En direct
Best of
Best of 15 au 21 juin
En direct
© SAFIN HAMED / AFP
Bonnes feuilles
Capturé par l'Etat islamique, menacé, injurié, le père Mourad s'accroche en chantant dans la nuit
Publié le 27 mai 2018
Le témoignage extraordinaire du père Jacques Mourad, enlevé par Daech en 2015. Il y a fait l’expérience de l’extrême souffrance mais aussi de la grâce, et nous invite à choisir la paix. A retrouver dans "Un moine en otage" publié par les Editions de l'Emmanuel.
Moine et prêtre syriaque-catholique originaire d’Alep (Syrie), Jacques Mourad était le supérieur du monastère de Mar Elian, près de Palmyre, où il se consacrait, entre autres, au dialogue avec les musulmans. Il fut enlevé le 21 mai 2015 par les soldats...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jacques Mourad
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Moine et prêtre syriaque-catholique originaire d’Alep (Syrie), Jacques Mourad était le supérieur du monastère de Mar Elian, près de Palmyre, où il se consacrait, entre autres, au dialogue avec les musulmans. Il fut enlevé le 21 mai 2015 par les soldats...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le témoignage extraordinaire du père Jacques Mourad, enlevé par Daech en 2015. Il y a fait l’expérience de l’extrême souffrance mais aussi de la grâce, et nous invite à choisir la paix. A retrouver dans "Un moine en otage" publié par les Editions de l'Emmanuel.

À certains moments, mon cœur est plein de compassion. D’autres fois, au contraire, je m’effondre. Un jour de ramadan, un cheikh aleppin vient me trouver et vocifère d’une façon extrêmement brutale. Je ne parviens plus à sourire. Chaque jour ou presque, on vient nous menacer : «Vous vous convertissez à l’islam ou on vous coupe la tête!» Mais là, c’est un flot d’insultes et de calomnies : il me traite de chien, d’hérétique, de traître, de croisé. Tout y passe. Je le laisse cracher son venin sans me défendre, mais sans sourire non plus. Ce qui est en train d’arriver est trop violent. Ou, si c’est aussi violent que les autres fois, c’est la fois de trop. Je ne supporte plus. Je me sens brisé, au bord d’une sorte de dépression. Cela fait plusieurs semaines que je suis enfermé ici à subir cette torture morale, sans voir le soleil ni la lune, sans aucune liberté. Je craque. J’ai même envie de demander aux djihadistes de m’égorger pour en finir une bonne fois pour toutes. La mort me paraît plus douce que cette captivité oppressante. Ce soir-là, je suis dans une grande colère. Je n’ai plus de patience, plus aucune force pour endurer encore ces menaces. La prière ne parvient pas à me calmer : je n’arrive même plus à réciter mon chapelet, qui d’habitude m’apaise. Mon esprit est trop agité. Je cherche le sommeil, en vain. Je me retourne dans tous les sens. Terrassé par la fatigue, je m’assoupis finalement quelques heures.

Soudain, je me réveille en pleine nuit, en train de chanter en arabe Nada te turbe sur l’air de Taizé. Pourtant, la version arabe de cet hymne n’existe pas : je ne le connais qu’en espagnol ! En outre, depuis le début de ma captivité, je suis tellement perturbé que je ne me rappelle plus les paroles des chants religieux, moi qui en ai si souvent chanté depuis mon enfance !

En général, les seules paroles qui me reviennent sont celles de Fayrouz, peut-être parce qu’elle est liée aux plus beaux souvenirs de ma vie passée. Seul ou avec Boutros, je chante souvent ses chansons, j’ai besoin de les entendre. En mettant en mots et en musique des tragédies mêlées d’espérance, elles expriment ce que je vis profondément et cela me donne du courage. Mais cette nuit-là, ce n’est pas Fayrouz qui me réveille, mais sainte Thérèse d’Avila. Son hymne à la confiance jaillit de mon cœur en langue arabe : c’est comme un électrochoc.

Pour commander "Un moine en otage" cliquez sur l'image du livre ci-dessous
 

 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Taxe d’habitation : les Français organisent leur propre malheur immobilier
02.
A la recherche des Gilets jaunes disparus
03.
Quand la SNCF se laisse déborder par ses contrôleurs
04.
Renault-Nissan-Fiat Chrysler : le mariage à trois est possible à condition d’éviter trois enterrements
05.
Il y a une grande différence entre l’hygiène et la propreté lorsque vous faites le ménage chez vous et voilà laquelle
06.
Vent de sécularisation sur le monde arabe ? Ces pays qui commencent à se détourner de la religion
07.
Kim Kardashian provoque la colère des Japonais avec le lancement d'une ligne de sous-vêtements, Kimono Intimates
01.
Retour des moustiques tigre : voilà comment s'en protéger efficacement cet été
02.
A la recherche des Gilets jaunes disparus
03.
Taxe d’habitation : les Français organisent leur propre malheur immobilier
04.
L'homme qui combat la bien-pensance pour sauver le monde agricole
05.
Meghan & Harry : all is not well in paradise; Mariage sous couvre-feu pour Laura Smet; Laeticia Hallyday, délaissée ou entourée par ses amis ? Voici & Closer ne sont pas d’accord; Taylor Swift & Katy Perry se câlinent vêtues d’un burger frites de la paix
06.
Amazon : 11,2 milliards de profit, 0 dollars d’impôts payés… : mais dans quel état erre un certain capitalisme ?
01.
PMA et filiation : ces difficultés humaines prévisibles que le gouvernement écarte bien rapidement
02.
Mieux que Jeanne d'Arc : Greta Thunberg voit le CO² à l'œil nu !
03.
Amin Maalouf et Boualem Sansal, deux lanceurs d'alerte que personne n'écoute. Est-ce parce qu'ils sont arabes ?
04.
L'Ordre des médecins autorise Jérôme Cahuzac à exercer la médecine générale en Corse
05.
Ce piège dans lequel tombe le gouvernement en introduisant le concept d’islamophobie dans le proposition de loi Avia sur la lutte contre les contenus haineux
06.
Canicule : y’a-t-il encore un adulte dans l’avion ?
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Atlante13
- 27/05/2018 - 10:42
Ouais,
sûr que l'ange de l'islam n'est pas celle de la compassion, mais plutôt de l'intolérance criminelle. J'aurais quand même aimé entendre les "représentants" de l'islam de France(?) avoir quelques mots de compassion. Non, rien, faut pas rêver,