En direct
Best of
Best of du 28 novembre au 4 décembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

40 ans après son départ vers les profondeurs de l'espace, Voyager continue de découvrir des phénomènes inconnus

02.

Record de cagnotte pour l’EuroMillions : et au fait, voilà ce que font les vrais riches quand ils ont 200 millions devant eux

03.

Rihanna a un nouveau lover rappeur cogneur; Pas con(finé)s : Patrick Bruel & Ary Abittan sont allés à un dîner clandestin, George Clooney a un coiffeur du même genre dans sa vie; Elie Semoun est sûr qu’il n’y a rien entre François Hollande et son ex

04.

Macron en appelle à l’ONU. Et contre qui ? Contre Darmanin et Castex !

05.

Le magazine Time choisit son "enfant de l’année" mais réalise-t-il vraiment ce qu’il fait ?

06.

L'étrange fiasco de la stratégie gouvernementale sur la grippe

07.

L’IPTV, nouvelle vache à lait des mafias européennes

01.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

02.

Record de cagnotte pour l’EuroMillions : et au fait, voilà ce que font les vrais riches quand ils ont 200 millions devant eux

03.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

04.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

05.

Pour une Charte de l'Islam de France : la primauté des lois françaises sur la charia n'est pas négociable

06.

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

01.

Valéry Giscard d’Estaing, le plus grand président de la Ve République après De Gaulle

02.

Loi de Dieu ou loi de la République ? Ce que Jean-Luc Mélenchon feint de ne pas comprendre sur la différence entre l’islam politique et les autres religions

03.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

04.

Covid-19 : Et si la première cible à convaincre de l’efficacité du vaccin étaient les médecins et soignants eux-mêmes ?

05.

Noël : Emmanuel Macron envisage des « mesures restrictives et dissuasives » pour les Français qui voudraient skier à l'étranger

06.

Après des propos d'Emmanuel Macron, des syndicats de police appellent à l'arrêt des contrôles d'identité

ça vient d'être publié
pépite vidéo > France
Les casseurs de sortie
Loi "sécurité globale" : 50.000 manifestants en France, des violences à Paris
il y a 6 heures 43 min
pépite vidéo > France
Vestiges
Sahara : des déchets français radioactifs enfouis sous le sable ?
il y a 13 heures 48 min
pépites > Société
Contrôles au faciès
Après des propos d'Emmanuel Macron, des syndicats de police appellent à l'arrêt des contrôles d'identité
il y a 14 heures 10 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Art Nouveau" : un architecte visionnaire à Budapest juste avant les heures sombres de la guerre de 1914. Un roman dense, bien écrit mais un peu décevant

il y a 14 heures 38 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le métier de mourir", Prix Renaudot des Lycéens 2020 : le roman inoubliable d'une histoire vraie

il y a 14 heures 44 min
pépites > International
Désengagement
Somalie : la "majorité" des troupes américaines vont se retirer, annonce le Pentagone
il y a 15 heures 16 min
pépites > Société
Droit à l'enfant
L'Assemblée nationale assouplit les conditions d'adoption
il y a 16 heures 19 min
décryptage > Media
L’innocence plus forte que la sagesse ?

Le magazine Time choisit son "enfant de l’année" mais réalise-t-il vraiment ce qu’il fait ?

il y a 17 heures 35 min
décryptage > Politique
Rien de nouveau

Emmanuel Macron chez Brut : le message, c’est le médium

il y a 17 heures 57 min
décryptage > High-tech
Deux poids, deux mesures

Des documents internes montrent que Facebook souhaite modérer les discours de haine contre les Noirs de manière plus agressive que les commentaires anti-blancs : gestion fine d'une réalité complexe ou délire d'apprentis-sorciers woke ?

il y a 18 heures 13 min
pépites > Justice
Justice
Attentat de la rue des Rosiers : le suspect extradé de Norvège mis en examen et écroué
il y a 12 heures 45 min
pépite vidéo > International
My heart will go on
Une entreprise américaine veut proposer des visites touristiques sous-marines du "Titanic"
il y a 14 heures 38 sec
pépites > Politique
Elections
Régionales : la candidature de Jean-Michel Blanquer en Ile-de-France se précise
il y a 14 heures 19 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Retour à Martha’s Vineyard" : Trois vieux amis tentent de retrouver la magie du passé. Un beau récit romanesque et nostalgique

il y a 14 heures 41 min
light > Media
Sujet sensible
Royaume-Uni : Netflix accusé de "troller la famille royale" en promouvant un documentaire "mensonger" sur le mariage de Diana et Charles
il y a 14 heures 56 min
pépites > Europe
No deal
Brexit : "les conditions d'un accord ne sont pas réunies", notent les négociateurs
il y a 15 heures 38 min
décryptage > Science
La vérité est ailleurs

