En direct
Best of
Best of du 5 au 11 octobre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Livret A : avoir le courage de baisser le taux de l’emprunt perpétuel français ?

02.

Tout arrive : Trump veut mettre fin à la guerre commerciale avec la Chine et Boris Johnson propose un accord pour le Brexit.

03.

Elton John peu tendre envers Michaël Jackson : "C'était réellement un malade mental, quelqu'un d'un peu inquiétant à fréquenter".

04.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

05.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

06.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

07.

Elon Musk : un visionnaire qui a décidé de bouleverser le monde de l’automobile

01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Les grandes fortunes mondiales accumulent du cash en prévision d’une récession

03.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

04.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

05.

Terrorisme et dérives communautaristes : ce « pas de vague » qui anéantit au quotidien les discours de rigueur

06.

Elon Musk : un visionnaire qui a décidé de bouleverser le monde de l’automobile

01.

La timidité dans la lutte concrète contre les dérives communautaristes masque-t-elle une peur du "trop nombreux, trop tard" ?

02.

Question à Christophe Castaner : combien y-a-t-il en France de rabbins, de pasteurs et de curés radicalisés ?

03.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

04.

Terrorisme et dérives communautaristes : ce « pas de vague » qui anéantit au quotidien les discours de rigueur

05.

Voici comment Zemmour est devenu l’homme le plus célèbre de France…

06.

Pas de pub pour Zemmour : ce piège dans lequel vient de s’enfermer Nutella

ça vient d'être publié
décryptage > Economie
Consensus

Esther Duflo : petites questions critiques sur un prix nobel très (trop ?) consensuel

il y a 41 min 16 sec
light > Culture
Très critique
Elton John peu tendre envers Michaël Jackson : "C'était réellement un malade mental, quelqu'un d'un peu inquiétant à fréquenter".
il y a 16 heures 29 min
pépites > Religion
Coup de gueule
66% des Français se disent favorables à l'interdiction du voile durant des sorties scolaires
il y a 17 heures 33 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Vie et mort d'un chien" de et mise en scène par Jean Bechetoille : Etre ou ne pas être... c'est encore la question à Elseneur

il y a 20 heures 12 min
pépites > Europe
Last chance
Brexit : d'après le vice-premier ministre Irlandais, un accord est envisageable cette semaine
il y a 20 heures 34 min
décryptage > Social
Exercices de coloriage

Il est beaucoup question du "vieux mâle blanc". Mais pourquoi ne parle-t-on jamais du " vieux mâle noir" ?

il y a 22 heures 5 min
décryptage > Religion
Loi de 1905

Pourquoi la laïcité ne devrait pas être invoquée dans la lutte contre l’islamisme

il y a 22 heures 39 min
décryptage > Politique
Conceptuel

Le populisme, phénomène bien plus fondamental que le simple fruit de l’épuisement de la démocratie représentative ou de l’hystérisation des classes moyennes

il y a 23 heures 13 min
décryptage > Economie
Courage!

Livret A : avoir le courage de baisser le taux de l’emprunt perpétuel français ?

il y a 23 heures 48 min
décryptage > Economie
Atlantico-Business

Tout arrive : Trump veut mettre fin à la guerre commerciale avec la Chine et Boris Johnson propose un accord pour le Brexit.

il y a 23 heures 58 min
light > Culture
Big win
Queen s'oppose à l'utilisation de ses tubes par Donald Trump et le camp Républicain
il y a 16 heures 9 min
pépites > International
Ever changing
Offensive turque en Syrie : Donald Trump pourrait imposer de "grosses sanctions" à Ankara
il y a 17 heures 11 min
pépite vidéo > Société
Polémique
Mère voilée : pour Brigitte Macron "on ne parle pas politique" à l'école
il y a 18 heures 14 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"De Gaulle, 1969, l'autre révolution" d'Arnaud Teyssier : la fin de la saga du gaullisme, par l'un de ses meilleurs spécialistes

il y a 20 heures 22 min
décryptage > Culture
7ème art

Soubresauts, horreurs et beauté du monde à Saint-Jean de Luz

il y a 21 heures 56 min
décryptage > Religion
L'art de la punchline

Un 13 octobre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 22 heures 9 min
décryptage > Europe
Disraeli Scanner

Cette semaine l’Europe joue son destin sur le Brexit

il y a 22 heures 47 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Stadia : Google mise sur la latence négative pour s’imposer dans l’univers des jeux vidéos. Décisif ou moufte aux yeux ?
il y a 23 heures 18 min
décryptage > Economie
Incompréhension

L’étrange capacité du capitalisme financiarisé à perdurer envers et contre tout

il y a 23 heures 53 min
décryptage > International
Opération "printemps de la paix"

Syrie : multi jeux de dupes autour des Kurdes (et des djihadistes de Daesh)

il y a 1 jour 9 min
© REMY GABALDA / AFP
© REMY GABALDA / AFP
Avis partagés

Mais qui de la robotisation ou de la mondialisation a provoqué la désindustrialisation occidentale ?

Publié le 14 mai 2018
De plus en plus de robots et de logiciels, de moins en moins d'ouvriers... Au cours de ces dernières années, la tendance de désindustrialisation a frappé les Etats-Unis, mais également les autres pays les plus avancés.
Jean-Paul Betbeze est président de Betbeze Conseil SAS. Il a également  été Chef économiste et directeur des études économiques de Crédit Agricole SA jusqu'en 2012.Il a notamment publié Crise une chance pour la France ; Crise : par ici la sortie ;...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Paul Betbeze
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Paul Betbeze est président de Betbeze Conseil SAS. Il a également  été Chef économiste et directeur des études économiques de Crédit Agricole SA jusqu'en 2012.Il a notamment publié Crise une chance pour la France ; Crise : par ici la sortie ;...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
De plus en plus de robots et de logiciels, de moins en moins d'ouvriers... Au cours de ces dernières années, la tendance de désindustrialisation a frappé les Etats-Unis, mais également les autres pays les plus avancés.

Atlantico : La tendance de désindustrialisation qui a pu frapper les Etats-Unis, mais également les autres pays les plus avancés, au cours de ces dernières années, a pu faire l'objet de nombreux articles de recherche économique. D'une cause ayant trait à la robotisation pour les uns, à celle de la mondialisation pour les autres, et notamment par l'entrée de la Chine au sein de l'OMC en 2001, les avis restent encore partagés. Comment dresser un diagnostic sur cette question ? Quelle a été la cause majeure de ce phénomène au sein des pays occidentaux au cours de ces dernières années ?

Jean-Paul Betbeze : Une révolution industrielle ne vient jamais seule, jamais seule dans une seule industrie, et jamais seule dans un seul pays. Avec la révolution de l’information, les produits et les processus se répandent maintenant partout en quelques mois, une innovation chassant l’autre, une génération de logiciels chassant l’autre. Ce qui se passe est donc bien plus global et rapide que lors des « anciennes révolutions industrielles » du charbon et de la machine à vapeur (1765), puis du pétrole, de l’électricité  et du moteur à explosion (1870), puis du nucléaire, de l’informatique et du robot (1969). Nous voilà à l’Internet, à la numérisation et aux objets connectés (2010). Partout.

Ce qu’on nomme ainsi « désindustrialisation » est l’effet conjoint de ces innovations et de ces internationalisations sur « les usines ». Il y a de moins en moins d’ouvriers dans les usines de production et de distribution, parce qu’il y a de plus en plus de robots que l’on voit, de logiciels que l’on ne voit pas bien (et qui sont de plus en plus décisifs et décideurs), et de systèmes de commandes (depuis le particulier jusqu’à l’usine) que l’on voit moins encore.

Ainsi, dire, devant la réduction des emplois ouvriers (ou agricoles), mais aussi d’encadrement et de surveillance, que c’est « la faute aux robots » ou « la faute à la Chine » est une vérité très partielle. Certes, la révolution en cours (l’industrie 4.0) détruit les emplois pénibles, risqués, répétitifs, mais il ne faut pas oublier non plus la forte montée des emplois de mesure (par exemple comptable), de gestion (par exemple informatique), de prévision (par exemple marketing), de surveillance (par exemple juridique ou de Responsabilité Sociale de l’Entreprise). Nous vivons une servicisation croissante de l’industrie, avec la montée de couples produits/services, avec une externalisation croissante des services et la naissance d’ « usines de services », en comptabilité, marketing, conseil.... Vendre des pneus, c’est garantir leur usure, assurer un conducteur d’automobile, c’est de plus en plus prendre en compte son mode de conduite, et proposer de l’améliorer… Et ainsi de suite, l’usine se dépeuple, les bureaux se remplissent, de nouvelles fonctions changent dans la distribution notamment : les magasins deviennent des showrooms, la commande suit, par Internet, puis la livraison, par Fedex. La faute à la révolution industrielle ou à la Chine ? Aux deux, mais c’est toujours l’innovation (sous toutes ses formes) qui est motrice, donc nous avec nos désirs ! Aux entreprises et aux pays de s’adapter, donc aux politiques de réfléchir.

Nous vivons une révolution de la complexité et de l’efficacité. Elle atteint tous les métiers et en crée d’autres, à la fois plus et moins qualifiés, dans la durée, et en fonction de l’évolution des besoins. Et aujourd’hui, les besoins qui montent sont liés au vieillissement de la population. Il y aura donc de nouvelles activités, différentes. Et il faut s’y préparer.

Il est régulièrement avancé que si la mondialisation a pu jouer un rôle important dans cette tendance à la désindustrialisation, le processus serait aujourd’hui en voie de finalisation, ce qui tendrait à penser que tout retour en arrière serait contre-productif. Quelles sont les faits qui pourraient venir étayer une telle thèse ?

La révolution de l’Internet des objets en est à ses débuts ! Il ne s’agit pas ici d’automobiles sans chauffeur, mais de villes nouvelles (ou revues), d’optimisation des flux de transport et des énergies, de nouvelles formations… La spécificité de la révolution de la communication est qu’elle implique des coûts fixes massifs au début, pour se lancer, puis des coûts marginaux très faibles. La courbe des coûts de la révolution en cours est à rendements croissants, l’opposé de l’industrie traditionnelle ! Elle crée des monopoles (GAFA) pour ceux qui gagnent et une perte totale pour ceux qui n’auront pas rentabilisé leurs coûts fixes de lancement. No chance for losers ! The winner takes it all !

Cette révolution conduit rapidement à celle des usages et des comportements, dans une dynamique en boucle : on retient sa place de cinéma, son horaire chez le médecin, on gère son compte, on télétravaillera plus… Ces nouvelles habitudes sont efficaces et créent un gigantesque effet cliquet. Tout retour en arrière serait une crise majeure – suscitant beaucoup de réactions, notamment des jeunes.

Ce qui se passe avec Donald Trump, c’est qu’il essaie d’infléchir le lien désindustrialisation-mondialisation, au bénéfice d’emplois américains contre chinois. C’est ce qu’il dit, mais nul ne mesure les effets de sa politique, violente, sur les chaînes mondiales de production. Comme nul ne mesure les effets du Brexit !

Le plus probable est que de nouvelles organisations plus intégrées vont naître en Chine (ou dans quelques pays émergents proches), donc plus efficaces encore, contre d’autres aux États-Unis. Et comme la concurrence aura lieu sur les coûts (plus qualité, sécurité, écologie… bien sûr), on peut penser que les usines américaines seront plus vides encore que celles de Tesla et pilotées depuis l’Inde !

Quels sont les moyens dont disposent les gouvernements pour rétablir une forme d'industrialisation dans la configuration actuelle ?

Les gouvernements doivent intégrer cette révolution et sa logique, pour permettre son succès. Elle implique, dans le contexte européen, une uniformisation des normes et aussi des protections, des contrôles de qualité, de fiscalité et, bien sûr, pour avancer, des formations dès le plus jeune âge. On ne voit pas assez les avantages de la révolution en cours, pour ne s’inquiéter que de ses risques et de ses coûts, notamment en matière d’emplois privés et surtout publics, où les syndicats sont vent debout. Mais la seule façon de réduire ces risques et ces oppositions est de comprendre cette gigantesque révolution, avec ses avantages, surtout pour des populations vieillissantes.

C’est une chance inouïe qui s’offre, par rapport à des technologies plus polluantes, usantes, épuisantes et pas assez adaptées à la prolifération des besoins. C’est une révolution, comme toujours, dont les apports d’efficacité ou d’écologie nous échappent, avec une conception datée de la productivité qui fait qu’on la mesure mal.

Au fond, bien plus que des gouvernements, de plus en plus dépendra des entreprises, des écoles, et surtout de chacun de nous pour faire de la France une start-up nation, à partir de ces lieux de production, de consommation et de formation ! Il nous faut être bien moins naïfs, plus forts et plus unis, dans le nouveau rapport de force mondial qui s’ouvre.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Livret A : avoir le courage de baisser le taux de l’emprunt perpétuel français ?

02.

Tout arrive : Trump veut mettre fin à la guerre commerciale avec la Chine et Boris Johnson propose un accord pour le Brexit.

03.

Elton John peu tendre envers Michaël Jackson : "C'était réellement un malade mental, quelqu'un d'un peu inquiétant à fréquenter".

04.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

05.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

06.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

07.

Elon Musk : un visionnaire qui a décidé de bouleverser le monde de l’automobile

01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Les grandes fortunes mondiales accumulent du cash en prévision d’une récession

03.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

04.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

05.

Terrorisme et dérives communautaristes : ce « pas de vague » qui anéantit au quotidien les discours de rigueur

06.

Elon Musk : un visionnaire qui a décidé de bouleverser le monde de l’automobile

01.

La timidité dans la lutte concrète contre les dérives communautaristes masque-t-elle une peur du "trop nombreux, trop tard" ?

02.

Question à Christophe Castaner : combien y-a-t-il en France de rabbins, de pasteurs et de curés radicalisés ?

03.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

04.

Terrorisme et dérives communautaristes : ce « pas de vague » qui anéantit au quotidien les discours de rigueur

05.

Voici comment Zemmour est devenu l’homme le plus célèbre de France…

06.

Pas de pub pour Zemmour : ce piège dans lequel vient de s’enfermer Nutella

Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires