En direct
Best of
Best of du samedi 2 au vendredi 8 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

02.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

03.

Accusé d'être une association islamiste, le CCIF affirme que cela n'a jamais été prouvé. Vraiment ?

04.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

05.

Elle donne naissance à son bébé en boîte de nuit, les responsables offrent une "entrée gratuite à vie" à l'enfant

06.

Petites leçons du Brexit sur ce que vivent Paris et la France aujourd’hui

07.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

01.

L'alcool pire que l'héroïne

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

04.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

01.

"Islamophobie" : question choc sur une nouvelle névrose nationale

02.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

03.

Oui, nous voulons des plages islamiques !

04.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

05.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

06.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

ça vient d'être publié
pépites > Justice
Ultime recours
Patrick Balkany va déposer une nouvelle demande de mise en liberté
il y a 15 min 52 sec
décryptage > Consommation
Consommation

Des crédits d’impôt pour acheter d’occasion : l’écologie version gadget

il y a 1 heure 40 min
décryptage > Education
Malaise et colère

Précarité des étudiants : vrai sujet, mauvaises pistes de solutions

il y a 2 heures 31 min
décryptage > Société
Dépendance

Pourrions-nous encore survivre sans GPS ? (Et non, on ne vous parle pas que de facilité d’orientation)

il y a 2 heures 52 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico-Business

Ces 3 grandes réformes du capitalisme libéral auxquelles Emmanuel Macron ne s’est toujours pas attaqué

il y a 3 heures 38 min
décryptage > France
Forum de Paris sur la paix

Emmanuel Macron, combattant sans arme de la paix, de la prospérité et de la puissance européennes

il y a 4 heures 7 min
light > People
Karma ?
Pete Doherty condamné à 3 ans de prison avec sursis, 2 ans de mise à l'épreuve et 5000 euros d'amende
il y a 19 heures 13 min
light > Culture
Mauvais augure
Plus de promotion pour J'accuse, le nouveau film de Polanski
il y a 20 heures 22 min
pépites > Europe
Opération conjointe
Blocage de l'autoroute A9 par des indépendantistes espagnols : la France et l'Espagne tentent de les déloger
il y a 22 heures 8 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La dame de chez Maxim" : Cette dame d'autrefois nous met toujours en joie

il y a 23 heures 32 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 12 novembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 47 min 20 sec
décryptage > Science
Fusion nucléaire

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

il y a 2 heures 1 min
décryptage > France
Ayatollahs de la décroissance

Nous devons repenser la croissance. Pas y renoncer

il y a 2 heures 33 min
décryptage > Santé
Données personnelles

Ce que nous réserve l’offensive des GAFAM sur le secteur de la santé

il y a 3 heures 5 min
décryptage > Terrorisme
Zone de radicalisation

Quatre ans après le Bataclan, la France désemparée face à la zone grise qui sépare islam politique et terrorisme

il y a 3 heures 51 min
Surprise !
Elle donne naissance à son bébé en boîte de nuit, les responsables offrent une "entrée gratuite à vie" à l'enfant
il y a 18 heures 44 min
pépite vidéo > Santé
(Grosse) révolution
Une société française annonce pouvoir détecter la bipolarité avec une simple prise de sang
il y a 19 heures 52 min
pépites > Politique
Too much ?
LFI demande l'ouverture d'une commission parlementaire sur "l'indépendance du pouvoir judiciaire"
il y a 20 heures 50 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Journal d'un amour perdu" : Voyage dans l'intimité du deuil d'un colosse de la littérature

il y a 23 heures 26 min
light > Santé
Veggie mania
Burger King cède à la tendance vegan et lance son premier veggie Whopper
il y a 1 jour 23 min
© BERTRAND GUAY / AFP
© BERTRAND GUAY / AFP
Droite dure

LR : le tract qui fait basculer le parti du côté obscur de la force ?

Publié le 02 juin 2018
"Pour que la France reste la France." Un tract du parti Les Républicains diffusé sur les réseaux sociaux fait polémique : il est vu comme une nouvelle preuve de la droitisation du parti dirigé par Laurent Wauquiez.
Erwan Le Noan est consultant en stratégie et président d’une association qui prépare les lycéens de ZEP aux concours des grandes écoles et à l’entrée dans l’enseignement supérieur.Avocat de formation, spécialisé en droit de la concurrence, il a été...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Erwan Le Noan
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Erwan Le Noan est consultant en stratégie et président d’une association qui prépare les lycéens de ZEP aux concours des grandes écoles et à l’entrée dans l’enseignement supérieur.Avocat de formation, spécialisé en droit de la concurrence, il a été...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
"Pour que la France reste la France." Un tract du parti Les Républicains diffusé sur les réseaux sociaux fait polémique : il est vu comme une nouvelle preuve de la droitisation du parti dirigé par Laurent Wauquiez.

Sur les réseaux sociaux a commencé à circuler le nouveau tract du parti des Républicains. Le document militant, qui suscite déjà la polémique avant même d’être diffusé, matérialise un basculement de la droite républicaine en matière de vision nationale et de doctrine économique qui l’éloigne radicalement du libéralisme.

Sur sa couverture, le tract porte un appel défensif : « pour que la France reste la France » ! Ce slogan renvoie à tous ceux qui s’opposent aux réformes et au changement, du Front National (voir ce lien) à la « Belle alliance populaire » de Benoît Hamon et Jean-Marc Cambadélis (voir ce lien). C’est en page 2 que les menaces sont expliquées : « il n’y a jamais eu autant d’immigrés », « un tel risque terroriste », « une telle pression communautariste », « une telle flambée de délinquance », « de telles fractures territoriales » et « autant d’impôts ». Pêle-mêle, le Président de la République Emmanuel Macron est accusé de tous les maux : de dire que « l’immigration est une chance », de « refuse(r) de défendre la laïcité », de « fai(re) l’éloge de la diversité », et d’« injecte(r) des milliards d’euros supplémentaires dans la politique de la ville sans aucune politique des campagnes ».

Ces affirmations agglutinées les unes aux autres renvoient un message, volontairement anxiogène, qui est très loin de celui que la droite avait bâti ces dernières années.

La première rupture est avec la vision de la Nation que la droite avait pu défendre. Le virage a été engagé il y a un moment déjà, mais le parti de Laurent Wauquiez lui donne une soudaine accélération, en mêlant immigration, diversité et religion, voire terrorisme et délinquance (qu’on nourrirait au détriment des campagnes).

Les Républicains ont identifié, à juste titre, qu’il existe en France un malaise identitaire : ce n’est pas neuf, Nicolas Sarkozy avait créé un « ministère de l’identité nationale » en 2007 ; mais en janvier de la même année, se revendiquant d’être « un petit Français de sang mêlé » et « fils d’immigré », celui qui n’était pas encore Président avait défendu l’immigration « choisie », et non la dénonciation brutale des immigrés dont le nombre serait à lui seulun problème.

Le parti de droite n’a probablement pas tort s’il veut pointer qu’Emmanuel Macron n’a pas réussi à convaincre l’opinion qu’il avait pleinement pris la mesure de cette crise nationale. Mais ce document, qui prétend défendre une France en perdition à cause des immigrés et de la diversité, oublie que ce qui fonde la Nation française est qu’elle est un projet en devenir, « un même programme à réaliser » disait Ernest Renan dans son célèbre discours. La Nation française, ajoutait l’auteur du 19e siècle, est ce fameux « plébiscite de tous les jours » que chacun peut rejoindre, quel qu’il soit (car « l’homme n’est esclave ni de sa race, ni de sa langue, ni de sa religion, ni du cours des fleuves, ni de la direction des montagnes »), pour autant qu’il est disposé à faire « des sacrifices » pour permettre l’existence commune.

Rien de tout cela dans le tract des Républicains. Pire, le document nie implicitement à tous les immigrés qui sont sur notre territoire qu’ils puissent « être une chance ». C’est d’autant plus absurde que, ce faisant, les Républicains omettent toute vision économique : dans leur récente convention sur l’immigration, ils n’ont d’ailleurs pas eu un seul mot sur le sujet. Faut-il s’en étonner de la part d’un parti dont le vice-président, Guillaume Peltier, revendique d’être en lutte contre l’ultra-libéralisme, notamment celui supposé du Président Macron (auquel il reproche dans le même temps, sans y voir la moindre contradiction, d’asphyxier le pays par un niveau record d’imposition !) ?

Ce faisant, c’est une autre rupture que le parti de droite est en train de réaliser, beaucoup plus forte encore : elle est d’ordre économique. Depuis 10 à 15 ans, la droite était engagée dans un processus de redéfinition doctrinale, un peu brouillon, pas souvent abouti, mais qui avait pour caractéristique de chercher une réponse d’ordre réformatrice (voire libérale !) pour pallier l’échec et l’impasse de l’Etat-Providence. L’UMP avait pris ce chemin avec des promesses de « rupture » en 2007 ; elle l’avait poursuivi dans les campagnes des primaires et présidentielle de 2016 et 2017, autour des projets de réformes déterminés. Laurent Wauquiez tourne allègrement  le dos à cette évolution : désormais, la droite dénonce les « cadeaux » faits « aux riches » et, pour bien se démarquer de la volonté de réforme (pourtant bien timide) du Président, promet dans son tract « zéro fermeture de classe d’école ou de petite ligne ferroviaire ».

Il y a un an et demi, la droite incarnait le pôle réformateur de l’échiquier politique français. Elle proposait de rénover le modèle social. Aujourd’hui, la direction des Républicains a adopté un discours anti-libéral et identitaire. C’est la solution de facilité : suivre la tendance internationale et espérer devenir le nouveau ‘Trump’. C’est une piste probablement vouée à l’échec dans notre système politique (où l’extrême droite prospère déjà seule) et institutionnel (la contrainte du second tour oblige à rassembler largement). C’est aussi celle du manque d’audace intellectuelle, alors que l’occasion se présentait, face à un Président silencieux et inactif sur ses questions, de réfléchir aux moyens de changer réellement le pays en attaquant la dépense publique et la haute fonction publique…

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

02.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

03.

Accusé d'être une association islamiste, le CCIF affirme que cela n'a jamais été prouvé. Vraiment ?

04.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

05.

Elle donne naissance à son bébé en boîte de nuit, les responsables offrent une "entrée gratuite à vie" à l'enfant

06.

Petites leçons du Brexit sur ce que vivent Paris et la France aujourd’hui

07.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

01.

L'alcool pire que l'héroïne

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

04.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

01.

"Islamophobie" : question choc sur une nouvelle névrose nationale

02.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

03.

Oui, nous voulons des plages islamiques !

04.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

05.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

06.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

Commentaires (17)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
accurate
- 03/06/2018 - 23:15
Le tract
de ce M. Le Noan en dit long sur les opinions de nos profs.
Au fait ce petit marquis a pris logis où? Dans sa Bretagne natale bien protégée de l'immigration de masse et probablement de surcoît dans un quartier privilégié? Ou bien dans une HLM du 93 creuset de cette "France en devenir" qu'il appelle de ses vœux?
Liberdom
- 03/06/2018 - 13:46
Mais comment donc !
Le personnel de Science Pot se déchaine. La gauche bobo bouge encore; depuis Macron elle ne jure que par le libéralisme. Mais le libéralisme qu'elle prône ressemble plus au communisme; celui qui régit le pays depuis qu'existe Science Pot, l'ENA et la Sécu. Quand toute cette faune sera enfin retournée dans sa savane il fera mieux respirer.
zombikiller
- 03/06/2018 - 12:02
Les 2 raisons du résultat de l'élection italienne sont
Une immigration massive venue du sud de l´Italie ( mon épouse s'est retrouvée seule femme blanche dans un bus à Tarente) et l'abandon de l'Italie face à cette immigration par l'Europe.
Ce problème de l'immigration "musulmane" parce qu'il ne s'agit que de ca vient effectivement fracturer les lignes.
Que LR s'en rende compte maintenant, j'ai envie de dire PAS TROP
TÔT. les électeurs du FN ne sont pas tous des gros beauf racistes (n'est ce pas Vangog) et un grand rassemblement à droite est l'unique moyen de reprendre un peu les choses en main. Il reste simplement à expliquer au FN que l'économie soviétique ne fonctionne pas...