En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

04.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

05.

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

06.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

07.

Islamisme : Yannick Jadot demande la fin de "toutes les complaisances" dans les mairies et au gouvernement

01.

Corrida : interdiction très politique

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

03.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

04.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

01.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

02.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

03.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

04.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

05.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

06.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Grand nettoyage
Islamisme : Yannick Jadot demande la fin de "toutes les complaisances" dans les mairies et au gouvernement
il y a 4 heures 45 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
Une galaxie naine est entrée en collision frontale avec la Voie lactée ; Osiris-Rex : la Nasa inquiète de perdre son précieux chargement prélevé sur l’astéroïde Bennu
il y a 7 heures 16 min
pépites > International
Tensions
Macron a rappelé à Paris l'ambassadeur de France en Turquie après l'insulte d'Erdogan
il y a 9 heures 18 min
décryptage > Economie
Les lignes bougent

Etats-Unis, Chine, Europe : quelle remondialisation ?

il y a 10 heures 54 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Hélène Cixous ou l’empire des nuances

il y a 11 heures 3 min
décryptage > Education
Signes de faiblesses et de lucidité

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

il y a 11 heures 24 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Intégration et inégalités : comment la pensée décoloniale s’est propagée au sein des banlieues

il y a 11 heures 42 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Survivre : la quête de l’espèce humaine face aux multiples menaces

il y a 11 heures 44 min
décryptage > Politique
LFI (La France Islamiste)

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

il y a 11 heures 45 min
décryptage > Société
Dangers du siècle

Pascal Bruckner : « Le rire et la moquerie peuvent suffire face aux guérilleros de la justice sociale, pas face à la menace islamiste »

il y a 11 heures 49 min
pépites > Société
Les affaires ont repris
Paris : la délinquance a explosé depuis le déconfinement
il y a 5 heures 12 min
pépites > Politique
Menace qui pèse sur la France
Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"
il y a 9 heures 3 min
décryptage > Politique
Non-débat

Pourquoi l’usage abusif de la honte comme argument politique est en train d’asphyxier notre démocratie

il y a 10 heures 38 min
décryptage > International
Coup diplomatique

Du blé contre la reconnaissance d’Israël par le Soudan

il y a 10 heures 58 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Climatisation à moindre impact : de nouvelles peintures pour bâtiments pourraient permettre de rafraîchir les immeubles
il y a 11 heures 10 min
décryptage > Histoire
Latrines

Des archéologues fouillent les restes de toilettes médiévales afin de mieux comprendre l'impact de notre régime alimentaire sur notre santé

il y a 11 heures 30 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Les surdoués demandent-ils l’impossible en amour ?

il y a 11 heures 43 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

L’absence de débouché politique face à la colère du peuple

il y a 11 heures 45 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Emmanuel Macron : de la réforme à la transformation

il y a 11 heures 45 min
décryptage > Société
Etat profond

QAnon contre Antifas : pour de plus en plus de gens, la vérité est ailleurs. Et le problème est qu’ils ont partiellement raison…

il y a 11 heures 50 min
Pamphlet

Les épines du rosier 9) Quand la gauche rend le débat sur l'immigration impossible

Publié le 25 avril 2012
Dans un pamphlet qu'Atlantico publie en feuilleton et alors que François Hollande fait figure de favori des sondages, Roland Hureaux a souhaité faire le point sur les grandes lignes des politiques passées et à venir des socialistes. 9ème épisode : La gauche et l'immigration.
Roland Hureaux
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Roland Hureaux a été universitaire, diplomate, membre de plusieurs cabinets ministériels (dont celui de Philippe Séguin), élu local, et plus récemment à la Cour des comptes.Il est l'auteur de La grande démolition : La France cassée par les réformes...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dans un pamphlet qu'Atlantico publie en feuilleton et alors que François Hollande fait figure de favori des sondages, Roland Hureaux a souhaité faire le point sur les grandes lignes des politiques passées et à venir des socialistes. 9ème épisode : La gauche et l'immigration.

Lire aussi :

 

Qui nierait que la France a aujourd’hui un problème avec son immigration ? Que l’on pense qu’il y a trop d’immigrés en France ou que l’on déplore la montée de ce sentiment, il est clair que la question se pose.

Les chiffres sont bien connus. En 2010, notre pays comptait officiellement 7,2 millions d’immigrés, soit 11,1 % de la population (définition des Nations Unies : « personne née dans un autre pays que celui où elle réside »), dont 5,1 millions (7,8 %) nés hors d’Europe. Il faut y ajouter les jeunes de moins de 18 ans ayant au moins un parent immigré né hors d'Europe (13,7 % en 2007). Cette proportion était de près d'un quart (23,9 %) parmi les nouveau-nés en métropole en 2010.

Malgré les efforts de certains experts, ceux que dénonce Michèle Tribalat dans son ouvrage Les yeux grands fermés [1], pour nier le problème, il est clair que la question de l’immigration et celui de la montée de la composante musulmane de la population dans un vieux pays de tradition chrétienne (et laïque), inquiète une partie grandissante des Français.

On peut, bien entendu, mettre en cause l’attitude d’un certain patronat, ayant souvent préféré le recours à une main d’œuvre immigrée docile (au moins à la première génération), amenée par les filières du travail clandestin, à une main d’œuvre nationale déshabituée du travail par un chômage de longue durée. On peut aussi mettre en cause la politique généreuse de rapprochement familial instaurée par Giscard et Chirac en 1976.

Il reste que, dès 1980, Raymond Barre voyait déjà dans la montée d’une population immigrée peu facile à assimiler le principal problème de la France.

Si les différents gouvernements socialistes qui ont été aux affaires depuis 1981, n’ont pas osé remettre en cause formellement les lois restreignant l’immigration, les troupes qui les soutenaient, militants du parti socialiste ou de partis plus à gauche ont généralement fait chorus contre tout effort de contrôle de l’immigration, y dénonçant des signes de fascisme ou de nazisme. Les reconduites à la frontière furent parfois assimilées aux déportations de 1943-1944 par des idéologues (ou des bien-pensants) qui perdaient de vue que renvoyer des personnes chez elle est exactement le contraire de les arracher de chez elles pour les envoyer dans un ailleurs dont on ne revenait guère.

Pour satisfaire cette clientèle, et parce qu’il ne se sentait pas d’humeur à renvoyer tous les clandestins, François Mitterrand, peu après son arrivée aux affaires en 1981, procéda à une régularisation massive des clandestins (130 000), qui constitua un formidable appel d‘air pour une nouvelle vague d’immigration irrégulière.

Au même moment l’intervention du juge devint obligatoire dans la procédure de reconduite à la frontière, jusque-là décidée par le seul préfet. En attente de la décision du juge, nécessairement moins rapide que celle du préfet, on dut ouvrir des centres de rétention fort inconfortables, s’apparentant à des prisons ou à des camps de prisonniers.

Se liant ainsi les mains, l’État se trouvait bien entendu moins efficace en matière de contrôle de l’immigration.

Il se les lia à nouveau avec la signature de la convention de Schengen (1990), intégrée au traité d’Amsterdam du 2 octobre 1997.Dans le but d’assurer la libre circulation totale des personnes sur le territoire européen, le contrôle aux frontières des États fut levé, et le contrôle des entrées en provenance de pays tiers fut repoussé aux limites de l’espace dit Schengen : en pratique, dans des pays d’autant moins regardants sur l’immigration non-européenne qu’ils savaient que leur pays ne servirait que de transit pour une destination autre, généralement la France.

Les statistiques rassemblées par Maxime Tandonnet[2] montrent que l’immigration clandestine explose à partir de la mise en application de ces accords, en 1997. Face à la multiplication des immigrés clandestins, deux solutions : une nouvelle vague de régularisations, plus limitée, à laquelle procéda le gouvernement Jospin en 1997, ou bien la multiplication des reconduites à la frontière, sous forme généralement inopérantes, et, dans tous les cas, bien plus inhumaines que ne l’eût été un simple refoulement à la frontière.

Le dispositif Pasqua de 1986, destiné à renforcer les contrôles, quoique mesuré, se heurta aux cris d’orfraie des prétendus défenseurs des droits de l’homme, en tous les cas de toute la gauche, et furent en partie démantelés au retour de celle-ci. La droite devait par la suite s’avérer de plus en plus timide pour revenir sur les mesures laxistes prises par la gauche en cette matière.

A ces considérations on ajoutera l’influence pernicieuse de démographes proches du parti socialiste, dont le chef de file fut Hervé Le Bras et qui en vinrent à contrôler l’INED[3]. Leur leitmotiv était qu’« il n’y a pas de problème d’immigration en France », que « le nombre d’étrangers est stable » (un résultat qu’il n’est pas très difficile d’obtenir en pratiquant massivement les naturalisations) et qu’il fallait cacher soigneusement à l’opinion toute vérité sur l’immigration, fut-elle scientifiquement établie, qui pourrait « faire le jeu du Front national. » Tout cela dans une atmosphère de chasse aux sorcières à l’encontre de ceux qui s’avisent de dire simplement vérité.


[1] Denoël, 2010.

[3] Institut national d’études démographiques 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (21)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
ladyactu
- 27/04/2012 - 04:34
La question perpétuelle
F.Hollande dans son programme fait des propositions concernant l'immigration clandestine,une régularisation "au cas par cas",ce qui existe déjà, rien ne change réellement,donc il y a un peu de démagogie dans ces propositions,c'est électoraliste,mais ne résoud pas vraiment le problème de l'immigration clandestine,il n'y a aucune volonté politique,à résoudre ce problème qui est une réalité!-Il ajoute le droit de vote aux étrangers c'est juste une proposition qui pourrait inciter les enfts d'immigrés nés en France qui en général de parents étrangers et habiteraient la banlieue,à voter plutôt pour le candidat ps!
Harmaggedon
- 26/04/2012 - 07:47
qui sait ?
que les allemands sont très atachés, y compris les socialistes du SPD (!) à la nationalité allemande LIEE AU DROIT SU SANG ?
Les turcs ne posent donc aucun problème sur le sol allemands, même la seconde génération, n'a pas, par simple naissance sur le sol allemand, la nationalité allemande... ils peuvent simplement la demander, sans être sûrs de l'obtenir !
Euréka
- 26/04/2012 - 00:58
Hervé Le Bras ordure marxiste
"Enseignant en sciences sociales à l'École Polytechnique de 1974 à 1994, il est également directeur d'études à l'École des hautes études en sciences sociales (EHESS) depuis 1980 et directeur du Laboratoire de démographie historique (EHESS/CNRS) depuis 1989. Hervé Le Bras est aussi directeur d’études au Fellow du Churchill College (Cambridge) et rédacteur en chef de la revue Population.

N’hésitant pas à créer la polémique, dénonçant le discours d’une partie de la droite française en matière d’immigration, Hervé Le Bras s’est appliqué à remettre en question les idées reçues concernant la population française."
Combien de jeunes français cet individu a-t-il corrompu à ses lubies marxistes pendant sa carrière d'enseignant à Polytechnique et EHESS ?