En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
© JUSTIN SULLIVAN / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP
Agriculture

N'y a-t-il vraiment rien de mieux que la culture du cannabis pour "sauver la Creuse" ?

Publié le 13 mai 2018
Mais quelle est donc l'image qu'ont nos édiles sur la ruralité ? Il y a un mois et demi, le gouvernement lançait un "plan particulier pour la Creuse", estimant que ce département est en retard de développement économique. Et voilà qu'on apprend aujourd'hui qu'une des mesures-phares de ce plan consisterait à cultiver du cannabis "médicinal et récréatif"...
WikiAgri est un pôle multimédia agricole composé d’un magazine trimestriel et d’un site internet avec sa newsletter d’information. Il a pour philosophie de partager, avec les agriculteurs, les informations et les réflexions sur l’agriculture. Les...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Antoine Jeandey est rédacteur en chef de WikiAgri.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
WikiAgri
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
WikiAgri est un pôle multimédia agricole composé d’un magazine trimestriel et d’un site internet avec sa newsletter d’information. Il a pour philosophie de partager, avec les agriculteurs, les informations et les réflexions sur l’agriculture. Les...
Voir la bio
Antoine Jeandey
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Antoine Jeandey est rédacteur en chef de WikiAgri.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Mais quelle est donc l'image qu'ont nos édiles sur la ruralité ? Il y a un mois et demi, le gouvernement lançait un "plan particulier pour la Creuse", estimant que ce département est en retard de développement économique. Et voilà qu'on apprend aujourd'hui qu'une des mesures-phares de ce plan consisterait à cultiver du cannabis "médicinal et récréatif"...

Selon le document officiel que l'on trouve sur le site internet de la préfecture de la Creuse, la Creuse se voit dotée d'un plan gouvernemental avec pour objectif de "redonner au département une dynamique démographique et économique positive et durable". 

Derrière ces mots si galvaudés qu'ils n'ont plus guère de signification par eux-mêmes, on trouve une ou deux précisions (par exemple, Guéret devrait devenir une "capitale du sport et loisir de nature"), mais aussi des directions trop générales pour constituer de véritables points de repères (pour l'agriculture par exemple, il est proposé de la rendre "durable"...).
 
Sans doute, à la base, ces généralités étaient-elles voulues pour laisser un éventail de choix large quant aux possibilités de développement du département. Parallèlement, elles rappellent aussi celles qui ont "animé", si j'ose écrire, les états généraux de l'alimentation, dont on connait désormais de manière malheureusement sûre l'absence totale de résultats. Mais surtout, elles ont laissé la porte ouverte à toutes les élucubrations, et interprétations de "ce qui serait bien pour un territoire rural comme la Creuse".
 
Guéret a-t-il vocation à devenir un "petit Amsterdam" ?
 
C'est ainsi qu'un élu socialiste, Eric Correia, conseiller régional et président de l'agglomération du grand Guéret, propose d'intensifier la culture du cannabis dans une proposition intitulée : "La Creuse, territoire d’expérimentation de la légalisation du cannabis à usage médicinal et récréatif ". Sans doute faut-il rappeler l'historique de cette idée qui voudrait que le cannabis prenne la place des élevages dont les vegans ne veulent plus : elle vient des technocrates socialistes qui fournissent le contenu de la boite à idées du parti, le think tank Terra Nova. Il suffit d'aller sur le site de l'ancienne "boite à faire élire DSK" recyclée depuis pour quelques "élites" du parti en mal de réflexion pour trouver des écrits datant de 2014 ou 2016. Morceau choisi : "La légalisation de la production, de la vente et de l'usage du cannabis dans le cadre d'un monopole public (scénario 2) permettrait de fixer le prix à un niveau plus élevé qu’aujourd’hui de manière à garantir une relative stabilité du nombre de consommateurs et du volume consommé. Cette option génèrerait des recettes fiscales significatives pour l’Etat (1.3 milliards d'euros par an) et entraînerait une réduction des dépenses publiques liées à la répression. L'impact budgétaire total pour un prix du cannabis majoré d'environ 40 % par rapport au prix de vente actuel sur le marché noir, s'élèverait à 1.8 milliards d'euros pour un nombre de consommateurs inchangé."
 
En d'autres termes, l'idée possède des arguments financiers pour l'Etat (et l'on sait qu'à l'heure actuelle, cela lui donne une forte chance d'être retenue), et est donc poursuivie aujourd'hui pour la Creuse avec les termes "d'usage récréatif" pour s'affranchir du débat de société sur les drogues (lien de cause à effet entre drogues douces et dures, dépénalisation opportune ou non, etc.).
 
Pourquoi la Creuse ? Evidemment parce qu'il s'agit d'un des départements français le moins peuplé et à la densité de population la plus faible. En d'autres termes, "l'expérimentation" serait conduite là où elle présente le moins de risques pour l'ensemble du territoire français. Question : en quoi cela peut-il aider ce département à développer, je reprends les termes initiaux du plan gouvernemental, une "dynamique démographique et économique" ?
 
Une confusion organisée entre cannabis "médicinal" et "récréatif"
 
Pour obtenir la ressource financière supplémentaire pour l'Etat constituée par le contrôle de ventes légales de cannabis, une confusion est savamment organisée dans le choix des mots. Le cannabis cultivé serait simultanément "médicinal" et "récréatif". Or, il s'agit de deux destinations très différentes. La culture du chanvre existe déjà en France, et WikiAgri s'en est fait l'écho : elle concerne un millier de producteurs avec en moyenne chacun une quinzaine d'hectares. Elle est contrôlée, soumise à des réglementations strictes, et trouve régulièrement de nouveaux débouchés, tout en restant tout de même, à ce jour, une culture que l'on peut considérée de niche.
 
Mais ce qui est proposé dans la Creuse est totalement différent. Il n'est point besoin de "plan gouvernemental" pour avoir quelques producteurs dans ce département qui ajoutent une diversification pour l'unique usage médicinal. En l'occurrence, il s'agit de bien autre chose : de prendre le prétexte d'un développement rural (en soi déjà douteux) pour aller vers le contournement du débat de société sur l'usage des drogues. Avec le mot "récréatif", extrêmement positif compte-tenu du sujet, pour faire passer la pilule.
 
Et les Creusois là au milieu ? Se préoccupe-t-on réellement d'eux ? On leur a déjà proposé, dans le même cadre du développement départemental, la construction d'un centre pénitentiaire. Là, on leur ajoute une possibilité de "tourisme de la fumette" (selon les termes d'un article de La Montagne). Cette terre si accueillante, et pas seulement pour son plateau des Millevaches immortalisé dans un ouvrage du journaliste Georges Chatain et du photographe Patrick Fabre, est donc considérée, dans le cadre d'un plan censé aider à son développement, comme une terre d'expérimentation.
 
Et si l'on se penchait sur la problématique réelle de la Creuse ?
 
En quoi la Creuse a-t-elle besoin d'un plan gouvernemental ? Ce département est symptomatique de bien des affres dont souffre aujourd'hui la ruralité, et plus particulièrement sa première activité économique, l'agriculture. L'idée de vouloir y présenter un plan spécifique n'est donc pas si absconse à la base. Mais encore faut-il avoir préalablement déterminé la problématique pour laquelle il faut trouver des réponses. Concernant son agriculture, les exploitations de la Creuse sont en majorité en polyculture élevage. Elles souffrent donc, d'une manière générale, des différentes crises qui frappent l'élevage. Celles-ci entrainent des revenus extrêmement bas pour la majorité des éleveurs, d'où derrière une cascade de répercussions qui modifient le paysage local : l'envie de vendre le foncier à un bon prix, avec des acheteurs ici britanniques (et les terres quittent alors leur vocation agricole initiale), ici chinois (avec tout le débat sur le foncier du territoire français qui échappe à notre pays) ; des agriculteurs moins présents, cela entraine aussi une baisse de régime chez tous les fournisseurs, certains concessionnaires de machinisme ferment ou se regroupent ; moins d'activité économique, cela amplifie de fait le phénomène de désertification du département, la population active cherche du travail plus loin...
 
Question : n'y a-t-il vraiment rien de mieux que la culture du cannabis pour "sauver la Creuse" ?
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

03.

Quand Isabelle (Saporta) trompe Yannick (Jadot) avec Gaspard (Gantzer) et que le vrai cocu s'appelle David (Belliard)

04.

Jean-Bernard Lévy, celui qui doit faire d’EDF le champion du monde de l’énergie propre et renouvelable après un siècle d’histoire

05.

La fin des Bisounours : les experts en marketing découvrent que plus d’un Français sur deux avoue une attirance pour « les méchants »

06.

Record de distribution des dividendes : ces grossières erreurs d'interprétation qui expliquent la levée de bouclier

07.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

01.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

02.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

03.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

04.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

05.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

06.

La saga du Club Med : comment le Club Med résiste à la crise chinoise

01.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

02.

"Une part d'Afrique en elle" : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

03.

Un été tranquille ? Pourquoi Emmanuel Macron ne devrait pas se fier à ce (relatif) calme apparent

04.

Record de distribution des dividendes : ces grossières erreurs d'interprétation qui expliquent la levée de bouclier

05.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

06.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
moneo
- 15/05/2018 - 12:25
et en plus
nous avons déjà le réseau en place avec les buralistes ;piquer le blé des dealers au profit du dealer suprême.

voila de quoi financer le plan Borlooet de quoi améliorer la situation les dealers en recyclage
DANIEL74000
- 14/05/2018 - 07:20
Pauvre France
Pourquoi "ce privilège" est-il réservé aux Suisses pays du bon sens sans bourreaucrates D'abord, les paysans sans aide de l'Etat ont crée une plante non nocive pouvant être considérée comme un médicament et ont ensuite sans ministère dit de l'agri-culture organisé la distribution y compris en France !! L'agriculture Française est d'exception , l'on y plante des subventions et on récolte des fonctionnaires sous statut !!
jakem
- 14/05/2018 - 06:36
les Pourris Socialeux
tentent de poursuivre leurs nuisances ...