En direct
Best of
Best of du 20 au 26 juin
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Présidentielle 2022 : pourquoi le duel tant annoncé n’aura pas lieu

02.

Nouvelle explosion des cas de Coronavirus : mais que se passe-t-il aux Etats-Unis ?

03.

Houria Bouteldja assassina la "gauche blanche"…

04.

2020, fin de l’hégémonie occidentale et première victoire de la Chine dans la nouvelle guerre froide ?

05.

Le parti EELV va alerter le CSA après les propos d'Eric Zemmour sur CNEWS dans "Face à l'Info" sur la vague verte et l'islam

06.

L'éolien peut-il être une alternative verte crédible au nucléaire ?

07.

Le journaliste Carl Bernstein révèle les édifiantes conversations privées de Donald Trump avec Vladimir Poutine, Recep Tayyip Erdogan, Emmanuel Macron ou bien encore Angela Merkel

01.

Les Vikings nous ont envahis et colonisés au IXe siècle ! Nous exigeons donc que le Danemark, la Norvège, la Suède et l’Islande se repentent

02.

Qualité nutritionnelle : et voilà la liste des 100 meilleurs aliments au monde

03.

"Tuez Sarkozy !". On ignore encore qui a donné l’ordre mais le Parquet National Financier s’est chargé de son exécution

04.

Pas de démocratie sans droit à offenser : ce capitalisme qui prend le risque de précipiter la guerre civile à trop vouloir montrer patte progressiste

05.

L'éolien peut-il être une alternative verte crédible au nucléaire ?

06.

Cet espoir dans la lutte contre la Covid-19 qui se cache dans des études soviétiques vieilles de plusieurs décennies

01.

Municipales : mais que cache donc l’étonnante schizophrénie des Français entre élections locales et nationales ?

02.

Toutes ces erreurs que le Défenseur des droits commet dans son rapport sur la discrimination en France

03.

"Tuez Sarkozy !". On ignore encore qui a donné l’ordre mais le Parquet National Financier s’est chargé de son exécution

04.

Arsène Lupin était noir ! La preuve : il va être joué par Omar Sy

05.

Désordres publics : la lourde facture des dérives de la lutte contre le racisme et les violences dans la police

06.

Affaire Fillon : François Fillon est condamné à 5 ans de prison, dont 3 avec sursis, et Penelope Fillon à 3 ans de prison avec sursis

ça vient d'être publié
pépites > Politique
"Ouvrir un nouveau chemin"
Emmanuel Macron se confie à la presse quotidienne régionale avant le remaniement et dévoile ses priorités pour la fin du quinquennat
il y a 55 min 20 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le Cafard" de Ian McEwan : une fable mordante sur les politiciens britanniques et le Brexit, par un des maîtres du roman anglo-saxon contemporain

il y a 6 heures 36 min
pépites > Politique
Retrait stratégique
Municipales à Marseille : Martine Vassal se retire, Les Républicains vont présenter le député Guy Teissier pour la mairie
il y a 7 heures 24 min
pépites > Santé
Lourdes accusations
Covid-19 : le Conseil scientifique et la Haute autorité de santé dénoncent des propos "infamants" de Didier Raoult devant les députés
il y a 8 heures 39 min
pépite vidéo > International
Tragédie
Birmanie : un glissement de terrain provoque la mort d’une centaine de mineurs
il y a 10 heures 20 min
décryptage > Politique
Formation politique

Les 4 piliers : un parti libéral souverainiste se crée et recrute des candidats pour les régionales

il y a 11 heures 13 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Affaire Fillon : Hollande a envisagé de reporter la présidentielle; Dati a cherché le soutien de l'Elysée contre Hidalgo; Ecologie : truc de riches ou cauchemar vert ?; Cyberhaine sur les réseaux sociaux : le marché plus fort que la loi
il y a 11 heures 45 min
décryptage > International
Soft power

Comment les Émirats arabes unis sont devenus curieusement le partenaire économique et commercial incontournable de Damas

il y a 12 heures 9 min
décryptage > Histoire
Rivalité

Et si on s’était trompé de Voltaire ?

