En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

02.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

03.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

04.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

05.

Pascal Bruckner : « Le rire et la moquerie peuvent suffire face aux guérilleros de la justice sociale, pas face à la menace islamiste »

06.

Islamisme : Yannick Jadot demande la fin de "toutes les complaisances" dans les mairies et au gouvernement

07.

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

04.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

05.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

06.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

ça vient d'être publié
light > Economie
Transport
Le vélo de fonction payé par l'entreprise va-t-il devenir à la mode ?
il y a 5 min
pépites > Politique
Elections
Présidentielle 2022 : près de huit électeurs inscrits sur dix affirment envisager l’abstention, le vote blanc ou le vote antisystème selon un sondage Opinion Way
il y a 34 min 36 sec
pépites > Economie
Diplomatie
Appel au boycott de produits français : "Pas question de céder au chantage" Geoffroy Roux de Bézieux, solidaire du gouvernement français
il y a 57 min 11 sec
décryptage > Politique
Disraeli Scanner

Etats-Unis : ce n'est pas seulement une élection présidentielle. C'est un choix de civilisation

il y a 1 heure 41 min
décryptage > International
Guerre commerciale

Les Chinois pensent que l’ère de la super puissance américaine est terminée. Ont-ils raison ?

il y a 2 heures 10 min
pépites > Santé
Coronavirus
"Autour de 100.000 cas" de Covid-19 par jour, en France selon Jean-François Delfraissy, président du Conseil scientifique
il y a 2 heures 44 min
décryptage > France
Clash des confessions

Boycott pour "attaques contre l’islam" : saurons-nous éviter notre guerre du Liban à nous ?

il y a 3 heures 10 min
pépites > Santé
Coronavirus
L'épidémie de Covid-19 a franchi un nouveau seuil avec 52.010 nouveaux cas en 24 heures, selon les chiffres officiels publiés hier soir
il y a 4 heures 7 min
pépites > Société
Les affaires ont repris
Paris : la délinquance a explosé depuis le déconfinement
il y a 20 heures 23 min
pépites > Politique
Menace qui pèse sur la France
Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"
il y a 1 jour 14 min
décryptage > International
Paris - Ankara

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

il y a 17 min 31 sec
décryptage > Economie
Taxes

Dépenses publiques et fiscalité : plus ça change, moins ça change…

il y a 36 min 15 sec
décryptage > Economie
Panorama de la crise

COVID-19 : comment dire de faire attention ?

il y a 1 heure 2 min
décryptage > High-tech
12 CYBER-MENACES PRÉOCCUPANTES

Quand les cyberattaques menacent de faire dérailler les prochaines élections présidentielles, et pèsent au même titre que la pandémie de coronavirus sur nos démocraties

il y a 1 heure 58 min
décryptage > Politique
Crèdul*

Vous avez aimé les raffarinades de Raffarin ? Vous adorerez les lapalissades de Castex

il y a 2 heures 27 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Contrairement aux opinions publiques, les marchés boursiers ne cèdent pas à la panique… car ils ne croient pas à la ruine de l‘économie

il y a 2 heures 59 min
décryptage > Santé
Tester, tracer, isoler

COVID-19 : ce qu’il est encore possible de faire malgré une situation hors de contrôle

il y a 3 heures 37 min
pépites > Politique
Grand nettoyage
Islamisme : Yannick Jadot demande la fin de "toutes les complaisances" dans les mairies et au gouvernement
il y a 19 heures 56 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
Une galaxie naine est entrée en collision frontale avec la Voie lactée ; Osiris-Rex : la Nasa inquiète de perdre son précieux chargement prélevé sur l’astéroïde Bennu
il y a 22 heures 27 min
pépites > International
Tensions
Macron a rappelé à Paris l'ambassadeur de France en Turquie après l'insulte d'Erdogan
il y a 1 jour 29 min
© GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP
© GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP
Escroquerie

Détournements de fonds publics : pourquoi les escroqueries "à la Théo et sa famille" sont monnaie courante via les associations travaillant en banlieue

Publié le 06 juin 2018
Théo Luhaka, connu sous le nom de Théo depuis sa violente interpellation en février 2017, a été arrêté avec plusieurs autres membres de sa famille pour répondre de soupçons d'escroquerie aux aides de l'Etat.
Guillaume Jeanson
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Maître Guillaume Jeanson est avocat au Barreau de Paris. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Théo Luhaka, connu sous le nom de Théo depuis sa violente interpellation en février 2017, a été arrêté avec plusieurs autres membres de sa famille pour répondre de soupçons d'escroquerie aux aides de l'Etat.

