En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"

02.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

03.

Macron parle demain soir : pas de déconfinement, mais "un allègement progressif des contraintes"

04.

Alors qu'Emmanuel Macron va s'exprimer ce soir, Jean Castex prévoit "un léger assouplissement au confinement"

05.

La Chine s'est éveillée, le monde peut trembler

06.

Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement

07.

Covid-19 : mais pourquoi l’isolement des cas positifs est-il si difficile en France ?

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

04.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

05.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

06.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

06.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Calendrier du déconfinement
Covid-19 : Emmanuel Macron confirme que "le confinement pourra être levé" le 15 décembre "si les objectifs sanitaires sont atteints"
il y a 8 min 39 sec
pépites > France
Chantier de la reconstruction
Notre-Dame de Paris : le démontage de l'ancien échafaudage est enfin terminé
il y a 3 heures 10 min
light > Sport
Monde du rugby en deuil
Mort de Christophe Dominici à l’âge de 48 ans
il y a 4 heures 56 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Aurélien" de Louis Aragon : un amour improbable dans le Paris des années 20... un roman à relire toutes affaires cessantes

il y a 6 heures 38 min
pépites > Santé
Covid-19
L'exemple de l'aéroport de Shanghai montre la rapidité de réaction de la Chine face au coronavirus
il y a 7 heures 12 min
décryptage > Politique
Mesures gouvernementales

Un jeune, une solution : un ministère (du travail), mille problèmes…

il y a 8 heures 37 min
pépites > Justice
Police
L'IGPN saisie après l'action de la police pour enlever les tentes installées par des associations et des militants place de la République hier soir
il y a 9 heures 14 min
pépites > Politique
Justice
Alain Griset, ministre des PME, mis en cause par la Haute Autorité pour la Transparence de la Vie Publique pour non déclaration de participations financières
il y a 10 heures 10 min
décryptage > International
Diplomatie

La nouvelle alliance entre Israël et les pays sunnites du Golfe est-elle de taille à résister à l’Iran ?

il y a 10 heures 44 min
décryptage > Europe
L’union fait l’insouciance

L’Europe, puissance naïve dans un monde de brutes ?

il y a 11 heures 6 min
pépites > Politique
Feu vert en première lecture
Loi sur la "sécurité globale" : l'Assemblée nationale adopte le texte controversé, à 388 voix pour et 104 voix contre
il y a 2 heures 45 min
pépites > Santé
Crise de défiance
Coronavirus : un quart des Italiens croient aux théories complotistes sur la pandémie
il y a 3 heures 36 min
pépites > Politique
Premier ministre
Loi "sécurité globale" : Jean Castex va saisir le Conseil constitutionnel sur l'article 24
il y a 5 heures 8 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Putzi - Le pianiste d’Hitler" de Thomas Snégaroff : un petit bonhomme au service de l’ascension d’Hitler, un portrait éclairant largement documenté

il y a 6 heures 53 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

La Chine s'est éveillée, le monde peut trembler

il y a 7 heures 47 min
décryptage > Culture
Repenser nos modèles

L’expérience immersive : pour sauver la culture et le savoir

il y a 9 heures 3 min
décryptage > Santé
Lieux de contaminations ?

Réouverture des petits commerces, restaurants, lieux de cultes et culturels… : voilà pourquoi (et comment ) le risque sanitaire peut être maîtrisé

il y a 9 heures 43 min
pépite vidéo > Politique
"La France se disloque"
Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"
il y a 10 heures 14 min
light > High-tech
Bug
Des clients britanniques d'Amazon acheteurs de la nouvelle PlayStation 5 se sont vus livrer à la place des objets qui n'ont aucun rapport avec elle
il y a 10 heures 48 min
pépites > Santé
Coronavirus
Alors qu'Emmanuel Macron va s'exprimer ce soir, Jean Castex prévoit "un léger assouplissement au confinement"
il y a 11 heures 29 min
© Bryan R. Smith / AFP
© Bryan R. Smith / AFP
Duo de choc

Arabie saoudite : ce que révèle la réapparition du prince héritier MBS aux côtés de Poutine pour l’ouverture de la Coupe du monde 2018

Publié le 15 juin 2018
La présence remarquée de Mohammed ben Salman aux côtés du président russe vient confirmer une inflexion géopolitique et permet également de transmettre plusieurs messages.
Roland Lombardi
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Roland Lombardi est consultant géopolitique indépendant et associé au groupe d'analyse JFC-Conseil. Il est docteur en Histoire contemporaine, spécialisation Mondes arabes, musulman et sémitique. Il est membre actif de l’association Euromed-IHEDN et...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La présence remarquée de Mohammed ben Salman aux côtés du président russe vient confirmer une inflexion géopolitique et permet également de transmettre plusieurs messages.

Atlantico : Le coup d’envoi de la coupe du monde en Russie a été l’occasion, pour Mohammed ben Salman, de faire sa première apparition publique depuis près de deux mois, et ce malgré les inquiétudes qui entouraient son état de santé. Comment interpréter cette apparition publique aux côtés de Vladimir Poutine?

Roland Lombardi : Comme les Jeux Olympiques, la Coupe du Monde de football a toujours été un évènement politique. Hier soir, en l’occurrence, le lancement de celle-ci à Moscou, avec le match d’ouverture, où la Sbornaya (l’équipe nationale russe) affrontait les Faucons (l’équipe saoudienne), peut en être, une nouvelle fois, l’illustration.

Les relations entre la Russie et le royaume saoudien ont toujours été compliquées. Adversaires géostratégiques au Moyen-Orient depuis des décennies, Riyad a toutefois dû revoir son antagonisme historique avec Moscou. Affaiblis économiquement et politiquement, puis face à leurs fiascos dans la région et surtout, au rôle de plus en plus incontournable de la Russie (notamment en Syrie), les Saoudiens ont été forcés d’aller à Canossa. J’avais même prédit ce processus dès décembre 2015[1]. Depuis lors, les relations entre les deux pays se sont grandement réchauffées. Le roi Salmane, le père de Mohammed ben Salmane (MBS), s’est rendu en Russie (visite historique) à l’automne 2017. Moscou et Riyad se sont également mis d’accord sur les cours du pétrole pour les faire remonter et enfin, en Syrie, les Saoudiens aident dorénavant les Russes à trouver une solution politique, tout en ayant accepté le maintien d’Assad au pouvoir.

Ainsi, la présence remarquée de MBS aux côtés de Poutine hier soir, dans la tribune présidentielle, vient confirmer cette inflexion géopolitique. Mais elle permet également de transmettre des messages. Pour MBS, les messages sont multiples. D’abord, il assure à la planète qu’il est toujours vivant et en bonne santé (suite à la rumeur que nous évoquerons plus loin). A ses opposants internes comme externes, en s’affichant avec le Tsar russe, il signifie qu’il n’est pas exclusivement le « jouet » de Washington et qu’en cas de besoin (comme Assad, qui sait ?), il pourrait éventuellement compter (comme le régime de Damas) sur le soutien, la fidélité et surtout la puissance russe.

Pour Poutine, outre déjà le fait qu’il a réussi à accueillir l’organisation d’un des plus grands évènements sportifs et médiatiques de la planète, il démontre encore une fois que, lui, parle à tout le monde et qu’il n’est pas aussi isolé que certains l’affirment. Mais le maître du Kremlin adresse peut-être aussi un message à ses « alliés » iraniens (dont la trop grande influence au Moyen-orient et en Asie centrale le gêne plus qu’on ne le pense). Ceci, peut donc, en définitive, corroborer le réajustement récent de son partenariat avec l’Iran, que j’évoquais récemment dans vos colonnes[2].

Faut-il cependant considérer que cette apparition à Moscou plutôt qu’à Riyad sème le doute quant à la sécurité du prince dans son propre pays? Quelles sont les menaces qui peuvent exister ?

Oui et non. Comme vous le dites, cette première grande réapparition publique, à Moscou plutôt qu’à Riyad, peut effectivement soulever des doutes sur la sécurité du prince sur son propre sol. Mais, au contraire, et je pense que c’est le cas ici, cela peut aussi signifier que la situation est revenue à la normale et que MBS peut à présent se déplacer à l’étranger sans craindre un quelconque coup de palais en son absence. L’histoire nous apprend que nombre de coups d’Etat se sont souvent produits lorsque le chef était justement à l’étranger.

D’ailleurs, durant l’automne 2017, lorsque courrait déjà une autre rumeur de coup de force en Arabie saoudite, le prince héritier n’avait plus quitté le territoire pendant plusieurs semaines…

Quoi qu’il en soit, nous ne savons toujours pas encore précisément ce qui s’est vraiment passé (l’attaque du palais royal à Riyad) dans la nuit du 5 Shaban 1439, soit le 21-22 avril 2018, et pourquoi le prince s’est fait très discret durant près de deux mois. On a beaucoup spéculé sur ces évènements. Et même pour les plus initiés d’entre nous, il a été très difficile de connaître le fin mot de l’histoire. En attendant, comme je l’expliquais déjà dans un article en juin 2016, où j’annonçais des risques de coups de force en Arabie saoudite (et en Turquie d’ailleurs, ce qui se produisit quelques semaines plus tard en juillet 2016), j’écrivais ceci : « (…) on peut faire confiance à la fermeté et à la férocité du roi, de son fils, Mohammed ben Salman (…). Certes, comme Erdogan d’ailleurs, ils ne sont pas le genre d’hommes à vaciller à la première émeute ou face à une quelconque tentative de coup d’Etat »[3]. Ainsi, il faut bien comprendre, qu’on ne bouscule pas la famille royale impunément. A ses risques et périls, chose inédite dans l’histoire du royaume, MBS s’est attaqué violemment (mais avec un certain courage) aux princes les plus puissants et les plus riches (parfois même appartenant à son propre clan) de l’establishment saoudien. Même si le jeune prince est protégé par les Etats-Unis (et donc la CIA), depuis le renouvellement de la protection américaine avec la nouvelle administration Trump (en échange de l’arrêt du soutien saoudien au salafisme djihadiste), les risques pour sa vie restent grands. Sa garde prétorienne serait composée de mercenaires géorgiens et colombiens (peut-être même d’origine israélienne lorsqu’on connaît la forte présence d’anciens officiers de Tsahal dans les forces spéciales sud-américaines…). Quoi qu'il en soit, comme César, le prince Mohammed reste cerné d'ennemis[4]. Alors, face à ce risque quotidien et après l’expérience du 21 avril dernier, comment peut réagir le futur roi-dictateur ? Soit, il mettra un bémol quant à ses réformes sur le plan religieux (ce qui est peu probable avec la pression américaine et russe). Soit, les purges sanglantes vont s’éterniser. Scénario beaucoup plus envisageable à mon sens…    

Quelles ont pu être les conséquences des différentes rumeurs sur l’état de santé de Mohammed ben Salman sur le Royaume et la région?

Une grande inquiétude. Car si le président égyptien Sissi connaissait le même sort que Sadate et que MBS finissait comme le roi Fayçal, assassiné par un neveu en 1975, tous ceux qui veulent réellement combattre l’islam politique (Trump, les généraux du Pentagone et les Russes), perdraient deux cartes maîtresses. Enfin, s’il arrivait malheur au prince héritier (ce qui est toujours possible), et même si les Américains sortaient alors en urgence de son exil intérieur, le prince Mohammed ben Nayef Al Saoud (57 ans et propre cousin du jeune prince), l’ancien homme fort du régime, il est plus que certain que le royaume exploserait et que nous assisterions alors à la première « Guerre d’Arabie ». Je vous laisse imaginer les conséquences géopolitiques catastrophiques pour la région… 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
cagnotte
- 18/06/2018 - 18:37
Ils se ressemblent tous sous leur keffieh!
Si ce n'est toi ,c'est donc ton frère?
ISABLEUE
- 15/06/2018 - 16:04
tant mieux que MBS soit encore en vie !!!
son absence était inquiétante pour les rêveurs d'ouverture dont je fais partie....
Paulquiroulenamassepasmousse
- 15/06/2018 - 14:54
beaucoup d´imprécision sur le
beaucoup d´imprécision sur le deal avec Trump qui ńa rien à voir avec le Salaphisme, mais avec le choix des USA de soutenir MBS contre ĺ'Iran, moyenant un achat de 400 milliards de dollars et un baril supérieur à 45 dollars. Pour ce qui concerne la visite en Russie, elle montre surtout le rapprochement entre les USA et la Russie car il n'y serait jamais allé sans l'aval de Trump.