu'on en dise, ce n'est pas le rôle ni le métier des enseignants. Par ailleurs l'école n'est plus obligatoire à partir de 14 ans. Enfin, depuis 25 ans on débat  de la crise de l'autorité de l'Etat, sans que des mesures soient prises pour y remédier. L'arsenal juridique a été renforcé en 2007, mais il n'est même pas appliqué. Je vois au quotidien l'impuissance des autorités dans mon cabinet, et je suis hélas obligé de constater que 95 % des avocats pénalistes partagent le même avis. Le problème central de cette question, ce n'est pas tant l'augmentation de cette délinquance, qui est bien réelle, que sa banalisation.  Il faut être lucide : on ne peut rien faire face à la délinquance des mineurs et j'ajouterais même qu'il est trop tard pour avoir des solutions. La question de l'opinion publique vient ajouter encore plus de confusion. Entre les dénonciations d'un état trop laxiste ou trop autoritaire, on ne sort pas de ces débats qui ont fait perdre trop de temps sans rien régler.

>>>> A LIRE AUSSI : Pourquoi les bandes d’ados qui terrorisent certaines rues du 18ème arrondissement de Paris ne sont pas tout à fait ce que l’on croit

Malgré la mise en place d'une cellule policière de suivi du plan bandes (CSPB) les agressions et rixes s'étendent désormais à plusieurs arrondissements et jusqu'au centre de Paris. Comment expliquer que les dispositifs policiers soient insuffisants?

Le phénomène de ces bandes est multiple et nous dépasse. Les affrontements partent souvent de motifs futiles, mais il y  a aussi le trafic, notamment de drogue. Les mineurs sont utilisés par les chefs de bande pour les trafics parce que précisément ils ne risquent rien, et qu'ils sont toujours relâchés. La police le sait, les connaît et même si elle prévient les parents qu'il faut agir avant la date des 18 ans, ça ne change rien.  Les juges prononcent un avertissement  inscrit au casier judiciaire du mineur et ordonnent la remise à parent, censés  agir pour faire cesser les comportements délinquants… Des enfants ont déjà vingt interpellations derrière eux, ça ne les empêchera pas de continuer.. On voit des cas de mineurs armés dès l'âge de 13 ans, le retour en arrière est impossible…. Par ailleurs on évoque dans les médias essentiellement le cas de Paris, mais on ne parle jamais des villes comme Lyon, Grenoble ou Perpignan, où ces bandes s'affrontent entre communautés de gitans, d'arabes etc. De même, le phénomène de l'islamo banditisme enrôle des jeunes qui à 15/16 ans manient parfaitement les armes. Il faut être conscient que ces jeunes vivent déjà dans un univers parallèle aux lois de l'Etat, dont ils ne reconnaissent pas les règles.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Immobilier : l’idée folle de la mairie de Grenoble pour protéger les locataires mauvais payeurs
02.
Le nombre de cancers du côlon chez les jeunes adultes augmente nettement et voilà pourquoi
03.
Montée du Brexit Party dans les sondages : Le Royaume-Uni en voie de s'enfoncer dans l'une des plus graves crises politique de son histoire
04.
Semaine à haut risque pour Emmanuel Macron : les trois erreurs qu’il risque de ne pas avoir le temps de corriger
05.
La Chine est désormais le premier partenaire commercial de l’Allemagne et voilà ce que ça change pour l’Europe
06.
Dear Melania : pourquoi les médias se trompent (aussi) sur la First Lady
07.
Cet autre mea culpa que devrait envisager Emmanuel Macron pour préserver la fin de son quinquennat
01.
Semaine à haut risque pour Emmanuel Macron : les trois erreurs qu’il risque de ne pas avoir le temps de corriger
02.
Aveuglement ? Un dîner caritatif est organisé à Saint-Denis au profit d’un Centre de formation des Oulémas soupçonné d’entretenir de troubles liens avec les dhijadistes anti-occidentaux
03.
Le nombre de cancers du côlon chez les jeunes adultes augmente nettement et voilà pourquoi
04.
Pétition anti-Delon : l’erreur psychologique majeure commise par ceux qui croient que le bonheur serait garanti dans un monde 100% bon sentiment
05.
Immobilier : l’idée folle de la mairie de Grenoble pour protéger les locataires mauvais payeurs
06.
Le Monde a découvert une nouvelle et grave pathologie : la droitisation des ados !
01.
“Droite Trocadéro” contre “droite mercato” : ce que cache la querelle entre LR et ex LR ralliés au macronisme
02.
Pétition anti-Delon : l’erreur psychologique majeure commise par ceux qui croient que le bonheur serait garanti dans un monde 100% bon sentiment
03.
Appel des personnes en situation de handicap ou familles concernées pour sauver Vincent Lambert d’une mort programmée
04.
Chômage historiquement bas mais travailleurs pauvres : le match Royaume-Uni / Allemagne
05.
De l'art d'utiliser les morts : et Nathalie Loiseau enrôla Simone Veil dans sa campagne
06.
Emmanuel Macron, l’Europe, le RN et les Gilets jaunes : un cocktail détonnant de vérités et d’erreurs intellectuelles ou politiques majeures
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Clodo31
- 29/06/2018 - 12:32
Culture
Il est de tradition dans certaines cultures importées de privilégier l'éducation par la "rue"..Ce mouvement a contaminé certaines couches de la population française, plutôt défavorisées, qui se servent de leur statut social pour fuir leurs responsabilités de parents.
vangog
- 29/06/2018 - 01:23
Ce n’est pas le rôle ni le métier des enseignants »??????
Mon cul, oui! ...qu’est-ce-que c’est que ces dogmes d’un autre temps (d’avant la chute des murs...)?...lorsque la famille fait faillite (et la gauche archaïque a tout fait pour...) il faut que un dernier rempart à l’autorité, et c’est le rôle de l’éducation , en dernier recours, car ensuite, il n’y a plus rien...et les employeurs n’accepteront pas des réfractaires à l’autorité! La France gauchiste a voulu faire rentrer en masse des familles qui croient que leurs enfants sont des demi-dieux, et s'avèrent incapables de leur inculquer le minimum d’autorité nécessaire à la vie en société. c’est donc à l'éducation, débarrassée de son idéologie gauchisante, de pallier ce manque...sinon, ensuite, c’est la police qui s’en chargera...et quand on lit le pauvre Gérald Pandelon, on se dit que ce sera mal barré pour l’enfant, s’il attend que la justice lui inculque le sens de l'autorité qui lui manquera, à vie...
Anouman
- 28/06/2018 - 19:32
Bandes
"Le phénomène de ces bandes est multiple et nous dépasse". En fait cela dépasse surtout la loi. Si on décide de la responsabilité pénale des mineurs ça risque de se calmer un peu surtout si la justice fait son travail (d'accord on manque de places de prisons mais on peut faire des camps de rééducation). Et la récidive de récidive doit être punie de manière beaucoup plus sévère. Ce qui est surtout dépassé est de croire qu'un mineur est un petit ange déchu qu'on pourra remettre dans le droit chemin du seigneur.