En direct
Best of
Best of du 12 au 18 janvier
En direct
© BERTRAND GUAY / AFP
Les mots et les maux
Ce que les mots de Jean-Luc Mélenchon disent d’inquiétant sur lui
Publié le 26 mai 2018
Dans le contexte actuel de mobilisation des différents mouvements de gauche et d'extrême gauche, Jean-Luc Mélenchon reprend un discours plus radical pour s'affirmer comme le leader de la gauche unifiée. Une sémantique et une rhétorique autoritaires, héritées de sa filiation avec l'idéologie communiste orthodoxe.
Sylvain Boulouque est historien, spécialiste du communisme, de l'anarchisme, du syndicalisme et de l'extrême gauche. Il vient de publier sa nouvelle note, La gauche radicale : liens, lieux et luttes (2012-2017), à la Fondapol (Fondation pour l&...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Sylvain Boulouque
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Sylvain Boulouque est historien, spécialiste du communisme, de l'anarchisme, du syndicalisme et de l'extrême gauche. Il vient de publier sa nouvelle note, La gauche radicale : liens, lieux et luttes (2012-2017), à la Fondapol (Fondation pour l&...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dans le contexte actuel de mobilisation des différents mouvements de gauche et d'extrême gauche, Jean-Luc Mélenchon reprend un discours plus radical pour s'affirmer comme le leader de la gauche unifiée. Une sémantique et une rhétorique autoritaires, héritées de sa filiation avec l'idéologie communiste orthodoxe.
 

Atlantico : Le discours de Jean-Luc Mélenchon a-t-il pris une teneur plus radicale ces derniers mois? Quelle est la sémantique est-ce qu'il utilise et que révèle–t-elle politiquement ?

Sylvain Boulouque : Son discours est toujours le même, en dehors des périodes électorales qui nécessitent d'être davantage rassembleur. Il conserve la même rhétorique léniniste héritée de son passé lambertiste. Le lexique utilisé est celui des communistes orthodoxes, avec qui il entretient une filiation idéologique et historique, paradoxale puisqu’il vient du courant rival le trotskisme. Le fondement de son discours est "Tout ce qui n'est pas avec nous est contre nous ». C’est sémantique identique va Lénine à Chavez, dont Mélenchon admire le combat.

Ce type d'arguments autoritaires est utilisé pour imposer sa vision politique et signifier que lui seul peut incarner la gauche unifiée. En effet dans l’imaginaire léniniste il ne peut y avoir qu’un seul parti qui dirige et qui ne souffre du pluralisme. Cette rhétorique typiquement léniniste frise parfois le déni de réalité, comme on l'a vu récemment lorsqu'il a qualifié les Blacks Blocs à des groupes d'extrême-droite, ses propos fait échos à Georges Marchais qui qualifiait Cohn Bendit d’anarchiste allemand.

Dans le contexte de radicalisation actuel, Jean-Luc Mélenchon cherche-t-il à reprendre l'espace politique gagné par les groupes d'extrême gauche ?  Et plus largement à s'appuyer sur la contestation ambiante ? 

Mélenchon n'est pas plus violent aujourd'hui, il l'a toujours été mais il a "lissé " son discours au moment de la présidentielle de 2017. Deux niveaux existent dans ses interventions. Depuis longtemps ses discours lorsqu’il est seul sont inspirés par son "panthéon" de grands tribuns : Jaurès, Mitterrand, Thorez et de Gaulle. En revanche, quand il est en position de combat et de bretteur, il cherche à s’imposer comme le seul dirigeant de la gauche, face à des mouvements plus radicaux que lui. Il lui faut s’imposer face à ses concurrents et face aux médias et dans ce cas, il reprend donc un champ lexical qui fait écho à celui de Georges Marchais dans sa haine des « gauchistes » et son mépris "des journalistes », on est souvent pas très loin du « Elkabbach taisez vous ! ». Comme le reste de la gauche n’est pas audible, pas ses jeux rhétoriques, il s’impose comme le seul opposant.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
02.
Comment le Canard Enchaîné a envoyé François Fillon, Jacques Chaban-Delmas et Valéry Giscard d'Estaing au cimetière des éléphants de la politique
03.
Gilets jaunes : l’inexplicable (et énorme) échec des Républicains
04.
L'ancien garde du corps de Lady Di s'inquiète pour la sécurité de Meghan Markle
05.
Grand Débat à Souillac : le Président qui mouillait sa chemise (jusqu’à risquer de la perdre ?)
06.
"Il entend, mais il n'écoute personne" : les conseillers de Macron sont au bout du rouleau
07.
10% des oeuvres d'art de l'Etat portées disparues
01.
Ce sondage dévastateur qui fait le procès de Macron le condamne sans appel
02.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
03.
Patrick Bruel aime une nouvelle femme de (bien) moins de 50 ans; Vincent Cassel : entre sa (très) jeune épouse & sa fille aînée, c’est tendu; Sophie Marceau s’occupe de son fils, René-Charles Angélil-Dion de ses frères, Anouchka Delon de toute la famille
04.
Wauquiez pousse une colère contre la direction de LR, et Thierry Mariani contre Wauquiez ; L'Obs s'inquiète de la crise financière qui vient ; François-Xavier Bellamy en guerre contre le progressisme ; Ces députés LREM attaqués
05.
Gilets jaunes : un syndicat policier s’émeut des ordres de répression et du comptage des manifestants
06.
Et la raison pour laquelle les Allemands commencent sérieusement à s’inquiéter d’un Brexit sans deal est…
07.
Emmanuel Macron est brillant, mais il n’est pas le président qu’il faut à la France
01.
Ce sondage dévastateur qui fait le procès de Macron le condamne sans appel
02.
Gilets jaunes : un syndicat policier s’émeut des ordres de répression et du comptage des manifestants
03.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
04.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
05.
Ce à quoi se condamnent lentement mais sûrement les Gilets jaunes
06.
Sévère répression des gilets jaunes : la justice française est-elle en train de préfèrer l’ordre à la justice ?
01.
Grand débat national : l’équation impossible d’Emmanuel Macron
02.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
03.
Pourquoi Macron, les populistes et les gilets jaunes sont tous le produit de la même vague (et pourquoi ils seraient bien inspirés de le comprendre réciproquement)
04.
Ce sondage dévastateur qui fait le procès de Macron le condamne sans appel
05.
Radioscopie des dépenses de la France : ces nouvelles inégalités qui se cachent derrière la puissance apparente de l'État-providence
06.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
Commentaires (13)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
ajm
- 26/05/2018 - 23:41
Le communisme toujours d'actualité.
Le communisme de type soviétique peut très bien revenir, car il découle directement d'un sentiment humain incroyablement répandu : la jalousie, l'envie. Ce sentiment est très puissant, justement dans un pays comme la France Les têtes qui dépassent sont toujours une minorité, quelque soit le domaine, il est facile aux démagogues de fédérer les "médians " ou les "moyens" ou ceux qui sont au-dessous, pour se liguer contre les minorités plus douées du moment, de couper toutes les têtes qui dépassent, d'abord symboliquement, puis économiquement et financièrement, puis physiquement.
ajm
- 26/05/2018 - 23:30
Kant.
Ganesha se met à la philo maintenant, avec ses citations de Wikipedia , un peu comme les élèves qui font leur version latine en copiant-collant in extenso le Gaffiot Pour moi, le "sens de l'histoire " c'est plutôt Hegel et ses successeurs ( Marx notamment) . Kant c'est surtout le métaphysicien, avec sa puissante réflexion sur les limites intrinsèques de l'esprit humain, l'articulation entre la raison humaine qui tente de comprendre le Réel et les catégories propres de cet esprit raisonnant ; sa structure même qui est projetée sur l'objet de son étude , et, à la fois, le dévoile et le cache, le Réel ultime s'éloignant toujours comme un horizon que l'on atteint jamais.
kelenborn
- 26/05/2018 - 15:51
ah bon
"C'est une évidence historique,

la gauche n'existe que par le communisme appliqué, sectaire, totalitaire, et isolationniste" ( signé Atlante)
La droite n'existe que par le fascisme , le coup d'état militaire et les pelotons d'exécution , de Goebbels à Pinochet ( signé: je ne sais pas qui pourrait signer une telle connerie!)
Mais Atlante est déjà occupé