En direct
Best of
Best of du samedi 9 au vendredi 15 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ségolène Royal pourra-t-elle échapper à une saisine du Parquet national financier ?

02.

Alerte au déficit : ce que personne n’ose vraiment rappeler sur les hypothèses de travail du Conseil d’orientation des retraites

03.

Une jeune femme, fichée S, qui espionnait les policiers et qui avait été arrêtée samedi place d’Italie lors de la manifestation des Gilets jaunes aurait été relaxée

04.

(Excès de l’)Inspection du travail : l’étrange méthode de Muriel Pénicaud

05.

Yann Barthès diffuse l'enquête de Valeurs actuelles sur Quotidien et sur la tyrannie des bien-pensants

06.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

07.

LREM voudrait (a)battre Pécresse en Ile-de-France ; Macron, le décideur solitaire ; L'Express enquête sur le danger des militants armés de l'ultra-droite ; Rachida Dati s'exempte du logo LR ; Valeurs actuelles dézingue la "machine infernale" de Barthès

01.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

02.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

03.

Ségolène Royal pourra-t-elle échapper à une saisine du Parquet national financier ?

04.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

05.

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

06.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

01.

Il m’arrive parfois d’avoir honte pour la France…

02.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

03.

Et à part l’ordre ? Radioscopie de que pourrait être une candidature Pierre de Villiers en 2022

04.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

05.

Les Misérables : et si Emmanuel Macron permettait enfin aux banlieues d’être libérales

06.

Quel réel bilan énergétique et environnemental quand vos ados écolos imposent leurs exigences à la maison ?

ça vient d'être publié
pépites > International
Séisme politique et judiciaire
Israël : le Premier ministre Benjamin Netanyahu a été mis en examen pour "corruption", "fraude" et "abus de confiance"
il y a 41 min
pépites > France
Climat
Pierre de Bousquet de Florian, le coordinateur national du renseignement, estime que le "degré de violence" est inédit en France
il y a 2 heures 2 min
pépites > Politique
Manifestations
Mouvement du 5 décembre : Emmanuel Macron va alléger son agenda international et n'ira pas à la COP25
il y a 4 heures 22 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Exposition "Picasso, tableaux magiques" : la magie des signes

il y a 7 heures 14 min
décryptage > France
Immobilier

Michel Platero : "si on veut faire baisser les prix de l’immobilier, il faut décorréler la propriété du bâti de celle du foncier"

il y a 7 heures 39 min
pépite vidéo > Politique
Réformes
Retraites, hôpital : Edouard Philippe s'est confié sur France Inter sur les dossiers sensibles de cette fin d'année
il y a 8 heures 37 min
décryptage > Politique
Stratégie de défense

Ségolène Royal pourra-t-elle échapper à une saisine du Parquet national financier ?

il y a 10 heures 29 min
décryptage > Politique
Le Macron nouveau est arrivé

Le nouvel entre-deux stratégique d’Emmanuel Macron

il y a 11 heures 27 min
décryptage > Société
Protection de l'enfance

Parents dangereux : ces violences contre les enfants dont on parle si peu

il y a 12 heures 6 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
LREM voudrait (a)battre Pécresse en Ile-de-France ; Macron, le décideur solitaire ; L'Express enquête sur le danger des militants armés de l'ultra-droite ; Rachida Dati s'exempte du logo LR ; Valeurs actuelles dézingue la "machine infernale" de Barthès
il y a 12 heures 47 min
light > Science
Phénomène assez rare
Une pluie d’étoiles filantes devrait être visible dans la nuit du jeudi 21 au vendredi 22 novembre 2019
il y a 1 heure 23 min
Méthode d'avenir
Coldplay arrête ses tournées pour des raisons environnementales
il y a 3 heures 42 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 20 novembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 6 heures 8 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Pechkoff, le manchot magnifique" de Guillemette de Sairigné : un héros de légende endormi réveillé par la plus noble des biographes

il y a 7 heures 22 min
décryptage > Santé
Plan palliatif

Cette liberté que la France ne se décide toujours pas à accorder à ses hôpitaux

il y a 7 heures 57 min
décryptage > Culture
Vive la liberté !

Je nique Conrad et... ceux qui l'écoutent

il y a 9 heures 55 min
décryptage > France
Culture

Repeignez-moi donc ces statues blanches que je ne saurais voir : l’antiracisme en pleine crise d’intolérance

il y a 10 heures 54 min
décryptage > Economie
Réalité des chiffres

Hôpitaux, retraites ou inégalités : la fiscalité, ce verrou français qui étrangle toute vraie réforme.

il y a 11 heures 45 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Hong-Kong s’enflamme, sa jumelle historique, Singapour, récupère les flux de capitaux et redoute la contagion…

il y a 12 heures 29 min
décryptage > Politique
2022

Les Français tous prêts à la bataille retour Macron Le Pen… ou majoritairement orphelins de la politique…?

il y a 12 heures 57 min
© STEPHANE DE SAKUTIN / AFP
© STEPHANE DE SAKUTIN / AFP
Névrose franco-française

Médine au Bataclan : cette inquiétante crise d’immaturité dans laquelle s’enfonce la France

Publié le 13 juin 2018
La programmation du rappeur Médine au Bataclan a provoqué une vraie vague de protestation, ses détracteurs considérant que le message du musicien est trop lié à un Islam politisé.
Malik Bezouh est président de l'association Mémoire et Renaissance, qui travaille à une meilleure connaissance de l'histoire de France à des fins intégrationnistes. Il est l'auteur des livres Crise de la conscience arabo-musulmane, pour la...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Malik Bezouh
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Malik Bezouh est président de l'association Mémoire et Renaissance, qui travaille à une meilleure connaissance de l'histoire de France à des fins intégrationnistes. Il est l'auteur des livres Crise de la conscience arabo-musulmane, pour la...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La programmation du rappeur Médine au Bataclan a provoqué une vraie vague de protestation, ses détracteurs considérant que le message du musicien est trop lié à un Islam politisé.

Atlantico : Si Médine n'est clairement pas un islamiste radical, ses paroles peuvent-elles créer une certaine confusion ? Comment expliquer qu'il maintienne une certaine ambiguïté, donnant lieu à des interprétations diverses ?

Malik Bezouh : Médine est un artiste engagé, de toute évidence. Trop diraient ses détracteurs. Dans le contexte français, il est évident que certains de ses propos ont surpris, voire choqué. Cela dit, il faut bien nous garder de tout procès d’intention. Notons, de plus, que l’affiche qui fait tant débat aujourd’hui, pour ne pas dire polémique, est le résultat d’un montage grossier tiré de l’un de ses albums sorti en 2005 ! C’est-à-dire une décennie avant les terribles attentats perpétrés par l’organisation takfiriste DAECH. Bref, pour la partie graphique, c’est-à-dire l’affiche tant incriminée, il nous faut bien admettre qu’il s’agit là d’une controverse sans fondement aucun. Il reste les textes du chanteur dont certains, en effet, peuvent poser question. Mais n’est-ce pas le rôle de l’artiste engagé que de susciter le débat à travers ses œuvres ? Quant à l’emploi du mot Jihad, en 2005, même s’il est vrai que dans la religion islamique, il signifie le combat contre soi-même pour s’élever spirituellement dans l’optique d’être meilleur avec ses semblables, au vu de notre dramatique actualité, marquée par le terrorisme, il est naturel que ce terme engendre de l’inquiétude chez une partie importante de la société française à qui l’on ne peut reprocher de méconnaitre les subtilités théologiques de la religion musulmane.

Ces polémiques lui donnent une visibilité considérable au-delà de son public. Certes la provocation est un "marqueur" du rap, mais dans ce cas précis, sur un sujet aussi sensible, quels sont les dangers ?

Au-delà de la provocation à proprement parler, le danger immédiat est l’incompréhension. Car oui le sujet est éminemment sensible. Néanmoins, et puisque la polémique n’a pas réellement lieu d’être, au vu de ce qui vient d’être précité, on peut légitimement s’interroger sur les ressorts de cette crispation française autour d’un thème qui semble être devenu central dans notre société, à savoir l’islam et les sujets qui lui sont périphériques. 

A chaque polémique de ce type, deux camps s'affrontent et formulent toujours les mêmes réponses : censure d'un côté, liberté d'expression de l'autre.  Cet affrontement binaire, qui repose sur l'émotion et cristallise les tensions, se joue à deux. Quels sont les erreurs qui nous mènent à cette impasse ?

La France est un pays profondément divisé. Toute son histoire le prouve, depuis l’irruption tonitruante des protestants sur la scène publique, au XVIe siècle, qui ont fait voler en éclat l’unité spirituelle du royaume, jusqu’à la mise au pas de l’Église - à l’orée du XXe siècle - par la IIIe République, ouvertement anticléricale, sans oublier le martyr des catholiques de Vendée durant l’effroyable Terreur révolutionnaire. La France est donc ce pays de passions, tant religieuses que politiques, sur lequel, s’est amarré, au début du XXe siècle, l’islam dont la visibilité ne cesse d’augmenter depuis les années 80. Rien d’étonnant donc à ce que les courants conservateurs, soucieux de la préservation de l’identité française, et laïcistes, pressés d’en finir avec les manifestations par trop obscurantistes de cette nouvelle résurgence religieuse, l’islam, se déchirent avec les tenants inflexibles de la défense de la liberté d’expression cultuelle. Au milieu de cette mêlée franco-française, la France musulmane, hétérogène, assiste médusée, inquiète, à ces débats sans fin sur  la présence de l’islam en France. Quant à sa jeunesse (musulmane), celle-ci ne dispose pas, la plupart du temps, des outils culturels pour comprendre ces particularités françaises, héritées du conflit historique, enclenché au siècle des Lumières, entre la France traditionnelle et la France anticléricale. 

Ainsi donc, derrière ces sentiments, peur d’un islam envahissant chez les conservateurs, et rejet d’un islam obscurantiste et misogyne, chez les laïcistes intransigeants, se dissimule, parfois, une stigmatisation à peine voilée de l’altérité musulmane, sous prétexte que celle-ci s’affirmerait toute voile dehors. Or ; ce traitement, un  rien obsessionnel du fait "musulman", par certains médias et responsables politiques, va amplifier les inquiétudes de la population française de souche et, par ricochet, pousser des français musulmans à opérer soit un repli communautaire, soit à cultiver une posture victimaire, car percevant, à tort ou à raison, la France comme "hostile". Voilà décrits les éléments du cercle vicieux identitaires, cœur tristement battant de la névrose islamo-française qui a débuté en 1989 avec les premières affaires de voile islamique à l’école. Les attentats de l'Etat islamique ne feront qu’aggraver la situation…

Comment dépasser les débats caricaturaux entre ceux qui font de Medine un idéologue anti-français et dénoncent la stratégie de "culpabilisation"  dans ce cas, et la victimisation ?

L’affaire Médine, un cas parmi tant d’autres, montre à quel point il faudra du temps pour que la France, aujourd’hui islamo-névrosée, décide enfin de se parler à elle-même. Pour l’heure, nous assistons à une véritable bataille de tranchée où chaque camp tente de montrer qu’il a raison sur l’autre. Des français musulmans se plaignent du mauvais traitement qu’il leur ait fait par certains conservateurs-identitaristes et laïcistes-radicaux. Ceux-là, avec une maladresse inouïe, et un sectarisme inquiétant, ne font que jeter de l’huile sur le feu en confortant les premiers dans leur posture victimaire et leur vision sombre de la France. Sans compter les défenseurs chevronnés et sincères du "Vivre-Ensemble" qui ne sont pas toujours exempts de critiques tant ils négligent, parfois, certaines réalités ; en particulier celle liée à l’inquiétude suscitée par la présence de l’altérité musulmane en France ; inquiétude que quelques médias entretiennent, voire amplifient de façon éhontée.  

A termes, le risque c’est la dé-cohésion de notre nation. Un risque que l’on réduira en entamant une psychothérapie nationale ! Certes, la gestion  de l’altérité n’est point une chose aisée. Cela dit, pour que cette altérité (musulmane) cesse de l’être, travaillons collectivement, avec intelligence et pédagogie, non pas pour que celle-ci s’efface et disparaisse, mais pour qu’elle ne soit plus ce pathétique sujet de passion et de discorde nationale.

 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ségolène Royal pourra-t-elle échapper à une saisine du Parquet national financier ?

02.

Alerte au déficit : ce que personne n’ose vraiment rappeler sur les hypothèses de travail du Conseil d’orientation des retraites

03.

Une jeune femme, fichée S, qui espionnait les policiers et qui avait été arrêtée samedi place d’Italie lors de la manifestation des Gilets jaunes aurait été relaxée

04.

(Excès de l’)Inspection du travail : l’étrange méthode de Muriel Pénicaud

05.

Yann Barthès diffuse l'enquête de Valeurs actuelles sur Quotidien et sur la tyrannie des bien-pensants

06.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

07.

LREM voudrait (a)battre Pécresse en Ile-de-France ; Macron, le décideur solitaire ; L'Express enquête sur le danger des militants armés de l'ultra-droite ; Rachida Dati s'exempte du logo LR ; Valeurs actuelles dézingue la "machine infernale" de Barthès

01.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

02.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

03.

Ségolène Royal pourra-t-elle échapper à une saisine du Parquet national financier ?

04.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

05.

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

06.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

01.

Il m’arrive parfois d’avoir honte pour la France…

02.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

03.

Et à part l’ordre ? Radioscopie de que pourrait être une candidature Pierre de Villiers en 2022

04.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

05.

Les Misérables : et si Emmanuel Macron permettait enfin aux banlieues d’être libérales

06.

Quel réel bilan énergétique et environnemental quand vos ados écolos imposent leurs exigences à la maison ?

Commentaires (29)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
CasCochyme
- 18/06/2018 - 02:40
sciencepotardie
De la bouille sciencepotarde indigeste, qui devrait assurer à l'auteur de bons contacts auprès de Libernation, l'Immonde, le Fakero, l'Appoint et j'en passe et des pires. Il passera sur C dans l'air, en compagnie des luminaires Bacharan, Snégaroff, Guénolé et toute la bande. C'est le genre de truc que balançait Reynié fut un temps mais même lui il semble avoir un peu changé sa partition ces derniers temps. S'entendre dire que notre réaction à ce qui est en train de se passer relève de la névrose, et en plus de sa part, c'est aussi judicieux que de conférer à tout acte criminel inspiré par l'islam radical la dimension d'une pulsion de "déséquilibré". Le psychologisme à deux balles, cela fait longtemps qu'on en a soupé.
beg meil
- 14/06/2018 - 17:02
" " " Medine est un
" " " Medine est un prédicateur, un"prédicateur" d'un nouveau genre. Un "prédicateur chanteur", un "prédicateur rappeur". Il ne prêche pas dans une mosquée, mais il prêche sur
YouTube, dans des gymnases, dans dans associations de quartiers. Il utilise les mêmes moyens médiatiques que les "prédicateurs" de DAECH, internet.
Et comme eux, ils est écouté et vu par des millions de fans. Ces textes sont violents, directes, claires. Ils parlent aux millions de jeunes qui vivent dans les banlieues, ils parlent à une "communauté". Faire le "Bataclan" n'est pas un rêve de gosse, ce n'est pas un rêve d'artiste, c'est un rêve de militant. Militant de la cause Islamiste. Et c'est pour cela que la décence voudrait que l'on soit des millions à hurler notre incompréhension face à la présence de ce prédicateur dans un lieu où 90 jeunes Français sont morts à cause de la liberté que leurs valeurs représentaient.
Medine est-il dangereux? Et si oui pour qui?
Pour répondre à ces 2 questions, il faut simplement se demander: Où Medine et ses amis veulent-ils nous emmener? " " "
ISABLEUE
- 14/06/2018 - 16:43
Les français les vrais,en ont ras la casquette
de ces pleureuses ... qui n'arrêtent de jouer les victimes .... ILS NOUS FATIGUENT;