En direct
Best of
Best of du 8 au 14 février
En direct
ça vient d'être publié
light > Insolite
L'habit ne fait pas le moine
Elle simule un voyage à Bali depuis Ikea
il y a 5 heures 23 min
pépites > International
La gestion politique du Coronavirus
Un avocat chinois arrêté pour avoir critiqué la gestion de l'épidémie par les autorités
il y a 6 heures 7 min
décryptage > Culture
Atlanti-culture

Théâtre : "Le fantôme d'Aziyade" de Pierre Loti : Quête initiatique, nostalgique et fascinante sur les rives de l'amour et du Bosphore

il y a 8 heures 34 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 17 février en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 10 heures 10 min
décryptage > Société
Engagez-vous qu'ils disaient

Piot Pavlenski : artiste, voyou, les deux ?

il y a 12 heures 3 min
décryptage > Politique
Honneur au courage malheureux

Municipales : Agnès Buzyn meurt et ne se rend pas

il y a 12 heures 46 min
décryptage > Economie
Jalousie

Pourquoi Renault n’a pas fini d’être jaloux de Tesla

il y a 13 heures 11 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico Business

Santé, retraite : le secteur de l‘assurance fait le pari d’être moins cher et plus efficace que la sécurité sociale ...

il y a 13 heures 47 min
décryptage > Politique
Post Griveaux

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

il y a 15 heures 32 min
pépites > Terrorisme
Enquête
Allemagne : Le gouvernement condamne des projets d’attentats « effrayants » contre plusieurs mosquées
il y a 1 jour 6 heures
pépites > International
Le Camp des saints
La population grecque redoute l'invasion migratoire
il y a 5 heures 46 min
pépites > Politique
Nouveau rebondissement
La compagne de Piotr Pavlenski mise en examen
il y a 6 heures 25 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Livre : "Tu seras un homme, mon fils" de Pierre Assouline : Un portrait inattendu, saisissant et remarquable de Rudyard Kipling

il y a 9 heures 3 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

Les mésaventures d’Erdogan en Syrie

il y a 11 heures 31 min
décryptage > Politique
A l'école du politique

Quatre leçons de l’affaire Griveaux : du narcissisme à la sécurité nationale en passant par la politique

il y a 12 heures 19 min
décryptage > Religion
Pas d'amalgames

Les Imams d'Europe se mobilisent contre la radicalisation… sans grandes perspectives de succès

il y a 12 heures 47 min
décryptage > Politique
Pas d'union à l'horizon

Municipales : Marine Le Pen maintient sa fervente opposition à l’union (locale) des droites

il y a 13 heures 26 min
décryptage > Société
Je t’aime moi non plus

Liaison fatale : avoir ou ne plus avoir un smartphone, telle est la question

il y a 15 heures 4 min
décryptage > Politique
Les entrepreneurs parlent aux Français

La vertu française, un puritanisme venu d’ailleurs ? Liberté française ubérisée ?

il y a 1 jour 6 heures
pépites > Société
Mobilisation
Appel des taxis parisiens à manifester vendredi devant la Gare de Lyon
il y a 1 jour 7 heures
Pamphlet

Les épines du rosier 8) Comment la gauche a procédé à l'effacement en règle des départements ruraux

Publié le 24 avril 2012
Dans un pamphlet qu'Atlantico publie en feuilleton et alors que François Hollande fait figure de favori des sondages, Roland Hureaux a souhaité faire le point sur les grandes lignes des politiques passées et à venir des socialistes. 8ème épisode : l'annihilation par la gauche des politiques d'aménagement des territoires ruraux.
Roland Hureaux a été universitaire, diplomate, membre de plusieurs cabinets ministériels (dont celui de Philippe Séguin), élu local, et plus récemment à la Cour des comptes.Il est l'auteur de La grande démolition : La France cassée par les réformes...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Roland Hureaux
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Roland Hureaux a été universitaire, diplomate, membre de plusieurs cabinets ministériels (dont celui de Philippe Séguin), élu local, et plus récemment à la Cour des comptes.Il est l'auteur de La grande démolition : La France cassée par les réformes...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dans un pamphlet qu'Atlantico publie en feuilleton et alors que François Hollande fait figure de favori des sondages, Roland Hureaux a souhaité faire le point sur les grandes lignes des politiques passées et à venir des socialistes. 8ème épisode : l'annihilation par la gauche des politiques d'aménagement des territoires ruraux.

