En direct
Best of
Best-of: le meilleur de la semaine Atlantico
En direct
© LUDOVIC MARIN / AFP
Ça alors
Macron a des pellicules ! Et c'est Trump qui le lui a élégamment (?) fait remarquer…
Publié le 25 avril 2018
Du jamais-vu. La rencontre entre les deux présidents a été marquée par un moment exceptionnel.
Benoît Rayski est historien, écrivain et journaliste. Il vient de publier Le gauchisme, maladie sénile du communisme avec Atlantico Editions et Eyrolles E-books.Il est également l'auteur de Là où vont les cigognes (Ramsay), L'affiche rouge ...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Benoît Rayski
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Benoît Rayski est historien, écrivain et journaliste. Il vient de publier Le gauchisme, maladie sénile du communisme avec Atlantico Editions et Eyrolles E-books.Il est également l'auteur de Là où vont les cigognes (Ramsay), L'affiche rouge ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Du jamais-vu. La rencontre entre les deux présidents a été marquée par un moment exceptionnel.

Tout avait commencé mollement. Du convenu. Du classique. On a parlé de Washington et de Lafayette : un passage obligé. Macron a rappelé comment les Américains avaient libéré la France en 1944. Et Trump a remercié la France pour son action militaire en Syrie.

Les journalistes s'ennuyaient ferme. Ils se réveillèrent un peu quand, après que Macron eut dit que la France et les États-Unis avaient "une relation spéciale", Trump renchérit en en rajoutant : "une relation très spéciale". 

Ce "très spéciale" intrigua. Les journalistes furent vite édifiés. Trump s'approcha de Macron et l'embrassa. Puis l'embrassa encore. Puis le réembrassa. Et à plusieurs reprises, il le sera contre lui. 

Nous pensions que Trump était un gros amateur de jolies filles. Maintenant nous en sommes moins sûrs... Mais le clou de la scène était à venir. Le président américain, quasiment collé au président français, épousseta de ses doigts l'épaule de Macron : "Je vais enlever ces pellicules. Nous devons le rendre parfait, il est parfait".

Une scène d'anthologie qui va certainement devenir culte. Une goujaterie affichée. Une condescendance méprisante assumée. Comment pouvait-on dire de façon plus humiliante à Macron : "Regarde qui est grand et qui est petit" ?

Des pellicules à l'accord sur le nucléaire iranien, il n'y a qu'un pas. Nous le franchissons sans problème et en toute logique. Avant de partir pour Washington, Macron avait dit : "Il n'y a pas de plan B pour cet accord". L'affrontement paraissait inévitable avec Trump, qui veut simplement le déchirer.

En regardant bien en face notre président, Trump lança : "C'est un accord très mauvais, c'est une honte, on n'aurait jamais dû signer un truc pareil !". On attendait une réponse virile et martiale de Macron. Elle vint sous la forme d'une acceptation d'un plan B rejeté dédaigneusement auparavant.

"Nous allons travailler avec le président américain à un nouvel accord". Puis, en substance : il va falloir s'occuper des missiles balistiques iraniens, de la présence iranienne en Syrie. "Nous devons contenir l'Iran", lâcha Macron. Et maintenant, qui a des pellicules ? Qui est petit ?

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Cette bombe politique qui se cache dans les sondages sur la remontée de LREM et l’essoufflement des Gilets jaunes
02.
Le mystérieux contrat de 7,2 millions d'euros décroché par Alexandre Benalla
03.
Gilets jaunes : les états-majors des grandes entreprises imaginent trois scénarios de sortie de crise possibles
04.
Etat providence, immigration et Gilets jaunes : l’étude américaine explosive qui révèle la nature du dilemme politique français
05.
L’affaire Benalla, ou la preuve qu’Emmanuel Macron est lui-même son pire ennemi politique
06.
Bercy découvre que les entreprises françaises sont menacées par « des casseurs » venus de la finance anglo-saxonne
07.
"Bouffon" : Gérard Darmon s'en prend à Franck Dubosc
01.
Cette bombe politique qui se cache dans les sondages sur la remontée de LREM et l’essoufflement des Gilets jaunes
02.
Comment Alain Juppé s’est transformé en l’un des plus grands fossoyeurs de la droite
03.
Statistiques du ministère de l’intérieur : Christophe Castaner ou l’imagination au pouvoir
04.
Etat providence, immigration et Gilets jaunes : l’étude américaine explosive qui révèle la nature du dilemme politique français
05.
Mais quelle est la part de responsabilité d'Alain Juppé dans l'état "délétère du pays qu'il dénonce ?
06.
Le mystérieux contrat de 7,2 millions d'euros décroché par Alexandre Benalla
01.
Mais quelle est la part de responsabilité d'Alain Juppé dans l'état "délétère du pays qu'il dénonce ?
02.
Agression contre Finkielkraut : certains Gilets jaunes voudraient que les Juifs portent l'étoile jaune
03.
Ces lourdes erreurs politiques qui fragilisent la lutte contre l’antisémitisme
04.
Antisémitisme: voilà pourquoi je n'irai pas manifester le 19 février
05.
Comment Alain Juppé s’est transformé en l’un des plus grands fossoyeurs de la droite
06.
Derrière les faits divers dans les Ehpad, la maltraitance que l’ensemble de la société française inflige à ses vieux
Commentaires (12)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Vincennes
- 26/04/2018 - 16:32
Les "Laurel et Hardy" de la polique
pas mieux côté dames où Mélania a marqué des points sur toute la ligne....... tellement la toute petite Mamy Macron faisait "mémère" !! aucune allure contrairement à ce que les journaleux essayent de nous "vendre"
cloette
- 26/04/2018 - 14:46
@gerint
Trump l'a fait exprès, il ne pelote personne d'autre de cette façon ....
Liberte5
- 26/04/2018 - 11:37
Remettre les chose en place....sur tous les plans.
Une grande puissance qui retrouve après le désastre Obama , un grand président qui obtient des résultats et qui défend son pays et son peuple. A l'inverse un président Français socialiste, mondialiste , à la tête d'un pays sur le déclin et la décadence. Les images parlent d'elles-même.