Théo Luhaka, connu sous le nom de Théo depuis sa violente interpellation en février 2017, a été arrêté avec plusieurs autres membres de sa famille pour répondre de soupçons d'escroquerie aux aides de l'Etat - "escroquerie en bande organisée, abus de confiance et blanchiment" pour être plus précis. Il aurait participé au détournement de centaines de milliers d'euros et empoché une somme de 52.000 euros. Ce genre d'affaire est-elle isolée ou les aides et subventions de l'Etat sont-elles régulièrement "détournées" de la sorte ?

 

Guillaume Jeanson : Vous faites référence à l’interpellation très largement médiatisée de février 2017 pour laquelle une enquête est également en cours. Pour éviter toute confusion, il convient bien évidemment de dissocier cette affaire de celle qui nous intéresse ici et qui concerne, rappelons-le, l’association Aulnay Events soupçonnée de fraude entre 2015 et 2016. C’est à dire bien avant l’affaire dite « Théo ». La question que doit se poser le parquet de Bobigny est probablement de savoir s’il y a eu une mauvaise gestion des deniers publics ou une intention volontaire d’escroquerie, auquel cas les risques pourraient être importants. Mais la question que vous me posez dépend plus précisément de ce qui fait l’objet de la fraude. Il pourrait en effet y avoir une fraude concernant des subventions accordées à l’association et une fraude concernant spécifiquement des contrats de travail. A en juger par le peu d’éléments du dossier sortis dans la presse, il faut bien sûr se montrer prudent. Il se pourrait que l’infraction la plus importante soit une fraude aux « emplois aidés » et plus précisément à des Contrats d’Accompagnement à l’Emploi. Est-ce que cette affaire est isolée ? Rappelons qu’il y a deux mois seulement, en avril dernier, une vaste fraude concernant des emplois aidés qui aurait rapporté plus de 7 millions d’euros avait déjà conduit à la mise en examen de sept personnes… Concernant l’association de Mickaël LUHAKA, le frère de Théo, le montant de la fraude serait toutefois d’un montant moindre, puisqu’on parle de près de 650 000 euros.

L’importance des subventions de l’État (2 milliards d’euros de subventions allouées aux associations par l’État en 2015 selon l’une des annexes du projet de loi de finances pour 2017 dite « effort financier de l’État en faveur des associations ») peut malheureusement conduire certains à profiter du système. Mais dessiner une tendance demeure un exercice compliqué. Il faut déterminer si les contrats conclus étaient fictifs ou non, et cela pose donc la question du contrôle de ce type de contrat. En effet, ces Contrats d’Accompagnement à l’Emploi sont conclus entre l’employeur (l’association donc), le salarié et le pôle emploi qui doit les contrôler. De la même manière, l’utilisation des subventions accordées aux associations, qu’elles soient issues d’un concours financier de l’État ou d’une collectivité territoriale, est sensée être contrôlée. Le contrôle peut être politique (par les élus de la collectivité qui a accordé ces subventions). Mais il peut aussi être juridictionnel ou financier. C'est-à-dire qu’il peut être réalisé par la Cour des comptes (si la subvention a été accordée par l’État) ou par une chambre régionale des comptes (si la subvention a été accordée par une collectivité). Le contrôle peut également être administratif (par les comptables du Trésor public ou l’Inspection générale des finances par exemple), et enfin ce contrôle peut encore naturellement être exécuté par un Commissaire aux comptes dans certaines circonstances et au-delà de certains seuils prévus par la loi. Ces contrôles sont donc en théorie nombreux mais ils peuvent tout aussi bien conduire en réalité à des doublons ou des lacunes au détriment de leur efficacité réelle. 

La législation actuelle encadre-t-elle correctement ce type de fraudes ? Les condamnations sont-elles à la hauteur des accusations ?

Si l’on s’en réfère aux informations sorties dans la presse au sujet de cette deuxième affaire Théo, une information judiciaire aurait été ouverte en août 2017 contre X pour « escroquerie en bande organisée au préjudice d’un organisme chargé d’une mission de service public, abus de confiance et blanchiment ». Pour mémoire, dans le code pénal, l’escroquerie que l’on retrouve à l’article 313-1 (et dont les articles suivants prévoient toutes sortes d’aggravation) peut faire encourir des peines, lorsqu’elle est commise en bande organisée, allant jusqu’à 10 ans d’emprisonnement et 1.000.000 d’euros d’amende. L’abus de confiance est quant à lui puni de trois ans d'emprisonnement et de 375 000 euros d’amende et le blanchiment l’est de cinq ans d'emprisonnement et de 375 000 euros d’amende. Ces fraudes peuvent donc être sanctionnées lourdement par la loi.