40 ans après son départ vers les profondeurs de l'espace, Voyager continue de découvrir des phénomènes inconnus

il y a 17 heures 24 min
décryptage > Santé
Pénurie

L'étrange fiasco de la stratégie gouvernementale sur la grippe

il y a 17 heures 48 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Consommation, Black Friday : adieu le bio, local ou circuit court, 3 Français sur 4 vont regarder d’abord le prix

il y a 18 heures 6 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Rihanna a un nouveau lover rappeur cogneur; Pas con(finé)s : Patrick Bruel & Ary Abittan sont allés à un dîner clandestin, George Clooney a un coiffeur du même genre dans sa vie; Elie Semoun est sûr qu’il n’y a rien entre François Hollande et son ex
il y a 18 heures 20 min
© BERTRAND GUAY / AFP
© BERTRAND GUAY / AFP
Droite dure

LR : le tract qui fait basculer le parti du côté obscur de la force ?

Publié le 02 juin 2018
"Pour que la France reste la France." Un tract du parti Les Républicains diffusé sur les réseaux sociaux fait polémique : il est vu comme une nouvelle preuve de la droitisation du parti dirigé par Laurent Wauquiez.
Erwan Le Noan
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Erwan Le Noan est consultant en stratégie et président d’une association qui prépare les lycéens de ZEP aux concours des grandes écoles et à l’entrée dans l’enseignement supérieur.Avocat de formation, spécialisé en droit de la concurrence, il a été...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
"Pour que la France reste la France." Un tract du parti Les Républicains diffusé sur les réseaux sociaux fait polémique : il est vu comme une nouvelle preuve de la droitisation du parti dirigé par Laurent Wauquiez.

Sur les réseaux sociaux a commencé à circuler le nouveau tract du parti des Républicains. Le document militant, qui suscite déjà la polémique avant même d’être diffusé, matérialise un basculement de la droite républicaine en matière de vision nationale et de doctrine économique qui l’éloigne radicalement du libéralisme.

Sur sa couverture, le tract porte un appel défensif : « pour que la France reste la France » ! Ce slogan renvoie à tous ceux qui s’opposent aux réformes et au changement, du Front National (voir ce lien) à la « Belle alliance populaire » de Benoît Hamon et Jean-Marc Cambadélis (voir ce lien). C’est en page 2 que les menaces sont expliquées : « il n’y a jamais eu autant d’immigrés », « un tel risque terroriste », « une telle pression communautariste », « une telle flambée de délinquance », « de telles fractures territoriales » et « autant d’impôts ». Pêle-mêle, le Président de la République Emmanuel Macron est accusé de tous les maux : de dire que « l’immigration est une chance », de « refuse(r) de défendre la laïcité », de « fai(re) l’éloge de la diversité », et d’« injecte(r) des milliards d’euros supplémentaires dans la politique de la ville sans aucune politique des campagnes ».

Ces affirmations agglutinées les unes aux autres renvoient un message, volontairement anxiogène, qui est très loin de celui que la droite avait bâti ces dernières années.

La première rupture est avec la vision de la Nation que la droite avait pu défendre. Le virage a été engagé il y a un moment déjà, mais le parti de Laurent Wauquiez lui donne une soudaine accélération, en mêlant immigration, diversité et religion, voire terrorisme et délinquance (qu’on nourrirait au détriment des campagnes).

Les Républicains ont identifié, à juste titre, qu’il existe en France un malaise identitaire : ce n’est pas neuf, Nicolas Sarkozy avait créé un « ministère de l’identité nationale » en 2007 ; mais en janvier de la même année, se revendiquant d’être « un petit Français de sang mêlé » et « fils d’immigré », celui qui n’était pas encore Président avait défendu l’immigration « choisie », et non la dénonciation brutale des immigrés dont le nombre serait à lui seulun problème.

Le parti de droite n’a probablement pas tort s’il veut pointer qu’Emmanuel Macron n’a pas réussi à convaincre l’opinion qu’il avait pleinement pris la mesure de cette crise nationale. Mais ce document, qui prétend défendre une France en perdition à cause des immigrés et de la diversité, oublie que ce qui fonde la Nation française est qu’elle est un projet en devenir, « un même programme à réaliser » disait Ernest Renan dans son célèbre discours. La Nation française, ajoutait l’auteur du 19e siècle, est ce fameux « plébiscite de tous les jours » que chacun peut rejoindre, quel qu’il soit (car « l’homme n’est esclave ni de sa race, ni de sa langue, ni de sa religion, ni du cours des fleuves, ni de la direction des montagnes »), pour autant qu’il est disposé à faire « des sacrifices » pour permettre l’existence commune.

Rien de tout cela dans le tract des Républicains. Pire, le document nie implicitement à tous les immigrés qui sont sur notre territoire qu’ils puissent « être une chance ». C’est d’autant plus absurde que, ce faisant, les Républicains omettent toute vision économique : dans leur récente convention sur l’immigration, ils n’ont d’ailleurs pas eu un seul mot sur le sujet. Faut-il s’en étonner de la part d’un parti dont le vice-président, Guillaume Peltier, revendique d’être en lutte contre l’ultra-libéralisme, notamment celui supposé du Président Macron (auquel il reproche dans le même temps, sans y voir la moindre contradiction, d’asphyxier le pays par un niveau record d’imposition !) ?

Ce faisant, c’est une autre rupture que le parti de droite est en train de réaliser, beaucoup plus forte encore : elle est d’ordre économique. Depuis 10 à 15 ans, la droite était engagée dans un processus de redéfinition doctrinale, un peu brouillon, pas souvent abouti, mais qui avait pour caractéristique de chercher une réponse d’ordre réformatrice (voire libérale !) pour pallier l’échec et l’impasse de l’Etat-Providence. L’UMP avait pris ce chemin avec des promesses de « rupture » en 2007 ; elle l’avait poursuivi dans les campagnes des primaires et présidentielle de 2016 et 2017, autour des projets de réformes déterminés. Laurent Wauquiez tourne allègrement  le dos à cette évolution : désormais, la droite dénonce les « cadeaux » faits « aux riches » et, pour bien se démarquer de la volonté de réforme (pourtant bien timide) du Président, promet dans son tract « zéro fermeture de classe d’école ou de petite ligne ferroviaire ».

Il y a un an et demi, la droite incarnait le pôle réformateur de l’échiquier politique français. Elle proposait de rénover le modèle social. Aujourd’hui, la direction des Républicains a adopté un discours anti-libéral et identitaire. C’est la solution de facilité : suivre la tendance internationale et espérer devenir le nouveau ‘Trump’. C’est une piste probablement vouée à l’échec dans notre système politique (où l’extrême droite prospère déjà seule) et institutionnel (la contrainte du second tour oblige à rassembler largement). C’est aussi celle du manque d’audace intellectuelle, alors que l’occasion se présentait, face à un Président silencieux et inactif sur ses questions, de réfléchir aux moyens de changer réellement le pays en attaquant la dépense publique et la haute fonction publique…

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (17)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
accurate
- 03/06/2018 - 23:15
Le tract
de ce M. Le Noan en dit long sur les opinions de nos profs.
Au fait ce petit marquis a pris logis où? Dans sa Bretagne natale bien protégée de l'immigration de masse et probablement de surcoît dans un quartier privilégié? Ou bien dans une HLM du 93 creuset de cette "France en devenir" qu'il appelle de ses vœux?
Liberdom
- 03/06/2018 - 13:46
Mais comment donc !
Le personnel de Science Pot se déchaine. La gauche bobo bouge encore; depuis Macron elle ne jure que par le libéralisme. Mais le libéralisme qu'elle prône ressemble plus au communisme; celui qui régit le pays depuis qu'existe Science Pot, l'ENA et la Sécu. Quand toute cette faune sera enfin retournée dans sa savane il fera mieux respirer.
zombikiller
- 03/06/2018 - 12:02
Les 2 raisons du résultat de l'élection italienne sont
Une immigration massive venue du sud de l´Italie ( mon épouse s'est retrouvée seule femme blanche dans un bus à Tarente) et l'abandon de l'Italie face à cette immigration par l'Europe.
Ce problème de l'immigration "musulmane" parce qu'il ne s'agit que de ca vient effectivement fracturer les lignes.
Que LR s'en rende compte maintenant, j'ai envie de dire PAS TROP
TÔT. les électeurs du FN ne sont pas tous des gros beauf racistes (n'est ce pas Vangog) et un grand rassemblement à droite est l'unique moyen de reprendre un peu les choses en main. Il reste simplement à expliquer au FN que l'économie soviétique ne fonctionne pas...