En direct
Best of
Best of du 16 au 22 mai
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

02.

Décentralisation : pour un redécoupage des départements français

03.

Emmanuel Macron a téléphoné à Jean-Marie Bigard. Et après il appellera Yassine Belattar, un autre humoriste ?

04.

Ce syndrome Camélia Jordana qui affaiblit la démocratie française

05.

Tsunami de licenciements en vue : quel destin pour les chômeurs du Covid-19 ?

06.

Le syndrome Raoult : anatomie d’un malaise français

07.

Les Etats moyens d’Asie, ces alliés "naturels" pour la France et l’Europe

01.

« L’islam est la religion la plus con » avait dit il y a quelques années Houellebecq. « L’islam est la religion la plus à craindre » déclare aujourd’hui Onfray

02.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

03.

Covid-19 : l’outil de notification de l’exposition au virus d’Apple-Google ne semble pas parti pour un envol spectaculaire

04.

Coronavirus : Combien de temps faut-il vraiment aux malades pour s’en remettre ?

05.

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

06.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

01.

« L’islam est la religion la plus con » avait dit il y a quelques années Houellebecq. « L’islam est la religion la plus à craindre » déclare aujourd’hui Onfray

02.

Renault : sauver les entreprises en les accablant de contraintes nouvelles est-il vraiment le meilleur moyen de reconstruire une industrie française performante ?

03.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

04.

Chloroquine : Olivier Véran saisit le Haut conseil de la santé publique

05.

Le syndrome Raoult : anatomie d’un malaise français

06.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Campagne des municipales
Agnès Buzyn regrette le terme de "mascarade" et confirme sa volonté de ne "pas laisser à Anne Hidalgo les pleins pouvoirs" à Paris
il y a 9 heures 11 min
pépites > High-tech
Outil numérique
Assemblée nationale : les députés votent en faveur de l'application de traçage StopCovid
il y a 10 heures 59 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

La Révolution et l’Empire dans le cinéma français : plusieurs bons films pour cette période historique agitée ! Humour et délectation

il y a 12 heures 31 min
light > Science
Cratère de Chicxulub
L'astéroïde à l’origine de l’extinction des dinosaures aurait suivi la trajectoire la plus dangereuse possible
il y a 14 heures 29 min
décryptage > Société
Lutte contre le virus

StopCovid : les dangers d’un mirage

il y a 15 heures 44 min
pépites > Justice
Justice
Fraude fiscale : Patrick Balkany est condamné en appel à cinq ans de prison, son épouse Isabelle à quatre ans d’emprisonnement
il y a 16 heures 56 min
décryptage > Economie
Plan de relance

Le gouvernement contaminé par le virus du micro-management

il y a 19 heures 33 min
décryptage > Economie
Soutien face à la crise

(Enième ) plan de sauvetage de l’industrie automobile française : une obsession politique contre-productive

il y a 20 heures 36 min
décryptage > Economie
Crise économique

Tsunami de licenciements en vue : quel destin pour les chômeurs du Covid-19 ?

il y a 21 heures 9 min
décryptage > France
Polarisation du débat

Le syndrome Raoult : anatomie d’un malaise français

il y a 21 heures 51 min
light > Politique
Bras de fer avec Twitter
Donald Trump menace de "fermer" les réseaux sociaux après le signalement de ses tweets
il y a 10 heures 11 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L’Autre qu’on adorait" de Catherine Cusset : superbe graine de Prix

il y a 12 heures 18 min
décryptage > Economie
Leçons du confinement

Dépendance et pertes d’exploitation : les assureurs battus sur tous les fronts face à la crise du coronavirus…

il y a 14 heures 17 min
pépites > Politique
Soutien
Deuil après la mort d’un enfant : l’Assemblée nationale approuve enfin et à l’unanimité le congé de 15 jours
il y a 15 heures 42 min
pépites > Europe
Solidarité
Covid-19 : la Commission européenne propose un fonds de relance de 750 milliards d'euros pour sortir de la crise
il y a 16 heures 28 min
pépite vidéo > Science
Bond de géant pour l’humanité
Plus que quelques heures avant le premier vol habité de SpaceX
il y a 17 heures 24 min
décryptage > France
Hexagone

Décentralisation : pour un redécoupage des départements français

il y a 19 heures 49 min
décryptage > Société
Univers cauchemardesques

Pourquoi les oeuvres dystopiques déprimantes attirent tant de gens par temps de pandémie ?

il y a 20 heures 58 min
décryptage > Politique
Des hommes, des vrais !

Emmanuel Macron a téléphoné à Jean-Marie Bigard. Et après il appellera Yassine Belattar, un autre humoriste ?

il y a 21 heures 30 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Macron se réinvente en ministre de l’Industrie très gaullien… dans un environnement concurrentiel totalement différent

il y a 22 heures 9 min
© FREDERICK FLORIN / AFP
© FREDERICK FLORIN / AFP
Réservoir de voix

Comment Erdogan a réussi à faire lourdement peser la diaspora turque en Europe sur les élections en Turquie

Publié le 23 juin 2018
Alors que la diaspora turque en Europe est considérée comme un soutien important du parti de Recep Tayyip Erdogan, l'AKP, son vote devrait peser dans la balance finale de l'élection de ce 24 juin.
Laurent Leylekian est analyste politique, spécialiste de la Turquie.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Laurent Leylekian
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Laurent Leylekian est analyste politique, spécialiste de la Turquie.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors que la diaspora turque en Europe est considérée comme un soutien important du parti de Recep Tayyip Erdogan, l'AKP, son vote devrait peser dans la balance finale de l'élection de ce 24 juin.

Atlantico : Alors que la diaspora turque en Europe est considérée comme un soutien important du parti de Recep Tayyip Erdogan, l'AKP, son vote (ayant eu lieu entre le 27 mars et le 9 avril) devrait peser dans la balance finale de l'élection de ce 24 juin. Quel est le poids électoral de la diaspora turque en Europe ? A quel point est-elle importante pour la victoire de l'AKP ?

Laurent Leylekian : La diaspora turque est désormais très importante en Europe. Numériquement, on estime au minimum qu’il y 1,5 millions de Turcs en Allemagne, sans doute 300 000 en France et autant au Benelux sans compter les 100 000 en Autriche et pratiquement autant en Angleterre. Mais les estimations varient quasiment du simple au double selon les sources. Bref, il y aurait facilement de 2,5 à 5 millions de citoyens turcs dans l’Union européenne. Dans le contexte actuel où le leadership d’Erdogan est contesté, il est évident que ce réservoir de voix peut faire la différence. A titre personnel j’estime que les votes des Turcs de l’Union européenne peuvent jouer jusqu’à 3 points. Dans un contexte où les sondages créditent un jour Erdogan de 47% des suffrages et le lendemain de 51%, on mesure l’importance électorale de ce vivier.

Mais attention, si les Turcs présents sur le continent européen sont plutôt pro-Erdogan, ils ne sont quand même pas univoques. Traditionnellement, on compte parmi eux des inconditionnels du CHP, une catégorie qui votera contre Erdogan et à laquelle il faut ajouter une frange croissante de déçus d’Erdogan : ceux que sa politique répressive et autoritaire effraie désormais comme ceux qui s’inquiètent des derniers résultats économiques de la Turquie. C’est en tout cas ce qui transpire des sondages d’opinion comme des réseaux sociaux. Et puis, quand on parle de citoyens turcs en Europe, n’oublions pas que ceux-ci comprennent de nombreux Kurdes et réfugiés politiques, dont une fraction non négligeable a voté HDP.

Que cela soit en France ou en Allemagne ou dans les autres pays européens, quels sont les moteurs de ce biais pro-Erdogan que l'on peut retrouver dans la diaspora turque ? 

Avec toutes les précautions d’usage que je viens d’énoncer, il me semble que le moteur principal de la ferveur pour Erdogan est la fierté retrouvée. Comme pour les Russes, c’est le culte de l’homme fort qui tient tête à l’Occident et qui renoue avec la tradition impériale ottomane. Erdogan joue d’autant mieux sur ce registre qu’il a affaire à une population qui – même en Europe – conserve l’un des taux d’éducation les plus faibles parmi les populations immigrées et de fortes caractéristiques endogames. Pour la France par exemple, un rapport récent de l’INSEE indique que lesproportions de cadres supérieurs chez les Turcs de France (1,1%) ou de « professions intermédiaires » (5,1%) ou même d’employés (2,6%) sont notablement plus faibles que celles des catégories similaires pour les maghrébins (pour les mêmes catégories, les Algériens sont respectivement à 5,2% ; 8,6% et 15,7%) et même – contrairement à une idée reçue – pour les populations d’Afrique subsaharienne (6,8% ; 11,2% ; 18,8%). L’essentiel des Turcs de France sont peu qualifiés, généralement des ouvriers dont certains se sont mis à leur compte avec un certain succès. Quant aux mères de famille – dont il est bien connu que l’accès à l’éducation conditionne celle de la population en question –elles sont sans diplôme à 80%, 10 points de plus que n’importe quelle autre groupe immigré considéré. Bref, avec des recettes simplistes fondées sur des rêves de grandeur et la nostalgie du pays, Erdogan joue sur du velours.

En outre, Il peut compter sur les chaînes de télévision turques que suivent massivement les Turcs d’Europe, d’où toute parole critique est désormais absente et où les temps de parole entre les différents candidats sont quasiment parodiques. Dans un tweet du 22 juin, İlhanTaşcı qui est membre du Conseil suprême de l’audiovisuelle (RTÜK), indique qu’Erdogan a bénéficié depuis le 14 mai de 181 heures de couverture médiatique là où Ince n’a eu droit qu’à 15 heures, Aksener à 3h30 et Demirtas du HDP à 30 minutes !

Enfin, les Turcs d’Europe sont très encadrés par les structures étatiques ou paraétatiques de leur Etat d’origine qui se sont progressivement muées en outils au seul bénéfice d’Erdogan. Il y a une myriade d’organisations – COJEP, UETD – qui roulent très majoritairement pour Erdogan même si elles s’en défendent et puis il y a les structures religieuses. En plus du DITIB qui représentent en quelque sorte le ministère des Cultes – très lié à l’Etat et donc à l’Etat-parti qu’est devenu l’AKP – il faut désormais adjoindre le Milli Görüs dont certains observateurs soulignent que le retour en faveur auprès d’Erdogan date de la disgrâce des réseaux gulénistes. Ces différentes organisations maillent les territoires des pays européens de manière assez dense et y effectuent un contrôle social de la population. En période électorale, elles assurent la publicité et éventuellement la logistique avec par exemple l’affrètement de bus pour aller faire voter « dans le bon sens » des communautés éloignées des consulats.

Quelles sont les conséquences de cette relation entre Recep Tayyip Erdogan et la diaspora turque dans les relations entre Turquie et pays européens ? 

Il semble clair qu’au-delà des élections, la mainmise d’un Etat comme la Turquie sur une très importante communauté immigrée en Europe pose de sérieux problèmes ; que le pays soit dirigé par Erdogan ou pas. D’une part, les pays européens semblent avoir accepté, tacitement mais dans une large mesure,que l’éducation et plus généralement les référents sociaux et culturels des Turcs d’Europe restent l’affaire de la seule Turquie et non pas des Etats-hôtes. C’est un problème qui dépasse le cas de la Turquie mais qui prend un relief particulier avec cet Etat impérialiste qui réprime toute expression d’altérité sur son sol tout en considérant que l’assimilation de ses nationaux à l’étranger serait un « crime contre l’humanité ». Il en résulte un communautarisme extrême qui empêche largement l’intégration des Turcs en Europe.

D’autre part et surtout, la Turquie se sert de ces communautés comme d’un outil à part entière au service de ses objectifs géopolitiques. On l’a vu par exemple en 2012 lors de la tentative de pénaliser la négation du Génocide des Arméniens avec l’instrumentalisation de cette diaspora à partir d’Ankara. On l’a également vu plus récemment avec la même instrumentalisation et l’organisation de grandes manifestations toujours en Europe, en soutien aux aventures militaires d’Erdogan en Syrie ou contre le PKK. Dernièrement enfin, les structures de contrôle de cette diaspora ont aussi activement participé à la diabolisation et à la traque en Europe même des partisans de FetullahGülen.

D’une manière générale, cette relation entre la mère-patrie et des émigrés considérés par elle comme autant d’agents politiques met en péril la capacité des Etats européens à prendre des décisions souveraines quand les intérêts de la Turquie sont en jeu. La création de partis politiques presque 100% turcs lors des dernières échéances électorales aux Pays-Bas, en Belgique et en France constitue la phase ultime de ce communautarisme extrême. Il semble qu’en interdisant les meetings électoraux d’Erdogan en Europe, certains Etats européens comme l’Allemagne ait commencé à le comprendre.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

02.

Décentralisation : pour un redécoupage des départements français

03.

Emmanuel Macron a téléphoné à Jean-Marie Bigard. Et après il appellera Yassine Belattar, un autre humoriste ?

04.

Ce syndrome Camélia Jordana qui affaiblit la démocratie française

05.

Tsunami de licenciements en vue : quel destin pour les chômeurs du Covid-19 ?

06.

Le syndrome Raoult : anatomie d’un malaise français

07.

Les Etats moyens d’Asie, ces alliés "naturels" pour la France et l’Europe

01.

« L’islam est la religion la plus con » avait dit il y a quelques années Houellebecq. « L’islam est la religion la plus à craindre » déclare aujourd’hui Onfray

02.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

03.

Covid-19 : l’outil de notification de l’exposition au virus d’Apple-Google ne semble pas parti pour un envol spectaculaire

04.

Coronavirus : Combien de temps faut-il vraiment aux malades pour s’en remettre ?

05.

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

06.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

01.

« L’islam est la religion la plus con » avait dit il y a quelques années Houellebecq. « L’islam est la religion la plus à craindre » déclare aujourd’hui Onfray

02.

Renault : sauver les entreprises en les accablant de contraintes nouvelles est-il vraiment le meilleur moyen de reconstruire une industrie française performante ?

03.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

04.

Chloroquine : Olivier Véran saisit le Haut conseil de la santé publique

05.

Le syndrome Raoult : anatomie d’un malaise français

06.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires