En direct
Best of
Best of du 4 au 10 mai 2019
En direct
© ASIT KUMAR / AFP
A vaincre sans péril
Sommet Trump: King Jong Un : la Corée du Nord n’est elle qu’un tigre de papier surestimé ?
Publié le 12 juin 2018
La rencontre à Singapour entre Donald Trump et Kim Jong-un le 11 juin devrait aboutir à la signature d'un document d'accord. Donald Trump s'est dit très satisfait.
Le Général de brigade aérienne Jean-Vincent Brisset est directeur de recherche à l’IRIS. Diplômé de l'Ecole supérieure de Guerre aérienne, il a écrit plusieurs ouvrages sur la Chine, et participe à la rubrique défense dans L’Année stratégique.Il est l...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Vincent Brisset
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le Général de brigade aérienne Jean-Vincent Brisset est directeur de recherche à l’IRIS. Diplômé de l'Ecole supérieure de Guerre aérienne, il a écrit plusieurs ouvrages sur la Chine, et participe à la rubrique défense dans L’Année stratégique.Il est l...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La rencontre à Singapour entre Donald Trump et Kim Jong-un le 11 juin devrait aboutir à la signature d'un document d'accord. Donald Trump s'est dit très satisfait.

Atlantico : En ce jour de rencontre entre Donald Trump et Kim Jong-un, dans quelle mesure le risque lié à la course vers une guerre nucléaire de la part de la Corée du Nord pourrait-il être exagérée ? En quoi la rationalité du régime de Pyongyang, et sa dépendance vis à vis de la Chine pourraient-elles infléchir le degré de cette menace ? 

Jean-Vincent Brisset : La première chose à dire est que le risque d'une guerre nucléaire est la négation de la dissuasion, que cela soit de la dissuasion du fou au fort ou celle du fort au fort. Cela est quelque chose qui n'existe pas vraiment. L'usage de l'arme nucléaire, c'est l'échec de la dissuasion. Dans cette logique de dissuasion, ce qui est indispensable, c'est de posséder l'arme nucléaire, de dire que l'on dispose d'une arme crédible, et surtout pas de l'utiliser. 

La rationalité du régime de Pyongyang est quelque chose de complexe à appréhender dans notre manière de voir les choses mais cela l'est mois lorsque l'on essaye d'analyser un peu la situation. Nous avons une dynastie, celle des Kim, qui veut se maintenir en place et qui a bénéficié d'un programme nucléaire. Au début des années 90, cela était quelque chose qui paraissait extrêmement rationnel et qui est montée en puissance au fil des années, et qui a pu , à la limite, être favorisée par la volonté des Etats-Unis - par les précédents présidents américains - d'arrêter la Corée du Nord dans son projet. Les Etats-Unis ont d'abord fait tout ce qu'ils pensaient être nécessaire pour arrêter ce programme nucléaire et ensuite, sous la présidence Obama, ont laissé la famille Kim développer le nucléaire et le balistique. Nous sommes donc sur une logique qui est tout à fait rationnelle dans un monde ou un petit État qui s'est trouvé en capacité de développer un tel programme a pu le réaliser. La Corée du Nord a énormément besoin de la Chine, notamment pour sa création de richesses, et cette dépendance demeurera encore très longtemps. 

Et d'un autre côté, la Chine a besoin que la Corée du Nord serve de tampon entre les Etats-Unis, leurs alliés et la Chine elle-même. Une réunification de la Corée signifierait pour la Chine l'arrivée des Etats-Unis directement le long de sa frontière.

Dès lors, comment expliquer cette sur interprétation du risque ? S'agit-il d'une trop grande méconnaissance des logiques internes du régime ? 

La sur-interprétation du risque est aussi quelque chose qui arrange beaucoup les Etats-Unis dans le mesure ou pendant un moment, cela a permis de justifier le maintien de la présence américaine en Corée et au Japon. Sachant que cette présence a été très discutée pendant un certain temps et sachant aussi que cette présence est financée très largement par les Coréens et les Japonais. Pour les Etats-Unis, avoir une bonne raison de rester en Corée du Sud et au Japon reste très intéressant. Et là aussi, l'administration Obama, quand elle a parlé de "pivot" vers l'Asie mais sans rien mettre en œuvre de sérieux à ce niveau-là, a une énorme responsabilité dans cette présence, dans cette volonté des Etats-Unis et dans les justifications qu'elle a pu y trouver.

En se basant sur un tel constat, quels sont les scénarios envisageables pour la suite ? 

Les deux dirigeants vont discuter en tête en tête, et très largement au "feeling" avec un cadre qui reste obscur, cela va donc être très complexe. Maintenant, on peut sérieusement espérer qu'il en sorte quelque chose. Ce qui coûtera le moins cher aux Etats-Unis et qui rapportera le plus à la Corée du Nord pourrait être l'annonce de la prochaine signature d'un traité de paix. Il pourrait également s'agir de petits cadeaux strictement économiques ou des choses qui iraient un petit peu plus loin par exemple une offre faite par les Etats-Unis de lancer des satellites nord-coréens à bord de fusées américaines.

Ils seront obligés de parler de dénucléarisation. Mais Kim Jung-un et Donald Trump ne négocient pas pour la paix du monde, ce n'est pas leur objectif. Leur objectif est leur légitimité interne. Pour Kim Jung-un, cela est très important et cela passe ici par une affirmation de la puissance avec une forme de parité avec les Etats-Unis, et une amélioration de la situation économique du pays. Pour Donald Trump, il s'agit d'obtenir quelque chose sur la Corée du Nord alors qu'aucun président des États Unis n'y est parvenu depuis 1993, alors que chacun d'eux en a beaucoup parlé. Donald Trump a pour objectif de présenter un moratoire sur le nucléaire et sur le balistique qu'il aurait réussi à négocier.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Déclarations des revenus de 2018 : attention aux risques d’erreurs
02.
L’histoire fascinante du commando Kieffer
03.
Kim Kardashian veut 7 enfants, Laura Smet en attend un, Alain Delon attend des siens qu’ils ne se déchirent pas à la Johnny; Voici voit Laeticia Hallyday & Sébastien Farran réconciliés, Closer les voit tendus; Victoria Beckham s’est fait gonfler les joues
04.
Le Monde a découvert une nouvelle et grave pathologie : la droitisation des ados !
05.
Elevage : l'entreprise Hénaff félicitée par... l'association L214
06.
Morts par morsure de serpent : une plaie planétaire contre laquelle l’OMS entend entrer en guerre
07.
Gilets jaunes : les appartements d'un casseur saisis pour rembourser ses dégradations
01.
Pourquoi les entretiens d’évaluation annuels sont inutiles pour la plupart des salariés
02.
Aveuglement ? Un dîner caritatif est organisé à Saint-Denis au profit d’un Centre de formation des Oulémas soupçonné d’entretenir de troubles liens avec les dhijadistes anti-occidentaux
03.
Derrières les ors et les artifices, pourquoi le Qatar est toujours un dangereux émirat moyenâgeux
04.
Pétition anti-Delon : l’erreur psychologique majeure commise par ceux qui croient que le bonheur serait garanti dans un monde 100% bon sentiment
05.
L'OPA du néo-sultan Erdogan sur la diaspora turque de France et d’Europe via les écoles et les mosquées
06.
Ce que les experts de l’OMS recommandent pour réduire les risques de démence sénile
01.
“Droite Trocadéro” contre “droite mercato” : ce que cache la querelle entre LR et ex LR ralliés au macronisme
02.
Pétition anti-Delon : l’erreur psychologique majeure commise par ceux qui croient que le bonheur serait garanti dans un monde 100% bon sentiment
03.
Le glyphosate, le dernier débat hystérique de tous ceux qui se méfient de l’Europe et du progrès
04.
De l'art d'utiliser les morts : et Nathalie Loiseau enrôla Simone Veil dans sa campagne
05.
Emmanuel Macron, l’Europe, le RN et les Gilets jaunes : un cocktail détonnant de vérités et d’erreurs intellectuelles ou politiques majeures
06.
Européennes : François-Xavier Bellamy a exposé sa vision de l'Europe face à Nathalie Loiseau lors d'un débat organisé par l'Institut Montaigne
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
assougoudrel
- 12/06/2018 - 10:23
La Corée du Nord
a un puissant allié qui est la Chine. Elle n'a pas besoin de la bombe; par contre, cette Corée rêve de devenir une petite Chine, avec une économie et une politique à la chinoise et devenir florissante comme sa sœur du Sud. Tous ceux qui espéraient que cette rencontre historique capote, font le groin, priant pour que Trump, de son avion, envoie un tweet comme pour le G7.
gilbert perrin
- 12/06/2018 - 10:11
TRUMP - KING JONG U, BRAVO

gilbert perrin



@gilco56
13 s
il y a 14 secondes


Plus
MACRON la corée du Nord …. quel pied de nez aux dirigeants occidentaux… avec leur EGO, celui des "beaux parleurs" médiatiques exemple BOURDIN, qui font systèmatiquement des "procès d'intention à ceux qui ne partagent pas leur légèreté d'appréciation : "VLAN dans les DENTS .."