En direct
Best of
Best of du 21 au 27 mars
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

02.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

03.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

04.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

05.

Coronavirus : ces cadavres dans le placard qui gênent la Chine dans son offensive de charme

06.

Coronavirus : 26% des Français pensent qu’il s’agit d’un complot !

07.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

01.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

02.

Saint-Denis, ville ouverte : ouverte au coronavirus !

03.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

04.

Fonctionnaires en déroute... mais que se passe-t-il dans le secteur public ?

05.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

06.

Procédures contre les responsables publics : ce qui sera juridiquement possible (ou pas)

01.

Aussi inquiétante que le Covid-19, la crise de la raison ? Gourous et boucs émissaires font leur retour

02.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

03.

Chloroquine : les doutes qui pèsent sur la rigueur de l’étude du professeur Raoult expliqués par un biostatisticien

04.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

05.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

06.

Covid-19 : la stratégie sanitaire française est-elle efficace ? Analyse comparée des résultats par pays

ça vient d'être publié
light > Sport
Vive émotion
Coronavirus : mort de Pape Diouf, l'ancien président de l'OM, à l'âge de 68 ans
il y a 8 heures 16 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Terra Incognita : une histoire de l’ignorance" de Alain Corbin : récit des incroyables erreurs sur les secrets de notre planète bleue, stimulant !

il y a 11 heures 31 min
light > Media
Pédagogie et mobilisation
Edouard Philippe va participer à une émission spéciale sur le coronavirus dans la soirée du jeudi 2 avril sur TF1 et LCI
il y a 13 heures 48 sec
pépites > Politique
Suivi de la crise du Covid-19
Mission d’information parlementaire : Edouard Philippe sera auditionné mercredi
il y a 14 heures 39 min
pépites > France
Alimentation
25% des marchés alimentaires vont pouvoir rouvrir en France
il y a 15 heures 57 min
pépites > Politique
"Souveraineté nationale et européenne"
Coronavirus : Emmanuel Macron annonce la production de millions de masques et promet une "indépendance pleine et entière" de la France
il y a 17 heures 37 min
pépite vidéo > Politique
Combattre le virus
Hongrie : Viktor Orbán obtient les pleins pouvoirs pour lutter plus efficacement contre le Covid-19
il y a 18 heures 53 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

Pour une nouvelle gouvernance mondiale

il y a 20 heures 57 min
décryptage > Politique
Schtroumpfs paresseux

Et si les accusateurs du libéralisme essayaient d’abord de comprendre ce dont ils parlent

il y a 21 heures 26 min
décryptage > Politique
Rupture douloureuse

Petit historique des catastrophes politiques vécues par la droite à chaque fois qu’elle a divorcé du libéralisme

il y a 21 heures 59 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un long moment de silence" de Paul Colize : les destins croisés d’un homme d’aujourd’hui qui enquête sur la mort mystérieuse de son père, lors de l’attentat du Caire en 1954

il y a 11 heures 9 min
light > Insolite
Pouvoir de l'amitié
Aventoft : l'amitié ne connaît pas de frontières pour Inga Rasmussen et Karsten Tüchsen Hansen, malgré le confinement
il y a 12 heures 2 min
pépites > Justice
Charlie Hebdo et Hyper Cacher
Le procès des attentats de janvier 2015 va se dérouler du 2 septembre au 10 novembre 2020
il y a 14 heures 6 min
pépites > Economie
ISF ?
Gérald Darmanin lance "un appel à la solidarité nationale" pour aider les entreprises
il y a 15 heures 2 min
light > Media
Disparition
Mort du journaliste Pierre Bénichou à l'âge de 82 ans
il y a 17 heures 4 min
décryptage > Santé
Résultats prometteurs

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

il y a 18 heures 36 min
décryptage > Politique
Cohésion

Covid-19 : unité nationale où es-tu ?

il y a 20 heures 28 min
décryptage > France
Ils sont nombreux à être malades

Coronavirus : 26% des Français pensent qu’il s’agit d’un complot !

il y a 21 heures 11 min
décryptage > Economie
Bulletin

Coronavirus : petit bilan des mesures d’aides aux entreprises et aux salariés

il y a 21 heures 41 min
décryptage > Santé
Plan d'action

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

il y a 22 heures 27 min
© LUDOVIC MARIN / AFP
© LUDOVIC MARIN / AFP
Le bruit et la fureur

Salvini, Orban, Trump et parfois Macron... : comment l’outrance est (re)devenue un mode de conquête du pouvoir et de gouvernement dans les démocraties "apaisées" occidentale

Publié le 23 juin 2018
Avec l'émergence de nouveaux partis politiques, ou de personnalités dites « populistes », de Matteo Salvini à Viktor Orban en passant par Donald Trump, l'outrance, l'indignation, ou le scandale ont pu prendre une place importante dans le débat politique.
Christophe Boutin est un politologue français et professeur de droit public à l’université de Caen-Normandie, il a notamment publié Les grand discours du XXe siècle (Flammarion 2009) et co-dirigé Le dictionnaire du conservatisme (Cerf 2017), et le Le...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christophe Boutin
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christophe Boutin est un politologue français et professeur de droit public à l’université de Caen-Normandie, il a notamment publié Les grand discours du XXe siècle (Flammarion 2009) et co-dirigé Le dictionnaire du conservatisme (Cerf 2017), et le Le...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Avec l'émergence de nouveaux partis politiques, ou de personnalités dites « populistes », de Matteo Salvini à Viktor Orban en passant par Donald Trump, l'outrance, l'indignation, ou le scandale ont pu prendre une place importante dans le débat politique.

Atlantico : Avec l'émergence de nouveaux partis politiques, ou de personnalités dites « populistes », de Matteo Salvini à Viktor Orban en passant par Donald Trump, l'outrance, l'indignation, ou le scandale ont pu prendre une place importante dans le débat politique. Comment cette politique du « cycle de l'outrance » - comme le nomme le magazine américain The Atlantic est-elle devenue une méthode de gouvernement et un moyen de former des majorités ?

Christophe Boutin : Commençons si vous le voulez bien par poser les choses. Outrance, indignation et scandale ? Mais pour qui ? Pour le chœur de ceux, politiques et médias, pour qui il serait indécent de remettre en question, entre autres, les politiques de mondialisation, de consumérisme hédoniste, de libéralisme sociétal ou de négation des identités –pour être exact, de négation des identités des nations européennes. Dès qu’un discours ose en effet s’affranchir de cette doxa, il est aussitôt dénoncé comme « outrancier » par des politiques « scandalisés » et mis à l’index par les médias mainstream « indignés », la légitimité de celui qui a osé le prononcer étant immédiatement remise en question, quand bien même a-t-il été démocratiquement élu. On en est même arrivé au point ou poser dans un sondage une question qui puisse laisser entendre que la doxa soit contestable serait en soi coupable – c’est la récente polémique à propos du sondage prétendument raciste organisé par Terra Nova, un Think Tank d’une gauche affirmée, pour les adhérents de LaREM !

Pour autant, lorsque l’on pose aux citoyens des pays concernés par les choix de ces leaders et par les éventuelles outrances verbales qui les accompagnent la question de savoir si choix ou propos les ont choqués, on constate qu’il n’en est rien. Les Français n’ont pas été traumatisés par le tract des Républicains appelant à ce que « la France reste la France », les Italiens se félicitent de la fermeture de leurs ports ou du recensement des Roms présents dans la péninsule, et ce quelles que soient les formules de Salvini, quand les Hongrois voient dans le discours musclé et la politique d’Orban la défense de leur identité et que, assumant visiblement le risque de désespérer Bernard-Henry Lévy, les Américains soutiennent toujours Donald Trump.

Premier élément donc, indignation et scandale ne touchent qu’une minorité des citoyens, mais la majorité des médias mainstream. Une preuve de plus du décalage qui existe dans nos sociétés entre les médias et le peuple, ce qui se traduit par la méfiance dont fait preuve ce dernier à l’encontre des journalistes, aussi bas que les politiques dans les cotes de confiance.

Deuxième élément, la question de l’avantage politique qu’il y aurait à mener un discours de rupture. Moyen de former des majorités ? En théorie non, un discours clivant rassemble moins qu’un discours plus modéré ou plus neutre. Méthode de gouvernement ? Là encore, a priori non, puisque cela peut conduire à l’éclatement de coalitions gouvernementales. Mais les choses changent du tout au tout lorsque cette « outrance », lorsqu’elle existe bien, répond aux attentes d’une majorité rendue trop longtemps muette mais encore – temporairement – pourvue du droit de vote, car de véritables lames de fond peuvent alors porter au pouvoir ceux qui ont bravé les interdits.Le risque est bien sûr de voir des démagogues surfer sur ces vagues et gouverner par l’outrance, allant toujours plus loin dans la provocation – avec la possibilité de cette outrance suprême qu’est la guerre.

