En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Turner – Peintures et Aquarelles- Collection de la Tate : la fascinante exposition d’un “Voyageur de Lumière”

il y a 1 heure 1 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Où vont les vents sauvages ?" de Nick Hunt : un voyage qui marie intelligemment nature et culture… belle approche des lieux mais médiocre jugement sur les habitants

il y a 1 heure 22 min
light > Culture
Star du doublage et comédien inoubliable
L'acteur Roger Carel est mort à l'âge de 93 ans
il y a 8 heures 48 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand le cocorico trahit le coq gaulois et quand le pilote démêle ses fuseaux : c’est l’actualité des montres
il y a 11 heures 29 min
light > Science
Moby Dick
Protéger les baleines d'un risque de collision en écoutant leurs chants
il y a 13 heures 52 min
décryptage > Economie
Repenser l'économie

Plan de relance : l’argent ne fait pas le changement

il y a 14 heures 24 min
décryptage > Religion
Ite missa est

"Le plaisir sexuel est simplement divin" a déclaré le pape François. Il nous étonnera toujours…

il y a 14 heures 58 min
décryptage > Science
Grrrrr

Mais quelle température faisait-il vraiment pendant le dernier âge glaciaire ? Nous connaissons désormais la réponse

il y a 15 heures 21 min
décryptage > Politique
Socle électoral

LFI / EELV-PS : qui a vraiment le vent en poupe pour 2022 ?

il y a 15 heures 39 min
décryptage > Santé
Lutte contre le coronavirus

Covid-19 : affinement bienvenu de la stratégie gouvernementale, même défauts opérationnels majeurs

il y a 16 heures 10 min
décryptage > Culture
Iegor Gran

"Les services compétents" de Iegor Gran : Tartuffe au pays des Soviets, une histoire vraie et un excellent récit romanesque

il y a 1 heure 13 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La légende de Bruno et Adèle" de Amir Gutfreund : un auteur de choix pour s'initier à la littérature israélienne contemporaine

il y a 1 heure 41 min
pépites > Justice
Affaire des "écoutes"
Parquet national financier : Eric Dupond-Moretti cible trois magistrats et demande une enquête administrative
il y a 9 heures 15 min
décryptage > Politique
Nominations

Capitalisme de connivence : d’Edouard Philippe à Jean-Marie Le Guen, tous administrateurs

il y a 13 heures 39 min
rendez-vous > International
Géopolitico-scanner
Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan
il y a 13 heures 53 min
pépite vidéo > International
Reconfinement
Coronavirus : Israël entre dans une nouvelle phase de confinement ce vendredi
il y a 14 heures 41 min
décryptage > Economie
Crise sociale

Révoltant ? Bridgestone, la dissolution du macronisme et les dangers du volontarisme politique mal ciblé

il y a 15 heures 12 min
pépites > Economie
Chrysanthèmes
2.000 fleuristes ont fermé définitivement leur magasin depuis le début de la crise sanitaire
il y a 15 heures 29 min
décryptage > Politique
Faillite en vue ?

Alerte aux finances : le RN, un parti à la dérive

il y a 15 heures 56 min
Piqure
Le frelon asiatique envahit la Bretagne
il y a 16 heures 46 min
Droite populaire

Thierry Mariani : "L'UMP doit évoluer, le curseur s'est déplacé vers la droite depuis 10 ans"

Publié le 24 avril 2012
Le ministre des Transports relativise les 18% récoltés par la candidate FN au premier tour. Mais 10 ans jour pour jour après la création de l'UMP, il juge que celle-ci doit être plus représentative de ses troupes.
Thierry Mariani
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Thierry Mariani a créé, en 2010, avec notamment les parlementaires Christian Vanneste et Lionnel Luca, le collectif de la Droite Populaire.Il a été ministre chargé des transports dans le dernier gouvernement de Nicolas Sarkozy. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le ministre des Transports relativise les 18% récoltés par la candidate FN au premier tour. Mais 10 ans jour pour jour après la création de l'UMP, il juge que celle-ci doit être plus représentative de ses troupes.

Atlantico : Marine Le Pen a obtenu 18% des voix au premier tour de la présidentielle. Nicolas Sarkozy se retrouve au deuxième tour en situation délicate face à François Hollande. Vous êtes l’une des figures de proue du courant de l’UMP « La droite populaire » classée à la droite du parti. Comment voyez-vous l’avenir de la droite française ?

Thierry Mariani : Le score de Marine Le Pen correspond au score de son père plus celui de Mégret en 2002. Il ne faut donc ni le minimiser, ni le surestimer. Aujourd’hui, un électeur sur trois s’est porté sur un candidat « de crise ». Il ne faut pas qualifier cet électorat d’extrême-droite, ce sont juste des électeurs qui en ont assez et cherchent un candidat qui pourra représenter leurs préoccupations.

Les différents partis de gouvernement se sont-ils suffisamment adressés à eux durant la campagne ?

Un nombre de Français avait envie de manifester qu’ils n’étaient pas satisfaits dans cette période de crise. Ils l’auraient fait qu’on s’adresse à eux ou pas. Il convient néanmoins pour le second tour de s'intéresser à eux.

Justement, comment faire ? Que peut faire l’UMP pour limiter la progression du FN ?

Marine Le Pen n’a pas envie d’exercer le pouvoir. Elle donnera sa position le 1er mai mais tout le monde a bien compris qu’elle fera tout pour battre Nicolas Sarkozy. Pour le FN la présidentielle est finie, leur horizon c’est les législatives, avec un double objectif : obtenir des élus et faire exploser l’UMP. Si l’UMP reste unie, le FN ne représentera pas une alternative.

Une alliance entre une partie de l’UMP et le FN est-il possible, notamment aux législatives ?

Je fais partie de ceux qui n’ont jamais prétendu que Marine Le Pen était fasciste, nazie ou je ne sais quoi. Je la mets au même niveau que Jean-Luc Mélenchon : elle a dit un nombre d’énormités invraisemblables dans la campagne, mais rien d’anti-démocratique ou anti-républicain.

Hollande peut discuter avec Mélenchon et les communistes. Quid de la droite avec le FN ?

On doit s’adresser à ses électeurs, pas à elle. Le Pen et Mélenchon sont deux personnages différents. Lui est un ancien ministre socialiste. Il a joué son rôle de rabatteur au premier tour. Son rôle est fini. Il nous expliquait il y a quelques semaines que François Hollande était un capitaine de pédalo, mais il se range désormais de son côté sans condition... A croire qu'il est le sous caporal du capitaine de pédalo…

Toutefois, il faut certainement que l’UMP change. L’UMP a été créé en 2002, nous sommes en 2012. Dix ans plus tard nous ne pouvons plus continuer de la même manière. Il y a dix ans, on avait regroupé des membres du RPR, des libéraux et de l’UDF pour former l’UMP en distribuant les postes par tiers. Tout ça, c’est du passé. Si l’UMP veut perdurer – et je souhaite qu’elle continue d’exister et reste confiant car Jean-François Copé se débrouille très bien – elle doit être représentative de ce que veulent nos militants et notre électorat. Il faut mettre un terme au système de chapelles représentant les élus. A force de vouloir créer un consensus avec tout le monde, on finit par obtenir une soupe qui ne veut plus rien dire !

Mais quels sont les aliments qui ne doivent plus faire partie de cette soupe ?

C’est aux militants de choisir après en avoir débattu démocratiquement. Il faut de vrais débats sur certains sujets et qu’on ne se contente pas du plus petit dénominateur commun.

 

La droite populaire dont vous êtes l’une des figures de proue pourrait-elle rejoindre un pôle souverainiste de droite dans lequel figurerait le FN ?

Non. Nous nous réunissons ce mardi. Aucune alliance n’a été entamée. Je sais bien que Marine Le Pen le laisse entendre, mais c’est du bluff, de l’intox. Ce que veut la droite populaire est simple : nous voulons que l’UMP continue à exister et nous sommes bien dedans. Mais l’UMP de 2012 ne peut plus être l’UMP de 2002.

On ne demande pas l’hégémonie du parti, mais juste de vrais débats avec un parti vraiment représentatif. Qu'il ne soit pas la cohabitation arithmétiquement équitable de courants qui existaient il y a dix ans et ne veulent plus rien dire aujourd’hui, si ce n’est des labels censés protéger certaines carrières individuelles.

La vie politique a évolué depuis dix ans. Je pense que le curseur s’est déplacé à droite, les élections sont encore là pour le montrer. Il faudra à un moment repenser la formation de l’UMP, que chacun compte ses troupes.

Bien sûr, ces débats n’ont de raison d’être qu’après les législatives. Pour l’instant, le seul combat qui mérite d’être mené par l’UMP consiste à gagner la présidentielle et les législatives.

Propos recueillis par Aymeric Goetschy

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (9)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
DEL
- 25/04/2012 - 00:42
On comprend
que Mr Mariani veuille prolonger l'UMP: il est un des bénéficiaires de la protection du parti pour un poste ministériel...D'ailleurs , il a lui-même constitué un clan de plus à l'UMP.
guigou
- 24/04/2012 - 20:11
drôle d'odeur ici
Sarkozy veut draguer le vote du FN et pouf, Mariani sort de l'ombre.
Bravo Atlantico, tendez encore un peu plus le micro et ça ressemblera à une colloscopie...
copélia
- 24/04/2012 - 18:00
ne pas confondre politique d'immigation et xénophobie
La Droite veut réguler l'accueil des immigrés: c'est normal, nous sommes en période de crise, avec chômage et défaut de compétitivité; Notre politique sociale attire la misère, il est grand temps que les différents pays d'où partent tous ces malheureux ,partagent leurs richesses et que leurs chefs d 'Etat cessent de s'octroyer pour la plupart la richesse de leur pays etr de coûteux privilèges; La Gauche est absolument inconsciente quand elle promet la régularisation à tous les illégaux. La Gauche refuse de voir les problèmes en face; Toutes ces mesures ont un coût qui viennent augmenter les prix des produits fabriqués. L 'Europe est en déclin et de plus en plus des pays qualifiés de pauvres deviennent riches car il se prennent en main et se mettent à exploiter leurs richesses