En direct
Best of
Best of du 20 au 26 juin
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Présidentielle 2022 : pourquoi le duel tant annoncé n’aura pas lieu

02.

Houria Bouteldja assassina la "gauche blanche"…

03.

Nouvelle explosion des cas de Coronavirus : mais que se passe-t-il aux Etats-Unis ?

04.

2020, fin de l’hégémonie occidentale et première victoire de la Chine dans la nouvelle guerre froide ?

05.

L'éolien peut-il être une alternative verte crédible au nucléaire ?

06.

Le parti EELV va alerter le CSA après les propos d'Eric Zemmour sur CNEWS dans "Face à l'Info" sur la vague verte et l'islam

07.

Le journaliste Carl Bernstein révèle les édifiantes conversations privées de Donald Trump avec Vladimir Poutine, Recep Tayyip Erdogan, Emmanuel Macron ou bien encore Angela Merkel

01.

Les Vikings nous ont envahis et colonisés au IXe siècle ! Nous exigeons donc que le Danemark, la Norvège, la Suède et l’Islande se repentent

02.

Qualité nutritionnelle : et voilà la liste des 100 meilleurs aliments au monde

03.

"Tuez Sarkozy !". On ignore encore qui a donné l’ordre mais le Parquet National Financier s’est chargé de son exécution

04.

Pas de démocratie sans droit à offenser : ce capitalisme qui prend le risque de précipiter la guerre civile à trop vouloir montrer patte progressiste

05.

L'éolien peut-il être une alternative verte crédible au nucléaire ?

06.

Cet espoir dans la lutte contre la Covid-19 qui se cache dans des études soviétiques vieilles de plusieurs décennies

01.

Municipales : mais que cache donc l’étonnante schizophrénie des Français entre élections locales et nationales ?

02.

"Tuez Sarkozy !". On ignore encore qui a donné l’ordre mais le Parquet National Financier s’est chargé de son exécution

03.

Arsène Lupin était noir ! La preuve : il va être joué par Omar Sy

04.

Toutes ces erreurs que le Défenseur des droits commet dans son rapport sur la discrimination en France

05.

Désordres publics : la lourde facture des dérives de la lutte contre le racisme et les violences dans la police

06.

Affaire Fillon : François Fillon est condamné à 5 ans de prison, dont 3 avec sursis, et Penelope Fillon à 3 ans de prison avec sursis

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Histoire du Consulat et de l’Empire" de Adolphe Thiers : le Consulat, le meilleur de Bonaparte ?

il y a 3 heures 18 min
light > Justice
Espoir pour les victimes
Affaire Jeffrey Epstein : Ghislaine Maxwell, sa complice présumée, a été enfin arrêtée par le FBI
il y a 3 heures 56 min
pépites > Media
Critiques
Le parti EELV va alerter le CSA après les propos d'Eric Zemmour sur CNEWS dans "Face à l'Info" sur la vague verte et l'islam
il y a 5 heures 9 min
pépites > Justice
Condamnation
Scandale de la Dépakine : la justice reconnaît la responsabilité de l'Etat
il y a 5 heures 55 min
décryptage > France
Bataille de chiffres

Pourquoi les comparaisons internationales sur la mortalité du Covid-19 sont moins fiables qu’on ne le pense

il y a 7 heures 56 min
décryptage > Société
Mobilisation planétaire

Antiracisme et environnement : l’été 2020 sera radicalement exigeant ou ne le sera pas

il y a 8 heures 24 min
décryptage > Politique
Macron - Le Pen

Présidentielle 2022 : pourquoi le duel tant annoncé n’aura pas lieu

il y a 8 heures 54 min
décryptage > France
Exercices de coloriage

Houria Bouteldja assassina la "gauche blanche"…

il y a 9 heures 27 min
décryptage > Consommation
Sucre caché ?

Eaux parfumées : comment repérer celles qui vous font grossir l’air de rien ?

il y a 10 heures 25 min
décryptage > Europe
Menace pour l'Etat allemand ?

L’Allemagne a-t-elle un problème d’infiltration de son extrême droite dans les rouages de l’Etat ?

il y a 11 heures 48 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le Cafard" de Ian McEwan : une fable mordante sur les politiciens britanniques et le Brexit, par un des maîtres du roman anglo-saxon contemporain

il y a 3 heures 34 min
pépites > Politique
Retrait stratégique
Municipales à Marseille : Martine Vassal se retire, Les Républicains vont présenter le député Guy Teissier pour la mairie
il y a 4 heures 21 min
pépites > Santé
Lourdes accusations
Covid-19 : le Conseil scientifique et la Haute autorité de santé dénoncent des propos "infamants" de Didier Raoult devant les députés
il y a 5 heures 37 min
pépite vidéo > International
Tragédie
Birmanie : un glissement de terrain provoque la mort d’une centaine de mineurs
il y a 7 heures 17 min
décryptage > Politique
Formation politique

Les 4 piliers : un parti libéral souverainiste se crée et recrute des candidats pour les régionales

il y a 8 heures 11 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Affaire Fillon : Hollande a envisagé de reporter la présidentielle; Dati a cherché le soutien de l'Elysée contre Hidalgo; Ecologie : truc de riches ou cauchemar vert ?; Cyberhaine sur les réseaux sociaux : le marché plus fort que la loi
il y a 8 heures 43 min
décryptage > International
Soft power

Comment les Émirats arabes unis sont devenus curieusement le partenaire économique et commercial incontournable de Damas

il y a 9 heures 6 min
décryptage > Histoire
Rivalité

Et si on s’était trompé de Voltaire ?

il y a 10 heures 2 min
décryptage > Santé
Vives inquiétudes

Nouvelle explosion des cas de Coronavirus : mais que se passe-t-il aux Etats-Unis ?

il y a 10 heures 59 min
décryptage > Europe
Présidence du Conseil de l'Union européenne

Angela Merkel peut-elle sortir de son coma l’Europe ?

il y a 12 heures 10 min
© STEPHANE DE SAKUTIN / AFP
© STEPHANE DE SAKUTIN / AFP
Névrose franco-française

Médine au Bataclan : cette inquiétante crise d’immaturité dans laquelle s’enfonce la France

Publié le 13 juin 2018
La programmation du rappeur Médine au Bataclan a provoqué une vraie vague de protestation, ses détracteurs considérant que le message du musicien est trop lié à un Islam politisé.
Malik Bezouh
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Malik Bezouh est président de l'association Mémoire et Renaissance, qui travaille à une meilleure connaissance de l'histoire de France à des fins intégrationnistes. Il est l'auteur des livres Crise de la conscience arabo-musulmane, pour la...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La programmation du rappeur Médine au Bataclan a provoqué une vraie vague de protestation, ses détracteurs considérant que le message du musicien est trop lié à un Islam politisé.

Atlantico : Si Médine n'est clairement pas un islamiste radical, ses paroles peuvent-elles créer une certaine confusion ? Comment expliquer qu'il maintienne une certaine ambiguïté, donnant lieu à des interprétations diverses ?

Malik Bezouh : Médine est un artiste engagé, de toute évidence. Trop diraient ses détracteurs. Dans le contexte français, il est évident que certains de ses propos ont surpris, voire choqué. Cela dit, il faut bien nous garder de tout procès d’intention. Notons, de plus, que l’affiche qui fait tant débat aujourd’hui, pour ne pas dire polémique, est le résultat d’un montage grossier tiré de l’un de ses albums sorti en 2005 ! C’est-à-dire une décennie avant les terribles attentats perpétrés par l’organisation takfiriste DAECH. Bref, pour la partie graphique, c’est-à-dire l’affiche tant incriminée, il nous faut bien admettre qu’il s’agit là d’une controverse sans fondement aucun. Il reste les textes du chanteur dont certains, en effet, peuvent poser question. Mais n’est-ce pas le rôle de l’artiste engagé que de susciter le débat à travers ses œuvres ? Quant à l’emploi du mot Jihad, en 2005, même s’il est vrai que dans la religion islamique, il signifie le combat contre soi-même pour s’élever spirituellement dans l’optique d’être meilleur avec ses semblables, au vu de notre dramatique actualité, marquée par le terrorisme, il est naturel que ce terme engendre de l’inquiétude chez une partie importante de la société française à qui l’on ne peut reprocher de méconnaitre les subtilités théologiques de la religion musulmane.

Ces polémiques lui donnent une visibilité considérable au-delà de son public. Certes la provocation est un "marqueur" du rap, mais dans ce cas précis, sur un sujet aussi sensible, quels sont les dangers ?

Au-delà de la provocation à proprement parler, le danger immédiat est l’incompréhension. Car oui le sujet est éminemment sensible. Néanmoins, et puisque la polémique n’a pas réellement lieu d’être, au vu de ce qui vient d’être précité, on peut légitimement s’interroger sur les ressorts de cette crispation française autour d’un thème qui semble être devenu central dans notre société, à savoir l’islam et les sujets qui lui sont périphériques. 

A chaque polémique de ce type, deux camps s'affrontent et formulent toujours les mêmes réponses : censure d'un côté, liberté d'expression de l'autre.  Cet affrontement binaire, qui repose sur l'émotion et cristallise les tensions, se joue à deux. Quels sont les erreurs qui nous mènent à cette impasse ?

La France est un pays profondément divisé. Toute son histoire le prouve, depuis l’irruption tonitruante des protestants sur la scène publique, au XVIe siècle, qui ont fait voler en éclat l’unité spirituelle du royaume, jusqu’à la mise au pas de l’Église - à l’orée du XXe siècle - par la IIIe République, ouvertement anticléricale, sans oublier le martyr des catholiques de Vendée durant l’effroyable Terreur révolutionnaire. La France est donc ce pays de passions, tant religieuses que politiques, sur lequel, s’est amarré, au début du XXe siècle, l’islam dont la visibilité ne cesse d’augmenter depuis les années 80. Rien d’étonnant donc à ce que les courants conservateurs, soucieux de la préservation de l’identité française, et laïcistes, pressés d’en finir avec les manifestations par trop obscurantistes de cette nouvelle résurgence religieuse, l’islam, se déchirent avec les tenants inflexibles de la défense de la liberté d’expression cultuelle. Au milieu de cette mêlée franco-française, la France musulmane, hétérogène, assiste médusée, inquiète, à ces débats sans fin sur  la présence de l’islam en France. Quant à sa jeunesse (musulmane), celle-ci ne dispose pas, la plupart du temps, des outils culturels pour comprendre ces particularités françaises, héritées du conflit historique, enclenché au siècle des Lumières, entre la France traditionnelle et la France anticléricale. 

Ainsi donc, derrière ces sentiments, peur d’un islam envahissant chez les conservateurs, et rejet d’un islam obscurantiste et misogyne, chez les laïcistes intransigeants, se dissimule, parfois, une stigmatisation à peine voilée de l’altérité musulmane, sous prétexte que celle-ci s’affirmerait toute voile dehors. Or ; ce traitement, un  rien obsessionnel du fait "musulman", par certains médias et responsables politiques, va amplifier les inquiétudes de la population française de souche et, par ricochet, pousser des français musulmans à opérer soit un repli communautaire, soit à cultiver une posture victimaire, car percevant, à tort ou à raison, la France comme "hostile". Voilà décrits les éléments du cercle vicieux identitaires, cœur tristement battant de la névrose islamo-française qui a débuté en 1989 avec les premières affaires de voile islamique à l’école. Les attentats de l'Etat islamique ne feront qu’aggraver la situation…

Comment dépasser les débats caricaturaux entre ceux qui font de Medine un idéologue anti-français et dénoncent la stratégie de "culpabilisation"  dans ce cas, et la victimisation ?

L’affaire Médine, un cas parmi tant d’autres, montre à quel point il faudra du temps pour que la France, aujourd’hui islamo-névrosée, décide enfin de se parler à elle-même. Pour l’heure, nous assistons à une véritable bataille de tranchée où chaque camp tente de montrer qu’il a raison sur l’autre. Des français musulmans se plaignent du mauvais traitement qu’il leur ait fait par certains conservateurs-identitaristes et laïcistes-radicaux. Ceux-là, avec une maladresse inouïe, et un sectarisme inquiétant, ne font que jeter de l’huile sur le feu en confortant les premiers dans leur posture victimaire et leur vision sombre de la France. Sans compter les défenseurs chevronnés et sincères du "Vivre-Ensemble" qui ne sont pas toujours exempts de critiques tant ils négligent, parfois, certaines réalités ; en particulier celle liée à l’inquiétude suscitée par la présence de l’altérité musulmane en France ; inquiétude que quelques médias entretiennent, voire amplifient de façon éhontée.  

A termes, le risque c’est la dé-cohésion de notre nation. Un risque que l’on réduira en entamant une psychothérapie nationale ! Certes, la gestion  de l’altérité n’est point une chose aisée. Cela dit, pour que cette altérité (musulmane) cesse de l’être, travaillons collectivement, avec intelligence et pédagogie, non pas pour que celle-ci s’efface et disparaisse, mais pour qu’elle ne soit plus ce pathétique sujet de passion et de discorde nationale.

 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (29)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
CasCochyme
- 18/06/2018 - 02:40
sciencepotardie
De la bouille sciencepotarde indigeste, qui devrait assurer à l'auteur de bons contacts auprès de Libernation, l'Immonde, le Fakero, l'Appoint et j'en passe et des pires. Il passera sur C dans l'air, en compagnie des luminaires Bacharan, Snégaroff, Guénolé et toute la bande. C'est le genre de truc que balançait Reynié fut un temps mais même lui il semble avoir un peu changé sa partition ces derniers temps. S'entendre dire que notre réaction à ce qui est en train de se passer relève de la névrose, et en plus de sa part, c'est aussi judicieux que de conférer à tout acte criminel inspiré par l'islam radical la dimension d'une pulsion de "déséquilibré". Le psychologisme à deux balles, cela fait longtemps qu'on en a soupé.
beg meil
- 14/06/2018 - 17:02
" " " Medine est un
" " " Medine est un prédicateur, un"prédicateur" d'un nouveau genre. Un "prédicateur chanteur", un "prédicateur rappeur". Il ne prêche pas dans une mosquée, mais il prêche sur
YouTube, dans des gymnases, dans dans associations de quartiers. Il utilise les mêmes moyens médiatiques que les "prédicateurs" de DAECH, internet.
Et comme eux, ils est écouté et vu par des millions de fans. Ces textes sont violents, directes, claires. Ils parlent aux millions de jeunes qui vivent dans les banlieues, ils parlent à une "communauté". Faire le "Bataclan" n'est pas un rêve de gosse, ce n'est pas un rêve d'artiste, c'est un rêve de militant. Militant de la cause Islamiste. Et c'est pour cela que la décence voudrait que l'on soit des millions à hurler notre incompréhension face à la présence de ce prédicateur dans un lieu où 90 jeunes Français sont morts à cause de la liberté que leurs valeurs représentaient.
Medine est-il dangereux? Et si oui pour qui?
Pour répondre à ces 2 questions, il faut simplement se demander: Où Medine et ses amis veulent-ils nous emmener? " " "
ISABLEUE
- 14/06/2018 - 16:43
Les français les vrais,en ont ras la casquette
de ces pleureuses ... qui n'arrêtent de jouer les victimes .... ILS NOUS FATIGUENT;