En quoi s'agit-il, ou non, d'une nouveauté ? Quelles sont les spécificités de l'époque actuelle en la matière ?

L’outrance n’est bien sûr pas une nouveauté en politique. Pour prendre l’exemple français, il n’y pas si longtemps, les débats de l’Assemblée nationale faisaient résonner les travées de noms d’oiseaux, et il arrivait que deux parlementaires finissent le dit débat sur le pré ; et l’on pourrait faire la même remarque concernant les médias. On peut bien sûr se féliciter de vivre dans une démocratie apaisée dans laquelle le débat exclut la violence, mais, puisque nous pouvons nous poser, avec les réserves que j’ai formulées, la question du retour de cette dernière, il faudrait se demander si notre démocratien’est pas aussi allée trop loin dans le contrôle du discours  – pensant ainsi sans doute contrôler l’opinion. On ne s’est en effet pas contenté d’interdire les insultes, on a édulcoré le discours à un point caricatural, sous la pression de ce que l’on nomme le « politiquement correct », une bien-pensance à côté de laquelle celle de la bourgeoisie du XIXe, honnie de Flaubert ou de Bloy, n’était rien. Nous parlons et écrivons de nos jours sous le contrôle de censeurs prompts à engager des actions qui font de ceux qu’elles visent des morts-vivants à jamais interdits d’expression, perdant travail et amisquand ils ne sont pas embastillés.

Si donc aujourd’hui des dérivessont possibles, y compris parfois cette fuite en avant dans une violence dont on rappellera qu’elle n’est jamais que verbale, ce n’est souvent qu’à cause de la tension que crée la chape de plomb interdisant certaines expressions. Benjamin Constant dans De l’esprit de conquête et de l’usurpation, John Stuart Mill dans De la liberté, Alexis de Tocqueville et tant d’autres auteurs encore qui ont réfléchi sur le fonctionnement de la démocratie avaient pourtant mis en garde contre cette « police de la pensée », contre son inefficacité comme sur les effets pervers de sa mise en œuvre.

Comment comprendre dans ce cadre les déclarations d'Emmanuel Macron à Quimper de ce jeudi 21 juin, dénonçant la « lèpre qui monte » ou encore déclarant : « Ils disent le pire, et nous nous y habituons, ils font les pires provocations et personne ne se scandalise de cela » ?

À la fois comme un simple jeu politique et comme l’expression typique de cette politique autiste que nous évoquions. Qu’Emmanuel Macron soit opposé au populisme et emploie pour le caractériser le terme polémique de « lèpre » dans le cadre d’un discours public n’est pas en soi critiquable. Qu’il pense que les populistes européens « disent le pire » et « font les pires provocations » ne l’est pas plus. Qu’il regrette que « personne ne se scandalise » ne choque pas. Cela relève justement de ce jeu de l’outrance qui vise à discréditer l’adversaire politique, à le délégitimer, à tenter de lui faire perdre ses appuis et, au contraire, à en gagner. Qu’on l’apprécie ou non, c’est une partie de la rhétorique démocratique, et Cicéron lui même, dans ses Catilinaires, ne se privait pas d’en user.

Mais il est possible aussi que cela ne soit pas seulement jeu politique, qu’Emmanuel Macron considère vraiment que les populistes n’ont pas le droit de tenir leurs propos et qu’il souhaite devant ce « scandale » les interdire – non dans leurs pays, il n’est pas encore Président de l’Europe, mais par exemple en France. Car si Emmanuel Macron reconnaît dans ce même discours les évolutions actuelles que sont « le nationalisme qui renaît, la frontière fermée que certains proposent », il ne semble vouloir trouver comme explication que le chant des sirènes populistes trompant les populations, incapable semble-t-il de comprendre que ce ne sont finalement que des réponses à des politiques– dont la sienne - qui choquent la grande majorité des populations européennes. Nous sortirions ici du débat politique, même polémique, pour retrouver lapossible interdiction d’expression que nous avons évoqué.