Lire aussi :



Les socialistes n’ont jamais eu l’esprit tourné vers la ruralité, supposée rétrograde. Alors même qu’ils ont toujours trouvé dans certains départements ruraux (Ariège, Lot, Landes, Limousin) leurs terreaux électoraux les plus favorables.

À tout le moins, la gauche n’a-t-elle pas contesté une des plus grandes réussites des années 1960-70 : la politique d’aménagement du territoire et de développement rural assortie d’une politique agricole interventionniste appuyée sur l’Europe. La DATAR (Délégation interministérielle à l'Aménagement du Territoire et à l'Attractivité Régionale), créée en 1962, avait connu ses grandes heures à ce moment-là. La majorité de son personnel y était même de gauche.

Cette politique répondait à une double nécessité :

  • Redresser les déséquilibres historiques du territoire français : entre la région parisienne et le reste du territoire, entre les régions de tradition industrielle (au nord-est de la ligne Le Havre-Marseille) et celles qui en étaient dépourvues (au sud-ouest de cette même ligne) ;

    • Accompagner le recul inévitable des effectifs agricoles, tout en maintenant un tissu d’exploitations compétitives.


Les résultats furent largement positifs : les métropoles régionales se sont développées de manière remarquable depuis quarante ans, des régions comme l’Ouest grâce à l’agro-alimentaire ou le Sud-ouest grâce à l’aéronautique se sont dotées d’un tissu industriel.

Malgré ces efforts, un tiers du territoire environ (zones rurales dites profondes) : plateaux de l’Est (Meuse, Haute-Marne), Massif central, la "diagonale aride" des géographes, s’est trouvé vidé de sa population. Seule la politique rurale dynamique des années 1970, marquée par la création du commissariat au Massif central et, parmi d’autres dispositifs, l’instauration de l’aide spéciale rurale à la création d’emplois, put, un temps, mais un temps seulement, enrayer ce déclin.

Or, il faut bien le dire, les acquis de cette politique d’aménagement du territoire se sont trouvés remis en cause dès l’arrivée de la gauche au pouvoir en 1981. L’aide spéciale rurale fut immédiatement supprimée. On considéra que la décentralisation tiendrait désormais lieu de politique d’aménagement du territoire. Au lieu d’une grande politique nationale de rééquilibrage, on décida que chaque région gérerait à sa manière ses déséquilibres, ce qui, face à un enjeu national comme la désertification rurale, faisait perdre à cette politique une grande partie de son impact. Encore a-t-elle pu continuer quelque temps à vivre sur ses acquis.

Une autre raison, moins illégitime, explique la remise en cause de la politique d’aménagement du territoire : l’ampleur des restructurations industrielles, en particulier de la sidérurgie et du textile. Avant d’installer des industries là où il n’y en avait pas, on considéra qu’il était plus urgent de la défendre les territoires où il y en avait, ce qu’on ne fit d’ailleurs que très partiellement.

Au tournant des années 1970, une nouvelle antienne vit le jour dans les milieux de gauche : le soutien au monde rural, cela sentait le pétainisme ! Tiens, on ne s’en était pas avisé pendant 45 ans ! Tout cela parce qu’un écrivain issu de la gauche, porte-plume du maréchal, Emmanuel Berl, lui avait fait dire que : « La terre, elle, ne ment pas ! »

Un tel argument portait d’autant plus que durant la même période, la mémoire des horreurs de l’occupation revenait, de manière insistante, à la surface au travers de l’affaire René Bousquet, longtemps étouffée par son ami François Mitterrand, et surtout du procès Maurice Papon.

