En direct
Best of
Best-of: le meilleur de la semaine Atlantico
En direct
© LUDOVIC MARIN / AFP
Atlantico Business
Les menaces de sanction US piègent les échanges franco-russes. Les 4 vraies raisons pour lesquelles Emmanuel Macron n’a pas fait de miracles
Publié le 26 mai 2018
Le Forum économique de St Pétersbourg a montré que le renforcement de la coopération économique entre la France et la Russie était bloqué pour des raisons qui dépassent les dirigeants politiques.
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ.Aujourd'hui éditorialiste sur Atlantico.fr, il présente également une émission sur la chaîne BFM Business.Il est aussi l'auteur...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ.Aujourd'hui éditorialiste sur Atlantico.fr, il présente également une émission sur la chaîne BFM Business.Il est aussi l'auteur...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le Forum économique de St Pétersbourg a montré que le renforcement de la coopération économique entre la France et la Russie était bloqué pour des raisons qui dépassent les dirigeants politiques.

En dépit d’une volonté partagée de trouver les moyens d'accroître les échanges commerciaux entre les deux pays, Emmanuel Macron et Vladimir Poutine n‘ont pas fait de miracle. La force des différences et surtout le réseau de contraintes dans lequel les deux pays sont enfermés, dressent des barrières très difficiles à surmonter.

Pourtant, tout concorde. L‘analyse très objective des rapports de force et de leur évolution plaide pour un renforcement des rapports commerciaux entre l‘Europe et la Russie. Ces rapports sont culturellement très anciens. Ils sont sur le plan économique historiques. Sauf que le rapprochement entre les Etats-Unis et la Chine, qui va nourrir le courant d’affaires au profit de Etats-Unis, risque fort de se faire au détriment des européens. La seule solution pour des grands pays exportateurs de l’Europe serait donc de se rapprocher de la Russie afin de trouver la croissance là où elle est. Or, la question des sanctions qui sont encore appliquées pour cause de conflit sur l’Ukraine, hypothèque aujourd‘hui la liberté de développer les rapports commerciaux.

La France (et toute l'Union européenne) a besoin d’exporter. La Russie a besoin des importations européennes, de la technologie et a besoin d’investir.  

Emmanuel Macron et Vladimir Poutine ont beau marteler leur volonté de régler les dossiers qui les séparent et qui les empêchent d’éclairer leur avenir, un très grand nombre de contraintes s’oppose à cette évolution.

1ère série de contraintes, le non-règlement du dossier ukrainien. Sur l’Ukraine, la Syrie et l’Iran, la remise des compteurs à zéro sera très difficile à court terme. Or le règlement de ces dossiers conditionne une grande partie de l’évolution des échanges. La question de l’embargo lié au problème ukrainien s’ajoute à l’impact des décisions américaines de sanctionner les entreprises qui continueront à travailler avec l’Iran ou avec les amis de l’Iran. Le groupe Total, par exemple, vient de suspendre d’importantes opérations et projets en Iran, alors que le groupe continue de ne pas avoir les coudées franches en Russie. 

2ème série de contraintes, les menaces américaines. Les menaces américaines d’infliger des pénalités très lourdes aux entreprises qui ne respecteraient pas les consignes d’embargo données par la Maison Blanche tétanisent beaucoup d’entreprises européennes et notamment les Français. D’autant que les sanctions peuvent aller jusqu'à empêcher les entreprises de travailler sur le marché américain ou même celles qui travaillent en dollar. Or comme le dollar est utilisé dans 60% des opérations de commerce internationales, tout le monde peut se sentir visé. La BNP en sait quelque chose, elle qui a payé très cher un comportement non jugé conforme aux consignes américaines en 2014.  Autant dire que le diktat américain ressemble fort à une menace de condamnation à mort pour les entreprises qui prendraient le risque de ne pas respecter la consigne. 

3ème série de contraintes, les menaces de représailles russes aux menaces américaines. C’est un projet encore flou du gouvernement Poutine mais il germe. Selon ce projet, les entreprises européennes qui se plieraient devant la menace américaine se verraient interdites de commercer avec la Russie. A contrario, Vladimir Poutine, a indiqué lors du forum de St Pétersbourg, que la Russie allait étudier le moyen de travailler en Euros plutôt qu’en dollars de façon à sortir les partenaires du champ des menaces américaines. Ces projets ne sont que des ébauches mais ils montrent à quel point les relations sont empoisonnées par cette questions des sanctions américaines et surtout change complètement les règles du jeu dans le commerce international. 

A la limite, empêchées de travailler d’un côté, les entreprises se verraient empêchées de travailler de l’autre. Elles doivent choisir entre les Etats-Unis et le marché russe.

4e série de contraintes, le déficit de solidarité au sein de l’Union européenne. Alors qu’au moment où Vladimir Poutine, parle de travailler en Euro, à l'heure, où  le président Russe rappelle que l’Europe pouvait aller de « l’Atlantique à l'Oural » ou comme le disait Emmanuel Macron, de « Lisbonne à Vladivostok » les pays de l’union européenne ne font pas preuve d’un courage ou d’une imagination particulière. Déficit de courage et d’imagination.

