En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Et cette pancarte vous la trouvez grotesque, inappropriée ou simplement abjecte ?

02.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

03.

Selon des chercheurs des Pays-Bas, il y aurait une quatrième paire de glandes salivaires, dans votre tête

04.

Ce mea culpa qu’Emmanuel Macron devrait prononcer avant qu’on puisse vraiment croire à sa détermination contre l’islamisme

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

07.

La nage en eau froide pourrait-elle fournir une piste pour les traitements contre la démence sénile ?

01.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

02.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

03.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

04.

Islamisme : la République de la complaisance

05.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

06.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité à Conflans-Sainte-Honorine : "Il a été assassiné parce qu'il apprenait à des élèves la liberté d'expression"

06.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les Inconsolés" de Minh Tran Huy : une histoire d’amour tragique, un conte féérique, un thriller gothique, une intrigue magistrale, l’exotisme du Vietnam…, un superbe roman

il y a 37 min 10 sec
décryptage > France
Majorité pacifique

Sera-t-il possible d’inverser le tragique déclin des institutions françaises en évitant la case violence ?

il y a 2 heures 13 min
décryptage > Sport
L’hymne sans la joie

PSG / Manchester United : les Parisiens confondent Ligue des champions et ligue d’égoïstes

il y a 3 heures 1 min
pépites > Terrorisme
Justice
Plainte du ministre de l'Intérieur contre un blog du site Mediapart qui accuse la police d'avoir exécuté l'agresseur du professeur de Conflans parce que ce terroriste est musulman
il y a 3 heures 23 min
light > Justice
High-Tech
Le ministère américain de la Justice a ouvert une enquête contre Google pour abus de position dominante au détriment de ses concurrents
il y a 3 heures 40 min
pépites > Politique
Terrorisme
François Fillon réagit après le meurtre du professeur de Conflans estimant qu'il ne peut pas rester silencieux face à ce drame
il y a 4 heures 10 min
décryptage > Politique
Pire que la fachosphère : la lachosphère

Terrorisme islamiste : comment les princes qui nous gouvernent ont réussi à faire en 72 heures ce qu’ils n’avaient pu faire en 30 ans

il y a 4 heures 29 min
pépite vidéo > Education
Mort de Samuel Paty
Marine Le Pen : "Les enseignants n'ont pas le soutien de leur hiérarchie"
il y a 4 heures 42 min
décryptage > Politique
Ambiguïtés ?

Ce mea culpa qu’Emmanuel Macron devrait prononcer avant qu’on puisse vraiment croire à sa détermination contre l’islamisme

il y a 5 heures 59 min
décryptage > Santé
Couvre-feu jusqu’à l’été ?

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

il y a 6 heures 25 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Michel-Ange" de Andreï Konchalovsky : dans un film éloigné de toute prétention biographique, Michel-Ange, un artiste confronté à la fièvre et à la folie de sa force créatrice… Sublime

il y a 59 min 31 sec
décryptage > Santé
Lutte contre la Covid-19

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

il y a 2 heures 35 min
décryptage > Economie
Espoir face à la pandémie

Le rebond (modéré) de la croissance chinoise est-il une bonne ou une mauvaise nouvelle ?

il y a 3 heures 12 min
décryptage > Politique
Lutte contre le séparatisme

Julien Aubert : "La détermination d’Emmanuel Macron face à l’islamisme relève plus de l’air du temps que de la conviction"

il y a 3 heures 29 min
décryptage > Science
Osiris Rex

La NASA est sur le point d’entrer en contact avec l’astéroïde Bennu et voilà ce que ça pourra nous apporter

il y a 4 heures 3 min
décryptage > Santé
Un mal pour un bien

Couchés plus tôt ou plus tard...? Ce que nos habitudes du confinement nous enseignent sur l’impact prévisible du couvre-feu

il y a 4 heures 24 min
pépites > Justice
Terrorisme
Samuel Paty le professeur tué à Conflans a démenti avoir commis la moindre infraction quand les policiers l'ont interrogé après la plainte d'un parent d'élève
il y a 4 heures 41 min
décryptage > Education
Profession sacrifiée

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

il y a 5 heures 16 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Face à l’aggravation de la crise, Bruno Le Maire renforce les mesures de soutien mais évite toute nouvelle contrainte réglementaire

il y a 6 heures 18 min
pépites > Santé
Coronavirus
Le ministre de la Santé annonce une rallonge budgétaire de 2,5 milliards d'euros pour les hôpitaux et les soignants (qui bénéficieront d'une majoration de 50 % des heures supplémentaires)
il y a 6 heures 25 min
© ALEXANDER NEMENOV / AFP
© ALEXANDER NEMENOV / AFP
Penalty !

Coup d'envoi de la Coupe du monde de foot : ces enjeux géopolitiques qui se jouent derrière le match d'ouverture Russie-Arabie Saoudite

Publié le 14 juin 2018
Le match d'ouverture du Mondial oppose le pays hôte, la Russie, à l'Arabie saoudite, ce jeudi, à Moscou.
Cyrille Bret
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Cyrille Bret, ancien élève de l'Ecole Normale Supérieure, de Sciences-Po Paris et de l'ENA, et anciennement auditeur à l'institut des hautes études de défense nationale (IHEDN) est haut fonctionnaire et universitaire. Après avoir enseigné...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le match d'ouverture du Mondial oppose le pays hôte, la Russie, à l'Arabie saoudite, ce jeudi, à Moscou.

