En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
ça vient d'être publié
Effets de la parole présidentielle
Déconfinement : la SNCF a connu une hausse de 400% des ventes de billets de train juste après les annonces d’Emmanuel Macron
il y a 3 heures 32 min
light > Sport
"El Pibe de Oro"
Mort de la légende du football argentin, Diego Maradona, à l’âge de 60 ans
il y a 5 heures 48 min
pépites > Politique
"Le changement, c’est maintenant"
François Hollande propose "Socialistes" comme nouveau nom pour le Parti Socialiste
il y a 7 heures 21 min
pépites > France
Séparatisme
Le Conseil d'Etat confirme la dissolution de l'association BarakaCity et la fermeture de la Grande mosquée de Pantin
il y a 9 heures 3 min
décryptage > France
Chantier titanesque

Notre-Dame de Paris : vers un divorce symbolique et économique ?

il y a 11 heures 25 min
Farce
Le Premier ministre canadien piégé par l'appel téléphonique d'une fausse Greta Thunberg
il y a 11 heures 46 min
décryptage > Sport
Bryson DeChambeau

Ces nouvelles techniques de swing qui révolutionnent le golf

il y a 12 heures 10 min
light > People
Santé
Dans une contribution publiée dans le New York Times, Meghan Markle raconte qu'elle a fait une fausse couche cet été
il y a 12 heures 33 min
décryptage > Sport
Ligue des Champions

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

il y a 12 heures 50 min
pépites > International
Avion
Vers un passeport sanitaire électronique sur téléphone mobile pour les passagers aériens
il y a 13 heures 11 min
Futur best-seller
L'enquête fleuve de Society sur l’affaire Xavier Dupont de Ligonnès va être publiée sous le format d’un livre accessible dès le 9 décembre
il y a 4 heures 27 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Madre" de Rodrigo Sorogoyen : un thriller bouleversant sur une mère en deuil de son fils…

il y a 6 heures 47 min
pépites > Economie
Changement de stratégie
IBM envisagerait la suppression de près d’un quart de ses effectifs en France
il y a 8 heures 33 min
Big Brother
Comment passer inaperçu sur l'avenue du Bonheur, truffée de caméras, à Pékin
il y a 10 heures 6 min
décryptage > Politique
Elus locaux

Radicalisation : pour un meilleur partage de l'information

il y a 11 heures 36 min
décryptage > France
Contradictions

Covid et terrorisme : deux poids, deux mesures. Pourquoi le Conseil constitutionnel s’est placé dans une contradiction qui risque de lui porter préjudice

il y a 11 heures 51 min
pépites > Politique
Désaveu
Loi sécurité globale : 30 abstentions, 10 votes contre chez LREM, la majorité envoie un avertissement à Gérald Darmanin
il y a 12 heures 14 min
décryptage > Consommation
Alimentation

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

il y a 12 heures 35 min
décryptage > International
Big Brother

Un QR code santé pour voyager : bienvenue dans le monde selon Xi Jinping

il y a 13 heures 8 min
pépite vidéo > Economie
"Quoi qu’il en coûte"
Bruno Le Maire : "Nous nous fixons 20 années pour rembourser cette dette Covid"
il y a 13 heures 32 min
© LIONEL BONAVENTURE / AFP
© LIONEL BONAVENTURE / AFP
Atlantico Business

Apple, Amazon et Facebook…quand les grands du digital s’attaquent aux grandes banques, les victimes ne sont pas celles qu’on croit

Publié le 17 mai 2018
Tim Cook ou Jeff Bezos n’auraient qu’un seul projet en tête : faire que de leur vivant, plus aucun argent cash ne circule et récupérer le marché du paiement… Les perdants ne seront pas ceux que l’on croit.
Aude Kersulec
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Diplômée de l'Essec, Aude Kersulec est specialiste de la banque et des questions monétaires. Elle est chroniqueuse économique et blogueuse. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Tim Cook ou Jeff Bezos n’auraient qu’un seul projet en tête : faire que de leur vivant, plus aucun argent cash ne circule et récupérer le marché du paiement… Les perdants ne seront pas ceux que l’on croit.

