En direct
Best of
Best of du 12 au 18 janvier
En direct
© John MACDOUGALL / AFP
Weiss es nicht
Ce qu’Emmanuel Macron ne comprend pas à l’Allemagne
Publié le 12 mai 2018
Jeudi, le chef de l'Etat français ne s'est pas montré tendre envers le voisin d'outre-Rhin, lors de son discours prononcé à Aix-la-Chapelle à l’occasion de la remise du Prix Charlemagne.
Bruno Alomar, économiste, ancien haut fonctionnaire à la Commission européenne, auteur de Grandes Questions Européennes (Armand Colin, 4em Edition) ou bien encore La réforme ou l'insignifiance : 10 ans pour sauver l'Union européenne (2018,...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bruno Alomar
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bruno Alomar, économiste, ancien haut fonctionnaire à la Commission européenne, auteur de Grandes Questions Européennes (Armand Colin, 4em Edition) ou bien encore La réforme ou l'insignifiance : 10 ans pour sauver l'Union européenne (2018,...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jeudi, le chef de l'Etat français ne s'est pas montré tendre envers le voisin d'outre-Rhin, lors de son discours prononcé à Aix-la-Chapelle à l’occasion de la remise du Prix Charlemagne.

Atlantico : Emmanuel Macron, à l’occasion de la remise du Prix Charlemagne a eu des mots inhabituellement durs, dont le fameux : « réveillez-vous, la France a changé ! » adressé à l’Allemagne ! Qu’en pensez-vous ?

Bruno Alomar : Sur la forme, c’est d’abord une faute diplomatique : se rendre en Allemagne pour insulter les Allemands et leur faire la leçon ! C’est aussi la démonstration d’une impatience et d’une frustration. Mais ceci n’est pas aussi étonnant qu’on semble le croire. D’abord, parce qu’Emmanuel Macron a fait de la rapidité de mouvement un élément tactique. C’est le cas au niveau international comme au niveau national. Ensuite, plus profondément, parce qu’étant le chef de l’exécutif français, comme Nicolas Sarkozy lors de la gestion de la crise des dettes souveraines, le Président français a naturellement tendance à s’exaspérer que Berlin ne décide pas aussi vite que Paris. Mais c’est bien comme cela que l’Allemagne a été rebâtie à dessein après 1945.

Sur le fond, il a doublement tort. Tort, car évidemment la France n’a pas changé. Elle a engagé des réformes, qu’on peut juger bonnes ou mauvaises, mais qui n’ont pas encore produit de changements substantiels : le chômage reste élevé, la compétitivité extérieure dégradée. Surtout, à l’aune des critères que la France elle-même a définis avec l’Allemagne il y a vingt ans (dette publique, déficit public), la France n’a pas changé. L’Allemagne, elle, a changé et les chiffres le montrent : elle est en excédent budgétaire, sa dette publique reviendra d’ici quelques semestres sous les 60% du PIB. Par ailleurs, la scène politique allemande d’après Deuxième Guerre Mondiale, largement du fait de la décision folle prise dans le domaine migratoire en 2015, dont on ne dira jamais assez combien elle a été un coup majeur pour l’Europe, est fracturée pour longtemps.

Emmanuel Macron a-t-il raison de brusquer l’Allemagne ?

Emmanuel Macron est le pur produit d’élites administratives et politiques qui ont vécu dans l’admiration de l’Allemagne, et disons-le, qui ont été complices - par leur absence de réaction et leur incapacité à mener des réformes  - de l’accroissement phénoménal de l’influence de l’Allemagne dans les institutions européennes. En ce sens, l’on est parfois surpris, y compris Outre-Rhin, que la France, créatrice de l’Europe, puissance diplomatique et militaire, tape du poing sur la table. Il faut plutôt s’en réjouir car l’on ne dira jamais assez cette vérité d’évidence, qu’Emmanuel Macron ne peut méconnaître et qui explique aussi son impatience : c’est l’Allemagne qui a le plus à perdre d’une éventuelle dislocation de l’Union européenne.