Les potentialités du marché russe sont pourtant considérables mais nos concurrents principaux pour l’accès au marché russe sont européens. Dans beaucoup de secteurs, industrie, aéronautique, énergie, automobile, agroalimentaire, distribution, nos concurrents sont le plus souvent allemands, espagnols ou italiens. Les pays de l’Union européenne sont incapables de chasser en meute et de gagner ensemble. Bien que nos racines historiques et culturelles soient communes et anciennes, nos approches de la Russie sont différentes. Nous n’avons pas la même appréciation des particularités de la démocratie russe, ou même de la pratique des droits de l’Homme. Donc c’est assez compliqué de se prendre par la main pour aller faire des affaires ensemble avec Poutine. Les uns ne pourront jamais s’empêcher d’être donneurs de leçon pendant que d’autres tomberont au plus profond du cynisme. La ligne médiane faite de pragmatisme responsable et donc acceptable est difficile à trouver

Ajoutons à cela que, jusqu’à maintenant, l‘Europe n’a pas trouvé de réponses cohérentes aux menaces américaines. Ce qui est préoccupant dans ce type de rapport de force, c’est que les tensions sont alimentées par les décisions américaines et la détermination de Donald Trump à donner des gages à son électorat. Les effets sont difficiles à contrecarrer. 

Ce qui est doublement préoccupant c’est que la seule réponse efficace serait d’opposer aux décisions américaines, une attitude de fermeté respectée par l’ensemble des pays de l’Union européenne. Or, cette attitude est impossible. D’abord, parce que beaucoup de petit pays de l’Union s’arrangent pour faire cavalier seul, pour servir au mieux leurs intérêts particuliers. Ensuite, parce que l’Allemagne, très gros exportateur, veut éviter tout risque de perdre des marchés. Donc pas question de tenter un bras de fer avec ses gros clients que sont les américains, d’un côté et les Russes ou les asiatiques de l’autre. Pas question, à moins d’être sur de la gagner. Or aujourd’hui, ce sont l‘Amérique de Trump et la Chine qui mènent la danse et dominent les rapports de force sur la planète. L‘Europe oui, mais l‘Europe est coincée. La Russie peut-être, mais la Russie attend son heure

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Statistiques du ministère de l’intérieur : Christophe Castaner ou l’imagination au pouvoir
02.
Charlotte Casiraghi &Gad Elmaleh n’ont pas la même (idée de l’)éducation, Meghan Markle &son père non plus; Laeticia H. se dé-esseule avec un Top chef, Karine Ferri &Yoann Gourcuff se marient en vivant chacun seul; Jennifer Aniston : ses 50 ans avec Brad
03.
Fake news indétectables : GPT2, le programme développé par l’équipe d’intelligence artificielle d’Elon Musk auquel ses concepteurs préfèrent renoncer tant il leur fait peur
04.
Ce que le projet de loi Dussopt sur la fonction publique indique des renoncements d’Emmanuel Macron
05.
Agression contre Finkielkraut : certains Gilets jaunes voudraient que les Juifs portent l'étoile jaune
06.
Un président étranger à son peuple mais aussi de plus en plus étranger à la communauté internationale
07.
Alain Finkielkraut sur son agression : " je n’aurais pas subi ce même genre d’insultes sur les ronds-points"
01.
Christine Lagarde, la directrice du FMI, prévient d’un risque grave de tempête mondiale mais personne ne semble l’entendre
02.
Condamnations de Gilets jaunes : la curieuse approche quantitative de la justice mise en avant par Édouard Philippe
03.
Comment Alain Juppé s’est transformé en l’un des plus grands fossoyeurs de la droite
04.
Parent 1 / Parent 2 : derrière “l’ajustement administratif”, une lourde offensive idéologique
05.
L’étrange manque de recul d’Alain Juppé sur sa part de responsabilité dans l’état « délétère » du pays
06.
Novethic et autres promoteurs forcenés de la transition écologique : en marche vers un nouveau fascisme vert ?
01.
Parent 1 / Parent 2 : derrière “l’ajustement administratif”, une lourde offensive idéologique
02.
L’étrange manque de recul d’Alain Juppé sur sa part de responsabilité dans l’état « délétère » du pays
03.
Novethic et autres promoteurs forcenés de la transition écologique : en marche vers un nouveau fascisme vert ?
04.
Derrière le complotisme, l’énorme échec de 50 ans d’égalitarisme et de progressisme à marche forcée impulsés par l’Education nationale comme par la culture dominante
05.
Agression contre Finkielkraut : certains Gilets jaunes voudraient que les Juifs portent l'étoile jaune
06.
Flambée d’antisémitisme et de violences politiques : ces erreurs politiques et macroéconomiques à ne pas reproduire pour enrayer la crise
Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
JonSnow
- 27/05/2018 - 13:30
Assez de l'impérialisme américain!
En tout cas, les Américains prouvent qu'ils n'agissent pas vis-à-vis de nous commes des alliés, mais comme des suzerains. Trump impose le rapport de force. Nous ne pourrons pas éviter un conflit écomique si nous voulons un temps soit peu exister. Il faut développer les échanges en Euros autant que possible, et cesser les sanctions contre-productives contre la Russie
Anouman
- 26/05/2018 - 18:46
Sanctions
Pour ce qui est de l'Ukraine les sanctions contre la Russie peuvent être levées par n'importe quel pays de bon sens, ce qui n'inclue pas la France.
assougoudrel
- 26/05/2018 - 17:56
Je viens d'acheter des
bouteilles d'alcool à un prix des plus intéressants qui étaient prévus pour la Russie "punie"; tout est écrit en russe. Voilà ce que ça a coûté d'avoir suivi bêtement Obama. Le grand perdant est Total qui a donné au chinois du tout cuit. Quand à Merkel, Trump ne veut plus voir ses bagnoles dans les films américains et chez les riches citoyens. L'UE a la tête dans son caca. Pour le 70 ème anniversaire du débarquement, Poutine n'était même pas invité.