La fin des grands groupes traditionnels ? Avec la Silicon Valley qui commence à regarder sérieusement du côté de la finance, c’est ce qu’on pourrait penser. Alexa, l’assistant personnel d’Amazon, sera bientôt capable de gérer un compte bancaire Amazon. Facebook vient tout juste de former une équipe chargée d’étudier les opportunités de la blockchain et de la création d’une cryptomonnaie pour payer sur son réseau social. Et la firme à la pomme est sur le point de lancer une carte de crédit brandée Apple Pay.

Cette entrée dans le domaine de la finance fait sens en ce moment, parce que les consommateurs utilisent de plus en plus leurs smartphones et tablettes pour faire leurs opérations de tous les jours et donc les opérations bancaires : dépôt de chèque, envoi d’argent via les numéros de téléphone…

"Ces entreprises technologiques se rendent compte qu'il y a des fruits faciles à en tirer, d'autant plus que c’est la banque qui se déplace sur leur terrain", a déclaré Daniel Ives, stratégiste de la banque chez GBH Insights. Les entreprises technologiques constituent-elles une menace sérieuse pour les banques?

Pour l’instant, les grands groupes ne se montrent pas très inquiets. En creusant bien, on se rend compte que le secteur de la banque n’est pas un secteur perméable aux nouveaux entrants.

La raison principale, c’est le poids de la réglementation. Pour devenir une banque en tant que telle, il faut montrer patte blanche. Il y a des licences à obtenir auprès des organismes régulateurs. Les entreprises technologiques devraient en plus respecter des niveaux de fonds propres minimum, accepter d’être supervisées par le régulateur bancaire, c’est à dire la banque centrale.

Rien de tout cela ne semble finalement attrayant pour des entreprises qui ont été plus qu’habituées à contourner les règles.

Dit autrement, ce sont aussi les restrictions réglementaires, que les banques ont combattues pendant des années, qui vont leur servir cette fois de protection contre la nouvelle concurrence.

La solution idéale pour les GAFA est plutôt l’alliance. Au lieu d'essayer de concurrencer directement sur leur terrain, il faut plutôt s’attendre à ce que les entreprises de technologie forment des alliances avec des banques qui ont déjà les licences requises et la surveillance réglementaire.

Par exemple, le compte bancaire d'Amazon sera proposé en tandem avec une grande banque. L’argent en lui-même devrait donc dormir dans les comptes de JP Morgan Chase ou d’une autre grande banque américaine.

De même, Apple, pour sa carte de crédit, se lance avec Goldman Sachs. Cette carte de crédit sera bénéfique pour Apple, qui vend de plus en plus de services. Goldman Sachs ne rechigne pas non plus à s’allier avec le géant de la tech, car elle y voit aussi ses intérêts. Alors que la banque d’investissement est de moins en moins rentable, elle cherche à entrer sur l’activité de banque de détail; par le biais d’Internet, avec sa plateforme de prêts en ligne Marcus et en regardant du côté de l’Europe pour installer ses nouvelles banques de détail.

Finalement, les entreprises les plus vulnérables se trouvent sur un autre marché. Apple, Samsung et Google ont toutes déployé des plates-formes de paiement ces dernières années visant à capturer une part de ce marché.

La Silicon Valley pourrait constituer une menace plus importante dans le secteur des paiements, avec des entreprises technologiques comme PayPal, qui s’étaient développées sur le seul marché du paiement.

L’innovation ne tarit pas dans ce domaine. Amazon réfléchit à l'opportunité d'ajouter une fonctionnalité de paiement de personne à personne à son assistant virtuel Alexa, ce qui permettrait aux conducteurs dans les voitures compatibles de payer l'essence en utilisant leur voix.

Alors, plus besoin de moyen de paiement physique ? Ce nouveau marché pourrait finalement menacer la part de marché des processeurs de paiement traditionnels comme Visa et MasterCard.

Quand la technologie nuit à la technologie, c’est la banque qui s’en sort le mieux.

 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires