En direct
Best of
Best of du 15 au 21 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

02.

Cambriolages : révélations sur les mensonges statistiques du ministère de l’intérieur

03.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

04.

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

05.

Découvrez l'humour flamand : des Juifs représentés en cafards !

06.

"Le chemin de la Garenne" de Michel Onfray : pèlerinage lucide et sombre sur le chemin de l’enfance

07.

Quand une étude britannique révèle que 8 salariés sur 10 dans le monde de l’art et de la culture taisent leurs convictions par peur du "politiquement correct" qui y prévaut

01.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

02.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

03.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

04.

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

05.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

06.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

01.

Procès Fillon : le candidat malheureux à la présidentielle fait-il face à une justice équitable ?

02.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

03.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

04.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

05.

Violences sexuelles : pourquoi il est si complexe d’éduquer au consentement

06.

La réaction de la femme de Griveaux

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La mort n'est pas une solution, Asia Bibi condamnée à la pendaison pour blasphème" d'Anne-Isabelle Tollet : un récit poignant

il y a 1 heure 48 min
light > Culture
Réforme majeure
Académie des César : la productrice Margaret Menegoz est nommée présidente par intérim
il y a 2 heures 21 min
pépites > Education
Faits religieux à l'école
Mobilisation de soutien envers l'instituteur de Malicornay, Matthieu Faucher, suspendu pour prosélytisme après avoir utilisé des textes de la Bible
il y a 3 heures 46 min
décryptage > Religion
Moyens d'action

Lutte contre l’islam radical : comment le Maroc articule moyens sécuritaires et réponse "idéologique"

il y a 5 heures 18 min
décryptage > Environnement
WikiAgri

Salon de l'agriculture : ébauche d'un mouvement agricole de contestation contre les banques

il y a 5 heures 50 min
décryptage > Santé
Pandémie

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

il y a 6 heures 47 min
décryptage > Santé
Début du carême

Trop manger est mauvais pour la santé. Jeûner souvent aussi

il y a 7 heures 19 min
décryptage > France
Réalité derrière les chiffres

Cambriolages : révélations sur les mensonges statistiques du ministère de l’intérieur

il y a 8 heures 2 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

L’opposition ne veut pas de fonds de pension français mais ne pipe mots sur ces fonds étrangers qui investissent lourdement dans l’Hexagone

il y a 8 heures 58 min
décryptage > Media
L’art de la punchline

Un 24 février en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 18 heures 5 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Dark Waters" de Todd Haynes : un homme seul contre une toute puissante industrie chimique...

il y a 2 heures 6 min
pépites > Santé
Médicaments efficaces ?
La chloroquine, un traitement contre le paludisme, pourrait-elle être efficace contre le coronavirus ?
il y a 3 heures 8 min
pépites > Santé
Endiguer l'épidémie
Coronavirus : le patient français décédé à Paris était un enseignant dans l'Oise
il y a 4 heures 18 min
décryptage > International
Echelle planétaire

Le Coronavirus redistribue les cartes mondiales

il y a 5 heures 35 min
pépite vidéo > Politique
"Peur comme fonds de commerce"
Gabriel Attal dénonce les critiques de Marine Le Pen sur la gestion du coronavirus par le gouvernement
il y a 6 heures 6 min
décryptage > Europe
Hi hi *

Découvrez l'humour flamand : des Juifs représentés en cafards !

il y a 6 heures 54 min
décryptage > Economie
Brouillard comptable

Ce rapport de la Cour des comptes à qui l’on fait trop souvent dire tout et n’importe quoi

il y a 7 heures 50 min
décryptage > Economie
Contamination de l'économie

Coronavirus : le COVID-19 va-t-il pousser la zone euro vers la récession ?

il y a 8 heures 6 min
décryptage > France
Question prioritaire

La sécurité, bien partie pour être la clé de 2022… et certains prennent une longueur d’avance

il y a 9 heures 11 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Fauda" : devant l’engouement pour la fiction israélienne sur la scène internationale, focus sur Fauda (= Le Chaos)

il y a 19 heures 58 sec
© Pixabay
© Pixabay
Atlantico Business

Italie, Russie, Moyen Orient, les risques politiques s’amoncellent et sont les seuls désormais à menacer les équilibres économiques

Publié le 29 mai 2018
Les marchés financiers ont commencé cette semaine à tirer le signal d’alarme et font le compte des risques politiques qui s’amoncellent et déstabilisent le système économique.
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les marchés financiers ont commencé cette semaine à tirer le signal d’alarme et font le compte des risques politiques qui s’amoncellent et déstabilisent le système économique.

Pour la majorité des économistes, la multiplication des risques politiques constitue désormais le facteur de risque le plus important pour l’équilibre du système économique mondial fondé sur l’économie de marché et la globalisation. C’était une des conclusions de la directrice générale du FMI, Christine Lagarde lors du forum économique de St Pétersbourg.

Du coup, les marchés ont quitté leur zone de confort et de stabilité pour entrer dans des climats plus incertains et surtout plus irréguliers.

Si on fait abstraction des phénomènes politiques, jamais l‘économie mondiale n’avait connu de facteurs aussi favorables à son développement.

La révolution digitale a apporté des gains de productivité considérables et une offre d’activités nouvelles apparemment sans limite. Cette activité nouvelle est évidemment porteuse de progrès dont - quoi qu’en disent certains - la majorité des peuples profite en termes de santé, d’espérance de vie, de confort de vie etc.

Par ailleurs, les réserves d’énergie sont à des prix abordables et elles sont redistribuées partout sur la planète.

Enfin, les freins au développement liés à l’épuisement des ressources naturelles ou à l'émission des gaz à effet de serre commencent à être pris en compte dans les mécanismes de production. Alors, certains diront que les mutations sont lentes, mais au regard de ce qui se passe dans le monde, la prise de conscience est réelle au niveau des individus, des consommateurs et des salariés des grandes entreprises.

On pourrait chercher les facteurs de détérioration au sein des systèmes de production, on les trouvera certes, mais la modernité nous a aussi apporté les moyens de les diagnostiquer et de les combattre.

Les seuls problèmes qui s’opposent au développement économique sont d’ordre politique. La politique porte les plus gros risques et sont en plus difficilement solubles. Et cela sur la planète toute entière.

L‘Italie est porteur du dernier risque en date sur la scène européenne. Quatre jours après sa nomination, Giuseppe Conte a annoncé hier soir renoncer à devenir Premier ministre. Du coup, l'Italie est entrée dans une crise politique et constitutionnelle extrêmement grave parce que systémique.

« Le gouvernement du changement », comme le voulaient les leaders du parti de la Ligue et du M5S, ne verra pas le jour, mais personne ne sait quelle peut être la solution. D’un côté, l‘Europe ne peut pas accepter qu’un gouvernement Italien soit anti système, anti euro. Pour une raison très simple : parce qu’une telle politique remettrait en cause la sécurité économique du pays, la sécurité de l’épargne des italiens et perturberait gravement les partenaires, compte tenu des interactions et des garanties qui ont été données. Donc, l’épargnant français ou allemand a son mot à dire.

La raison qui a fait plier Giuseppe Conte : la nomination très controversée de Paolo Savona, un eurosceptique engagé, professeur d’économie de 82 ans, favorable à la sortie de l’Italie de la monnaie unique.

Sergio Matarella, le président de la République italienne, a pratiquement contraint le Premier ministre, tout juste nommé, à démissionner.

« Les incertitudes sur notre maintien dans la zone euro ont inquiété́ les investisseurs italiens et étrangers, mettant en danger l’épargne des entreprises et des familles » se justifiait-il dimanche soir. En cause, les sorties de capitaux déjà massives observées la semaine dernière.

Pour l’instant, l’Italie évite donc l’exécution du contrat de gouvernement qui, outre les mesures drastiques sur l’immigration, comportait un volet économique ouvertement populiste : abaissement de l’âge de la retraite, revenu minimum à 780 euros et éloignement des contraintes de Maastricht.

Mais le provisoire ne peut pas durer. On cherche donc un Premier ministre capable de faire la synthèse. Le Palais Chigi a annoncé hier que l’homme en charge de ce gouvernement technique sera Carlo Cottarelli, un ancien du FMI et adepte de l’austérité budgétaire, en attendant de nouvelles élections, ou même une nouvelle constitution.

Le système des embargos avec menaces de pénalités financières graves perturbe désormais une grande partie du commerce international. Le système mis en place par les occidentaux sur la Russie pour s’opposer à l’annexion de l’Ukraine s’ajoute aujourd’hui au système mis en place par les américains sur l‘Iran.

Sur la Russie, il s’est beaucoup assoupli. Sur l’Iran, le système est une arme fatale sous contrôle américain. En bref, les embargos interdisent aux entreprises toute transaction, tout investissement ou toute opération avec les pays ciblés par l’embargo. Plus grave, les américains ont élargi la menace de pénalité à toute les entreprises qui feraient des transactions en dollars. En clair, l’entreprise française qui travaillerait avec l‘Iran ou avec la Russie avec l’accord de la France, mais qui travaillerait en dollars, ce qui se fait la plupart du temps, serait passible de sanctions.

Ces sanctions vont de la pénalité financière au retrait pur et simple de l’autorisation d’opérer sur le marché américain.

Ce système est redoutable parce qu‘il accroit la réglementation administrative, il faut multiplier les demande d’autorisation en permanence. Il est redoutable parce qu‘il contraint les entreprises à l’asphyxie lente mais certaine.

Les tergiversations diplomatiques autour de la Corée du nord interfèrent évidemment sur l’état du commerce international au départ ou à l’arrivée en Asie. La Chine, n’étant pas complètement indifférente à ce qui se passe en Corée, a son mot à dire et ça ne simplifie pas le jeu international.

La Chine, avec ses excédents financiers considérables, sa capacité à utiliser la monnaie pour moduler ses courant d’affaires et ses besoins de débouchés en Occident, fait que sa politique économique est très politique. La Chine se protège, elle protège ses besoins et ses populations. Ses décisions relèvent plus d’une stratégie de conquête politique que d’une stratégie de développement économique.

Ces risques politiques sont très difficiles à gérer et à éliminer. Trois raisons.

Un. Ils interfèrent mécaniquement sur les flux d’investissement, les mouvements de capitaux. Et réalité, les risques politiques font fuir les capitaux et les process de créations de richesse. C’est ce qui se passe en Italie depuis deux semaines. C’est ce qui s’était passé en Grèce, en Espagne et au Portugal. C’est ce qui s’était passé en France en 1958 avant l’arrivée du Général de Gaulle.

Deux. Le risque politique engendre un appauvrissement économique. Puisque le système libéral de création de richesse a besoin de stabilité politique. Comme il fait fuir les riches, ce sont les classes moyennes pauvres qui en paient la facture.

Ce qui est inquiétant, c’est que le risque politique gonfle avec les mécontentements économiques, le chômage, le pouvoir d’achat. Mais comme le risque politique détériore l’équilibre économique, il aggrave le mécontentement et donne raison à ceux qui conduisent ce risque.

Trois. Le risque politique est systémique. Les économies sont tellement interconnectées que tout bug dans un système provoque un bug dans le système voisin. Les pays européens ne peuvent pas évoluer les uns sans les autres. Ils sont intimement liés, même si la qualité de la liaison n’est pas parfaite et mériterait d’être améliorée, les peuples qui réclament plus d’indépendance politique ne se représentent pas à quel point ils ont besoin des autres. Sauf à revendiquer un modèle économique totalement diffèrent. Sauf à revendiquer un modèle antisystème libéral qui en plus ne serait donc pas fondé sur la croissance et le progrès économique et social.

 

 

 

 

 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

02.

Cambriolages : révélations sur les mensonges statistiques du ministère de l’intérieur

03.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

04.

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

05.

Découvrez l'humour flamand : des Juifs représentés en cafards !

06.

"Le chemin de la Garenne" de Michel Onfray : pèlerinage lucide et sombre sur le chemin de l’enfance

07.

Quand une étude britannique révèle que 8 salariés sur 10 dans le monde de l’art et de la culture taisent leurs convictions par peur du "politiquement correct" qui y prévaut

01.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

02.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

03.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

04.

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

05.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

06.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

01.

Procès Fillon : le candidat malheureux à la présidentielle fait-il face à une justice équitable ?

02.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

03.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

04.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

05.

Violences sexuelles : pourquoi il est si complexe d’éduquer au consentement

06.

La réaction de la femme de Griveaux

Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 30/05/2018 - 01:03
J.M.S. a raison sur les conséquences...
le monde court un véritable risque systémique! Mais pas sur les causes...J.M.S a l’air d’insinuer que naît ce risque à cause des peuples qui ne jouent plus le jeu du mondialisme...mais il semble ne pas comprendre que c’est le mondialisme qui ne joue plus le jeu des peuples...alors, qui sera responsable de la déflagration?
kelenborn
- 29/05/2018 - 16:22
hors sujet mais....
"attaque à Liège: quatre morts dont deux policières. Un juge antiterroriste saisi" J'espère que Croissandeau et Plenel vont demander que l'on vérifie le taux d'alcoolémie des fliquettes . C'est un accident incompréhensible: une bagarre qui a mal tourné car elles voulaient empêcher le mec d'entrer dans le bistrot !
kelenborn
- 29/05/2018 - 16:17
on le savait con
mais il suffit de le laisser écrire:"Donc, l’épargnant français ou allemand a son mot à dire" Ben oui et j'ai même une bien meilleure idée. On va modifier la constitution et son article 3 (la souveraineté appartient au peuple) sera remplacée par " la souveraineté appartient aux hôtes du Palais Brongniard'" avec une loi d'application derrière : chaque tranche d'actif en actions ou obligations de 1000 euros donne droit à un vote" Avec de tels débiles, des bouffons comme Melenchon et Besancenot ont un bel avenir devant eux car ils avaient déjà inventé le système: c'était simplement le parti qui était détenteur du capital ! Pitoyable!