En direct
Best of
Best of du 5 au 11 janvier
En direct
© geralt - Pixabay
Bonnes feuilles
La start-up, le seul ascenseur social qui existe encore en France ?
Publié le 17 juin 2018
Quand on parle d’entrepreneuriat, on cite souvent les réussites de Google, Facebook ou autre start-up de la Silicon Valley. Pourtant, nul besoin de franchir l’océan pour trouver de belles histoires d’entrepreneurs qui ont réussi et dont l’exemple est inspirant ! Les auteur en ont rencontré une vingtaine pour faire ce livre et il n’y a pas de modèle unique ; autant de chemins pavés de difficultés et de succès, de frayeurs et de sueurs, de petites et de grandes joies qu’il y a d’entrepreneurs ! Extrait de "Réussites françaises" de David Ringrave et Rémi Raher, publié chez Enrick B. Editions (2/2).
David Ringrave est un entrepreneur heureux ! 46 ans et père de 3 enfants bien dans leur peau, il est le cofondateur du groupe MyMedia, qu’il dirige avec Anthony Ravau et qui compte plus d’une centaine de collaborateurs joyeux et de clients satisfaits....
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Rémi Raher est un coach et un entrepreneur atypique. Spécialiste des allers-retours entre le public et le privé, il a été la plume et le collaborateur de plusieurs personnalités politiques et dirigeants de société. Fondateur de plusieurs entreprises de...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
David Ringrave
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
David Ringrave est un entrepreneur heureux ! 46 ans et père de 3 enfants bien dans leur peau, il est le cofondateur du groupe MyMedia, qu’il dirige avec Anthony Ravau et qui compte plus d’une centaine de collaborateurs joyeux et de clients satisfaits....
Voir la bio
Rémi Raher
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Rémi Raher est un coach et un entrepreneur atypique. Spécialiste des allers-retours entre le public et le privé, il a été la plume et le collaborateur de plusieurs personnalités politiques et dirigeants de société. Fondateur de plusieurs entreprises de...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Quand on parle d’entrepreneuriat, on cite souvent les réussites de Google, Facebook ou autre start-up de la Silicon Valley. Pourtant, nul besoin de franchir l’océan pour trouver de belles histoires d’entrepreneurs qui ont réussi et dont l’exemple est inspirant ! Les auteur en ont rencontré une vingtaine pour faire ce livre et il n’y a pas de modèle unique ; autant de chemins pavés de difficultés et de succès, de frayeurs et de sueurs, de petites et de grandes joies qu’il y a d’entrepreneurs ! Extrait de "Réussites françaises" de David Ringrave et Rémi Raher, publié chez Enrick B. Editions (2/2).

Jean Meyer est un trentenaire surprenant qui a soif d’entreprendre. À la fois ingénieur et titulaire d’un MBA de la prestigieuse université Columbia, il n’estime pas pour autant que le chant des sirènes d’une grande multinationale puisse le séduire.

« Le fonctionnement des entreprises traditionnelles n’est pas satisfaisant : tu n’es qu’une petite fourmi dans une grande fourmilière, avec une micro tâche à accomplir et aucun impact sur l’ensemble. Les procédures sont pensées pour que tu agisses comme un robot, il n’y a ni surprise ni adrénaline, la seule distraction devient la machine à café… Je me demande comment on n’entre pas en dépression en vivant comme ça. Un plan de carrière est tellement ennuyeux ! »

Néanmoins, le jeune entrepreneur a bien conscience que pour que les entreprises réussissent, il faut bien sûr des gens pour les inventer et les construire, mais aussi des salariés pour y travailler. C’est donc avant tout une question de personnalité.

« Tout le monde n’est pas entrepreneur et tout le monde n’est pas salarié, il en faut pour tous les goûts et chacun peut y trouver son compte. Mais moi, clairement, je ne peux pas être salarié ! J’ai déjà travaillé dans une grande boite avec des conditions royales et je bossais comme je voulais, d’où je voulais. Le seul truc que je devais faire, c’était 30 slides pour exposer la stratégie… et j’avais 8 mois pour le faire. En plus, c’était hyper intéressant. Mais même avec de telles conditions, j’avais envie de partir. J’ai démissionné dès la fin du projet et je me suis senti incroyablement libre, j’ai respiré comme j’avais jamais respiré de ma vie ! »

Dès lors, venant d’une famille modeste, pas d’autre choix que d’inventer son entreprise pour inventer sa vie. Mais la trajectoire a connu bien des zigzags et tout n’a pas fonctionné comme prévu…

Des hauts et des bas, mais jamais deux sans trois !

Anecdote croustillante. Jean Meyer ne s’éclate pas vraiment sur les bancs de l’école, c’est un élève puis un étudiant moyen, qui valide ses années de justesse en trainant un peu la patte et en franchissant l’obstacle au dernier moment. Mais ça lui donne l’idée de sa première plateforme numérique :

« En fin d’études, je me suis rendu compte qu’on pouvait réussir ses examens en bachotant les annales, même si on n’allait pas trop en cours. Je me suis dit qu’il fallait faire une plateforme de partage des annales pour l’école. Je l’ai fait et j’ai constaté que l’outil séduisait beaucoup de monde. »

Peu de temps après, c’est la naissance de Bankexam (une entreprise dans laquelle les deux auteurs de ce livre étaient associés), qui propose plusieurs services totalement gratuits, et inédits à l’époque :

• La diffusion des résultats d’examens et des concours nationaux ; • Des corrigés en temps réel des épreuves du baccalauréat ; • Une plateforme éditoriale à destination des 12-25 ans ; • Une banque gratuite de partage de sujets et corrigés d’examens.

L’entreprise connait un démarrage correct mais n’est pas encore une activité à plein temps. Jean part donc en volontariat international en entreprise, direction les États-Unis pour y travailler dans une banque tout en continuant le développement de Bankexam. Mais de retour en France un an plus tard, il n’est plus trop emballé par le projet…

« Tout ce que je voulais à l’époque, c’était retourner aux ÉtatsUnis. Mais à ce moment-là, le seul moyen de repartir était de faire des études, donc j’ai tout fait pour m’inscrire en MBA. Un peu à l’arrache sur le calendrier, j’ai été admis à Columbia. Donc j’ai fait un emprunt bancaire de 100 000 € et vendu mes parts de Bankexam et je suis reparti ! »

L’entreprise va donc continuer sans lui pendant qu’il s’installe à NewYork. Et si tout se passe bien d’un point de vue académique, il est un peu surpris par le niveau des cours, moins élevé que ce qu’il imaginait, et par l’activité principale de ses condisciples : le networking et ces drôles de soirées où l’on échange à peine trois mots et beaucoup de cartes de visite. Lui, il aurait préféré rencontrer des filles… Il en parle avec un ami et les deux comparses lancent un nouveau réseau social interne, qu’ils baptisent DateMySchool.

« Dès que le site fut en ligne, j’ai envoyé un e-mail à tous les étudiants en MBA et ils se sont tous inscrits ! Le site connait dès lors un succès croissant sur le campus de Columbia. On y a entrevu un vrai potentiel donc on a levé de l’argent pour s’étendre sur les autres campus comme Harvard ou Princeton. »

Là encore, l’ouverture du capital est une anecdote qui vaut le détour. Un investisseur coréen propose 2 millions de dollars mais à ce moment-là, DateMySchool se résume à deux copains et leur ordinateur portable dans la bibliothèque de Columbia. Autant dire que l’affaire est mal engagée et que le projet n’est pas super sexy pour un investisseur potentiel. Qu’à cela ne tienne !

« Comme on se résumait à deux clampins dans une bibliothèque, on a loué des bureaux à Wall Street et on a embauché 10 acteurs pour assurer le spectacle pendant la visite. Le type a été super impressionné et nous a donné 2 millions, c’était inespéré et on a pu se lancer. »

(...)

Parmi les chefs d’entreprises rencontrés pour écrire ce livre, Jean est le premier à nous parler aussi librement d’argent. Quand on lui demande si c’est le but final, il répond sans détour :

« La start-up est le seul ascenseur social qui existe encore en France : le travail ne génère plus aucune richesse, même si on a fait des études. Bien sûr qu’il faut adorer son projet, sinon on ne fera jamais ce qu’il faut pour aller jusqu’au bout. Mais il ne faut pas dire que l’argent n’a aucune importance, parce que ce n’est pas vrai, à moins d’en avoir déjà beaucoup. On cherche tous une bonne qualité de vie, or la qualité de vie s’achète avec de l’argent. Et le seul moyen qu’il reste de créer du capital quand tu n’as rien, c’est la start-up, car tu valorises ton idée avec l’argent des autres. »

Extrait de "Réussites françaises" de David Ringrave et Rémi Raher, publié chez Enrick B. Editions

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Oui, il y a “des gens en situation de pauvreté qui déconnent”. Mais voilà pourquoi la question et la solution sont largement ailleurs
02.
Taxe à 75% : pourquoi l’échec de la seule bonne idée de François Hollande aurait dû inquiéter
03.
Ce sondage dévastateur qui fait le procès de Macron le condamne sans appel
04.
Ces deux personnalités que testent Renault et Bercy pour succéder à Carlos Ghosn même s’il n’est officiellement question de rien
05.
Sévère répression des gilets jaunes : la justice française est-elle en train de préfèrer l’ordre à la justice ?
06.
Petit mémoire sur le prix que la France a dû payer pour sortir de la phase sans-culottes
07.
Mais pourquoi les Danois ou les Néerlandais parlent-ils mieux anglais que nous ? Indice : la réponse se trouve dans la télévision
01.
Patrick Bruel aime une nouvelle femme de (bien) moins de 50 ans; Vincent Cassel : entre sa (très) jeune épouse & sa fille aînée, c’est tendu; Sophie Marceau s’occupe de son fils, René-Charles Angélil-Dion de ses frères, Anouchka Delon de toute la famille
02.
Ce sondage dévastateur qui fait le procès de Macron le condamne sans appel
03.
Le Royaume-Uni se prépare à un Brexit sans accord et ne voit plus comment arrêter cette chronique d’un chaos annoncé
04.
Alerte Rouge : après la Chine, Donald Trump entend s’attaquer à l’Europe et voilà pourquoi la France serait bien inspirée de réagir au plus vite
05.
Littéralement explosif : le sondage exclusif qui montre que la condamnation de la violence par les Français... baisse (et que le nombre de ceux qui disent la comprendre augmente)
06.
Inégalités : la France est allée au maximum de ce que la redistribution fiscale permettait. Voilà ce qui pourrait être fait désormais
07.
Robots payeurs : mais que s’est-il vraiment passé sur la cagnotte de soutien aux policiers ?
01.
Ce sondage dévastateur qui fait le procès de Macron le condamne sans appel
02.
Patrick Bruel aime une nouvelle femme de (bien) moins de 50 ans; Vincent Cassel : entre sa (très) jeune épouse & sa fille aînée, c’est tendu; Sophie Marceau s’occupe de son fils, René-Charles Angélil-Dion de ses frères, Anouchka Delon de toute la famille
03.
Alerte Rouge : après la Chine, Donald Trump entend s’attaquer à l’Europe et voilà pourquoi la France serait bien inspirée de réagir au plus vite
04.
Inégalités : la France est allée au maximum de ce que la redistribution fiscale permettait. Voilà ce qui pourrait être fait désormais
05.
Robots payeurs : mais que s’est-il vraiment passé sur la cagnotte de soutien aux policiers ?
06.
Le Cac 40 a versé 57,4 milliards d’euros à ses actionnaires, de quoi encore enflammer certains ronds-points encore occupés par les Gilets jaunes
01.
Grand débat national : l’équation impossible d’Emmanuel Macron
02.
Ce sondage dévastateur qui fait le procès de Macron le condamne sans appel
03.
Pourquoi Macron, les populistes et les gilets jaunes sont tous le produit de la même vague (et pourquoi ils seraient bien inspirés de le comprendre réciproquement)
04.
Marine Le Pen : vent en poupe mais… tigre de papier ?
05.
Si la France vit un moment révolutionnaire (et voilà pourquoi c’en est bien un), quelle stratégie politique pour éviter le chaos et en sortir par le haut ?
06.
Les Républicains ont-ils un autre choix pour survivre que d’aller au bout de la logique de rupture avec le “cercle de la raison” ?
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires