En direct
Best of
Best Of
En direct
© PHILIPPE HUGUEN / AFP
SMIC, piège a pauvreté
Augmentation du SMIC : petit conseil amical à Valérie Pecresse et Guillaume Peltier pour s’attaquer vraiment à la question de la pauvreté
Publié le 22 juin 2018
"Je vais peut-être vous surprendre, mais je pense qu'il faut augmenter le Smic net de 20%" a lancé Valérie Pécresse, la présidente LR de la région Île-de-France, sur RMC.
...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Marc de Basquiat
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
"Je vais peut-être vous surprendre, mais je pense qu'il faut augmenter le Smic net de 20%" a lancé Valérie Pécresse, la présidente LR de la région Île-de-France, sur RMC.

Stupeur chez Les Républicains. Ses responsables montrent tout à coup une volonté quasi-mélenchoniste d’augmenter le salaire minimum. Face à Jean-Jacques Bourdin, Valérie Pécresse insiste : « je pense qu’il faut augmenter le SMIC net de 20%, mais pas le SMIC brut ». Ce n’est pas une nuance. Dans son propos, Il n’est évidemment pas question de renchérir le coût du travail, mais d’augmenter le pouvoir d’achat des salariés modestes.

Valérie Pécresse souhaite augmenter le pouvoir d’achat, pas le coût du travail

Rappelons les trois chiffres clés qui définissent le SMIC sur base 35 heures. Le brut est quasiment de 1.500 euros par mois, le net versé au salarié de 1.150 euros, et le coût pour l’employeur – habituellement nommé « super-brut » – de 1.690 euros. Les cotisations sociales versées sur un salaire au SMIC sont donc actuellement de 540 euros par mois, soit la différence entre le super-brut et le net.

Valérie Pécresse envisage d’augmenter le net de 20%, soit 1.380 euros, sans modifier le coût pour l’employeur qui resterait à 1.690 euros. C’est tout à fait possible, en abaissant les cotisations sociales de 540 à 310 euros. Ce ne serait que la poursuite de la démarche engagée depuis deux décennies : une subvention de plus en plus massive des bas salaires.  Alors qu’au-dessus de 1,6 SMIC les charges pèsent 83% du salaire net, la réduction Fillon abaisse ce taux à 47% pour les smicards. La proposition de Valérie Pécresse se traduirait par un taux tombant à 22%.

Bien entendu, un tel effort ne serait pas neutre pour les finances publiques. Cette moindre perception de cotisations sociales devrait être compensée par d’autres prélèvements… ou par l’endettement des régimes sociaux… à moins qu’on ne diminue drastiquement les prestations, ce qui serait inédit. Mais ce n’est pas tout.

La réduction des cotisations sociales crée une trappe à bas salaires

En théorie micro-économique, le marché du travail s’équilibre de façon optimale entre l’offre des salariés et la demande des entreprises. Les cotisations sociales élevées créent un « coin social », hachuré sur le graphique ci-dessous, qui abaisse le point d’équilibre jusqu’à la courbe rouge. Le nombre d’heures de travail diminue mécaniquement de L0 à LC, ce qui se traduit par l’apparition d’un chômage que les économistes qualifient d’involontaire. L’existence d’un salaire minimum, figuré par la ligne horizontale bleue, déplace encore le point d’équilibre vers la gauche, en LM.

Le consensus politique de ces dernières décennies, soutenu par les économistes, est qu’il convient de réduire le coin social aux alentours du salaire minimum, afin de faciliter l’emploi des personnes peu qualifiées. Dans le même temps, les responsables politiques augmentent le niveau du SMIC, généralement contre l’avis des économistes, ce qui est illustré par le graphique légèrement modifié ci-dessous. Le point LC se déplace un peu vers la droite, mais LM ne bouge pratiquement pas, ce qui ne change pas le niveau du chômage.

 

Le principal inconvénient de cette démarche est qu’elle aplatit de plus en plus la ligne rouge. De façon très concrète, les réductions de charge accordées jusqu’au niveau du SMIC sont progressivement supprimées entre 1 et 1,6 SMIC. Ceci se traduit par un taux marginal de prélèvement implicite très élevé. En d’autres termes, pour augmenter d’un euro son salarié dans cette fourchette de salaire, son employeur doit en dépenser au moins 3. Avec l’augmentation de 20% du SMIC proposée par Valérie Pécresse, il faudrait probablement que le patron dépense 5 euros pour augmenter le pouvoir d’achat de son employé d’un euro.

Ce mécanisme génère inexorablement une trappe à bas salaires, la France partageant avec la Turquie le record mondial de la plus grande proportion de salariés stagnant au SMIC.

Redécouvrir les bienfaits d’un équilibre naturel du marché du travail

Au fond, est-il pertinent d’inciter massivement les employeurs à maintenir leurs salariés au SMIC ? Pour les personnes faiblement qualifiées, un SMIC élevé est d’abord un obstacle avant d’être une protection, puis une prison. Ne serait-il pas préférable de remplacer la subvention de l’employeur par une allocation directe au salarié, qui fusionnerait avec la Prime d’Activité pour former un dispositif robuste de soutien aux bas revenus, avec une dégressivité optimisée ?

En imaginant qu’une allocation sociale de l’ordre de 500 euros soit versée au salarié et qu’on rétablisse un taux de cotisations sociales de 83% par rapport au salaire net, quel serait le niveau du « nouveau SMIC » ? Pour le calculer, commençons par réintégrer l’effet du CICE, peu ou prou équivalent à une diminution de 90 euros du super-brut dont nous avons vu plus haut qu’il est aujourd’hui de 1.690 euros. Le « nouveau SMIC net » se calcule en divisant par 1,83 le « nouveau super-brut » de 1.600 euros. Le salarié percevrait alors 875 euros de s’employeur et 500 euros d’allocation sociale, dont la somme n’est pas très différente des 1.380 euros suggérés par Valérie Pécresse.

L’immense différence est qu’alors l’employeur n’aurait plus qu’à verser 1,83 euros pour augmenter son salarié d’un euro. Le véritable enjeu de ce débat est : choisissons-nous de redynamiser le marché du travail ou de poursuivre dans la voie de l’atonie administrée ?

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
02.
Soirée arrosée en boîte : Christophe Castaner filmé en train d'embrasser une inconnue
03.
Dégoût, colère, envie de révolution… : l’étude exclusive qui révèle la très sombre humeur des Français relativement aux autres Européens
04.
Grand débat en péril ? Les trois erreurs politiques que semble s'apprêter à commettre Emmanuel Macron
05.
Rokhaya Diallo va (peut-être) nous quitter pour les Etats-Unis
06.
Emploi record et hausse des salaires au Royaume-Uni... Mais que se passe-t-il à 9 jours du Brexit ?
07.
Electricité : le record de production par les éoliennes battu le 14 mars est un faux espoir
01.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
02.
Soirée arrosée en boîte : Christophe Castaner filmé en train d'embrasser une inconnue
03.
Dégoût, colère, envie de révolution… : l’étude exclusive qui révèle la très sombre humeur des Français relativement aux autres Européens
04.
Philippe de Villiers : « Mon livre n’est pas complotiste, c’est la construction européenne qui est ontologiquement conspirationniste »
05.
Et Marine Le Pen éclata de rire…
06.
Grand Débat, la suite : petite géographie des intellectuels français que reçoit Emmanuel Macron ce lundi (ainsi que de ceux qu’il ne reçoit pas)
01.
Philippe de Villiers : « Mon livre n’est pas complotiste, c’est la construction européenne qui est ontologiquement conspirationniste »
02.
Révolution, le retour : le scénario d’un vrai dérapage insurrectionnel est-il en train de devenir possible en France ?
03.
Grand Débat, la suite : petite géographie des intellectuels français que reçoit Emmanuel Macron ce lundi (ainsi que de ceux qu’il ne reçoit pas)
04.
Christchurch : de la théorie du Grand Remplacement à ses travaux pratiques
05.
Grève mondiale des élèves pour le climat : 5 éléments pour déterminer s’il faut s’en réjouir ou... s’en inquiéter sérieusement
06.
Dégoût, colère, envie de révolution… : l’étude exclusive qui révèle la très sombre humeur des Français relativement aux autres Européens
Commentaires (10)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
kelenborn
- 23/06/2018 - 11:19
Oh mais 2 bouh
Tu deviens de mieux en mieux!1 Heureux que tu ais fait ma rencontre, 2 dommage que ton talent soit gâché par les éjaculations de Vangode et les dégueulis de caca44 ! enfin gâché, non! tu remontes le niveau continue!
kelenborn
- 23/06/2018 - 11:14
Je ne sais pas mais
Si ce type enseigne, ses étudiants ont intérêt à bien s'accrocher car j'ai un peu de mal avec son schéma ou ses explications. Passons. Comment construit il la courbe d'offre de travail en fonction du salaire? Oui, ça doit vaguement monter...Contre l'avis des économistes: à priori ce monsieur doit représenter l'avis des économistes: ceux qui ne sont pas d'accord n'en sont pas mais, passons encore. Il propose de remplacer l'augmentation du SMIC par une allocation sociale de 500 euros: 1. qui va la payer ? On le sait mais ne c'était pas la peine qu'il pose la question pour les réductions de charge .2 Mais surtout, il y a eu un débat il y a deux ans avec un type qui avait mis sur le net un tableau montrant qu'il restait plus à un type gagnant la RSA à la fin du mois qu'à un autre qui gagnait le SMIC! Martin Hirsch en personne avait corrigé l'impertinent montrant qu'il restait au second 135 euros de plus! la belle affaire! Alors, cette allocation devrait, à peine d'injustice combler exister (à quel taux? ) pour ceux qui sont au dessus. Elle devrait même concerner tous ceux qui ont moins que le salaire médian! Alors pourquoi les employeurs paieraient ils plus que le SMIC ( 1200 caractère
2bout
- 22/06/2018 - 21:32
Zeus, c'est du grec, …
et Jupiter, c'est un peu latin aussi. Quant à theodorum, pour les non-initiés, c'est de l'humour belge.