Pour le reste, c’est plutôt Emmanuel Macron qui rêve quand il regarde l’Allemagne. Il ne sait pas/ ne veux pas voir, sans doute les deux, ce que sont les allemands. Ceci se résume assez simplement.

D’abord, les Allemands, par culture et par construction institutionnelle, prennent les sujets avec plus de rationalité, et donc de lenteur, que nous-même. Pascal dirait que l’esprit de géométrie est plus fort chez eux que l’esprit de finesse. Ceci est fondamental : la crédibilité perdue par la France en deux décennies ne peut pas se reconquérir en un an ! Les Allemands attentent des résultats ! Or d’une part, ces résultats exigent du temps. D’autre part, l’Allemagne, et avec elle tous ceux qui veulent bien porter un regard froid sur l’état de la France, se rend à l’évidence : l’amélioration de la situation économique française tient largement à un effet de cycle, indépendant de l’arrivée d’Emmanuel Macron ; surtout, et c’est l’essentiel, tel l’éléphant au milieu du magasin de porcelaine, la France n’a pas attaqué son problème économique central : la dépense publique. Il y a urgence.

Ensuite, Emmanuel Macron bute sur une réalité brutale que personne ne veut voir dans les beaux quartiers parisiens : les Allemands, économiquement, sont de droite. Par-là, il faut entendre que la vulgate keynésienne qui est dominante en France et dans laquelle nos élites, y compris de droite, ou dites de droite, baignent, est minoritaire en Allemagne. Etre de gauche (SPD) en Allemagne, c’est penser que la monnaie doit être neutre et le budget en excédent. Cette réalité condamne le couple franco-allemand. Emmanuel Macron n’y peut rien. Pour l’Allemagne, l’Union européenne, en ce qu’elle est un lieu de construction de politiques économiques, est forcément de droite ! Le comprend-il ?

Il faudrait sans doute s’interroger sur les raisons d’une telle myopie vis-à-vis de l’Allemagne. Emmanuel Macron fait partie d’élites françaises, majoritairement de gauche, qui depuis 30 ans, instruits des nécessités économiques que leur ADN socialiste leur empêche d’avouer publiquement, voudraient que les français soient les allemands (discipline salariale etc.), et ont d’ailleurs vu dans l’euro un moyen d’y arriver en rendant impossible la dévaluation. Mais il connaît mal l’Allemagne, comme d’ailleurs la plupart des français. Il ne l’a approchée qu’au cours des réunions qu’il a eues comme sherpa de François Hollande : mais ce ne sont pas des discussions feutrées – surtout sachant son talent pour désamorcer la contradiction – dans un cadre diplomatique qui permettent de toucher vraiment la réalité de ce que sont les allemands. Emmanuel Macron n’a ainsi pas travaillé en Allemagne. Il n’a jamais travaillé avec des allemands, au même rang hiérarchique, expérience qui fait comprendre comment ils raisonnent : leur rigueur, l’importance essentielle qu’ils accordent à la règle de droit…parfois jusqu’à la paralysie. Il n’a au fond qu’une connaissance livresque, diplomatique, fantasmée de l’Allemagne – comme d’ailleurs de l’Europe, qu’il ne connaît pas vraiment. C’est aussi la raison pour laquelle il croit, à tort, que les élites allemandes sont capables de forcer la population allemande à renier son ADN en termes d’austérité budgétaire ou de neutralité monétaire, ce qui est une erreur fondamentale. Erreur faite par ses prédécesseurs, dont il ne se distingue finalement en rien.

Pourquoi Emmanuel Macron insiste-t-il autant ?

Pour de bonnes et de moins bonnes raisons.

Au rang des bonnes raisons, il y a évidemment une accélération de l’Histoire, dont chacun prend la mesure. Il y a aussi, peut-être, une véritable inquiétude de la part des autorités françaises concernant la zone euro. Les améliorations apportées au cours des dernières années (union bancaire, nouveau traité budgétaire) ont consolidé la zone euro. Mais ces changements sont limités. De deux choses l’une. Soit l’on considère que la question de l’euro est centrale et qu’une prochaine Grande Crise financière risque de l’emporter, et il est alors urgent de la consolider. Cela semble l’idée française. Soit l’on considère que la zone euro est, par nature, sous-optimale, et que la consolider exige d’abord et avant tout que les Etats se réforment, et alors l’urgence n’existe pas. C’est pour partie la position de l’Allemagne.

Au rang des mauvaises raisons, il y a la continuité d’évidence entre des Présidents de la République qui depuis François Mitterrand inclus voient dans la construction européenne le moyen de sans cesse masquer leur échec interne, ainsi que le supplément d’âme d’élites d’un pays qui a inventé l’Etat Nation et se sent coupable aux yeux du monde. Emmanuel Macron l’a redit au Parlement de Strasbourg, s’inscrivant délibérément dans les pas de François Mitterrand : le nationalisme c’est la guerre !

Quel regard porter sur Emmanuel Macron « l’Européen » ?

Il faut bien constater, quelle que soit l’opinion que l’on a au fond, que le « rêve européen » du Président français est brisé.

Aucune des avancées proposées depuis le discours de la Sorbonne n’est susceptible de déboucher sur quelque chose de concret dans les 2-3 années à venir. Il n’y aura pas d’approfondissement de la zone euro au sens institutionnel, autre que cosmétique. Les questions de défense européennes verront peut-être quelques progrès, mais somme toute limités.

En fait, Emmanuel Macron a sans doute pêché par orgueil. Il a cru sincèrement que son volontarisme européen, à l’image de ce qu’il a réussi à faire en France, permettrait de sortir l’Europe de l’ornière. Mais les problèmes de l’Europe se sont cristallisés au cours des vingt dernières années. L’affaiblissement du couple franco-allemand en un. L’incapacité à comprendre ce que sont et pensent les pays de l’Est et du Centre européen en est un autre. Emmanuel Macron, homme du « en même temps », de la fluidité, de l’ubiquité, connaît ses classiques mais pas Auguste Comte qui rappelait que l’Humanité est plus gouvernée par les morts que les vivants. Il faut espérer pour lui que dans son impatience il ne force pas l’Union européenne à des avancées trop brutales qui auraient pour effet paradoxal d’en précipiter l’effritement.

Alors que devrait faire Emmanuel Macron ?

Il ne semble avoir besoin de personne…

Au plan stratégique, comprendre qu’être « Européen », pour un Président français, c’est prendre acte du fonctionnement réel de l’Europe, des rapports de force qui le sous-tendent, et cesser de croire que cette Europe se dirige comme au plus beau temps du couple franco-allemand.

Au plan tactique, et c’est aussi peut être une explication de la verdeur de ses propos, perdu pour perdu, il faut sans doute, selon l’expression anglaise « put the blame on the germans », c’est-à-dire faire endosser à l’Allemagne la responsabilité historique d’avoir manqué de courage en refusant la main tendue de la France. En tous cas, la violence de ses remarques le 10 mai laisse cette option si ouverte qu’il faut bien imaginer qu’il l’a en tête…

Dans ce contexte, êtes-vous pessimiste pour l’Europe ?

Oui, car l’Union européenne est très malade. La Commission, que JC Juncker qualifiait lui-même de « Commission de la dernière chance », a, comme il fallait s’y attendre, échoué, et se termine dans le vaudeville avec l’indigne affaire Selmayr. L’esprit communautaire s’érode partout. L’Union européenne n’a aucune stratégie autre que son logiciel traditionnel : l’Europe n’a pas d’ennemis, juste des partenaires commerciaux qui s’ignorent. Qu’il s’agisse de questions migratoires, des rapports avec la Chine et l’Inde, de la génération perdue de ceux qui dans les pays du Sud de l’Europe ont eu vingt-cinq ans en 2008, l’Union européenne n’a pas de réponse. Et que dire du Brexit qui est un échec tragique de l’Union avant d’être une difficulté considérable pour le Royaume-Uni.

Non, car l’Union européenne n’a pas l’importance dans nos vies que les fédéralistes forcenés et les souverainistes enragés lui prêtent. L’essentiel des politiques économiques demeure entre les mains des Etats membres. Les différences de performance entre les Etat de la zone euro le montrent : on peut faire partie de la zone euro et avoir beaucoup ou très peu de chômage, des finances publiques en ordre ou en désordre, une compétitivité forte ou dégradée etc. Encore faut-il s’adapter et regarder l’Europe telle qu’elle est et ne peut qu’être, et non pas telle qu’on la fantasme.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Plus court mais mieux indemnisé : cette réforme de l’assurance chômage qui pourrait offrir une solution aux demandeurs d’emplois
02.
Changement climatique : Alexandria Ocasio-Cortez déclare que "le monde touchera à sa fin dans 12 ans"
03.
Aix-la-Chapelle ou la dernière illustration en date de l’intimidation morale qui asphyxie la démocratie française
04.
La tombe de Marc Antoine et Cléopâtre serait sur le point d'être découverte
05.
Ce biais statistique qui explique pourquoi la redistribution en France est loin d’être aussi efficace qu’on le croyait pour corriger les inégalités
06.
Les patrons américains préfèrent la France de Macron à l’Amérique de Donald Trump et l’idée du « grand débat » leur plait
07.
Pourquoi Oxfam se trompe de combat (et passe totalement à côté de ce qui se passe dans les pays développés)
01.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
02.
Comment le Canard Enchaîné a envoyé François Fillon, Jacques Chaban-Delmas et Valéry Giscard d'Estaing au cimetière des éléphants de la politique
03.
Plus court mais mieux indemnisé : cette réforme de l’assurance chômage qui pourrait offrir une solution aux demandeurs d’emplois
04.
Jacques Chirac, ce soudard amateur de bières et de belles femmes qui s'est avéré être un excellent chef des armées
05.
Wauquiez pousse une colère contre la direction de LR, et Thierry Mariani contre Wauquiez ; L'Obs s'inquiète de la crise financière qui vient ; François-Xavier Bellamy en guerre contre le progressisme ; Ces députés LREM attaqués
06.
Emmanuel Macron est brillant, mais il n’est pas le président qu’il faut à la France
07.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
01.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
02.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
03.
Traité d’Aix-la-Chapelle : la France ne vend pas l’Alsace à l’Allemagne mais les deux pays scellent la coupure entre les dirigeants et leurs peuples
04.
Traité d’Aix-la-Chapelle : la France est-elle en train de renouveler avec l’Allemagne l’erreur de François Mitterrand au moment de la réunification ?
05.
Aix-la-Chapelle ou la dernière illustration en date de l’intimidation morale qui asphyxie la démocratie française
06.
La tombe de Marc Antoine et Cléopâtre serait sur le point d'être découverte
01.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
02.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
03.
Gilets jaunes : l’inexplicable (et énorme) échec des Républicains
04.
Aix-la-Chapelle ou la dernière illustration en date de l’intimidation morale qui asphyxie la démocratie française
05.
Radioscopie des dépenses de la France : ces nouvelles inégalités qui se cachent derrière la puissance apparente de l'État-providence
06.
Emmanuel Macron est brillant, mais il n’est pas le président qu’il faut à la France
Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
tunemar
- 12/05/2018 - 19:07
Ce qui se conçoit bien...
Merci à l'auteur pour cette analyse, excellente leçon de choses à l'adresse d'Emmanuel Macron, avec en même temps une conclusion laissant au Président français le bénéfice de disposer au moins du sens tactique.
raslacoiffe
- 12/05/2018 - 18:19
Bon article.
Enfin un propos qui sort de la doxa convenue serinée à longueur de journées par nos médias mainstream. Merci à l'auteur et merci à Atlantico de nous offrir d'autres champs de réflexion. Tout à fait d'accord avec Vingttrois avril.
Deudeuche
- 12/05/2018 - 14:43
Avec 2millions de fonctionnaires en trop
On ne peut être crédible !