Quels sont les moteurs profonds qui ont pu permettre cette acceptation de cette forme du discours politique par les populations ? Comment analyser, à travers cette acceptation, ce qu'est devenu le lien unissant les élites à la population ? La perte de confiance en est-elle le moteur ?

On laisse souvent entendre que le discours outrancier est populaire parce que le peuple lui-même serait foncièrement violent. L’outrance, à la fois, flatterait ses bas instincts et lui renverrait son image en miroir. Outre le mépris que cela traduit pour le peuple, les choses sont bien plus complexes.

La politique reste d’abord une théâtralisation du conflit, où les polémiques, les petites phrases, les passes d’armes lors des débats, y compris avec une certaine outrance, peuvent séduire. C’est un risque que court celui qui use de cette violence verbale, car le public est aussi prompt à l’encenser que, parfois, à soutenir un perdant qu’il estimeraagressé à tort, mais certains le courent facilement. Par ailleurs, la politique est le monde des choix, et le choix politique principal reste l’identification de l’ami et de l’ennemi – quand bien même cette identification serait-elle outrée à l’encontre de ce dernier. Enfin, le discours raisonnable et aseptisé a certes ses charmes, mais il ne s’adresse pas nécessairement aux mêmes publics que le discours polémique, de même qu’une plaidoirie n’est pas la même en privé et en public.

En dehors de ces explications, il faudrait peut-être encore se demander si, en dehors de la séduction par sa seule forme du discours outrancier, ce ne sont pas aussi et surtout les politiques portées par ce discours qui séduisent. Des politiques dont on ne pouvait plus parler, ce qui fait, d’une part, que tout discours sur ce point semblera choquant, tandis que, d’autre part, la brutale libération de la parole ira parfois de pair avec une certaine outrance.

Les élites ont-elles enfin perdu le lien avec le peuple, et chercheraient-elles à le retrouver en usant d’outrances ? Il est certain qu’une partie de nos populations occidentales considère surtout qu’une oligarchie – à distinguer des véritables élites – a opéré une captation du pouvoir et impose ses politiques par un matraquage médiatico-judiciaire que l’on aura rarement connu. Nous retrouvons ici la distinction faite par Benjamin Constant entre le tyran, qui interdit toute expression, et l’usurpateur, qui, lui, crée des simulacres d’opinions. Confrontant ce théâtre d’ombres avec son quotidien réel, comment certains ne verraient-ils pas un espoir de liberté dans les discours,même outranciers, de ceux qui osent dire que le roi est nu ? Mais sans cette part de vérité, nulle outrance ne sera suffisante pour convaincre.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

02.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

03.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

04.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

05.

Coronavirus : ces cadavres dans le placard qui gênent la Chine dans son offensive de charme

06.

Coronavirus : 26% des Français pensent qu’il s’agit d’un complot !

07.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

01.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

02.

Saint-Denis, ville ouverte : ouverte au coronavirus !

03.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

04.

Fonctionnaires en déroute... mais que se passe-t-il dans le secteur public ?

05.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

06.

Procédures contre les responsables publics : ce qui sera juridiquement possible (ou pas)

01.

Aussi inquiétante que le Covid-19, la crise de la raison ? Gourous et boucs émissaires font leur retour

02.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

03.

Chloroquine : les doutes qui pèsent sur la rigueur de l’étude du professeur Raoult expliqués par un biostatisticien

04.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

05.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

06.

Covid-19 : la stratégie sanitaire française est-elle efficace ? Analyse comparée des résultats par pays

Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Ganesha
- 24/06/2018 - 06:58
Aspirant
D'après vous, je devrais être presque centenaire ! 1930, c'est l'époque de la naissance de mes parents. J'ai dû voir ces publicités dans un documentaire sur Arte.
Aspirant
- 23/06/2018 - 18:08
Ganesha
Vous évoquez les publicités des années 30, je savais bien que vous étiez encore plus vieux que nous-même, lecteurs d'Atlantico, que vous qualifiez de "vieux papis". Hi Hi !
gerint
- 23/06/2018 - 12:33
Une oligarchie qui dirige
Ce le semble être la réalité et c’est pour moi une mafia qui utilise tous les moyens d’intimidéation et de corruption possibles pour asseoir sa domination. Il est vrai que ce n’est pas l’élite au sens noble du terme