il y a 13 heures 5 min
décryptage > Santé
Vives inquiétudes

Nouvelle explosion des cas de Coronavirus : mais que se passe-t-il aux Etats-Unis ?

il y a 14 heures 2 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Histoire du Consulat et de l’Empire" de Adolphe Thiers : le Consulat, le meilleur de Bonaparte ?

il y a 6 heures 21 min
light > Justice
Espoir pour les victimes
Affaire Jeffrey Epstein : Ghislaine Maxwell, sa complice présumée, a été enfin arrêtée par le FBI
il y a 6 heures 58 min
pépites > Media
Critiques
Le parti EELV va alerter le CSA après les propos d'Eric Zemmour sur CNEWS dans "Face à l'Info" sur la vague verte et l'islam
il y a 8 heures 12 min
pépites > Justice
Condamnation
Scandale de la Dépakine : la justice reconnaît la responsabilité de l'Etat
il y a 8 heures 58 min
décryptage > France
Bataille de chiffres

Pourquoi les comparaisons internationales sur la mortalité du Covid-19 sont moins fiables qu’on ne le pense

il y a 10 heures 59 min
décryptage > Société
Mobilisation planétaire

Antiracisme et environnement : l’été 2020 sera radicalement exigeant ou ne le sera pas

il y a 11 heures 26 min
décryptage > Politique
Macron - Le Pen

Présidentielle 2022 : pourquoi le duel tant annoncé n’aura pas lieu

il y a 11 heures 56 min
décryptage > France
Exercices de coloriage

Houria Bouteldja assassina la "gauche blanche"…

il y a 12 heures 30 min
décryptage > Consommation
Sucre caché ?

Eaux parfumées : comment repérer celles qui vous font grossir l’air de rien ?

il y a 13 heures 27 min
décryptage > Europe
Menace pour l'Etat allemand ?

L’Allemagne a-t-elle un problème d’infiltration de son extrême droite dans les rouages de l’Etat ?

il y a 14 heures 51 min
© GERARD JULIEN / AFP
© GERARD JULIEN / AFP
Contre-expertise

Réforme des institutions : oui le Parlement a besoin d’une agence d’évaluation de son fonctionnement. Mais pas forcément telle que l’envisage François de Rugy

Publié le 27 juin 2018
François de Rugy, dans une interview aux Echos, annonce sa volonté de créer une agence parlementaire d'évaluation. "Soit, et c'est ma préférence, nous obtenons la tutelle d'un organisme existant, en l'occurrence France stratégie, aujourd'hui sous la houlette du Premier ministre. Si ce n'est pas le cas, nous n'abandonnerons pas : nous créerons notre propre agence".
Jacques Bichot
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jacques Bichot est Professeur émérite d’économie de l’Université Jean Moulin (Lyon 3), et membre honoraire du Conseil économique et social.Ses derniers ouvrages parus sont : Le Labyrinthe aux éditions des Belles Lettres en 2015, Retraites : le...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
François de Rugy, dans une interview aux Echos, annonce sa volonté de créer une agence parlementaire d'évaluation. "Soit, et c'est ma préférence, nous obtenons la tutelle d'un organisme existant, en l'occurrence France stratégie, aujourd'hui sous la houlette du Premier ministre. Si ce n'est pas le cas, nous n'abandonnerons pas : nous créerons notre propre agence".

Atlantico : Le Parlement contrôle le gouvernement, mais lui-même n'est pas réellement contrôlé sur différents aspects de son fonctionnement. Que pensez-vous de la création d'une agence parlementaire d'évaluation ?

Jacques Bichot : Dans le principe, ce serait une excellente chose, car le Parlement ne devrait pas être amené à voter des projets de loi (donc des textes rédigés au niveau gouvernemental) sur la seule base d’une analyse de ses effets probables fournie par le Gouvernement. Certes, les commissions de l’Assemblée et du Sénat auditionnent des experts pour se forger une opinion, mais ce n’est pas suffisant. Quant aux études d’impact qui accompagnent les avant-projets de loi, celles que j’ai lues (relatives à des projets de loi dans des domaines sur lesquels je travaille en tant qu’économiste) m’ont souvent semblé ressembler étrangement aux « exposés des motifs » dont on se contentait jadis. Un exposé des motifs, comme son nom l’indique, dit quels effets le Gouvernement espère de ces nouvelles dispositions qu’il veut faire voter par le Parlement ; il ne constitue pas une analyse de l’adéquation de ce texte aux buts poursuivis par les pouvoirs publics.

Prenons un exemple simple : un ensemble de dispositions contenues dans un projet de loi de financement de la sécurité sociale (PLFSS), destiné à ce que les Français soient mieux soignés pour un coût inférieur. L’intention est excellente mais, comme on dit, il y a souvent loin de la coupe aux lèvres. Il faut des experts réellement compétents pour étudier l’effet qu’auront probablement les mesures envisagées. Telle disposition relative à l’organisation des urgences dans les hôpitaux (secteur de l’activité hospitalière qui n’est pas sans poser quelques problèmes !) peut être l’expression des meilleures intentions du monde et pourtant avoir pour effet probable d’accentuer les dysfonctionnements qui affectent ces malheureux services d’urgence. Le Parlement, amené à voter ou non telle disposition, par exemple une réforme des services d’urgence, doit disposer d’une expertise indépendante de celle du Gouvernement. C’est le principe de la contre-expertise : quand la réponse à une question est délicate, mieux vaut deux avis éclairés qu’un seul. Or, parfois, il n’y a tout simplement aucun avis fondé sur une analyse solide des effets probables des mesures envisagées !

Le principe d’une Agence parlementaire d’évaluation est donc excellent. De plus, la réduction du nombre des Parlementaires, si elle a lieu, devrait générer des économies qu’il serait judicieux d’investir dans la création et le fonctionnement de ce service d’expertise indépendante. La question se pose toutefois de savoir si l’Assemblée et le Sénat doivent avoir chacun leur propre Agence, ou s’il serait raisonnable de mettre leurs moyens en commun.

Confier cette mission à France Stratégie vous semble-t-il pertinent ? Les organismes de contrôle existants pourraient-ils être sollicités et rationalisés dans cet objectif ?

Le Président de l’Assemblée nationale, dans l’interview citée, se prononce pour le rattachement au Parlement d’un organisme existant, France Stratégie, qui a pris le relais du Commissariat général du Plan. Il parle d’en obtenir « la tutelle ». Ce que je connais des travaux de France stratégie ne m’incite pas à partager son avis. Certes, France Stratégie n’est pas seulement un « lieu de débat et de concertation », selon la formule utilisée sur son site, un organisme attaché à « dialoguer avec les partenaires sociaux et la société civile », c’est aussi « un organisme d’études et de prospective, d’évaluation des politiques publiques et de propositions ». Mais son expertise ne me paraît pas être à la hauteur de l’enjeu. C’est un organisme qui surfe volontiers sur la vague des idées à la mode, par exemple les miracles du numérique ou les conférences de consensus. Sans doute pourrait-on y recruter un certain nombre de bons éléments, mais en les intégrant à une nouvelle équipe, à un organisme créé pour remplir la mission spécifique consistant à essayer de déterminer quelles seraient les conséquences de telles mesures législatives.

Bien d’autres organismes pourraient, soit servir de viviers où recruter les experts, soit se voir confier des investigations réalisées pour le compte de l’organisme parlementaire. Au passage, si l’on en profitait pour réduire le nombre des organismes administratifs destinés à produire des analyses, de façon à disposer de moins d’équipes, mais plus étoffées et davantage pluridisciplinaires, ce serait faire œuvre utile. Prenons un exemple, le secrétariat du Conseil d’orientation des retraites, équipe absolument minuscule (une douzaine de personnes) en comparaison de l’importance économique et sociale du champ qu’il doit labourer (les retraites, en France représentent environ 14 % du PIB). Ce conseil, en lui-même, est un de ces ectoplasmes dont on pourrait se passer, mais l’équipe formant son secrétariat pourrait être intégrée dans un organisme d’études plus charpenté tel que la DREES, qui a vocation à donner naissance à un organisme moins étroitement dépendant des ministères sociaux … et à fournir des experts pour l’organisme parlementaire dont rêve François de Rugy.

Quelles sont les conditions pour qu'une telle agence soit vraiment efficace et quelles compétences jugez-vous indispensables ?

Cette Agence atteindra une réelle efficacité si elle s’attache les services de personnes vraiment compétentes, soit comme salariés permanents à temps plein, soit comme « personnes ressources » mobilisables lorsqu’un projet ou une proposition de loi commencerait à prendre corps. Il lui faudra aussi savoir sous-traiter des analyses ou des études requises pour procéder à une analyse des effets probables d’une innovation législative.

Une seconde condition est son absolue indépendance : elle devra produire un travail scientifique, et non une aimable dissertation sur les bienfaits ou effets indésirables d’un projet de loi. Ses membres permanents devraient donc avoir un statut ressemblant à celui des magistrats de la Cour des comptes, qui peuvent librement mener leurs investigations même si elles ne plaisent pas aux pouvoirs publics.

Comment éviter de créer un organisme sans moyens et sans pouvoir d'investigation comme on a pu le voir sur d'autres sujets ?

Il existe en France pléthore d’organismes, dont certains n’ont pas la taille critique, dont d’autres ont une sphère de compétence trop étroite. Recomposer ce paysage de la recherche appliquée aux politiques publiques, en ayant moins d’organismes, plus puissants et mieux dirigés, serait une opération très salutaire. Peut-être faudra-t-il in fine allouer des moyens financiers supplémentaires, mais je n’en suis pas sûr, j’aurais plutôt tendance à penser que des économies seront possibles si l’on organise mieux la matière grise dont, fort heureusement, les organismes de recherche français sont assez bien pourvus.

La République a besoin de savants, elle le sait en théorie, mais elle n’arrive pas à déterminer comment les employer au maximum de leurs capacités, et elle gaspille beaucoup de talents. La recomposition du réseau d’organismes existant associée à la mise en place d’un organisme parlementaire d’étude des effets probables des dispositions législatives envisagées pourrait être une véritable chance pour la France. Les moyens existent, mais ils sont mal structurés et mal organisés : il faut absolument que l’intéressante idée de François de Rugy débouche sur une réorganisation de ce secteur de la recherche et booste la productivité du système qui permettrait de mieux savoir où va la France quand ses parlementaires votent une nouvelle loi.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
lexxis
- 27/06/2018 - 16:12
FRANCE STRATÉGIE, UN CHOIX PARTISAN ET INADAPTÉ
Manifestement Messieurs de Rugy et Bichot n'ont pas porté vraiment attention à la production de France Stratégie, sinon ils ne se précipiteraient pas pour recommander son rattachement au Parlement. On est étonné que leur expérience ne leur permette pas de réaliser qu'on ne peut indéfiniment et exclusivement confier la recherche et l'avenir de la France à un ramassis de fonctionnaires de gauche, dont le Gouvernement a dû récemment censurer certaines des propositions les plus extravagantes et même rappeler à l'ordre son directeur. Mais il est vrai que Monsieur Bichot est universitaire et donc fonctionnaire et que le monopole de sa caste sur ce genre d'organismes ne le choque pas du tout, alors que le bon sens et l'équité imposeraient que de tels organismes recrutent au moins les trois quarts de leurs effectifs dans le secteur privé. Ce dernier dispose en effet dans ses rangs de tous les spécialistes nécessaires pour substituer à des élucubrations collectivistes et abracadabrantes des propositions censées et équilibrées issues du vrai monde économique, celui d'ailleurs sans lequel il n'existerait pas du tout de fonction publique, laquelle vit par nécessité du travail des autres
zelectron
- 27/06/2018 - 14:46
Un ponctionnement supplémentaire ?
l'agence sans risque avec dépenses somptuaires
vangog
- 27/06/2018 - 10:55
Une nouvelle agence gauchiste?...
Ah! Ça manquait à la France gauchiste...en même temps, les socialauds et écolo-bobos doivent avoir quelques copains incasables dans le privé, et qu’il faudra recaser dans le public, pour « bons et loyaux services à la gauche »..une nouvelle agence, c’est quasiment une œuvre humanitaire, pour la gauche!