En direct
Best of
Best of du 8 au 14 juin
En direct
© LIONEL BONAVENTURE / AFP
Atlantico Business
Apple, Amazon et Facebook…quand les grands du digital s’attaquent aux grandes banques, les victimes ne sont pas celles qu’on croit
Publié le 17 mai 2018
Tim Cook ou Jeff Bezos n’auraient qu’un seul projet en tête : faire que de leur vivant, plus aucun argent cash ne circule et récupérer le marché du paiement… Les perdants ne seront pas ceux que l’on croit.
Diplômée de l'Essec, Aude Kersulec est specialiste de la banque et des questions monétaires. Elle est chroniqueuse économique et blogueuse. 
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Aude Kersulec
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Diplômée de l'Essec, Aude Kersulec est specialiste de la banque et des questions monétaires. Elle est chroniqueuse économique et blogueuse. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Tim Cook ou Jeff Bezos n’auraient qu’un seul projet en tête : faire que de leur vivant, plus aucun argent cash ne circule et récupérer le marché du paiement… Les perdants ne seront pas ceux que l’on croit.

La fin des grands groupes traditionnels ? Avec la Silicon Valley qui commence à regarder sérieusement du côté de la finance, c’est ce qu’on pourrait penser. Alexa, l’assistant personnel d’Amazon, sera bientôt capable de gérer un compte bancaire Amazon. Facebook vient tout juste de former une équipe chargée d’étudier les opportunités de la blockchain et de la création d’une cryptomonnaie pour payer sur son réseau social. Et la firme à la pomme est sur le point de lancer une carte de crédit brandée Apple Pay.

Cette entrée dans le domaine de la finance fait sens en ce moment, parce que les consommateurs utilisent de plus en plus leurs smartphones et tablettes pour faire leurs opérations de tous les jours et donc les opérations bancaires : dépôt de chèque, envoi d’argent via les numéros de téléphone…

"Ces entreprises technologiques se rendent compte qu'il y a des fruits faciles à en tirer, d'autant plus que c’est la banque qui se déplace sur leur terrain", a déclaré Daniel Ives, stratégiste de la banque chez GBH Insights. Les entreprises technologiques constituent-elles une menace sérieuse pour les banques?

Pour l’instant, les grands groupes ne se montrent pas très inquiets. En creusant bien, on se rend compte que le secteur de la banque n’est pas un secteur perméable aux nouveaux entrants.

La raison principale, c’est le poids de la réglementation. Pour devenir une banque en tant que telle, il faut montrer patte blanche. Il y a des licences à obtenir auprès des organismes régulateurs. Les entreprises technologiques devraient en plus respecter des niveaux de fonds propres minimum, accepter d’être supervisées par le régulateur bancaire, c’est à dire la banque centrale.

Rien de tout cela ne semble finalement attrayant pour des entreprises qui ont été plus qu’habituées à contourner les règles.

Dit autrement, ce sont aussi les restrictions réglementaires, que les banques ont combattues pendant des années, qui vont leur servir cette fois de protection contre la nouvelle concurrence.

La solution idéale pour les GAFA est plutôt l’alliance. Au lieu d'essayer de concurrencer directement sur leur terrain, il faut plutôt s’attendre à ce que les entreprises de technologie forment des alliances avec des banques qui ont déjà les licences requises et la surveillance réglementaire.

Par exemple, le compte bancaire d'Amazon sera proposé en tandem avec une grande banque. L’argent en lui-même devrait donc dormir dans les comptes de JP Morgan Chase ou d’une autre grande banque américaine.

De même, Apple, pour sa carte de crédit, se lance avec Goldman Sachs. Cette carte de crédit sera bénéfique pour Apple, qui vend de plus en plus de services. Goldman Sachs ne rechigne pas non plus à s’allier avec le géant de la tech, car elle y voit aussi ses intérêts. Alors que la banque d’investissement est de moins en moins rentable, elle cherche à entrer sur l’activité de banque de détail; par le biais d’Internet, avec sa plateforme de prêts en ligne Marcus et en regardant du côté de l’Europe pour installer ses nouvelles banques de détail.

Finalement, les entreprises les plus vulnérables se trouvent sur un autre marché. Apple, Samsung et Google ont toutes déployé des plates-formes de paiement ces dernières années visant à capturer une part de ce marché.

La Silicon Valley pourrait constituer une menace plus importante dans le secteur des paiements, avec des entreprises technologiques comme PayPal, qui s’étaient développées sur le seul marché du paiement.

L’innovation ne tarit pas dans ce domaine. Amazon réfléchit à l'opportunité d'ajouter une fonctionnalité de paiement de personne à personne à son assistant virtuel Alexa, ce qui permettrait aux conducteurs dans les voitures compatibles de payer l'essence en utilisant leur voix.

Alors, plus besoin de moyen de paiement physique ? Ce nouveau marché pourrait finalement menacer la part de marché des processeurs de paiement traditionnels comme Visa et MasterCard.

Quand la technologie nuit à la technologie, c’est la banque qui s’en sort le mieux.

 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Pourquoi les Francs-maçons ne sont certainement pas les héritiers des constructeurs de cathédrale qu’ils disent être
02.
Vol MH370 : "le pilote se serait envolé à 12 000 mètres pour tuer l'équipage dans la cabine dépressurisée ", selon un nouveau rapport
03.
Notre-Dame de Paris : l’incendie aurait été causé par une série de négligences
04.
Dents de la mer : les grands requins blancs remontent vers le Nord aux Etats-Unis, faut il redouter la même chose en Europe ?
05.
Cash Investigation : pourquoi le traitement des semences par les multinationales est nettement plus complexe que le tableau dressé par l’émission de France 2
06.
Un Américain a passé un an à ne manger que des aliments aux dates de péremption dépassées, voilà les leçons qu’on peut en tirer
07.
Ce piège dans lequel tombe le gouvernement en introduisant le concept d’islamophobie dans le proposition de loi Avia sur la lutte contre les contenus haineux
01.
Véhicules propres : la Chine abandonne l'électrique pour miser sur la voiture à hydrogène
02.
Auchan, Carrefour, Casino : mais que vont devenir toutes ces galeries marchandes et hypermarchés qui se vident ?
03.
Mariage de Karine Ferri : Nikos n'est pas venu, les autres stars non plus; Laeticia Hallyday se rabiboche avec son père, Meghan Markle aurait fait fuir sa mère, Rihanna renoue avec son milliardaire;  Kate Middleton snobe Rose, Britney Spears s'arrondit
04.
Vol MH370 : "le pilote se serait envolé à 12 000 mètres pour tuer l'équipage dans la cabine dépressurisée ", selon un nouveau rapport
05.
Crise au sein de LREM dans le Nord : six députés claquent la porte
06.
Dents de la mer : les grands requins blancs remontent vers le Nord aux Etats-Unis, faut il redouter la même chose en Europe ?
01.
PMA : la droite est-elle menacée de commettre la même erreur qu’avec le progressisme des années 60 qu’elle a accepté en bloc au nom de l’évolution de la société ?
02.
Voulez-vous savoir dans quelle France on entend vous faire vivre ? Regardez bien l'affiche de l'UNICEF !
03.
Acte II : mais comment définir la ligne suivie par le gouvernement en matière de politique économique ?
04.
Cash Investigation : pourquoi le traitement des semences par les multinationales est nettement plus complexe que le tableau dressé par l’émission de France 2
05.
Mais pourquoi s’abstenir de faire des enfants pour sauver la planète alors que le pic démographique est passé ? Petits arguments chiffrés
06.
Véhicules propres : la Chine abandonne l'électrique pour miser sur la voiture à hydrogène
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires