En direct
Best of
Best of du 4 au 10 mai 2019
En direct
© Capture d'écran /www.dailymail.co.uk
Terrorisme
Coupe du monde 2018 : les menaces contenues dans les vidéos de propagande de l’Etat islamique sont-elles à prendre au sérieux ?
Publié le 18 juin 2018
Dans une récente vidéo de propagande, Daech menace très clairement l'événement sportif international. Si une telle action redonnerait de l'élan au groupe terroriste, elle est loin d'être réellement crédible.
Alain Rodier, ancien officier supérieur au sein des services de renseignement français, est directeur adjoint du Centre français de recherche sur le renseignement (CF2R). Il est particulièrement chargé de suivre le terrorisme d’origine islamique et la...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alain Rodier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alain Rodier, ancien officier supérieur au sein des services de renseignement français, est directeur adjoint du Centre français de recherche sur le renseignement (CF2R). Il est particulièrement chargé de suivre le terrorisme d’origine islamique et la...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dans une récente vidéo de propagande, Daech menace très clairement l'événement sportif international. Si une telle action redonnerait de l'élan au groupe terroriste, elle est loin d'être réellement crédible.

Atlantico : La dernière vidéo de propagande de l'État islamique montre des drones faisant exploser des stades de football en Russie. L'organisation terroriste est-elle vraiment capable de menacer la Coupe du Monde en Russie ? A-t-elle les moyens logistiques pour entreprendre de telles attaques par drones ?

 

Alain Rodier : Il est toujours possible de mener des opérations de type terroriste contre des manifestations populaires de grande ampleur car elles sont, de par leurs tailles, très difficiles à protéger. La Coupe du monde de football n’échappe pas à cette logique et, en dehors de la vidéo de propagande dont vous faites état, il y a eu d’autres nombreuses menaces proférées à travers les réseaux sociaux qui ciblent aussi cet évènement. Toute tentative d’attentat lors du mondial de football, même si elle échoue, aurait un retentissement planétaire car toutes les chaînes de télévision sont présentes. Elles répercuteraient en live tout évènement de ce type.

Au moment où Daech est sur le recul sur le terrain purement militaire en Irak et en Syrie, ce qui lui fait perdre progressivement de l’influence au sein de son "public", une action d’éclat redorerait son blason et lui permettrait de revenir sur le devant de la scène médiatique en faisant la une des manchettes des journaux. La direction de ce mouvement salafiste-djihadiste est donc certainement désireuse que cela se produise. Encore faut-il qu’elle en ait les capacités techniques.

Ce qui est certain, c’est que Daech a utilisé de nombreux drones sur le front syro-irakien, dans un premier temps pour recueillir du renseignement et guider ses forces - par exemple des véhicules piégés qui se frayaient un chemin à travers les lignes adverses en utilisant les images diffusées en temps réel par des drones qui les survolaient -, puis en tant qu’armes offensives capables de larguer de petites charges explosives sur des objectifs repérés. Lors de la reconquête des territoires perdus, l’armée irakienne a découvert des ateliers de fabrication de drones artisanaux. Tout cela signifie que le cœur de Daech possède les compétences techniques pour produire et mettre en œuvre de type d’armement. 

Compte tenu du déclin progressif de l'État islamique, faut-il encore prendre au sérieux les menaces de ce type ? Outre les velléités terroristes de l'EI, comment interpréter la vidéo du groupe terroriste ?

Depuis des mois, Daech menace systématiquement tout évènement d’ampleur. Ainsi, Noël 2017 puis le passage à l’année 2018 ont été l’objet de multiples menaces visant les capitales occidentales. Or, les attentats (et les tentatives déjouées ou avortées) ont été le fait d’activistes locaux (ce que l’on appelle le terrorisme "endogène") qui n’entretenaient pas de liens opérationnels directs avec le commandement central de ce qui est en train de devenir une "nébuleuse" à l’image de la maison mère, Al-Qaida "canal historique". Cela dit, les appels au meurtre lancés sur les réseaux sociaux ont encouragé des activistes convaincus à la cause salafiste à passer à l’acte, heureusement sans parvenir à mener des attentats de masse (en dehors des zones de guerre traditionnelles où les affrontements perdurent sans connaître le moindre répit). La plupart de ces appels ne faisaient pas allusion à l’emploi de drones mais à des moyens plus simples, malheureusement bien connus comme les armes blanches ou les véhicules lancés dans la foule. Il est à noter l’étrange "accident" provoqué le 16 juin à Moscou par un taxi qui a percuté huit personnes sur un trottoir de la rue Llinka à proximité de la Place Rouge. Le conducteur d’origine Kirghize né le 22 avril 1990 a été arrêté par la police. Jusqu'à de plus amples informations, ce n'est pour le moment qu'un banal accident de la circulation même si l'on peut avoir quelques doutes en visionnant la scène.

Les drones constituent un bond technologique important mais il va être difficile pour les activistes "endogènes" de mettre en œuvre ce type de moyen. S’il est facile de se procurer dans le commerce un drone léger, il est beaucoup plus délicat de le transformer pour en faire une arme vulnérante - c’est essentiellement une question de capacité d’emport - et, surtout, de l’amener à bon port pour qu’il soit efficace, d’autant que les autorités russes ont certainement pris les mesures de protection adéquates. Pour résumer, ce ne sont pas tant les objectifs potentiels qui sont à protéger directement (ce qui n’empêche pas de le faire) mais de définir les zones de départ possibles dans un environnement relativement proche. Elles ne sont pas très nombreuses pour des drones présentant une certaine envergure. 

À la lecture des actions terroristes menées récemment en Russie et des moyens mis en place par les autorités pour la Coupe du Monde, le pays hôte de l'événement sportif est-il prêt à affronter une menace de ce type ?

Comme je l’évoquais précédemment, les autorités russes ont pris toutes les mesures possibles pour contrer des attaques, et pas uniquement celles qui pourraient être menées par des drones. Comme toujours, il peut cependant y avoir des trous dans les mailles du filet, et particulièrement là où on ne les attend pas : dans les transports, dans les lieux où sont retransmis les matchs (cafés, restaurants), dans les hôtels qui accueillent les équipes et les supporters, sur la voie publique, etc. Une des spécialités des terroristes ayant œuvré en Russie dans le passé est l’attentat kamikaze. Les meurtres de masse orchestrés par les "veuves noires" sont de triste mémoire.

De plus, le nombre d’activistes capables de passer à l’action est important en Fédération de Russie et dans les pays avoisinants. La menace est donc endogène mais peut aussi venir de l’extérieur avec des commandos infiltrés depuis d’autres théâtres de guerre. Il est souvent question de « Tchétchènes » mais il convient plutôt de parler de djihadistes "russophones" qui peuvent effectivement être originaires du Caucase mais aussi d’Asie centrale. Sur le front syro-irakien, ces activistes étaient regroupés en unités où, pour des raisons pratiques de vie quotidienne, la langue parlée était le russe (comme il y avait aussi des brigades "francophones", "anglophones", "turques", etc.). D’autre part, une des formations les plus structurées de Daech est le Mouvement Islamique d’Ouzbékistan (MIO) très actif en zone afghano-pakistanaise. Anciennement affilié à Al-Qaida "canal historique", le MIO a fait allégeance à l’été 2015 à Abou Bakr al-Baghdadi.

Il n’en reste pas moins que la menace est considérée comme sérieuse. Les autorités américaines en ont d’ailleurs informé leurs ressortissants qui se rendaient en Russie.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Le nombre de cancers du côlon chez les jeunes adultes augmente nettement et voilà pourquoi
02.
Semaine à haut risque pour Emmanuel Macron : les trois erreurs qu’il risque de ne pas avoir le temps de corriger
03.
Immobilier : l’idée folle de la mairie de Grenoble pour protéger les locataires mauvais payeurs
04.
Dear Melania : pourquoi les médias se trompent (aussi) sur la First Lady
05.
Cet autre mea culpa que devrait envisager Emmanuel Macron pour préserver la fin de son quinquennat
06.
Kim Kardashian veut 7 enfants, Laura Smet en attend un, Alain Delon attend des siens qu’ils ne se déchirent pas à la Johnny; Voici voit Laeticia Hallyday & Sébastien Farran réconciliés, Closer les voit tendus; Victoria Beckham s’est fait gonfler les joues
07.
L'association WWF accusée de stériliser des populations aux abords de parcs nationaux en Afrique et en Inde
01.
Pourquoi les entretiens d’évaluation annuels sont inutiles pour la plupart des salariés
02.
Aveuglement ? Un dîner caritatif est organisé à Saint-Denis au profit d’un Centre de formation des Oulémas soupçonné d’entretenir de troubles liens avec les dhijadistes anti-occidentaux
03.
Derrières les ors et les artifices, pourquoi le Qatar est toujours un dangereux émirat moyenâgeux
04.
Pétition anti-Delon : l’erreur psychologique majeure commise par ceux qui croient que le bonheur serait garanti dans un monde 100% bon sentiment
05.
L'OPA du néo-sultan Erdogan sur la diaspora turque de France et d’Europe via les écoles et les mosquées
06.
Ce que les experts de l’OMS recommandent pour réduire les risques de démence sénile
01.
“Droite Trocadéro” contre “droite mercato” : ce que cache la querelle entre LR et ex LR ralliés au macronisme
02.
Pétition anti-Delon : l’erreur psychologique majeure commise par ceux qui croient que le bonheur serait garanti dans un monde 100% bon sentiment
03.
Le glyphosate, le dernier débat hystérique de tous ceux qui se méfient de l’Europe et du progrès
04.
De l'art d'utiliser les morts : et Nathalie Loiseau enrôla Simone Veil dans sa campagne
05.
Emmanuel Macron, l’Europe, le RN et les Gilets jaunes : un cocktail détonnant de vérités et d’erreurs intellectuelles ou politiques majeures
06.
Gilets jaunes, six mois déjà et ces questions restées sans réponse sur les défis auxquels fait face notre démocratie
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
RODIER
- 18/06/2018 - 13:56
ERREUR
En effet, lire "1990" et pas "2010".
Excusez moi.

Alain RODIER
LouisArmandCremet
- 18/06/2018 - 13:46
Conducteur ?
"Le conducteur d’origine Kirghize né le 22 avril 2010 " Ça sent la faut de typo. Serait-il né en 2001 ?