En direct
Best of
Best of du 7 au 13 septembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Brexit : petit rappel des prédictions apocalyptiques prédites au Royaume-Uni lorsqu’il choisit de garder la Livre sterling plutôt que d’adopter l’Euro

02.

Un oiseau attaque et tue un cycliste

03.

Manuel Valls danse sur une chanson des Gipsy Kings à son mariage fastueux

04.

La France continue de créer des emplois industriels alors qu’elle n’ouvre plus d’usine. Bizarre

05.

Un CRS frappe violemment un Gilet Jaune

06.

De l’Arabie saoudite à Gaza, le Moyen-Orient est-il au bord de la conflagration généralisée ?

07.

L'arrondi sur salaire de plus en plus répandu en France

01.

Patrick Bruel : une deuxième masseuse l'accuse ; Adieu Sebastien Farran, bonjour Pascal, Laeticia Hallyday retrouve enfin l’amour ! ; Lily-Rose Depp & Timothée Chalamet squelettiques mais heureux, Céline Dion juste maigre...;

02.

Le chef de l’organisation météorologique mondiale s’en prend de manière virulente aux extrémistes du changement climatique

03.

Syrie : les vraies raisons derrière l’avertissement d’Erdogan à l’Europe sur une nouvelle vague de migrants

04.

Retraites : ces trois questions pièges souvent oubliées des grands discours

05.

Laeticia Hallyday aurait retrouvé l’amour

06.

Pourquoi nier l’existence du racisme anti-blancs en prouve en fait l’existence

01.

Patatras : l’étude phare qui niait l’existence de notre libre arbitre à son tour remise en question

02.

​La déliquescence de la pensée (Gérard Noiriel) contre « la pensée délinquante » (Éric Zemmour)

03.

PMA / GPA : la guerre idéologique est-elle perdue ?

04.

Reconnaissance de la filiation des enfants par GPA : grand flou sur sujet clair

05.

"Le communisme est l’avenir de l’humanité"… Eh oui on a lu ça !

06.

Le chef de l’organisation météorologique mondiale s’en prend de manière virulente aux extrémistes du changement climatique

ça vient d'être publié
pépite vidéo > International
Preuve en image
Des navires de guerres vendus par la France impliqués dans le blocus yéménite
il y a 14 heures 15 min
pépites > France
plus de reports possibles
Evacuation d’un millier de migrants à Grande-Synthe
il y a 15 heures 2 min
pépite vidéo > Justice
une énième confrontation
Un CRS frappe violemment un Gilet Jaune
il y a 16 heures 20 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"LECTURES D'ETE": "Marcher jusqu'au soir" de Lydie Salvayre

il y a 17 heures 47 min
pépites > Société
PMA pour toutes
Selon le président la Conférence des Évêques de France, les citoyens "inquiets" du projet de loi bioéthique ont le "devoir" de manifester le 6 octobre
il y a 19 heures 2 min
décryptage > Société
Youpi ?

Vous allez pouvoir décrocher les portraits de Macron : un juge de Lyon vous y autorise

il y a 20 heures 24 min
décryptage > International
Union européenne VS Russie

Politique énergétique : avec Nordstream, c’est l’indépendance de l’Europe qui est en jeu

il y a 21 heures 8 min
décryptage > International
élections législatives

Petits repères pour comprendre les élections en Israël

il y a 22 heures 35 min
décryptage > France
Atlantico-Business

La France continue de créer des emplois industriels alors qu’elle n’ouvre plus d’usine. Bizarre

il y a 23 heures 9 min
décryptage > International
Spectre de la guerre

De l’Arabie saoudite à Gaza, le Moyen-Orient est-il au bord de la conflagration généralisée ?

il y a 23 heures 30 min
light > Insolite
Du costume à la tenue de cirque
L’ex-conseiller de Donald Trump participe à l’émission Danse avec les Stars
il y a 14 heures 43 min
de la moquerie dans l'air
Justin Trudeau va réenregistrer son hymne en français
il y a 15 heures 18 min
light > Société
nouveau système de don
L'arrondi sur salaire de plus en plus répandu en France
il y a 16 heures 57 min
pépites > Société
La recherche s'affine
La fraude des numéros de sécurité sociale est estimée entre 117 et 139 millions d'euros
il y a 17 heures 55 min
pépite vidéo > Société
démenti
Alexandre Moix se confie sur la violence de son frère Yann dans leur enfance
il y a 19 heures 46 min
décryptage > Europe
documents de yellowhammer

Brexit : petit rappel des prédictions apocalyptiques prédites au Royaume-Uni lorsqu’il choisit de garder la Livre sterling plutôt que d’adopter l’Euro

il y a 20 heures 48 min
décryptage > Economie
risque de récession ?

Déficits publics : la zone euro souffre-t-elle d’anorexie budgétaire ?

il y a 22 heures 20 min
décryptage > Science
maladies cardiovasculaires

Surmortalité et boissons sucrées : pourquoi l'étude européenne qui rend responsable les édulcorants n’est pas valable

il y a 22 heures 50 min
décryptage > Politique
élections municipales 2020

LREM, cette coalition qui s’ignore

il y a 23 heures 17 min
pépite vidéo > International
Flammes massives
Sites pétroliers attaqués en Arabie Saoudite : la production mondiale de pétrole ralentie
il y a 1 jour 13 heures
© AFP
© AFP
Rebelote ?

Nouvelle ZAD en vue ? Pourquoi Bure devrait échapper à un destin à la NDDL

Publié le 22 juin 2018
La justice a procédé à une nouvelle vague d'arrestation à Bure, site prévu pour le prochain centre d'enfouissement des déchets nucléaires. Une configuration qui ressemble au conflit de Notre-Dame-des-Landes, avec cependant de vraies différences.
Eddy Fougier est politologue, chercheur associé à l’Institut de relations internationales et stratégiques (Iris). Spécialiste des mouvements de contestation de la mondialisation, il est l’auteur de plusieurs ouvrages sur ces thèmes : Dictionnaire...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Eddy Fougier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Eddy Fougier est politologue, chercheur associé à l’Institut de relations internationales et stratégiques (Iris). Spécialiste des mouvements de contestation de la mondialisation, il est l’auteur de plusieurs ouvrages sur ces thèmes : Dictionnaire...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La justice a procédé à une nouvelle vague d'arrestation à Bure, site prévu pour le prochain centre d'enfouissement des déchets nucléaires. Une configuration qui ressemble au conflit de Notre-Dame-des-Landes, avec cependant de vraies différences.

Atlantico : La police vient de procéder à une vague d'arrestations à Bure, village de la Meuse qui doit accueillir Cigeo, le centre d'enfouissement des déchets nucléaires, dont la construction est censée commencer en 2019. Les personnes interpellées, des opposants au projet, et la situation rappellent par bien des aspects celle de Notre-Dame-des-Landes. La ténacité des zadistes peut-elle, comme dans le cas de l'aéroport, venir à bout du projet ou enliser son développement ?

Eddy Fougier : Le projet, depuis plus de 20 ans, fait l'objet de contestation d'associations locales, de riverains – peu de riverains cependant, puisqu'il n'y a que 85 habitants à Bure. Mais depuis 2016 surtout, il y a une montée en puissance d'éléments radicaux qui ont pris le dessus sur les associations historiques. Pour une raison assez simple : leurs modes opératoires sont plus efficaces, notamment avec l'occupation d'un lieu spécifique qui s'appelle le Bois Lejuc, qu'ils ont occupé jusqu'au mois de février 2018 puisqu'il y a eu une évacuation. Cela n'était pas forcément un site stratégique aujourd'hui, mais cela pouvait l'être potentiellement pour la construction du site. On observe un peu ce qui s'est passé à Notre-Dame-des-Landes à savoir cette montée en charge de la contestation et des radicaux qui prennent le dessus, avec des actions qui peuvent être assez violente. A Bure, un hôtel restaurant a ouvert, qui a fait l'objet d'une attaque l'an passé avec un début d'incendie. On a alors craint des blessés graves ou même des morts.

Cela ressemble-t-il pour autant à Notre-Dame-des-Landes ? Si on se place du côté du maître d'ouvrage, l'ANGRA (Agence nationale de gestion des déchets radioactifs), ou de l'Etat, ils diront que cela n'a rien à voir. Il y a là évidemment une volonté de ne pas créer de lien entre les deux projets. Ce en quoi ils ont en partie raison, d'abord parce que NDDL avait une vocation régionale quand Bure a une vocation nationale, car on doit y gérer tous les déchets radioactifs les plus dangereux. C'est un enjeu que le gouvernement et l'industrie nucléaire civile considère comme vital. Le gouvernement et l'Ambra n'ont aucun intérêt à mettre les deux lieux au même niveau.

Ensuite, ce qu'on peut observer sur le terrain, c'est que les acteurs de la contestation sont très peu nombreux, à peine plusieurs dizaines installées dans la région et plusieurs centaines pour les grands événements. La question s'était posée après NDDL : les activistes les plus durs de NDDL allaient-ils venir à Bure ? On ne sait pas encore si ce sera le cas. Ce que l'on peut voir, c'est que l'Etat au niveau national ou local, ou la justice à ces deux niveaux ne se comportent pas du tout de la même façon à NDDL et à Bure. A Bure, quand les activistes sont condamnés, se sont généralement des condamnations fermes. La justice procède à des interdictions de territoire, de manifestation, pour certains individus radicaux voire des peines de prison ferme. La justice a donc la main lourde du côté de Bar-Le-Duc alors qu'elle ne l'avait pas nécessairement du côté de NDDL. Même chose pour l'Etat. La préfecture locale et le gouvernement montre aussi plus de fermeté à Bure. J'en veux d'ailleurs pour preuve que l'évacuation du Bois Lejuc s'est faite avant NDDL, tant le gouvernement et l'ANDRA y voit un enjeu national, une priorité nationale. Car c'est l'avenir de l'industrie nucléaire française qui est en jeu. Il ne s'agit pas uniquement de soulager l'aéroport de Nantes-Atlantique. C'est un enjeu plus important et vital pour le pays – pour son indépendance énergétique notamment. D'où cette politique très ferme pour faire en sorte que ne s'installe pas une contestation à NDDL

Quels sont les atouts du gouvernement dans ce conflit en germe ? La vague d'arrestations opérées mercredi peut-elle venir à bout des énergies déployées contre le projet ? Que signifierait un nouvel échec ou la création d'une nouvelle ZAD actif pour le gouvernement ?

Pour le gouvernement, je vous l'ai dit, il y a ce grand enjeu national, mais aussi un vrai enjeu politique. Céder sur Bure après avoir cédé sur NDDL, cela ferait beaucoup. Certains disent que le gouvernement a lâché sur NDDL pour pouvoir rester ferme du côté sur le projet plus prioritaire du Bure. La contestation peut-elle être plus durable et forte ? Il y a des éléments pour et d'autres contre.

D'un côté, avec la fermeture du front écologique radical de NDDL, on peut penser que les éléments les plus actifs vont se rabattre sur Bure. Ensuite, le projet d'enfouissement profond des déchets nucléaires est beaucoup plus anxiogène qu'un aéroport. Là, on peut mobiliser ceux qui ont peur des conditions environnementales et sanitaires du projet, ceux qui se disent que ça va déprimer le marché de l'immobilier local, que les terres agricoles ne seront plus rentables. Cela peut aussi motiver les anti-nucléaires. Je remarque au passage que Jean-Luc Mélenchon et la France insoumise essaye aujourd'hui de mobiliser sur cette question, et ce d'autant plus que le soutien au nucléaire commence à vaciller dans l'opinion.

Cependant, la configuration du territoire joue contre ce scénario. Bure n'est proche d'aucune grande ville. Et pour avoir des occupants, il faut un espace qui soit favorable. La Loire-Atlantique, c'est génial pour une occupation parce qu'avec un paysage de bocage et de routes qu'on peut couper, des bois, des zones humides, et surtout la proximité d'une ville comme Nantes où il y a une tradition contestataire estudiantine très forte. Beaucoup d'étudiants d'extrême-gauche peuvent venir garnir leurs rangs. A Bure, c'est très différent. La densité de population est très faible. Et c'est d'ailleurs sans doute une des raisons qui a milité en faveur du choix de ce site. Nancy ou Metz sont loin, à une heure et des poussières de voiture, et donc il est plus compliqué d'avoir des "garnisons" d'étudiants d'extrême-gauche. Si vous voulez vous installer, c'est plus compliqué localement, ne serait-ce que pour des questions économiques : il est compliqué d'avoir un travail à mi-temps comme c'est le souvent le temps des personnes qui sont sur les ZAD. Le bassin d'emploi de Bure est très limité et la raison est économiquement sinistrée. Beaucoup d'éléments ne militent pas pour une installation durable d'occupants.

Et, comme je vous l'ai déjà dit, la main du gouvernement, de la préfecture, de la justice est assez ferme dans la région. Autant NDDL donnait l'impression de l'existence d'une sorte de permis d'occuper. Le préfet de Loire-Atlantique avait d'ailleurs dit lors de la première évacuation que les arrestations étaient immédiatement suivies d'un relâche, et les activistes retournaient tout de suite sur la ZAD. A Bure, ce sont des interdictions de territoire, des peines de prison ferme. Il y a eu par exemple cette histoire avec un agriculteur qui avait aidé des militants radicaux avec son tracteur, et qu'on lui a réquisitionné pendant plus d'un an. Ce genre d'actions calme les ardeurs.

Est-ce que les opposants les plus radicaux vont inciter la population locale à agir ? On ne sait pas pour l'instant. Le sujet va-t-il être nationalisé, traité par les grands médias ? Les hommes politiques vont-ils se prononcer sur le sujet ? Le gouvernement va-t-il se diviser sur cette question ? Cela sera-t-il une des questions importantes de la présidentielle de 2022 – moment où la décision du gouvernement devrait intervenir – avec un risque de politisation du sujet ? Tout cela est encore en jeu, en sachant qu'il s'agit de toute façon d'un projet sur le long terme. Et qu'il y a deux interrogations majeures par rapport à ce projet : il doit durer cent ans – et fermer au bout de cent ans ; avec des mandats de cinq ans, cela fait beaucoup de majorités successives qui doivent soutenir le projet ! Et l'autre point faible de ce projet est son coût financier. On parle de 25-35 milliards. Est-ce que ceux qui sont là pour financer le projet (EDF, Orano – ex-Areva) sont vraiment près à le faire ? Ce risque pèse aussi sur le projet.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Brexit : petit rappel des prédictions apocalyptiques prédites au Royaume-Uni lorsqu’il choisit de garder la Livre sterling plutôt que d’adopter l’Euro

02.

Un oiseau attaque et tue un cycliste

03.

Manuel Valls danse sur une chanson des Gipsy Kings à son mariage fastueux

04.

La France continue de créer des emplois industriels alors qu’elle n’ouvre plus d’usine. Bizarre

05.

Un CRS frappe violemment un Gilet Jaune

06.

De l’Arabie saoudite à Gaza, le Moyen-Orient est-il au bord de la conflagration généralisée ?

07.

L'arrondi sur salaire de plus en plus répandu en France

01.

Patrick Bruel : une deuxième masseuse l'accuse ; Adieu Sebastien Farran, bonjour Pascal, Laeticia Hallyday retrouve enfin l’amour ! ; Lily-Rose Depp & Timothée Chalamet squelettiques mais heureux, Céline Dion juste maigre...;

02.

Le chef de l’organisation météorologique mondiale s’en prend de manière virulente aux extrémistes du changement climatique

03.

Syrie : les vraies raisons derrière l’avertissement d’Erdogan à l’Europe sur une nouvelle vague de migrants

04.

Retraites : ces trois questions pièges souvent oubliées des grands discours

05.

Laeticia Hallyday aurait retrouvé l’amour

06.

Pourquoi nier l’existence du racisme anti-blancs en prouve en fait l’existence

01.

Patatras : l’étude phare qui niait l’existence de notre libre arbitre à son tour remise en question

02.

​La déliquescence de la pensée (Gérard Noiriel) contre « la pensée délinquante » (Éric Zemmour)

03.

PMA / GPA : la guerre idéologique est-elle perdue ?

04.

Reconnaissance de la filiation des enfants par GPA : grand flou sur sujet clair

05.

"Le communisme est l’avenir de l’humanité"… Eh oui on a lu ça !

06.

Le chef de l’organisation météorologique mondiale s’en prend de manière virulente aux extrémistes du changement climatique

Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Anguerrand
- 23/06/2018 - 08:30
Encore ces parasites
Leur métier c’est de foutre le bordel, et bien sûr d’aller chercher à la poste les aides sociales dont le RSA. Quand aux étrangers, ils ne savent même pas pourquoi ils sont là. Ils sont ZADISTES, et vivent sur le dos des français. Comment la police n’intervient pas dès l’arrivee de ces bons à rien qui se plaindront plus tard d’avoir le minimum vieillesse