La pratique conduit bien sûr à relativiser la réalité du risque réellement encouru. La justice française a en effet tendance à juger plus sévèrement les infractions d’atteintes à la personne et de violences que celles qui ont trait à une forme de délinquance financière. A tout le moins pour ce qui concerne les peines de prison susceptibles d’être prononcées dans ces affaires. Les peines d’amendes étant en revanche souvent sensiblement plus lourdes. Pour illustrer ce point, nous pouvons mentionner par exemple cette décision rendue au mois de novembre dernier par le tribunal correctionnel de Nantes dont la presse s’était faite l’écho au sujet d’un ancien viticulteur condamné  à six mois de prison ferme pour « escroquerie » par le tribunal correctionnel de Nantes, pour avoir décroché en 2010 un peu plus de 300.000 euros de subventions européennes indues à l’aide de faux documents. Précisons que cette peine de prison ferme avait évidemment vocation à être commuée en une autre peine afin de permettre à la personne condamnée d’éviter la prison. Précisons toutefois que, si la peine de prison prononcée n’a été ici que symbolique, l’ancien viticulteur a néanmoins été également condamné à payer une amende de 30.000 euros. Si l’on regarde du côté de nos voisins belge, la tendance semble comparable : en 2016, la presse se faisait cette fois l’écho d’une affaire de détournement de plusieurs centaines de milliers d’euros de la part d’un responsable associatif qui officiait « dans le domaine de l'intégration des personnes issues ou non de l'immigration dans la société belge ». Ses deux associations avaient bénéficié de plus d’un million d’euros de subsides sur plusieurs années de la part de la région Wallonne sur plusieurs pour soutenir son activité. Le parquet se serait pourtant cantonné à réclamer une peine de 12 mois de prison avec sursis, une amende de 1 000 euros et une interdiction commerciale à son encontre…

Que recommandez-vous pour lutter plus efficacement contre ces fraudes ?

 

 

Simplifier les contrôles et les centraliser. Mais aussi sans doute intensifier les enquêtes. C’est ce qui a permis depuis le début des années 2010 à l’Office européen de lutte antifraude d’accroître considérablement le montant des sommes récupérées au titre des fraudes aux subventions européennes. Pour lutter contre les fraudes à cet échelon européen, des efforts conséquents ont d’ailleurs encore été annoncés ces jours-ci. La Commission vient en effet de proposer de mettre à disposition 181 millions d'euros pour le prochain budget de l'UE à long terme pour la période 2021-2027 afin de soutenir les efforts déployés par les États membres pour lutter contre la fraude. Cette annonce s’inscrit dans un contexte volontariste tel qu’en témoigne la création d’un parquet européen entérinée par l’adoption par les ministres de la Justice de l’Union européenne réunis au sein du Conseil « Justice et affaires intérieures » le 12 octobre 2017 d’un règlement instituant ce parquet européen. Un parquet se donnant notamment pour ambition de lutter contre les fraudes aux subventions européennes mais qui ne devrait prendre ses fonctions qu’en 2020. Pour l’anecdote, l’ancienne juge Eva Joly avait salué cette avancée à l’automne dernier, en indiquant : « Il ne sera plus possible, comme on l'a vu, notamment en France, à l'exécutif de décrocher le téléphone ».

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
kelenborn
- 07/06/2018 - 13:24
ah oui
C'est vrai que si détournant un million d'euros, on ramasse 10 000 euros d'amende, JMS, nous dirait que c'est un beau placement et que la bourse est vraiment une institution créée par Dieu! Moneo a raison: Tout ce qui relève de la générosité publique subventionnée est le terrain de jeu favori des escrocs: Prenez la SPA qui rémunérait son président 13 000 euros par mois!!! Combien de bravez amis des toutous ont donné en pensant qu'ils achetaient des croquettes pour Médor ? Et ne parlons pas de l'ARC! A cette heure Crozemarie gueuletonne avec Lucifer au champagne!
moneo
- 06/06/2018 - 16:35
vous ne comprenez rien
Et surtout le Borloo ou le Pecresse....
Pour le reste si on veut rappeler les condamnations contre des associations et même les plus emblématiques les 600 mots octroyés par Atlantico ne suffiraient pas
Paulquiroulenamassepasmousse
- 06/06/2018 - 14:27
Heureusement....!.....
Heureusement....!..... Hollande est allé lui rendre visite sur son lit de douleur. Ça a dû lui remonter le moral à ce gentil p'tit gars d'une aimable famille française. Quand aux flics qui ont grillé dans leur véhicule Ils ne doivent pas regretter l'absence d'un président doué d'autant de discernement, comme celui dont il avait fait preuve avec Léonarda.......