En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

02.

Producteur tabassé : Agnès Pannier-Runacher estime que les policiers "ont franchi la ligne rouge"

03.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

04.

Un archéologue britannique fouille les décombres d'une maison, située sous un couvent de Nazareth, qu'il croit être celle où le Christ a vécu enfant

05.

Donald Trump a déclaré hier qu'il partirait de la Maison Blanche après l'intronisation de son rival mais il aura du mal car il y a eu une "fraude massive"

06.

70.000 euros par mois en 2019, une Bentley, un bateau, des appartements et maisons, le ministre de la Justice dévoile son patrimoine

07.

Recul du Covid : ces (mauvais) chiffres qui relativisent le satisfecit que décerne Olivier Véran à la France

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

05.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

04.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

05.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

06.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Clint et moi" de Eric Libiot : à la fois amusante et érudite, l’exploration d’un géant du cinéma américain par un critique de grande notoriété

il y a 4 heures 41 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Exposition "Voyage sur la route du Kisokaidō, de Hiroshige à Kuniyoshi" au Musée Cernuschi : les relais-étapes de la route emblématique du Kisokaidō par les maîtres de l'estampe japonaise du XIXe siècle, 150 œuvres magnifiques

il y a 5 heures 3 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Je ne vis que pour toi" de Emmanuelle de Boysson : le Paris saphique, littéraire et artistique du début du XXe siècle. Un mélange subtil de fiction et de réel

il y a 5 heures 45 min
pépites > Justice
Justice
Affaire Carlos Ghosn : Rachida Dati a été placée sous le statut de témoin assisté
il y a 7 heures 57 min
pépites > Terrorisme
Justice
Attentat de la rue des Rosiers : la Norvège autorise l'extradition d'un suspect vers la France
il y a 9 heures 9 min
pépites > International
Opération spéciale ?
Iran : un responsable du programme nucléaire, Mohsen Fakhrizadeh, aurait été assassiné
il y a 9 heures 38 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand Cédric se veut soutenable et quand Franck prend son pied : c’est l’actualité frimaire des montres
il y a 11 heures 37 min
pépites > Religion
Vatican
Coronavirus : une crise qui révèle ce qu'il y a dans nos coeurs estime le pape dans une longue tribune publiée par le New York Times où il évoque en détail la grave maladie qui l'a touché dans sa jeunesse
il y a 13 heures 26 min
décryptage > Politique
Stratégie de lutte contre le virus

Pour protéger mamie du Covid, le gouvernement veut la pousser dans les orties

il y a 14 heures 36 min
pépites > Politique
Couac
Article 24 : le ministre des Relations avec le Parlement déclare que les députés auront le dernier mot
il y a 15 heures 15 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le pouvoir de la destruction créatrice" de Philippe Aghion, Céline Antonin et Simon Bunel : le capitalisme ? Une formidable capacité à créer de la croissance grâce à son pouvoir de destruction… Remarquable démonstration

il y a 4 heures 50 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L'historiographe du royaume" de Maël Renouard : à la cour d'Hassan II, les caprices d’un roi et le sort du courtisan malgré lui. De belles pages romanesques mais quelques digressions sans intérêt pour le récit

il y a 5 heures 32 min
pépites > Politique
Ces images "nous font honte"
Producteur passé à tabac par des policiers : Emmanuel Macron réagit dans un long texte sur Facebook
il y a 6 heures 11 min
pépites > France
Lutte contre le séparatisme
Le CCIF, menacé de dissolution par le gouvernement, annonce s'être auto-dissous
il y a 8 heures 45 min
pépites > Politique
Couac
Castex en marche arrière toute : finalement la "commission indépendante" ne réécrira pas l'article 24 de la loi "sécurité globale"
il y a 9 heures 27 min
light > Media
Esprit Canal
Sébastien Thoen aurait été viré de Canal+ après sa parodie de Pascal Praud pour Winamax
il y a 9 heures 57 min
light > Religion
Archéologie
Un archéologue britannique fouille les décombres d'une maison, située sous un couvent de Nazareth, qu'il croit être celle où le Christ a vécu enfant
il y a 12 heures 45 min
décryptage > High-tech
Usage d'Internet

Nos e-mails sont-ils vraiment une menace pour l'environnement ?

il y a 14 heures 1 min
pépite vidéo > Politique
"Images insoutenables"
Producteur tabassé : Agnès Pannier-Runacher estime que les policiers "ont franchi la ligne rouge"
il y a 15 heures 1 min
décryptage > Justice
Législation

Haine en ligne : à Bruxelles comme à Paris, une réponse législative pas à la hauteur du défi sociétal

il y a 15 heures 16 min
© LEON NEAL / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP
© LEON NEAL / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP
Disraeli Scanner

La guerre civile qui affaiblit l’Occident

Publié le 11 juin 2018
Lettre de Londres mise en forme par Edouard Husson. Nous recevons régulièrement des textes rédigés par un certain Benjamin Disraeli, homonyme du grand homme politique britannique du XIXe siècle.
Disraeli Scanner
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Benjamin Disraeli (1804-1881), fondateur du parti conservateur britannique moderne, a été Premier Ministre de Sa Majesté en 1868 puis entre 1874 et 1880.  Aussi avons-nous été quelque peu surpris de recevoir, depuis quelques semaines, des "lettres de...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lettre de Londres mise en forme par Edouard Husson. Nous recevons régulièrement des textes rédigés par un certain Benjamin Disraeli, homonyme du grand homme politique britannique du XIXe siècle.
Londres, 
10 juin 2018
 
Mon cher ami, 
 

Ce que cache la comédie du sommet de La Malbaie 

 
Ce sommet des sept aura mérité son nom, « La Malbaie ». Samuel de Champlain avait ainsi désigné l’endroit, lorsqu’il y planta le drapeau français, en 1608, à cause de la vase qui encombrait la baie, la rendant difficile à la navigation. Sans doute, pour ne pas être prisonnier de la signification des lieux, Emmanuel Macron aurait-il dû prêter attention au nom de l’hôtel où se déroulait le sommet, le Manoir Richelieu. Mais votre président n’avait visiblement pas décidé de se placer dans la continuité de l’histoire de France. Ni l’évocation de Richelieu, ni la litanie des toponymes français, ni le souffle encore puissant du Général de Gaulle au Québec ne l’ont inspiré au point de lui faire adopter une position d’indépendance nationale lors du sommet. Là encore, il aurait fallu prêter attention aux symboles. Avez-vous regardé, mon cher ami, les armes de la ville de La Malbaie? On y voit un aigle couleur d’or, dont le chef est surmonté de trois fleurs de lys! Si cela n,’était pas une incitation à se placer du côté du président américain et progressivement devenir indispensable dans les relations internationales en faisant de la France  ce qu’elle est de par sa vocation historique, la grande médiatrice !  mais non, Emmanuel Macron a préféré rester partisan, solidaire de Justin Trudeau et des libéraux. 
 
Que le président français soit un libéral pur jus, à l’origine, qui le contestera? On est élu à la tête d’un parti. Pur produit de la haute fonction publique française ralliée à la « mondialisation heureuse »,  le président français a réalisé, lors de la campagne de 2017, le vieux rêve de Valéry Giscard d’Estaing: être élu au centre, sur un programme libéral et européen. Mais « le roi de France ne doit-il pas oublier les combats du duc d’Orléans? », selon la formule consacrée. Une fois élu, il faut prendre de la hauteur de vues. Votre président est aisément loué par vos médias pour sa présence sur la scène internationale. Mais à l’étranger - et de plus en plus en France - il commence à se murmurer que M. Macron n’obtient pas de résultats à la hauteur de l’énergie qu’il y met. A-t-il forcé Vladimir Poutine à faire quoi que ce soit? A-t-il obtenu que Madame Merkel fasse évoluer la vision allemande de l’euro? A-t-il modéré Donald Trump en quoi que ce soit concernant l’accord sur le nuclméaire avec l’Iran? 
 
Vous demandez-vous pourquoi? Il me semble que la raiuson en est assez simple: M. Macron ne donne jamais l’impression à ses interlocuteurs qu’il pourrait s’éloigner de la position libérale qui est la sienne. C’est aussi contreproductif avec MM. Trump et Poutine, qui ne voient pas que le président français soit  prêt à faire du chemin vers eux qu’avec Angela Merkel, qui se dit qu’elle n’a pas besoin de bouger puisque son interlocuteur ne sort pas, fondamentalement, du dogme monétariste et libre-échangiste auquel tient l’Allemagne. Au fond, c’est bien pour cela que le sommet de La Malbaie a fini en farce: Macron, Merkel, Trudeau, ont pensé pouvoir se payer la tête de Donald Trump et continuer à professer leur credo libre-échangiste au-delà de ce qu’ils avaient négocié pour un communiqué final, qui devait témoigner d’un esprit de compromis. 
 

Cette guerre civile qu’ont déclenchée les libéraux et dans laquelle ils s’acharnent

 
Il est extrêmement impressionnant de constater que les libéraux ne bougent pas d’un iota, depuis le Brexit et l’élection de Donald Trump. Loin de les conduire au réalisme, le basculement que connaît actuellement une partie de de l’Occident les pousse à plus d’idéologie. Regardez comme la Commission Européenne, avec le soutien de Madame Merkel, mène les négociations sur le Brexit dans un esprit punitif: il s’agit de dissuader un autre pays de sortir de l’Union Européenne - et a fortiori de la zone euro. C’est le même état d’esprit qui maintient beaucoup de dirigeants de l’Union Européenne et des grandes organisations internationales dans l’illusion que M. Trump puisse être « empêché »; ou qui les empêche de traiter avec le président russe. Il y a en l’occurrence quelque chose de religieux dans l’attitude de tous ces libéraux. Ils mènent une guerre des croyances. le libre-échange est pour eux un dogme, tout comme l’absence de contrôle aux frontières pour les personnes ou le droit absolu de transgresser les codes éthiques. 
 
Si vous voulez identifier de manièrte quasi-infaillible, qui est libéral et qui ne l’est pas, posez la question du droit à limiter la liberté d’expression. Il fut un temps où être libéral était synonyme de générosité et de liberté. Mais aujourd’hui, cela veut dire traquer les fake news, c’est-à-dire en fait interdire potentiellement toutes les idées et les déclarations qui pourraient mettre en danger la domination des libéraux sur les leviers du pouvoir et l’organisation de la société. 
 
C’est une véritable guerre - guerre civile à l’échelle de l’Occident, guerre à l’échelle du monde - que mènent les libéraux. Ils l’ont déclenchée au lendemain de la chute du Mur de Berlin. L’effondrement du communisme soviétique les débarrassait d’un ennemi, le socialisme; ils ont décidé d’écarter par la même occasion le conservatisme. Contre l’évidence de l’histoire en train de se faire (nation et démocratie avaient été unies dans la lutte contre l’oppression socialiste), les libéraux ont décidé de s’opposer systématiquement à une organisation du monde fondée sur la liberté des peuples et la libre expression du suffrage universel. Que l’on égrène la sinistre dérie des guerres d’ingérence américaines ou que l’on analyse en détail la construction de l’Union Européenne et de la zone euro, on croisera toujours les mêmes tendances: mépris religieux de la souveraineté des Etats, haine métaphysique des frontières, idolâtrie des droits de l’individu, croyance dans la toute puissance de la création monétaire occidentale. Les libéraux sont engagés dans une véritable guerre de religion; Et plus les faits viennent contredire leur dogmatisme plus ils intensifient le conflit qu’ils mènent contre leurs ennemis. 
 
Les années 2007-2009 ont marqué un tournant, dans la mesure où la finance libérale est venue se briser sur la réalité de l’économie mondiale. Qu’à cela ne tienne: les dirigeants libéraux ont accru encore la création monétaire à l’origine de la crise, en limitant simplement le cercle de ceux qui y ont accès; ils ont poussé les droits de l’individu à leur paroxysme en faisant adopter l’idéologie du genre comme une sorte de doctrine officielle; ils ont ouvert les frontières aux mouvements de personnes comme ils ne l’avaient encore jamais fait; ils ont piétiné plus que jamais la souveraineté des Etats qui résistaient aux dogmes libéraux et qui avaient le malheur de ne pas être assez gros ni assez puissants pour dissuader d’une attaque. 

 

De la riposte populiste à la reconstruction conservatrice? 

 
Mis en coupe réglée par le dogme libéral, les peuples se sont partiellement révoltés. A beaucoup d’endroits, des mouvements sont nés, qualifiés - ou plutôt disqualifiés! - de populistes par les libéraux, trop heureux de pouvoir enfermer l’opposition dans une caricature. Tels Monsieur Purgon chez Molière ramenant toutes les maladies « au poumon », les analystes libéraux n’ont cessé de crier « au populisme ». Trump? Un populiste! Le vote pour le Brexit? Un vote populiste! La Ligue du Nord ou le Mouvement Cinq Etoiles? Des partis populistes! Viktor Orban? Un populiste! Marine Le Pen et Jean-Luc Mélenchon? Des ,populistes! Poutine? ......
 
Il s’est agi, bien entendu, d’une imposture intellectuelle. Ceux qui nous avaient expliqué contre tout réalisme qu’il fallait déclencher la guerre en irak, en 2003, pour voir la démocratie s’emparer du Proche-Orient; ou bien ceux qui nous avaient annoncé des millions d’emplois créés grâce à l’euro commencent seulement à devoir rendre des comptes. En sont largement responsables tous ces socialistes qui se sont ralliés au libéralisme par opportunisme après 1990; et tous ces conservateurs qui se sont laissés intimider par l’amalgame systématique entre l’amour de la patrie, le respect de la souveraineté, la défense des frontières, le souci de cohésion de la société, le respect du droit naturel d’une part, et « le fascisme » mis à toutes les sauces du terrorisme intellectuel d’autre part. 
 
Le socialisme a peu de chances dans le monde qui vient. d’abord parce que les spécimens encore existant - Corée du Nord, Cuba, Chine, Venezuela - sans que l’on veuille forcément les assimiler, ne donnent pas envie. Ensuite, parce que la révolution de l’information, et la maîtrise qu’elle procure à l’individu qui sait en faire le meilleur usage, conduisent inévitablement l’anti-libéralisme, s’il veut s’imposer, à faire toute sa part à l’individu. Enfin, parce qu’à l’âge de l’intelligence artificielle et des biotechs, le grand enjeu c’est la défense de l’humain contre tous les « meilleurs des mondes » que nous préparent les transhumanistes californiens ou les ingénieurs sociaux du parti communiste chinois. 
 
C’est bien pour cette raison que le parti conservateur britannique avait apparemment mis toutes les chances de son côté après le Brexit. Cependant, les tâtonnements de Madame May montrent bien le chemin qui reste à parcourir. Après un bon démarrage, quelle mollesse: tout devrait inciter à une nouvelle politique d’investissements industriels; au lieu de cela le gouvernement conservateur s’obstine à vouloir garder un accord de libre-échange avec l’UE. Tout devrait conduire Madame May à bien s’entendre avec Donald Trump; mais elle succombe à la terreur du « politiquement correct » et ne cesse d’afficher ses distances avec le nouvel hôte de la Maison Blanche. Un immense effort d’investissement dans l’éducation devrait être entrepris; mais notre Premier Ministre préfère s’engager dans une guerilla avec les universités sur le salaire des vice-chancellors. Alors que l’islamisme devrait être combattu avec la même détermination que le communisme autrefois - ne représente-t-il pas un mélange assez semblable de fanatisme idéologique et de subversion des sociétés où il cherche à s’implanter ? - Madame May fait refouler aux frontières ou arrêter des journalistes connus pour leur anti-islamisme sous prétexte qu’ils inciteraient à la haine. Tandis que tout devrait conduire Madame May à trouver une entente avec la Russie, grande puissance conservatrice, elle fait de la surenchère par rapport à Madame Merkel en termes de russophobie. 

 

Retour sur un sommet manqué

 
Mon cher ami, voulez-vous imaginer avec moi quelques instants ce qui aurait pu se passer à La Malbaie? Si Madame May était une Tory démocrate dans la grande tradition de Benjamin Disraëli l’Ancien et de Lord Randolph Churchill, n’aurait-elle pas dû imaginer de faire cause commune, au moins partiellement, avec Donald Trump? La question des tarifs douaniers n’est-elle pas essentielle à la réussite du Brexit? Pourquoi ne pas proposer à Donald Trump une relation commerciale privilégiée entre la Grande-Bretagne, le Canada et les Etats-Unis? Pourquoi ne pas essayer d’attirer le Japon, l’Italie  et la France dans une discussion constructive? Pourquoi ne pas appuyer Donald Trump qui voudrait rouvrir « le G7 » à la Russie? 
 
On ne demande pas à Theresa May d’être une nouvelle «Dame de Fer »; simplement de réussir la reconstruction conservatrice pour laquelle elle a été portée au pouvoir. Il ne s’agit pas qu’Emmanuel Macron, de libéral, devienne conservateur; mais qu’il contribue à la désidéologisation du libéralisme. La vérité, c’est qu’un consensus eût été possible à La Malbaie, appuyé par une majorité autour de la table: Etats-Unis, France, Grande-Bretagne, Japon, Italie. Ces cinq là auraient pu isoler Justin Trudeau et Angela Merkel s’ils s’étaient obstinés à défendre le système en place. 
 
Au lieu de répéter de manière pavlovienne que tout est de la faute de Donald Trump, les observateurs devraient identifier la vraie responsabilité: l’obstination des libéraux à féfendre des croyances et un système de plus en plus éloigné des réalités de l’économie mondiale et des aspirations des peuples. Et ils devraient mesurer les conséquences d’une division artificiellement - mais brutalement - entretenue de l’Occident. La Russie n’a pas d’autre choix que de se rapprocher de la Chine. Celle-ci se sent poussée à mettre en place, pour se protéger du libéralisme occidental, un système néo-totalitaire. Quant au monde arabo-musulman, ses dirigeants se sentent autorisés à continuer de louvoyer entre l’islamaisme qui les menace directement et « la rue » toujours difficile à convaincre.  Dans tous les cas, l’Occident, divisé par la guerre civile que mènent les libéraux contre leurs peuples, a du mal à se faire respecter dans le monde.  
 
Je vous souhaite une bonne semaine
Fidèlement à vous 
 
Benjamin Disraëli
 
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (24)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
kelenborn
- 12/06/2018 - 18:40
suite (ben oui c'est Atlantico)
me parait un peu rapide. Au RU elle a soutenu le Brexit et dire qu'elle ne se prononce pas pour l'explosion de l'Euro montre sa lucidité (ou son cynisme) mais...
kelenborn
- 12/06/2018 - 18:37
AJM
Certes mais le terme libéral lui même est , dès l'origine marqué par la polysémie. Libéral en politique n'est pas la même chose que libéral en économie ( Thatcher est elle politiquement libérale) et n'a pas le même sens dans les pays anglo-saxons ( plutôt marqué à gauche) qu'en France plutôt à droite...Je crois que Husson voulait (peut être) faire référence à un terme de plus en plus utilisé qui est libertarien (trad de libertarians), qui n'est pas plus clair car confondu avec libertaire mais qui désignerait ce que l'on caricature dans le vision bobo: une liberté qui commence par soi-même et est alimentée par la générosité obligée des autres. Cette caste est caractéristique: défense de l'écologie, des minorités toujours opprimées et haine de l'Homme blanc qui revendique l'ascenseur social et menace ses positions. Elle vit de manière largement parasitaire (métiers en logue et ing, ou encore milieu associatif subventionné pour ses bienfaits divers qui vont de la promotion de l'art à la défense de l'ours polaire) La fameuse fracture géographique vient de la: elle vit du pouvoir! Par ailleurs , l'affirmation selon laquelle la droite nationale est (sauf en France) libérale en économie..
ajm
- 11/06/2018 - 23:49
Confusion autour de la signification de "Libéral "
Beaucoup de bruits pour pas grand chose. Macron n'est pas un libéral, ni en economie ni en autres choses, c'est une espèce typiquement Française de colbertiste de Bercy , mâtiné de Terra Nova Rocardo- socialo-démocrate. C'est un nouveau Giscard pur produit de l'IGF , frère siamois de Rocard , attardé et ressuscité 45 ans après . Je trouve que l'article de mr Husson est en réalité assez confus , jouant facilement sur les mots, à commencer sur la signification de "libéral ". Trump est évidemment totalement libéral en économie, mais il est nationaliste et pas libéral comme mr Trudeau. Idem pour Salvini de la Ligue du Nord en Italie. Tous les mouvements de droite nationale en Europe et dans le monde sont liberaux en matière d'économie, que ce soit en Europe du Nord , en Italie, en Europe de l'Est, au Japon etc...sauf largement en France .