En direct
Best of
Best of du 28 mars au 3 avril
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Confinement indifférencié : une punition collective de moins en moins justifiable. Les preuves scientifiques

02.

Déconfinement à Wuhan : les acheteurs chinois semblent avoir perdu le goût de la consommation

03.

La France en récession : les trois conditions pour que ça reparte très vite. Et c’est possible

04.

Vers un grand tremblement de terre ? Et si les deux verrous allemands et français qui bloquent l’Europe étaient en train de céder...

05.

Le FMI estime que le coronavirus provoque les "pires conséquences économiques depuis la Grande Dépression" de 1929

06.

Comment l’éducation de nos parents détermine lourdement notre capacité à devenir leader ou non

07.

Manuel Valls alerte sur le risque d’effondrement de l’Europe face à la crise du coronavirus

01.

Belgique : le stock stratégique de masques a été détruit pour faire de la place aux migrants

02.

Confinement indifférencié : une punition collective de moins en moins justifiable. Les preuves scientifiques

03.

Alors que tout s’effondre, l’économie et le moral, une seule bonne nouvelle : les banques ne feront pas faillite

04.

Covid-19 : le gouvernement prépare l'opinion à l’utilisation du tracking digital pour sortir du confinement

05.

Derrière le cas Lallement, l’insupportable infantilisation des Français

06.

Luc Rouban: "Cette crise sanitaire marque la fin du macronisme et le retour du clivage gauche droite"

01.

Ce risque politique énorme que prend le gouvernement en ne limogeant pas le Préfet Lallement

02.

Vers un grand tremblement de terre ? Et si les deux verrous allemands et français qui bloquent l’Europe étaient en train de céder...

03.

Crise sanitaire et manque de réactivité : la France est-elle dirigée par des fonctionnaires non élus ?

04.

Nombre de morts, manque de moyens, soupçons d’euthanasie : ce qui se passe vraiment dans les Ehpad ?

05.

Covid-19 : les patients en réanimation n’ont "pas respecté le confinement" ? Didier Lallement s’excuse

06.

Confinement indifférencié : une punition collective de moins en moins justifiable. Les preuves scientifiques

ça vient d'être publié
pépites > Europe
Tournant dans la crise ?
Coronavirus : les pays de l'Union européenne trouvent un accord pour une réponse économique commune face à l'épidémie
il y a 9 heures 20 min
pépites > Finance
Espoir…
Le FMI estime que le coronavirus provoque les "pires conséquences économiques depuis la Grande Dépression" de 1929
il y a 10 heures 17 min
pépite vidéo > Culture
Chansons pour le personnel soignant
"Et demain ?" : 350 personnalités mobilisées pour une chanson caritative au profit de la lutte contre le Covid-19
il y a 11 heures 48 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La Neige Noire" de Paul Lynch : un tableau saisissant du monde paysan d’avant-guerre, loin d’une image bucolique et stéréotypée

il y a 12 heures 59 min
light > Politique
Sécurisation des déplacements présidentiels
Le parc automobile de l’Elysée a été équipé de barrières antipostillons
il y a 14 heures 25 min
pépites > Santé
Déplacement surprise
Emmanuel Macron rencontre le professeur Didier Raoult à Marseille en ce jeudi 9 avril
il y a 16 heures 18 min
pépites > France
Polémique
Christophe Castaner demande un contrôle sur le dossier de la morgue provisoire au marché de Rungis
il y a 17 heures 35 min
pépite vidéo > International
Nouveau bras de fer
Vives tensions entre Donald Trump et l’OMS sur la gestion de crise du coronavirus
il y a 18 heures 32 min
décryptage > France
Solidarité

Opération #connexion d’urgence : 10.000 ordinateurs pour les élèves défavorisés

il y a 20 heures 19 min
décryptage > France
Défis à relever

Covid-19 : le jour d’Après

il y a 21 heures 27 min
pépites > Europe
Solidarité européenne
Manuel Valls alerte sur le risque d’effondrement de l’Europe face à la crise du coronavirus
il y a 9 heures 55 min
pépites > Europe
Combat contre le Covid-19
Coronavirus : le Premier ministre britannique Boris Johnson est sorti des soins intensifs
il y a 11 heures 13 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le Maître du Haut Château - The Man in the High Castle", une série visible sur Amazon Prime Video : et si l'Allemagne et le Japon avaient gagné la guerre ? Une uchronie palpitante

il y a 12 heures 37 min
pépites > Economie
"Plus grande récession en France depuis 1945"
Gérald Darmanin et Bruno Le Maire annoncent un "plan d'urgence révisé à 100 milliards d'euros" face à une chute du PIB de 6% cette année
il y a 13 heures 27 min
pépites > Economie
Mesures exceptionnelles
Etats-Unis : la Fed active un dispositif de 2.300 milliards de dollars pour soutenir l’économie américaine face au coronavirus
il y a 15 heures 35 min
pépites > Santé
Projections
Près d'1,6 million de Français pourraient avoir contracté le virus, selon des estimations du syndicat de médecins généralistes MG France
il y a 16 heures 43 min
pépites > Santé
Espoir d’un traitement ?
Covid-19 : Emmanuel Macron apporte son soutien aux chercheurs lors d’une visite à l’hôpital du Kremlin-Bicêtre
il y a 18 heures 7 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Coronavirus : on pourrait être infecté plusieurs fois; La Chine noyaute les institutions internationales; Les médecins cubains au secours des Antilles françaises; L’éducation nationale moins bonne en informatique que les sites porno
il y a 19 heures 14 min
décryptage > High-tech
Données personnelles

Stop-COVID : voilà toutes les données qu’une application peut collecter sur vous

il y a 21 heures 1 min
décryptage > Société
Problème de langage

Pourquoi les libéraux parlent-ils si mal du libéralisme ? Parce qu’ils utilisent les mots de ses adversaires !

il y a 21 heures 59 min
© AL-JAZEERA / AFP
© AL-JAZEERA / AFP
De l'électricité dans l'air

Le prince héritier du djihâd réplique à celui de la couronne saoudienne : la réponse d’Al Qaïda à MBS

Publié le 23 mai 2018
Hamza Ben Laden, fils d'Oussama Ben Laden, fait planer une menace sur l'Arabie saoudite, dont il souhaite renverser la monarchie, sur laquelle règne Mohammed Ben Salmane. En a-t-il les moyens et quels seraient ses moyens d'action ?
Jean-Sylvestre Mongrenier est docteur en géopolitique, professeur agrégé d'Histoire-Géographie, et chercheur à l'Institut français de Géopolitique (Université Paris VIII Vincennes-Saint-Denis).Il est membre de l'Institut Thomas More.Jean...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Sylvestre Mongrenier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Sylvestre Mongrenier est docteur en géopolitique, professeur agrégé d'Histoire-Géographie, et chercheur à l'Institut français de Géopolitique (Université Paris VIII Vincennes-Saint-Denis).Il est membre de l'Institut Thomas More.Jean...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Hamza Ben Laden, fils d'Oussama Ben Laden, fait planer une menace sur l'Arabie saoudite, dont il souhaite renverser la monarchie, sur laquelle règne Mohammed Ben Salmane. En a-t-il les moyens et quels seraient ses moyens d'action ?
  1. Atlantico : Dans le contexte réformateur économique et sociétal initié par le Prince héritier Mohammed ben Salmane, le site américain WarOnTheRocks dresse le portrait de la menace qui pourrait planer sur le pays. Hamza Ben Laden, fils d'Oussama Ben Laden et  « héritier » d'Al-Qaida, qualifié ici de « Prince de Djihad ». Quelles sont les failles et faiblesses que pourraient exploiter Al Qaida et Hamza ben Laden dans leur volonté de faire chuter le pouvoir saoudien ? 

Ces réformes reposent sur l’instauration d’une « verticale du pouvoir », incarnée par le prince héritier ; une pratique en rupture avec la traditionnelle politique d’équilibre des dynastes successifs, équilibre entre les différents rameaux de la famille royale comme entre les tribus. Sous l’influence de Mohammed Ben Zayed (« MBZ »), à la tête des Emirats arabes unis, Mohammed Ben Salmane (« MBS ») entend conduire une politique éclairée et combler une partie du fossé entre le wahhabisme des mœurs locales d’une part, l’hypermodernité occidentale de l’autre. Vue d’Occident comme juste et raisonnable, une telle politique est susceptible de provoquer des ressentiments et des mécontentements dans le pays. D’autant plus cette politique dite « de réformes » (il s’agirait plutôt d’une transformation) conduit à relâcher les liens avec le conseil des oulémas, i.e. à fragiliser l’alliance étroite entre le « palais » et la « mosquée » (le pouvoir temporel et le pouvoir spirituel, en langage chrétien). Il convient ici d’en venir à l’histoire et de pénétrer le domaine de la théopolitique : l’alliance entre la tribu des Saoud et la confrérie des Wahhabites date du milieu du XVIIIe siècle.

A cette époque, le rigorisme islamique des Wahhabites constituait une forme de progrès. A tout le moins, ce rigorisme contrebalançait les mœurs tribales. Toujours est-il que la « longue marche » vers le rassemblement des tribus de la péninsule Arabique repose sur cette alliance. Un certain temps, elle a été interrompue par le vice-roi d’Egypte, Méhémet Ali (avec le soutien français), puis par les Ottomans dont l’empire a sombré à la fin de la Première Guerre mondiale. A l’époque où le Turc Mustafa Kemal abolit le califat, en 1924, Ibn Saoud s’empare de La Mecque et de Médine, les lieux saints de l’Islam. Reconnue sur le plan international quelques années plus tard, l’Arabie Saoudite devient un « quasi-califat » sunnite. Le soutien occidental aux projets de Mohammed Ben Salmane repose sur l’idée que le futur de l’Islam, en tant que religion et forme de civilisation, se jouera dans ce quasi-califat (85 % des musulmans sont sunnites). Certes, il n’est pas dans l’intention de Mohammed Ben Salmane de mener une politique de la table rase, mais on comprend aisément que l’inflexion de la politique saoudienne puisse provoquer des chocs en retour. Al-Qaida, l’Etat islamique et leurs épigones sont aux aguets (cf. infra).

  1. Alors que des rumeurs relatives à la santé de Mohammed Ben Salmane sont relayées par la presse iranienne, suite à ce qui pourrait être une attaque menée le 21 avril dernier, comment évaluer les risques plus immédiats qui pèsent sur le Royaume ? La très grande discrétion du Royaume, historiquement parlant, sur ce type de sujets, n'est-elle pas un risque dans le contexte actuel ? 

Il est difficile de confirmer ou d’infirmer de telles rumeurs. Pour les raisons que l’on sait, la presse iranienne ne constitue pas le mètre étalon de la vérité en matière de journalisme, d’autant plus que le régime irano-chiite et la monarchie des Saoud sont engagés dans une guerre froide sectaire, un conflit géopolitique régional (avec des ramifications internationales) qui menace de se transformer en guerre ouverte. Bien entendu, il ne faut pas attendre plus de transparence et de publicité (au sens de débat public) du côté du pouvoir et de la presse en Arabie Saoudite. Au vrai, la révélation d’une telle information, satisfaisante du point de vue de la vérité et de la publicité, fragiliserait effectivement la monarchie. Enfin, si l’on peut et doit spéculer sur les risques internes à la monarchie - voir le mécontentement lié à la remise en cause du généreux « Etat social » saoudien ou la fragilisation des équilibres politico-religieux évoqués à la question précédente -, il s’agit pour le moment d’hypothèses et d’extrapolations. Ce type d’exercice est nécessaire à l’analyse et à l’anticipation, mais il ne peut être confondu avec la réalité empirique.

Dans l’immédiat, les risques et menaces les plus prégnants sont d’ordre international : le Moyen-Orient est au bord d’une conflagration générale et l’expansionnisme irano-chiite dans la région menace l’Arabie Saoudite comme l’ensemble des régimes arabes sunnites. La menace et sa perception apparaissent telles que la perspective d’un rapprochement avec Israël ne semble pas provoquer de grand émoi dans les populations arabes. Le même contexte géopolitique pourrait également favoriser l’adoption d’un certain nombre de mesures de modernisation en Arabie Saoudite, pour autant que le promoteur de cette politique fasse preuve de doigté et ne cherche pas à brusquer ses sujets. Plus que l’état de santé de Mohammed Ben Salmane, c’est son caractère impétueux que certains spécialistes redoutent. En l’état des choses, ses initiatives internationales n’ont pas toujours porté les effets attendus. Dans l’ordre intérieur, il ne semble pas avoir commis de bévue. Peut-être y a-t-il un écart entre rhétorique et pratique : la brusquerie du discours peut s’accompagner d’une certaine retenue dans l’action.

  1. Quelle est aujourd’hui la réelle capacité de nuisance d'Al Qaida en Arabie Saoudite ? Quelles sont ses forces ? Quel est son impact politique potentiel ?

De prime abord, il est bon de rappeler qu’Oussama Ben Laden et Al-Qaida se sont posés en ennemis existentiels de la monarchie saoudite. Les jeux pervers menés par les différents acteurs géopolitiques de la région et le rôle que des familles ou de pseudo-ONG ont pu tenir dans le financement du djihadisme global ne sauraient occulter cette vérité politique. Replaçons les faits en perspective. Après avoir chassé les Hachémites de la péninsule Arabique et leur avoir ravi La Mecque et Médine, les Saoud ont fait de leur pays une puissance pétrolière. Ils ont ensuite combattu indirectement Gamal Abddal Nasser et le panarabisme socialisant, au Yémen notamment, et se sont imposés au Moyen-Orient, voire dans une large partie du monde musulman (vaste ensemble géographique et humain qui s’étend depuis les côtes atlantiques du Maroc jusqu’à l’Asie du Sud-Est). La Ligue islamique mondiale et l’Organisation de la Conférence islamique (OCI) sont l’expression de cette domination de l’Arabie Saoudite. Avec la révolution islamique de 1979, l’Iran de Khomeyni est ensuite devenu le principal adversaire. Conservons à l’esprit l’importance de l’année 1979. En février 1979, les Khomeynistes prennent le pouvoir en Iran. A la fin de cette même année, les Soviétiques, après avoir fomenté un coup d’Etat communiste en Afghanistan, en 1978, envahissent ce pays. Les deux événements et la conjonction de leurs effets constituent le point de départ d’une grande vague islamiste qui depuis, n’en finit pas de parcourir en tous sens le Moyen-Orient. L’islamisme de facture chiite a stimulé le sunnite.

Dans les années 1990 surgissent Al-Qaida et Oussama Ben Laden. Jusqu’à la première guerre du Golfe, le personnage n’était pas très important. L’Irak de Saddam Hussein avait envahi le Koweït et menaçait l’Arabie Saoudite. Ben Laden propose alors au souverain de fomenter une guérilla islamique contre le Raïs irakien (on parlerait aujourd’hui de guerre asymétrique). Le souverain préfère en appeler à ses alliés occidentaux. A l’issue de cette guerre, une dizaine de milliers de soldats américains demeure sur le sol d’Arabie Saoudite. Dès lors, Ben Laden considère la monarchie saoudite et les différents émirats du golfe Arabo-Persique comme impies et entreprend une forme guerre sainte (le djihad). Dès les années 1990, les Saoud sont confrontés à Al-Qaida (dont le nom n’est pas encore connu). Après le 11 septembre 2001, cette lutte a été intensifiée. L’organisation a été durement étrillée. Il reste qu’une sorte de « cybercalifat » pourrait instrumentaliser une éventuelle déstabilisation interne de la monarchie, d’autant plus qu’Al-Qaida et les résidus de l’Etat islamique ne sont guère éloignés de l’Arabie Saoudite. En vérité, les racines du phénomène islamiste et djihadiste sont profondes et le terreau est fertile. De surcroît, cet autre djihad que constitue l’expansionnisme irano-chiite dans la région, s’il n’est pas endigué puis refoulé, ne peut que réactiver le djihadisme de facture sunnite.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Confinement indifférencié : une punition collective de moins en moins justifiable. Les preuves scientifiques

02.

Déconfinement à Wuhan : les acheteurs chinois semblent avoir perdu le goût de la consommation

03.

La France en récession : les trois conditions pour que ça reparte très vite. Et c’est possible

04.

Vers un grand tremblement de terre ? Et si les deux verrous allemands et français qui bloquent l’Europe étaient en train de céder...

05.

Le FMI estime que le coronavirus provoque les "pires conséquences économiques depuis la Grande Dépression" de 1929

06.

Comment l’éducation de nos parents détermine lourdement notre capacité à devenir leader ou non

07.

Manuel Valls alerte sur le risque d’effondrement de l’Europe face à la crise du coronavirus

01.

Belgique : le stock stratégique de masques a été détruit pour faire de la place aux migrants

02.

Confinement indifférencié : une punition collective de moins en moins justifiable. Les preuves scientifiques

03.

Alors que tout s’effondre, l’économie et le moral, une seule bonne nouvelle : les banques ne feront pas faillite

04.

Covid-19 : le gouvernement prépare l'opinion à l’utilisation du tracking digital pour sortir du confinement

05.

Derrière le cas Lallement, l’insupportable infantilisation des Français

06.

Luc Rouban: "Cette crise sanitaire marque la fin du macronisme et le retour du clivage gauche droite"

01.

Ce risque politique énorme que prend le gouvernement en ne limogeant pas le Préfet Lallement

02.

Vers un grand tremblement de terre ? Et si les deux verrous allemands et français qui bloquent l’Europe étaient en train de céder...

03.

Crise sanitaire et manque de réactivité : la France est-elle dirigée par des fonctionnaires non élus ?

04.

Nombre de morts, manque de moyens, soupçons d’euthanasie : ce qui se passe vraiment dans les Ehpad ?

05.

Covid-19 : les patients en réanimation n’ont "pas respecté le confinement" ? Didier Lallement s’excuse

06.

Confinement indifférencié : une punition collective de moins en moins justifiable. Les preuves scientifiques

Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Labarthe
- 23/05/2018 - 23:14
L’Islam radical...
N’oublions pas que c’est l’ Arabie Saoudite qui a financé les salafistes et toutes les expressions de l’Islam radical en Europe. Pas les Iraniens. Pas les Chiites. Je ne crois pas un instant à une rupture des Saoud avec le wahhabisme. Au contraire les wahhabites sont indispensables dans le combat contre les chiites iraniens et pour contrôler les foyers de pauvreté et de mécontentement économique qui apparaissent en Arabie Saoudite.
Labarthe
- 23/05/2018 - 22:42
Les wahhabites et nous...
Les wahhabites ne sont pas des amis de la France. Déjà à l’ époque De Méhémet Ali, ils étaient instrumentalisé par les Anglais contre notre influence en Égypte.