Atlantico : Le match d'ouverture de la coupe du monde, qui se tiendra ce 14 juin à Moscou, opposera l'équipe de Russie à l'Arabie Saoudite. Quels sont les enjeux d'une telle rencontre concernant ses aspects diplomatiques ? De l'opposition sur le terrain syrien aux intérêts communs concernant le pétrole, comment évoluent les relations entre les deux pays ?

Cyrille Bret : Entre la Fédération et le Royaume, les relations sont tourmentées. Et historiquement marquées par les tensions et les rivalités. Sur le marché des hydrocarbures, ces deux leaders des exportations de gaz et de pétrole sont concurrents. Cette concurrence est avivée par le fait que la Russie a refusé constamment de devenir membre du cartel de l'OPEP et poursuit donc une stratégie propre en matière de volumes et de cours. Cette divergence est apparue en 2013 au moment où Riyad a été accusée par Moscou d'augmenter les quantités de pétrole en production pour faire baisser de plus de moitié les cours afin de préserver ses parts de marché et de faire baisser les revenus des autres acteurs, Russie, Iran et Vénézuela notamment. Sur le plan stratégique, les deux pays appartiennent traditionnellement à deux camps différents. Durant la Guerre Froide, l'Arabie Saoudite a été un soutien des Etats-Unis dans la région, achetant ses armements aux grands groupes américains, soutenant l'intervention américaine contre l'Irak et finançant les moudjahidines afghans contre la campagne soviétique. De son côté, Moscou a historiquement soutenu des régimes en rivalité avec Riyad : la Syrie de la dynastie Al-Assad, le Yémen communiste et l'Iran.

Toutefois, les relations sont aujourd'hui en amélioration et ce match doit le manifester. Le monarque saoudien s'est rendu en Russie à l'automne dernier, en 2016 les deux pays ont réglé leur différend en matière de cours du pétrole pour les faire remonter et une coopération politique commence pour résoudre la crise syrienne. Ce sont les débuts d'un réchauffement limité qui seront vraisemblablement mis en évidence dans les tribunes du stade Loujniki le 14 au soir. Surtout si l'héritier saoudien, MBS, est présent pour échanger une poignée de main avec le président russe.

Comment envisager cette relation du point de vue des dirigeants actuels, d'un Mohammed ben Salmane dont la discrétion actuelle laisse cours à de nombreuses rumeurs à un Vladimir Poutine dont l'ombre a pesé sur le dernier G7 ? Quels sont les intérêts communs sur lesquels les deux hommes peuvent compter ? 

Les deux leaders ont des statuts bien différents sur la scène internationale. Mais ils peuvent aujourd'hui avoir des intérêts convergents. D'une part, l'héritier saoudien, encore inconnu il y a trois ans, doit affirmer son rôle comme modernisateur du pays et comme acteur internationale. Et la neutralité de Moscou est importante pour cela : il a commencé à moderniser l'économie de son pays et à réduire sa dépendance aux hydrocarbures grâce au plan Vision 2030. Il a également commencé à améliorer la condition des femmes en les autorisant à conduire leurs véhicules et à assister à des matches de football. Et, sur le plan extérieur, il a lancé le Royaume dans une expédition au Yémen. Pour asseoir son statut, contesté à l'intérieur du Royaume, il a besoin de reconnaissance extérieure. Et afficher une bonne relation avec Vladimir Poutine lui permet non seulement d'affirmer son statesmanship mais également de ne pas paraître trop exclusivement dépendant des Etats-Unis.

Pour le président russe, l'équation est différente : il est incontestablement un acteur majeur de la scène international. Mais il doit remédier à la faiblesse que lui imposent les sanctions occidentales depuis 2014. Il est donc à la recherche d'alliance et de relations alternatives : il approfondit ses relations avec la République populaire de Chine, soutient l'Iran... et améliore ses relations avec l'Arabie Saoudite. Aussi pour braconner sur les terres américaines. Comme en Egypte.

En matière de sport international, c'est l'image qui prime. Une rencontre de football entre la Russie et l'Arabie n'intéressera pas la masse des supporters. Mais elle peut infléchir l'image des dirigeants et des pays.

Quels sont les risques pesant sur la relation entre les deux pays, notamment sur les divergence évidentes qui peuvent découler de la gestion du cas iranien ? 

La place de l'Iran au Moyen-Orient, dans le Golfe et en Asie centrale est la principale pierre d'achoppement entre les deux pays. Pour la Russie, l'Iran est un allié militaire en Syrie pour soutenir le régime Al-Assad, une puissance capable de faire pièce à l'influence américaine en Irak. Pour l'Arabie, l'Iran est la puissance perse rivale traditionnelle, mais aussi le pôle chiite qui suscite l'hostilité des sunnites et le voisin de l'autre côté du Golfe... Toutefois, là encore des convergences inattendues peuvent émerger. La Russie surveille de près les progrès de l'Iran et se méfie d'un trop fort rayonnement du pays en Asie centrale. Ainsi, pour trouver une issue au conflit syrienne, c'est du côté de Riyad et non pas de Téhéran qu'il sera possible de trouver des recours. Arabie comme Russie peuvent converger, à terme, pour contenir un Iran trop fort au Moyen-Orient.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires