En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

02.

Popularité : Emmanuel Macron et quasiment tout le gouvernement en hausse

03.

Black Friday et soldes en ligne : voilà pourquoi des Bots rafleront vraisemblablement les meilleures affaires sans vous laisser le temps de réagir

04.

Les premiers indices d'un baby krach sont-ils là ?

05.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

06.

Énergie nucléaire : l’Union européenne au risque de l’incohérence ?

07.

Le Covid-19 est-il un laboratoire d’expérimentation pour accélérer la transformation des métiers ?

01.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

02.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

03.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

04.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

05.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

ça vient d'être publié
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Si vous voulez vraiment faire des achats respectueux de l'environnement, il ne faudra pas vous contenter de lire les étiquettes des produits en rayon. Petits conseils pour y voir plus vert
il y a 18 sec
décryptage > Société
Big tech

Pourquoi il devient urgent de sauver nos démocraties de la technologie

il y a 11 min 59 sec
décryptage > Media
Bonnes feuilles

Monstres sacrés : Michel Drucker, le pater familias du PAF

il y a 15 min 52 sec
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Monde de demain : les bienfaits de l’intelligence artificielle dans le domaine de la santé

il y a 15 min 52 sec
light > Media
C'est d'actualité
France Télévisions prépare une adaptation en série TV de "La peste" d'Albert Camus
il y a 17 heures 5 min
pépites > Justice
Justice
Nice : un homme écope de 18 mois de prison ferme pour avoir menacé de mort un professeur
il y a 17 heures 59 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"La voyageuse de nuit" : une enquête magistrale où se côtoient révolte et tendresse

il y a 20 heures 13 min
pépites > France
Juste une mise au point
Violences : le préfet de police de Paris Didier Lallement rappelle à l'ordre les policiers
il y a 20 heures 50 min
pépite vidéo > Sport
Rugby
Avant d'affronter l'Argentine, les All Blacks rendent hommage à Maradona
il y a 22 heures 4 min
pépite vidéo > Politique
Déplorable
Manon Aubry (LFI) choque en déclarant que l'insulte "sale macaroni" n'est pas raciste envers les immigrés italiens
il y a 23 heures 18 min
décryptage > France
Munich 1938 ? Non, Munich 2020 !

Vous subodoriez que Grigny n’était plus en France : Gabriel Attal l’a confirmé

il y a 7 min 55 sec
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Les perdants magnifiques : Edouard Balladur, ou les caprices du destin

il y a 15 min 52 sec
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

Robots, intelligence artificielle : qu’est-ce qui va fondamentalement changer pour votre métier ?

il y a 15 min 52 sec
pépites > France
Manifestations
Loi "sécurité globale" : très forte mobilisation à Paris et dans toute la France
il y a 16 heures 33 min
pépites > Economie
Covid-19
Le plafond d'indemnisation pour les entreprises fermées sera doublé, à 200.000 euros par mois
il y a 17 heures 27 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Histoires du Vendée Globe 2" : L’Everest de la voile vu de l’intérieur !

il y a 20 heures 10 min
light > Insolite
Ah
Lille : la Grande roue sera installée, mais restera fermée au public
il y a 20 heures 22 min
pépites > Politique
Le confinement leur réussit
Popularité : Emmanuel Macron et quasiment tout le gouvernement en hausse
il y a 21 heures 22 min
pépites > France
Libérés, délivrés
Déconfinement : retrouvez la nouvelle attestation et le résumé des changements du jour
il y a 22 heures 28 min
décryptage > Santé
Ils en ont vu d'autres

Ultra Covid Solitude : à la cuisine ou pas, papi et mamie semblent mieux résister à la dépression que les jeunes générations

il y a 23 heures 49 min
© Zaid AL-OBEIDI / AFP
© Zaid AL-OBEIDI / AFP
Pour que la France ne reste pas la France ?

LR : Laurent Wauquiez, la France et ceux qui veulent y rester

Publié le 13 juin 2018
Rien de plus décisif, pour dénoncer une polémique ou fragiliser une conviction, que de s'interroger sur le point de vue inverse. Ainsi il n'aurait pas fallu, dans un tract des Républicains, proclamer : "Pour que la France reste la France"... Mais faut-il dès lors feindre de questionner absurdement : "Pour que la France ne reste pas la France ?"
Philippe Bilger
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe Bilger est président de l'Institut de la parole. Il a exercé pendant plus de vingt ans la fonction d'avocat général à la Cour d'assises de Paris, et est aujourd'hui magistrat honoraire. Il a été amené à requérir dans des grandes affaires qui...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Rien de plus décisif, pour dénoncer une polémique ou fragiliser une conviction, que de s'interroger sur le point de vue inverse. Ainsi il n'aurait pas fallu, dans un tract des Républicains, proclamer : "Pour que la France reste la France"... Mais faut-il dès lors feindre de questionner absurdement : "Pour que la France ne reste pas la France ?"

La cause me semble entendue mais avant d'y revenir je souhaiterais m'attarder sur la présidence et la situation de Laurent Wauquiez qui fait l'objet de mille attaques - les pires étant celles de son camp - dont par exemple celle de Jean-François Copé qui lui reproche un exercice solitaire de son pouvoir, ce que Brice Hortefeux a vigoureusement contredit (Le Figaro)

On a bien compris que LW depuis quelques mois est devenu la tête de turc privilégiée de certains médias qui ont besoin de s'acharner à l'encontre d'une personnalité qui à la fois leur déplaît et les dépasse. J'ai conscience, comme tant d'autres observateurs, que les Républicains stagnent et que LW n'est pas encore parvenu à imprimer non seulement sa marque mais celle du parti dans l'espace public.

Mais il est vrai que ce qui lui incombe relève du tour de force.

On n'a jamais connu une configuration politique où la droite classique était autant prise en étau entre la soie, le velours et l'imperium macroniens - les électeurs de gauche s'en plaignent de plus en plus - et le RN ex-FN dont la moindre idée juste fait peur à la direction de la famille voisine qui craindrait d'être stigmatisée si elle l'adoptait.

A l'évidence LW est désarçonné par la vision d'un paysage qui apparemment ne donne plus de marge de manoeuvre à la droite qui est la sienne et qui a été tout de même largement validée lors de son élection comme président.

Il a tort à mon sens - comme les adversaires de Nadal s'obstinant à jouer sur ses points forts - de s'en prendre au président de la République dans les domaines où ce dernier n'est pas vraiment critiquable. Il devrait plutôt combattre ce qu'il y a encore de gauche chez Emmanuel Macron et qui concerne le champ sociétal et judiciaire. Sur ce plan il aurait les coudées franches et du grain à moudre. Il y aurait de la place pour une opposition intelligente et pugnace.

S'il avait l'intelligence stratégique et l'audace intellectuelle d'un François Mitterrand qui n'ayant pas eu peur du parti communiste a su l'étouffer par l'union, il ne rejetterait pas mécaniquement l'hypothèse d'une union de la droite classique avec la droite extrême. Quand celle-ci sera débarrassée d'une Marine Le Pen qui pour le meilleur - elle a purgé le FN des délires et des provocations historiques - et pour le pire - sa démagogie attrape-tout - a rendu cette union à la fois plausible mais en l'état inconcevable.

Mais faut-il, alors que LW est en proie à des difficultés considérables et qu'on ne peut pas l'imaginer heureux dans cette conjoncture, rajouter de la bile qui revient à peu près à exiger que Laurent Wauquiez ne reste pas Laurent Wauquiez et que la droite se passe du réel ? Tout cela pour s'obtenir les bonnes grâces de ceux qui ne voteront jamais pour elle dans sa pureté et son intégrité ?

Il y a eu déjà il y a quelques semaines le ridicule "pétainiste" de Dominique Bussereau. Les tweets n'autorisent pas, aussi simplets qu'ils soient parfois, à dire n'importe quoi !

Pourquoi récemment Virginie Calmels (sur France Inter) - recadrée ensuite par LW et Brice Hortefeux - a-t-elle éprouvé le besoin de critiquer le libellé de ce tract des LR : "Pour que la France reste la France" ? Convenait-il de le juger "un peu déséquilibré" et "peut-être inutilement anxiogène" ?

Alors qu'il n'était pas "anxiogène" mais tout simplement anxieux et qu'il y avait de quoi. Doit-on demeurer sur la pente funeste qui en ne nommant pas ou en dénaturant le réel donnait à la société française la triste impression d'une absence totale de solidarité entre les élites politiques et les citoyens, d'un hiatus entre un discours mou et hypocrite et une quotidienneté troublée, souvent douloureuse et abandonnée ?

Refuser de combattre cette part de la réalité qui multiplie les inquiétudes du pays (sans doute la plus fondamentale est-elle celle de ne plus se sentir chez soi sur son propre sol), voilà qui suscite l'angoisse. Pour la dissiper, il faut nommer, cibler et reprendre possession de son propre pays. Une dissimulation sous le tapis démocratique de ce qui blesse l'identité française - des dangers, des pratiques et des idéologies qui la menacent et ne cessent, jour après jour, de mettre à l'épreuve ses capacités de lucidité et de résistance - ne ferait qu'instiller à nouveau la tranquillité factice du juppéisme dans une France qui a besoin de vérité et d'action.

Je n'oublie pas que Virginie Calmels, avec sa frileuse maladresse, a été, comme d'autres avant elle, piégée par la peur panique, face à un média progressiste (pour être aimable), de laisser apparaître la plus petite similitude entre le RN et les LR.

De sorte qu'on aboutit à ce paradoxe pervers de voir les seconds renier ce sur quoi ils ont toujours été vigilants parce que le premier a eu la même crainte. Une posture ridicule qui fait du mal à ceux qui attendent d'une responsable de parti au moins le courage minimal d'assumer cette évidence. Qu'on continue de la sorte, et les LR n'oseront jamais être eux-mêmes à force de ne pas vouloir être pris pour d'autres !

Oui, la France doit rester la France. Proférer cela, le maintenir, le revendiquer n'implique pas de plonger dans un enfer ceux qui l'honorent, la respectent, l'enrichissent, appliquent ses lois et lui veulent du bien.

Mais de faire partir ceux qui n'y ont pas droit ou la renient de l'intérieur.

 
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (8)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
mymi
- 14/06/2018 - 09:13
Bravo Monsieur Bilger
Excellent article
vangog
- 14/06/2018 - 00:09
Avoir l’intelligence politique de Mitterrand...
et accepter une alliance des RN avec les LR?...oui, sauf que le Parti communiste faisait jeu égal avec le Parti socialiste, à l’époque de Mitterrand-l’hypocrite...ce qui lui a permis de phagocyter son allié en deux ans à peine. Aujourd’hui, les LR représentent à peine le quart des électeurs RN...Alors, qui phagocytera l’autre? C’est une crainte de Laurent Wauquiez assez légitime et qu’on peut comprendre...
cloette
- 13/06/2018 - 19:16
Bravo
bravissimo !