En direct
Best of
Best of du 18 au 24 mai 2019
En direct
© GERARD JULIEN / AFP
Bonnes feuilles
Père qui pourrait être son grand-père, adolescente en souffrance et drames familiaux : l'enfance pas si conventionnelle de Brigitte Macron
Publié le 13 mai 2018
La vie de Brigitte Macron ressemble presque à celle de milliers d’autres femmes : une enfance bourgeoise et provinciale, une carrière dans l’enseignement, un premier mariage, des enfants, un divorce… Parcours classique d’une femme un peu trop lisse ? En réalité, derrière les apparences, on découvre une personnalité bien plus complexe .Extrait de "Brigitte Macron. La Confidente" de Fabienne Cassagne, publié chez City (1/2).
Fabienne Cassagne est journaliste. Elle a notamment travaillé pour Challenges. Elle signe avec Brigitte Macron une enquête de plusieurs mois.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Fabienne Cassagne
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Fabienne Cassagne est journaliste. Elle a notamment travaillé pour Challenges. Elle signe avec Brigitte Macron une enquête de plusieurs mois.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La vie de Brigitte Macron ressemble presque à celle de milliers d’autres femmes : une enfance bourgeoise et provinciale, une carrière dans l’enseignement, un premier mariage, des enfants, un divorce… Parcours classique d’une femme un peu trop lisse ? En réalité, derrière les apparences, on découvre une personnalité bien plus complexe .Extrait de "Brigitte Macron. La Confidente" de Fabienne Cassagne, publié chez City (1/2).

Dans une fratrie, le dernier-né peut être totalement surprotégé par ses parents ou au contraire jouir d’une liberté bien plus grande. Pour la petite Brigitte, c’est le dernier cas de figure. Il faut dire qu’elle est gaie, enjouée, drôle. De l’avis général, son père en particulier lui passe beaucoup de choses :

— Je pouvais tout faire, même ramener de mauvaises notes, mais mes parents étaient extrêmement stricts sur le respect que nous devions l’un à l’autre.

Le lien entre l’enfant et l’homme proche de la cinquantaine est profond ; il aime sa fantaisie et sa bonne humeur. L’affection est réciproque et Brigitte se montre très soucieuse des liens familiaux. Des années plus tard, pendant la campagne présidentielle, plus de 20 ans après la mort de Jean Trogneux, elle confie à Philippe Besson, l’écrivain – et ami –, qui suit la campagne d’Emmanuel Macron pour en tirer un livre :

— Je pense à mon père dans les moments importants ou délicats.

Avec ce père de 44 ans son aîné, qui pourrait être son grand-père, elle fait peut-être pour la première fois le constat que l’âge ne fait rien aux sentiments et que les années d’écart n’empêchent pas la proximité. Les liens avec sa mère, Simone, sont également tendres et affectueux. L’enfant, puis l’ado, coule des jours privilégiés. Sa vie s’écoule paisiblement entre la demeure au-dessus de la boutique à Amiens et les escapades au Touquet. Pourtant, des nuages noirs traversent le ciel familial. Elle déclare à Philippe Besson, en septembre 2016 :

— J’ai été très gâtée, affectivement, socialement, j’avais tout, je ne pouvais me plaindre de rien et pourtant j’ai été une adolescente en souffrance.

Allusion directe aux deuils qui ont obscurci cette enfance dorée : Brigitte Trogneux a huit ans lors de la disparition de sa sœur aînée, brutalement décédée dans un accident de voiture avec son époux, alors qu’elle était enceinte :

— Elle est avec moi tous les jours de ma vie, ditelle plus de 50 ans plus tard.

Comment se remettre d’une telle perte ? Comment surmonter le choc familial, le déchirement des frères et sœurs ainsi touchés et l’immense chagrin des parents ? Quelle épreuve difficile que le deuil au sein d’une fratrie !... L’enfant y perd à la fois son frère ou sa sœur, et aussi une partie de ses parents, absorbés par la pire des épreuves et leur propre tristesse. Dans ce malheur, solitude et isolement sont le lot de beaucoup d’enfants, et les parents accablés sont souvent très dépourvus face à ce chagrin. Comme le décrit si justement l’auteur François-Xavier Perthuis, qui perdit sa petite sœur :

— J’étais tellement malheureux de voir mes parents avec un aussi lourd chagrin que je décidai que jamais ils ne pleureraient à cause de moi, que dorénavant je m’effacerais, je ferais comme si je n’étais pas là, je ne demanderais jamais rien, je grandirais, et vite.

On pressent la sidération, mais aussi le resserrement des liens autour d’un tel événement, dans cette famille aimante et unie. Et à peine quelques mois plus tard, une nièce de Brigitte, âgée de six ans, meurt à son tour soudainement, d’une banale crise d’appendicite. Là encore, l’incompréhension devant l’injustice d’une telle peine est profonde. Ce sont des épreuves qui marquent un cercle familial, qui impressionnent un enfant jeune et font rôder autour de lui des peurs et des fantômes. Ce sont aussi des moments qui soudent les familles encore un peu plus et renforcent les liens, accentuent l’importance de la cellule familiale, le soutien que l’on peut y trouver. Ce sont, enfin, des événements qui marquent pour une vie et peuvent donner une énergie, une soif de bonheur et de vivre inextinguibles.

Comme le dit Maupassant, l’un des écrivains préférés de Brigitte Macron, dans Une vie : « La vie, voyez-vous, ce n’est jamais si bon ni si mauvais qu’on croit. » Elle confiera des années plus tard que son amour de Maupassant vient précisément de l’omniprésence de la mort dans son œuvre. Elle dira aussi à Philippe Besson que son héros préféré est Dom Juan, « parce que Dom Juan sait qu’il va mourir et il y va ».

Dans le magazine ELLE, toujours, elle révèle :

— Cette terreur de la mort, je l’ai toujours connue. Parce que, toute petite, elle est arrivée dans ma vie. Et quand elle surgit, vous êtes totalement décontenancé. Rien ne vous aide. [...] C’est là qu’on comprend qu’il n’y a pas d’ordre des choses.

Commandez "Brigitte Macron. La Confidente" de Fabienne Cassagne, publié chez City. 

"Brigitte Macron. La Confidente" de Fabienne Cassagne

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Il agresse un agriculteur pendant que son épouse filme
02.
Rihanna éconduit Neymar, Charlotte Casiraghi & Gad Elmaleh s’ignorent, Anthony & Alain-Fabien Delon se vengent de leur père; Karine Ferri investit lourdement pour son mariage (et invite utile); Johnny Depp : c’est Amber qui l’aurait battu
03.
LREM, UDI, LR ou abstention ? Petit guide pour ceux qui voudraient (vraiment) voter libéral aux Européennes…
04.
Mais pourquoi les Français épargnent-ils une part non négligeable du pouvoir d’achat gagné ces derniers mois ?
05.
Tensions grandissantes en Algérie : Bouteflika n’est plus là, mais les généraux, si
06.
Cannes : Abdellatif Kechiche s'emporte contre la question "imbécile" et "malsaine" d'un journaliste
07.
Ce qui explique la nouvelle vague d'eugénisme
01.
Pôle Emploi n’aime pas qu’on dise qu’il est peu efficace dans son accompagnement des chômeurs mais qu’en est-il concrètement ?
02.
Semaine à haut risque pour Emmanuel Macron : les trois erreurs qu’il risque de ne pas avoir le temps de corriger
03.
Burkini à la pisicine municipale : les périlleuses relations de la mairie de Grenoble avec les intégristes musulmans
04.
Cancer : cette découverte sur le cerveau qui ouvre de prometteuses voies de traitement
05.
Immobilier : l’idée folle de la mairie de Grenoble pour protéger les locataires mauvais payeurs
06.
Le nombre de cancers du côlon chez les jeunes adultes augmente nettement et voilà pourquoi
01.
Mondialisation, libre-échange et made in France : l’étrange confusion opérée par François-Xavier Bellamy
02.
La bombe juridique qui se cache derrière la décision de la Cour d’appel de Paris de sauver Vincent Lambert
03.
Chômage historiquement bas mais travailleurs pauvres : le match Royaume-Uni / Allemagne
04.
Des experts estiment dans un nouveau scénario que la hausse du niveau des océans pourrait dépasser deux mètres d'ici 2100
05.
LREM, UDI, LR ou abstention ? Petit guide pour ceux qui voudraient (vraiment) voter libéral aux Européennes…
06.
Vidéo de Vincent Lambert : son épouse va porter plainte
Commentaires (15)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
kelenborn
- 15/05/2018 - 14:20
ET 14 commentaires
Plus que pour Jacquet, c'est clair!!! On sent que dès que l'on parle de cul-ture , ils sont venus ils sont tous la!!!! Strogneugneu!!! mais...manque Ah2bouh! Il a du confondre son vase de nuit avec sa bouteille de mélange 2 temps et il arrive pas à démarrer sa mobylette!
aristide41
- 15/05/2018 - 13:03
intéressant
C'est toujours intéressant de connaître ce qui "fait" un être humain; ce qui constitue le moteur de ses agissements. Qu'est ce qui fait qu'une mère de famille de 40 ans largue les amarres pour suivre un gamin. Le fait qu'elle considère qu'il n'y a pas un ordre des choses éclaire cela. C'est un peu nihiliste mais la mort provoque souvent ce genre de nihilisme. Contrairement à l'ensemble des commentateurs, je respècte sa douleur.
Dorine
- 15/05/2018 - 08:29
Pauvre humanité
Le parcours de Mme Macron est celui de beaucoup d'êtres humains. Elle n'a sans doute pas connu le pire comme d'autres. Le ressenti des évenements est individuel, le deuil, la maladie, la violence....Cela fait que nous trimbalons tous dans notre hotte une histoire différente et nous empêche de devenir des clones comme pourraient l'être des robots. C'est la beauté de l'être humain d'apporter à l'édifice de la Vie, des vécus et une expérience différents.