En direct
Best of
Best of du 12 au 18 janvier
En direct
© LUDOVIC MARIN / AFP
Nouveau monde
G7 sous tension : mais quand l’Europe comprendra-t-elle que l’Occident tel qu’on l’a connu depuis 1945, c’est fini ?
Publié le 09 juin 2018
Les échanges au sein du G7 sont plus tendus que jamais, alors que Donald Trump a engagé un bras de fer avec ses alliés sur plusieurs sujets, notamment les échanges commerciaux.
Universitaire, Edouard Husson a dirigé ESCP Europe Business School de 2012 à 2014 puis a été vice-président de l’Université Paris Sciences & Lettres (PSL). Il est actuellement professeur à l’Institut Franco-Allemand d’Etudes Européennes (à l’Université...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Edouard Husson
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Universitaire, Edouard Husson a dirigé ESCP Europe Business School de 2012 à 2014 puis a été vice-président de l’Université Paris Sciences & Lettres (PSL). Il est actuellement professeur à l’Institut Franco-Allemand d’Etudes Européennes (à l’Université...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les échanges au sein du G7 sont plus tendus que jamais, alors que Donald Trump a engagé un bras de fer avec ses alliés sur plusieurs sujets, notamment les échanges commerciaux.

Atlantico : La confrontation actuelle entre Donald Trump et les six autres gouvernements du G7 montre à quel point l'Europe semble désorientée face à son adversaire et partenaire. Assiste-t-on à une redéfinition de ce qu'est l'Occident ? L'héritage des "Alliés" datant de 1945 est-il bel et bien enterré ?

Edouard Husson : 70 ans, c’est la durée de vie de l’URSS. Et c’est la durée de vie de l’Alliance Atlantique - y compris l’Union Européenne - telle qu’elle est sortie de la reconstruction du monde après la Seconde Guerre mondiale. Il se produit effectivement, après deux générations, un “changement de paradigme” . Mais ce n’est pas seulement l’Europe qui est en jeu. C’est plus large. Partout est en train d’émerger la recherche d’un nouvel équilibre entre le local et le global. C’est un des résultats inattendus de la révolution de l’information: l’individu est capable de recevoir et d’utiliser une telle masse d’informations grâce au développement de la technologie numérique qu’il souhaite reprendre la maîtrise de son destin et décider plus par lui-même. Les nations, aussi, renaissent, car la révolution numérique réhabilite, donne un avantage, même, aux tailles petites ou intermédiaires.  La révolution de l’information souffle dans les voiles d’un retour au conservatisme, réponse assez naturelle aux excès du libéralisme, qui n’avait plus de contrepoids depuis la chute de l’URSS. En fait, la révolution numérique rend impossible la fermeture sur soi des sociétés et il y a beaucoup à espérer d’un conservatisme qui redécouvre le meilleur de l’héritage européen et occidental tout en faisant sa place à la circulation des informations, des idées, des projets, des savoir-faire que facilite la révolution du digital. Mais les dirigeants européens semblent comprendre inégalement la mutation en cours. La France et l’Allemagne s’accrochent au “libéralisme”, au risque de créer un antagonisme apparemment insurmontable avec les conservateurs que l’on trouve aussi bien aux USA que dans la périphérie européenne. 

Cependant, le logiciel fédéraliste choisi par les leaders occidentaux pour se défendre dans la guerre commerciale engagée par Donald Trump semble être inadapté et périmé. Pourquoi ce déni européen ?

J’ai toujours eu du mal à comprendre l’obsession antiprotectionniste de nos dirigeants. Je pense qu’il s’agit largement d’une espèce d’adhésion religieuse au monde sans frontières, sans freins éthiques, sans régulation des flux financiers. Pourtant, quand on regarde bien, il y a une grande hypocrisie dans l’actuelle organisation l’économie mondiale. On a largement aboli les tarifs douaniers et, ce faisant, on a privé les Etats d’un mécanisme important de régulation pour compenser les égoïsmes respectifs. L’Allemagne s’est faite la championne du libre-échange mais elle a créé, avec la zone euro, une très forte protection de son économie aux dépens du reste du monde.....et de ses partenaires européens. L’OMC n’a pas empêché le Japon d’inventer des tas de manières de fermer son marché au monde extérieur. Les Etats-Unis ont utilisé leur puissance monétaire pour renforcer leur puissance, quelquefois dans un mépris total de la communauté internationale. Les dirigeants européens feraient donc mieux de reconnaître la vertu du débat déclenché par Trump. Ce n’est pas pour rien qu’il parle de “commerce juste”. La question des tarifs commerciaux ne devrait pas être une pomme de discorde mais l’occasion d’objectiver les relations économiques au sein du G7. 

L'expression de "G6 + 1" choisie par Bruno Le Maire vous semble-t-elle bien choisie ? L'Italie de Giuseppe Conte, le Royaume-Uni ou le Japon sont-ils des alliés aussi solides que le prétendent les trois opposants principaux à Donald Trump, l'Allemagne, la France et le Canada ?

Il y a quelques années, on a exclu la Russie du G8. Aujourd’hui, on veut affirmer un G6 face aux Etats-Unis. La vieille Europe est en train de perdre le sens des réalités. Dans le cas précis de la France, comment peut-on ne pas voir que le débat sur le commerce lancé par Trump est un formidable levier pour rééquilibrer le rapport de force entre la France et l’Allemagne? Depuis la fin des années 1970, les dirigeants français ont choisi d’adopter, à la remorque de l’Allemagne, une politique de changes fixes dans un monde caractérisé, globalement, par les changes flottants. Dans les années 1990, nous avons même choisi de rigidifier encore le système, en faisant la monnaie unique. Des millions de décrocheurs du système scolaire, de chômeurs et de sans-abri plus tard, nous nous apercevons quelle catastrophe cela a été, dans un pays qui, depuis la grande révolution individualiste de 1789, procure peu de protections naturelles aux personnes. La flexibilité monétaire aurait dû subsister, pour permettre au pays l’absorption de chocs que l’Allemagne absorbait elle grâce à la solidité de ses communautés naturelles (familles, associations, syndicats etc....). Perdant l’outil  de la dévaluation (ou de la réévaluation) compétitive - à la différence de la Grande-Bretagne, par exemple - nous avons permis à l’Allemagne de déployer sans contrepoids un système où elle accumule les excédents commerciaux quand ses partenaires, à commencer par la France, accumulent les déficits. Comment les dirigeants français ne voient-ils pas qu’au fond Etats-Unis, Grande-Bretagne et France ont - entre autres - un intérêt commun: rééquilibrer leur commerce avec l’Allemagne?  

L'Europe semble affaiblie par le Brexit, la tentation américaine des Polonais, le tournant populiste de l'Italie et s'appuie essentiellement sur le couple franco-allemand. Cette alchimie de contraires vient-elle nécessairement briser toute ambition d'une Europe forte face à ses partenaires ? Ou est-il possible d'imposer une Europe puissante avec les éléments en place ?

Les dirigeants français font de questions économiques un débat de principes. Alors que la défense des intérêts économiques d’un pays devrait relever du domaine de la raison. Et cela occulte complètement le fait que France, Grande-Bretagne et Etats-Unis partagent une histoire de la liberté politique qui est un bien éminemment précieux dans le monde actuel.  On peut bien dire qu’il y a des libéraux et des conservateurs - et des sociaux-démocrates en Europe et en Amérique du Nord. Mais ce qui les réunit, c’est leur adhésion à la liberté de l’individu, des associations et des nations. Nous avons là une communauté originelle de valeurs, que l’Allemagne n’a rejoint qu’en 1945, après la chute du nazisme; et la Russie en 1990, après la chute du communisme. Et que la Chine ne partage toujours pas. Il y a de quoi se révolter lorsque l’on voit certains de nos médias se féliciter de voir que l’Allemagne se met d’accord avec la Chine pour préserver le libre-échangisme. La Chine néo-maoïste et persécutrice des religions de Xi Jiping! Ce qui constitue l’Europe, d’abord, ce n’est pas la puissance: ce sont des valeurs. L’Europe et “sa fille l’Amérique”, comme disait de Gaulle. Mais nos dirigeants ont oublié les valeurs qui nous unissent profondément avec les Etats-Unis car ils sont embarqués dans une sorte de guerre sociale des privilégiés, dont l’euro et le libre-échange garantissent le pouvoir, aux dépens des classes myennes et populaires. C’est ce que David Goodhart appelle l’affrontement entre les “anywheres” et les “somewheres”, entre les “nomades” et les “sédentaires”. Alors que la Grande-Bretagne tâtonne pour établir un compromis entre les nomades et les sédentaires; alors que Trump, à coup de provocations tonitruantes et de ruse poilitique oblige le parti républicain américain à redécouvrir les classes moyennes et populaires, nos dirigeants s’accrochent à un modèle profondément inégalitaire et socialement déstructurant. L’Europe n’a pas à se préoccuper de puissance mais de justice. La puissance viendra naturellement de la reconstruction d’une Europe fondée sur des nations prospères et dotées d’une nouvelle cohésion sociale. Le retour à une régulation des relations commerciales  y contribuera. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Emmanuel Macron est brillant, mais il n’est pas le président qu’il faut à la France
02.
Radioscopie des dépenses de la France : ces nouvelles inégalités qui se cachent derrière la puissance apparente de l'État-providence
03.
Connaissez vous Marie Kondo (la Japonaise qui a déclenché une folie du rangement dans le monde qui ne devrait pas tarder à atteindre la France) ?
04.
Et si le Rassemblement National était en train de faire un bien mauvais coup à l’euro en renonçant à exiger que nous en sortions ?
05.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
06.
Iran, pourquoi la menace d’une intervention militaire brandie par John Bolton pourrait marcher
07.
Gérard Larcher, l'Homme qui tient tête à Emmanuel Macron et ...à Laurent Wauquiez
01.
Patrick Bruel aime une nouvelle femme de (bien) moins de 50 ans; Vincent Cassel : entre sa (très) jeune épouse & sa fille aînée, c’est tendu; Sophie Marceau s’occupe de son fils, René-Charles Angélil-Dion de ses frères, Anouchka Delon de toute la famille
02.
Ce sondage dévastateur qui fait le procès de Macron le condamne sans appel
03.
Le Royaume-Uni se prépare à un Brexit sans accord et ne voit plus comment arrêter cette chronique d’un chaos annoncé
04.
Wauquiez pousse une colère contre la direction de LR, et Thierry Mariani contre Wauquiez ; L'Obs s'inquiète de la crise financière qui vient ; François-Xavier Bellamy en guerre contre le progressisme ; Ces députés LREM attaqués
05.
Littéralement explosif : le sondage exclusif qui montre que la condamnation de la violence par les Français... baisse (et que le nombre de ceux qui disent la comprendre augmente)
06.
Inégalités : la France est allée au maximum de ce que la redistribution fiscale permettait. Voilà ce qui pourrait être fait désormais
07.
Robots payeurs : mais que s’est-il vraiment passé sur la cagnotte de soutien aux policiers ?
01.
Ce sondage dévastateur qui fait le procès de Macron le condamne sans appel
02.
Gilets jaunes : un syndicat policier s’émeut des ordres de répression et du comptage des manifestants
03.
Patrick Bruel aime une nouvelle femme de (bien) moins de 50 ans; Vincent Cassel : entre sa (très) jeune épouse & sa fille aînée, c’est tendu; Sophie Marceau s’occupe de son fils, René-Charles Angélil-Dion de ses frères, Anouchka Delon de toute la famille
04.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
05.
Ce à quoi se condamnent lentement mais sûrement les Gilets jaunes
06.
Sévère répression des gilets jaunes : la justice française est-elle en train de préfèrer l’ordre à la justice ?
01.
Grand débat national : l’équation impossible d’Emmanuel Macron
02.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
03.
Pourquoi Macron, les populistes et les gilets jaunes sont tous le produit de la même vague (et pourquoi ils seraient bien inspirés de le comprendre réciproquement)
04.
Ce sondage dévastateur qui fait le procès de Macron le condamne sans appel
05.
Radioscopie des dépenses de la France : ces nouvelles inégalités qui se cachent derrière la puissance apparente de l'État-providence
06.
Si la France vit un moment révolutionnaire (et voilà pourquoi c’en est bien un), quelle stratégie politique pour éviter le chaos et en sortir par le haut ?
Commentaires (43)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Haddock36
- 11/06/2018 - 21:15
Israêl et les Etats-Unis
Combien de temps tournera t-on autour du pot. Dans la grande presse d’opinion, seul Valeurs Actuelles a osé aborder le problème, dans son numéro consacré au financier George Soros. Qui sont, sinon la communauté juive internationale, les grands vainqueurs de la seconde guerre mondiale. La Shoah, cette inattaquable parade, leur a permis depuis 1945 de faire taire toute opinion ou décision qui leur était hostile et d’installer leur pouvoir. Voilà le nouveau paradigme, à savoir : un pouvoir colossal que nous pouvons constater tous les jours. La politique américaine vis-à-vis de l’Iran avec la bénédiction de Benyamin Netanyahou, en est le plus récent exemple. L’Europe s’étendant de l’Atlantique à l’Oural qu’avait rêvée de Gaulle est la grande peur de nos ‘alliés’ américains et ils feront tout pour qu’elle ne se fasse pas car elle desservirait les intérêts des grandes banques américaines et la position très hostile de Soros à l’égard de Poutine en est l’illustration. Les européens finiront- ils par comprendre que nos intérêts se trouvent désormais à l’est. Si nous ne nous décidons pas à trancher ce nœud gordien, nous ne serons jamais que les sujets des Etats-Unis.

assougoudrel
- 10/06/2018 - 19:14
@kelenborn
Pour la débauche, on va toujours où c'est moins cher. Nos ONG sont en Afrique, en Asie du Sud-est, ainsi qu'en Amérique du sud. Là-bas, ils sont les Rois. Tout coule à flot, sperme comme whisky et les ventres ont des fissures.
legall
- 10/06/2018 - 18:24
@kelenborg
Ce sont les "biens et services", donc la balance commerciale, qui sont figurés sur les courbes comme explicité après celles-ci dans le doc.