Il fut également acquis aussi que "à l’heure de l’Europe", seuls importaient désormais les grandes unités : grandes métropoles d’échelle européenne reliées par de grands axes autoroutiers et des TGV, aux dépens des petites unités : moyennes et petites villes, villages dont le maillage fin constitue pourtant depuis toujours un des atouts de la civilisation française.

Cet état d’esprit aboutit à l’effacement de beaucoup de départements ruraux, comme le Lot, de la carte d’éligibilité à la prime d’aménagement du territoire, lors de la réforme de 1998.

Une des conséquences de l’abandon de la politique d’aménagement du territoire fut la crise du logement dans les métropoles, et en particulier dans la région parisienne. On ne favorise pas sans précaution la concentration, d’autant que le laxisme en matière d’immigration, laquelle commence généralement par l’installation dans une grande ville, accroissait encore les besoins de logement.

A la même époque, les logements inoccupés se sont multipliés dans les petites villes.

La loi SRU (Solidarité et renouvellement urbain) du 13 décembre 2000, chef d’œuvre de complication technocratique, limitait aussi la construction de manière draconienne dans les villages. D’ailleurs, son intitulé lui-même constitue une négation de la spécificité du monde rural.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
xm
- 24/04/2012 - 15:56
Le pouvoir arbitraire des administrations locales.
Au Département du Nord, les élus socialistes ont révoqué sur la base d'un dossier sans preuves matérielles un agent qui dénonçait le management quasi sectaire du directeur juridique, le tout pour des faits futiles mis à charge (tracts satiriques).

Ce genre d'histoire peut arriver dans un milieu de travail privé mais généralement la justice donne raison au salarié qui reçoit une indemnité.

Là, la justice administrative n'annule pas la révocation alors qu'elle a pu le faire pour des agents publics ayant dealé.

Le gros problème est que le juge administratif (tout au moins dans la fonction publique territoriale) est associé à la prise de la sanction disciplinaire, d'où son peu d'empressement à mettre en application la jurisprudence, surtout s'il s'est éventuellement mis d'accord avec l'employeur.

Une révocation est bien plus grave qu'un licenciement pour faute grave dans le privé. C'est l'Administration qui sanctionne et de ce fait pour se reconvertir c'est quasi impossible.

Voilà un exemple de l'arbitraire des énarques, grands supporters de Hollande.

Ils entravent la liberté économique, la liberté tout court.
luchon
- 24/04/2012 - 10:55
et la droite?
Ce n'est pas un pamphlet mais une encyclopédie à plusieurs tomes qu'il faudrait pour parler de toutes ses ignominies mais qui osera déokaire au toutout
ZOEDUBATO
- 24/04/2012 - 08:25
Comment tuer les initiatives privés des ruraux
La gauche a casé environ 2.5 millions de ses militants , amis et protégés dans l'administration qui pour justifier leur postes inutiles passent leur temps à s'inventer du travail qui tue les petits emplois et le pouvoir d'achat du privé
3 exemples significatifs receuillis durant un week-end dans l'Ain :
1/ En Bresse les grenouilles des restaurant proviennent d'Indonésie car il est inertdit d'utiliser les grenouilles des Dombes
2/ Dans le Bugey il est quasiment impossible aux chasseurs de vendre leur gibier et aux ceuilleurs locaux de vendre les champignons qu'ils récoltent d'où vente "au noir" et/ou transport dans un autre pays et réimportation éventuelle
3/ Au Plan d'Hotonnes un gîte dont le proproétaire s'occupait d'associations pour le sport d'hiver d'handicapés depuis 20 ans a définitivement fermé alors qu'il avait été remis aux normes l'année dernière. Un fonctionaire zélé ?, mal embouché ? pas reçu avec les honneurs ? a trouvé un nouvel norme d'un coût entraînant la fermeture
Alors à quand les économies de postes de dépenses dans l'adminstration ?